La littérature grand public, reine du piratage de livres en France

Posté par Serge Bénard le 9 mars 2011

09/03/2011

(Relaxnews) – Les pirates adeptes de livres électroniques en langue française se tournent davantage vers les ouvrages grand public et/ou best-sellers, d’après l’étude EbookZ 2 parue le 8 mars 2011 et réalisée par le collectif le MOTif. Le pirate du livre n’atteint pas encore les scores de la musique et du cinéma en ne représentant que 2% de l’offre légale papier.

La littérature représente 44,8% des livres français piratés disponibles sur la Toile. A la manière de la musique et du cinéma, les grands succès sont privilégiés par les pirates, suivis par le fantastique et la science-fiction. Globalement, ceux-ci se tournent vers les nouveautés. 82% des livres en langue française piratés sur Internet sont ainsi parus à partir de 2001.

Les livres pratiques occupent la deuxième position (37,7%). Les essais représentent 12,5% de l’offre pirate française devant la littérature jeunesse (5,1%).

Lire la suite : http://www.myboox.fr/actualite/la-litterature-grand-public-reine-du-piratage-de-livres-en-france-6147.html

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Editions, librairies et bibliothèques numérisées | Commentaires fermés

De nouveaux livres électroniques à la Bibliothèque nationale de France

Posté par Serge Bénard le 9 mars 2011

8MARS 2011

L’aviez-vous noté ? Les livres électroniques, ou e-books, ont fait en 2010 leur entrée dans les collections de la Bibliothèque nationale de France, avec 15 000 titres des éditeurs Springer et Elsevier. Voir le précédent billet sur le sujet.

Biofuels, ed. Wiley, 2009

Biofuels, ed. Wiley, 2009

En ce début 2011, un nouvel ensemble de 10 000 livres électroniques — les « online books » de l’éditeur Wiley-Blackwell — est proposé aux lecteurs de la Bibliothèque nationale de France, pour une période-test de deux mois, du 1er mars au 30 avril. Il comprend à la fois des livres (monographies), et des traités, des dictionnaires, des collections (series).

  • quelles sont les disciplines couvertes ?

Les ouvrages concernés, de niveau recherche et en langue anglaise, couvrent essentiellement les disciplines scientifiques et techniques : chimie et sciences des matériaux, physique, sciences de la vie, sciences appliquées, sciences médicales, environnement, mathématiques…
L’offre comprend aussi quelques centaines d’ouvrages en sciences humaines et sociales.

  • comment y accéder ?

Ces livres électroniques sont consultables en ligne depuis les postes publics de la BnF
dans toutes les salles de lecture (Bibliothèque d’étude et Bibliothèque de recherche), par accès à l’Intranet chercheur : Ressources numériques > Cédéroms et bases en ligne > E-books Wiley-Blackwell.
Les lecteurs de la bibliothèque de Recherche titulaires d’une carte annuelle en cours de validité peuvent également y avoir accès à distance (connexion par identifiant et mot de passe).

  • comment chercher dans cet ensemble ?

Les ouvrages sont consultables sur la plate-forme de l’éditeur : Wiley online Library.
Commun à tous les types de publications (périodiques, livres, ouvrages de référence, séries) et doté d’un moteur de recherche, ce portail permet une recherche avancée non seulement dans le texte intégral, mais aussi dans de nombreux champs : auteur, affiliation de l’auteur, titre de l’article de périodique ou du livre, mots-clés, etc.

Cette approche différente de la version imprimée des ouvrages, qui permet notamment une lecture non linéaire et une recherche rapide d’information, peut apporter davantage d’autonomie et de confort de travail pour les lecteurs, en complément des collections imprimées de la BnF.

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur cette collection par des commentaires, et si vous l’avez testée, prenez quelques instants pour répondre aux deux questions du sondage placé à la suite de ce billet !

Aline Annabi (BnF)

Source : http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2011/03/08/de-nouveaux-livres-electroniques-a-la-bibliotheque-nationale-de-france/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Editions, librairies et bibliothèques numérisées | Commentaires fermés

Royaume-Uni – Les livres numériques les plus empruntés

Posté par Serge Bénard le 9 mars 2011

d’après une étude d’OverDrive

Le distributeur de livres audios et numériques OverDrive a publié une étude sur la consommation des livres numériques.

L’étude montre, plus précisément, quels sont les titres numériques qui ont été les plus demandés durant le mois de février, dans les bibliothèques britanniques utilisant les services d’OverDrive.

Ainsi, elle énumère les titres d’ouvrages qui ont été empruntés le mois dernier ou qui figurent sur liste d’attente. 

Voici la liste en question, avec titres originaux et titres traduits lorsqu’ils existent : 

Ouvrages fictionnels adultes :
1. A Tiny Bit Marvellous, de Dawn French
2. The Help, de Kathryn Stockett
3. Wolf Hall, de Hilary Mantel
4. The Alchemist’s Secret (Le secret de l’Alchimiste), de Scott Mariani
5. The Finkler Question, de Howard Jacobson
6. The Brightest Star in the Sky, de Marian Keyes
7. Heresy (Le prix de l’hérésie), de S. J. Parris
8. Hot Ice, de Nora Roberts
9. Homecoming, de Cathy Kelly
10. Freedom, de Jonathan Franzen

Ouvrages non-fictionnels adultes :
1. The Fry Chronicles, de Stephen Fry
2. Life and Laughing, de Michael McIntyre
3. Eat, Pray, Love (Mange, prie, aime), de Elizabeth Gilbert
4. It’s Not What You Think, de Chris Evans
5. Memoirs of a Fruitcake, de Chris Evans
6. Tickling the English, de Dara O’Briain
7. Agent Zigzag, de Ben Macintyre
8. How Hard Can It Be?, de Jeremy Clarkson
9. The Third Man, de Peter Mandelson
10. 3,096 Days, de Natascha Kampusch

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24728-ebook-liste-livres-numeriques-empruntes.htm

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Editions, librairies et bibliothèques numérisées, Enquêtes, études, dossiers, bibliographies, numéros spé | Commentaires fermés

L’offre de livres piratés augmente en France

Posté par Serge Bénard le 8 mars 2011

Rédigé par Nicolas Gary, le mardi 08 mars 2011 à 13h07

Si 2009 devait marquer l’année 1, avec la présentation d’EbookZ, première étude se concentrant sur l’offre illégale de livres numériques en France, finalement, c’est presque avec un peu de déception que l’on découvrira 2010 comme n’étant que l’année « 0,5″, au travers de la nouvelle étude proposée par Le MOTif. 

Pour sa deuxième édition, l’étude montre clairement que le piratage progresse – près de 2000 à 3000 ouvrages sont disponibles au téléchargement, pour les livres – soit 2 % de l’offre numérique actuelle – contre 1000 à 500 en 2009. Pour la BD, hors du streaming, on recense 6 à 7000 titres, contre 3 à 4500 pour 20009.

Évolution de méthodes de téléchargement

« Ça progresse, effectivement, avec une remarque intéressante, sur l’évolution des techniques. Les réseaux de Peer-to-Peer sont délaissés au profit du téléchargement direct », note Vincent Monadé, directeur du MOTif. « L’évolution des techniques intéressera probablement le ministère de la Culture, dont l’Hadopi ne surveille aujourd’hui que les réseaux de partage », ajoute Vincent Monadé. 

Et renseignera très probablement le SNE sur l’inutilité d’investir dans les sociétés mandatées, justement, par Hadopi, pour surveiller les fichiers sur la toile – outre le coût exorbitant de l’opération.

Or, si les techniques de téléchargement évoluent, il en va de même avec les oeuvres piratées, comme le montre ce partage : 

     

  • 1 Littérature 44,8%
  • 2 Pratique 37,7%
  • (incluant STM, Enseignement, Informatique, Dictionnaires)
  • 3 Essais 12,5%
  • (dont Sciences Humaines, Religion et Ésotérisme, Philosophie, Mémoires)
  • 4 Jeunesse 5,1%
  • 5 Beaux livres 0,4%

Lire la suite : http://www.actualitte.com/dossiers/1324-ebooks-telechargement-illegal-livres-pirater.htm

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Editions, librairies et bibliothèques numérisées | Commentaires fermés

Numérisation : indépendance et intégrité de la BnF remises en cause

Posté par Serge Bénard le 5 mars 2011

Le syndicat FSU pointe plusieurs petites irrégularités inquiétantes…

Rédigé par Cecile Mazin, le mercredi 02 mars 2011 à 11h58

Qu’en est-il du fameux accord-cadre que le ministère de la Culture a signé avec l’interprofession de l’édition, et notamment le président de la BnF, Bruno Racine ? Le projet est simple : numériser des oeuvres sous droit « à partir des collections issues du dépôt légal conservées à la BNF », avec le financement du Grand Emprunt.

Cependant, si sur le papier tout est beau, difficile de s’en contenter. Selon le syndicat FSU, « une telle opération nécessite des moyens sans précédent au moment où l’établissement public, saigné à blanc par des mesures insensées de réduction de l’effectif et du budget ». (notre actualitté)

Numérisation : indépendance et intégrité de la BnF remises en cause dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs v-21690

© Didier Plowy-MCC

Et puis, quelques questions restent : qui établira la liste de ces 500.000 ouvrages – ou encore, combien les éditeurs apporteront-ils financièrement pour ce projet ? S’il était dangereux de laisser à Google la main mise sur ce projet, comme l’estimait Frédéric Mitterrand, le syndicat estime que le ministre a pour le coup cédé au lobbying des éditeurs, qui considèrent alors Gallica « dans les faits comme une rampe de lancement pour leurs propres produits ».

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24629-numeriser-mitterrand-bnf-oeuvres-droit.htm

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Editions, librairies et bibliothèques numérisées | Commentaires fermés

Japon – Jisui, la numérisation de livres maison, irrite les éditeurs nippons

Posté par Serge Bénard le 3 mars 2011

L’association des éditeurs clame qu’elle n’est pas d’accord. Les consommateurs rétorquent qu’ils n’ont qu’à se bouger

 

Rédigé par Clémentine Baron, le lundi 28 février 2011 à 12h44

 

Au Japon (mais pas uniquement) le manque de place dans les logements accentue la tendance à la numérisation maison de bibliothèques personnelles. « Les gens prennent les choses en main parce que les éditeurs ne parviennent pas à satisfaire les besoins du marché », expliquait Toshihiro Takagi, analyste chez Impress R&D. (notre actualitté). 

Non seulement, la vente de matériel de coupe et de numérisation croît de plus en plus, mais une soixantaine d’entreprises sont apparues au Japon, qui proposent de numériser les livres papiers de particuliers pour une centaine de Yens en moyenne (soit environ 90 centimes d’euros le livre). 

L’association des éditeurs japonais a décidé d’envoyer un avertissement à ces entreprises. L’Association considère en effet que cette forme de numérisation relève du non-respect du droit d’auteur.

« Au Japon, la loi permet aux usagers de numériser des oeuvres protégées par un copyright à des fins personnelles et familiales cependant la reproduction ou l’achat d’une oeuvre achetée par un tiers nécessite l’autorisation de l’éditeur», expliquait Seichi Higuri. (notre actualitté)

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24576-jisui-numerisation-maison-japon-ebooks.htm

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Editions, librairies et bibliothèques numérisées | Commentaires fermés

1...678910
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar