Marie Darrieussecq raconte sa rentrée littéraire

Posté par Serge Bénard le 9 novembre 2011

 

08/11/2011 | 09H22

 

Marie Darrieussecq raconte sa rentrée littéraire dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. darrieussecq

 

Crédits photo:  Marie Darrieussecq par Marion Poussier

 

Elle a publié « Clèves » (P.O.L) ou l’initiation d’une ado aux garçons et au sexe.

 

 

 

“Editeurs et écrivains choisissent de publier un roman en septembre parce que tous espèrent un prix. Un prix, c’est du public et des traductions supplémentaires, c’est de l’argent, et dans le cas de certains jurys, c’est quand même le signe d’une reconnaissance de ses pairs. Quinze ans que je suis publiée, quinze ans que je suis sur les listes, quinze ans que je me passe de prix. Je suis “hors de prix”, ce qui est à la fois drôle, intrigant et agaçant. Sans prix, et pourtant toujours là, je finis par être un cas à part dans le paysage littéraire. Presque un cas social. Marguerite Duras a eu son prix (on croirait parler de chevaux ou de yaourts) à 70 ans.

Lirela suite : http://www.lesinrocks.com/livres-arts-scenes/livres-arts-scenes-article/t/72588/date/2011-11-08/article/marie-darrieussecq-raconte-sa-rentree-litteraire/

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

André Markowicz, auteur de traductions, illumine la littérature russe

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

 

Par Dominique Conil

 

André Markowicz, auteur de traductions, illumine la littérature russe  dans Rentrée littéraire automne 2011 © DR

Sur la couverture du livre, son nom figure tout en haut, et c’est justice. Avec Le Soleil d’Alexandre, André Markowicz nous donne une extraordinaire anthologie de la poésie romantique russe et le roman d’une génération brisée par la répression, celle des «décembristes». Markowicz est immense traducteur, c’est-à-dire un auteur. « Faire passer en français quelque chose de la culture russe », dit-il. Rencontre.

Publié dans Rentrée littéraire automne 2011, Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

Alexis Jenni, portrait de l’auteur en favori

Posté par Serge Bénard le 28 octobre 2011

Le Point.fr – Publié le 26/10/2011 à 19:34 – Modifié le 27/10/2011 à 20:39

« L’art français de la guerre » semble en mesure de coiffer au poteau les autres romans en lice pour les prix d’automne.

Alexis Jenni, portrait de l'auteur en favori

Le roman d’Alexis Jenni, « L’Art français de la guerre », fait partie des dernières sélections du Goncourt, du Renaudot et du Femina. © Alexandre Marchi / Maxppp

Trois mois bientôt qu’il engrange, à coup de fins jeux de mots, les critiques superlatives. Son nom s’y prête, il est vrai. « Le coup de Jenni », « La France a son Jenni » et autre « Portrait d’un Jenni tranquille » : dès la parution de L’art français de la guerre, début août, le Jenni en question (Alexis de son prénom) s’est classé parmi les grands favoris des récompenses d’automne, dont le bal s’ouvre jeudi avec le Grand Prix de l’Académie française. En lice simultanément pour le Goncourt, le Renaudot et le Femina, il faisait partie des premières sélections Médicis et Interallié. Pour un premier roman long de 640 pages et dont le titre sonne comme celui d’un traité du XVIIe siècle, même soutenu par Gallimard, ce début de palmarès intime le respect.

Lire la suite : http://www.lepoint.fr/livres/alexis-jenni-portrait-de-l-auteur-en-favori-26-10-2011-1389493_37.php

Publié dans Actualité - Événement, Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Rentrée littéraire – Les ombres de Kittur, Aravind Adiga

Posté par Serge Bénard le 19 octobre 2011

En 2008, Aravind Adiga obtient le Booker Prize pour son premier roman, Le tigre blanc, sombre portrait d’une Inde corrompue. L’année suivante, il publie Between the assassinations, traduit en français cette année sous le titre Les ombres de Kittur. Kittur, ville imaginaire d’Inde du Sud, où évoluent des personnages tous différents les uns des autres, entre 1984 et l’assassinat d’Indira Gandhi, et 1991 et celui de son fils Rajiv Gandhi.

Rentrée littéraire - Les ombres de Kittur, Aravind Adiga dans Actualité éditoriale, vient de paraître

Deux dates importantes dans l’histoire indienne contemporaine et qui marquent un tournant pour tout un peuple. Kittur n’existe pas, mais pourrait être n’importe quelle ville d’Inde, grouillante, sale, avec ses conflits religieux, ses castes, ses mille et uns dialectes. Les ombres de Kittur est à la fois un guide touristique, et un recueil de nouvelles.

Lire la suite : http://enlivrons-nous.com/2011/10/16/rentree-litteraire-les-ombres-de-kittur-aravind-adiga/


Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Le Bloc, Leroy au fond du Front

Posté par Serge Bénard le 17 octobre 2011

 

Olivier Maison – Marianne | Dimanche 16 Octobre 2011 à 16:01 | Lu 3216 fois

 

C’est le roman noir qui va électriser l’automne. Chronique d’une France en décomposition, plongée au coeur d’un parti qui ressemble à s’y méprendre au Front national, «le Bloc», de Jérôme Leroy, à paru le 6 octobre, explore sans interdits la psyché d’extrême droite.

Lire l’article : http://www.marianne2.fr/Le-Bloc-Leroy-au-fond-du-Front_a210985.html

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Rentrée littéraire : Scintillation de John Burnside

Posté par Serge Bénard le 17 octobre 2011

Rentrée littéraire : Scintillation de John Burnside dans Actualité éditoriale, vient de paraître scintillations-260x398Poète reconnu en Écosse, John Burnside s’était essayé avec succès au style romanesque avec « La maison muette ».

« Scintillation » , son nouveau titre paru dans la maison d’édition Métaillé est à la croisée de nombreux styles.

Lire la suite : http://madamedub.com/WordPresse3/?p=1650

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Entretien avec Fanny Saintenoy, « Juste avant »

Posté par Serge Bénard le 15 octobre 2011

ENTRETIEN AVEC FANNY SAINTENOY / JUSTE AVANT
15 OCTOBRE 2011

Fanny Saintenoy travaille au cabinet du Maire de Paris. “Juste avant” est son premier roman, qu’elle publie chez Flammarion.

MadameDuB.com : « Juste avant » est votre premier roman, qui témoigne d’évènements importants de votre vie. Qu’est ce qui a été premier chez vous, le besoin d’écrire un roman ou celui de témoigner de l’accompagnement d’une personne âgée vers la mort ?

Fanny Saintenoy : En fait j’ai toujours eu envie d’écrire, depuis que je suis petite, que j’ai quinze ans. Mais je sentais que pour pouvoir écrire réellement il me fallait en passer par coucher cette histoire sur le papier. Que je ne serais pas tranquille tant que je n’y serais pas arrivée. En fait les évènements dont je parle sont assez vieux, ils datent d’il y a dix ans ! J’avais commencé à écrire sur la vie de Juliette, déjà parce que son parcours est assez exceptionnel, et parce que je voulais faire quelque chose de beau avec toute cette douleur. J’avais commencé à écrire, avant qu’elle ne meure. Et puis elle est morte et je me suis interrompue. Je ne m’y suis remise que plus tard.

Lire la suite : http://madamedub.com/WordPresse3/?p=1757

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Entretiens, portraits, rencontres, interviews, Leur premier livre, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Vincent Almendros, petit nouveau prometteur aux éditions de Minuit

Posté par Serge Bénard le 13 octobre 2011

Mis à jour 13-10-2011 09:01

Vincent Almendros

Vincent Almendros Photo : Florian Kuhn

 

« Ma chère Lise » (Minuit) est le premier roman de cet auteur de 33 ans. Une romance pas si simple qu’elle en a l’air, où l’on distingue une petite musique fidèle à sa maison d’édition.

C’est un roman svelte, frais et secret comme l’héroïne dont il porte le nom. « Ma chère Lise », premier roman de Vincent Almendros, est la belle surprise de la rentrée des éditions de Minuit. Roman-romance, histoire simple en apparence d’un jeune professeur particulier amoureux de son élève de 16 ans.

Lire la suite : http://www.metrofrance.com/culture/vincent-almendros-petit-nouveau-prometteur-aux-editions-de-minuit/pkjl!CFPxJlxjoh8bNtEIy1TIQ/

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs, Leur premier livre, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Lu pour vous – Le corps immense du président Mao, de Patrick Grainville

Posté par Serge Bénard le 13 octobre 2011

A la découverte de Shenzhen, ville chinoise à multiples facettes

Par Jean-Rémi Barland (Lire), publié le 12/10/2011 à 11:

Patrick Grainville décrit la violence de la société chinoise et la complexité des hommes.

Un livre de Patrick Grainville, c’est d’abord l’expression d’un style foisonnant, parfois lyrique, souvent baroque, nourri de longues phrases luxuriantes d’où émergent d’innombrables adjectifs. C’est également une fiction épicurienne qui, véritable éloge du corps féminin, s’impose au fil des chapitres comme une réflexion esthétique sur les rouages de la création. Au centre des intrigues situées en général loin de Paris, on trouve la plupart du temps des personnages en crise incarnant l’art sous toutes ses formes, et principalement le monde de la peinture.

Aussi demeure-t-on surpris, pour cette fois, par la forme assez sobre qu’utilise Patrick Grainville tout au long du récit de son nouveau roman.

Lire la suite : http://www.lexpress.fr/culture/livre/a-la-decouverte-de-shenzhen-ville-chinoise-a-multiples-facettes_1039676.html

Le corps immense du président Mao

Le corps immense du président Mao


Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Lu pour vous, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Rentrée littéraire chez Gaïa Éditions

Posté par Serge Bénard le 12 octobre 2011

bandeaurentree.jpeg

 

Fils de la Providence (NE)


de
 Herbjørg Wassmo

Roman traduit du norvégien par Luce Hinsch

ISBN: 978-2-84720-204-5

format 13×22 – 24 €

sur papier Munken Premium Cream (FSC)

Collection Catalogue Général

Septembre 2011

fils-de-la-providence_bd

Source : http://www.gaia-editions.com/index.php?option=com_content&view=article&id=465:fils-de-la-providence-tome-i&catid=12&Itemid=6

Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

12345...23
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar