Brouillon pour un dictionnaire des amantes

Posté par Serge Bénard le 13 juillet 2011

Brouillon pour un dictionnaire des amantes dans Classiques et/ou rééditions

 

© dr

 

Assez ironiquement, c’est pile au moment où, de tribunes en chroniques, se seront écharpées tenantes et tenants d’un féminisme dit à la française ou d’un féminisme dit à l’américaine, sans même mentionner la lecture des manuels scolaires via Christine Boutin que reparaît, via les Cahiers rouges de Grasset, ce « Brouillon pour un dictionnaire des amantes », signé Monique Wittig et Sande Zeig, ouvrage imparfait, rieur, pourvoyeur de mythologie, et brillamment préfacé par Anne F. Garreta. Les voies de l’insolence…

 

Lire la suite : http://blogs.mediapart.fr/edition/bookclub/article/120711/brouillon-pour-un-dictionnaire-des-amantes

Publié dans Classiques et/ou rééditions, Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations | Commentaires fermés

Le Moine : quand l’église fout les jetons !

Posté par Serge Bénard le 13 juillet 2011

Avec la sortie du Moine de Dominik Moll, nous ne résistons pas, nous non plus, à la tentation. Aussi, montons à la chaire pour prendre de la hauteur, et exorcisons les nonnes concupiscentes et autres moines défroqués du cinéma.

Par Yann LARGOUËT - 

11 juillet 2011 - 0 commentaire(s)

Petit séminariste deviendra grand: les premiers films du genre.
Habemus monachus, nous avons un nouveau moine! 40 ans après la première adaptation faite par Adonis Kyrou, sur un scénario de Luis Buñuel et Jean-Claude Carrière (s’il vous plaît!) Le Moine de Matthew Lewis revient agiter son crucifix sur nos pieux écrans. Un nouvelle adaptation signée Dominik Moll avec Vincent Cassel. Bien que souffrant de la rationalité obtuse propre à notre époque, conduisant à traiter avec un certain dédain et une suffisance certaine l’essence même du genre, les films d’Eglise, nous les baptiserons naïvement de la sorte, peuvent toutefois s’enorgueillir d’une place de choix au sein du cinéma de genre.

Lire la suite : http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/dossiers/le-moine-quand-l-eglise-fout-les-jetons-6573139-760.html

Publié dans Adaptations, préquelles, cinéma, télévision, etc., Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Istanbul vue par Lamartine

Posté par Serge Bénard le 13 juillet 2011

Istanbul vue par Lamartine dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. 130711_lamartineAprès avoir visité Rome en compagnie de Chateaubriand, Alger avec Maupassant, Le Caire avec Nerval et Athènes avec Lamartine, nous poursuivons aujourd’hui notre escapade littéraire sur les pas du poète romantique.

Après son départ de France, le 11 juillet 1832, le poète poursuit son périple vers La Valette (22 juillet), Athènes où il ne passe que quelques jours) , Rhodes (24 août), Beyrouth (6 septembre), Jérusalem (28 octobre), Damas (2 avril 1833), avant d’arriver à Constantinople (Istanbul) en juin-juillet 1833.

Lire la suite : http://lecture.cafeduweb.com/lire/12861-istanbul-vue-par-lamartine.html

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions | Commentaires fermés

La Bible de Souvigny sur Internet

Posté par Serge Bénard le 8 juillet 2011

MOULINS JEUDI 7 JUILLET 2011 – 14:52

Page par page, l’ensemble des fonds patrimoniaux de la médiathèque communautaire sont en cours de numérisation. Les écritures saintes de Souvigny viennent d’être scannées.

145244915jpg300x235.jpeg

Les deux moines copistes ont mis deux ans à élaborer cette bible au XIIe siècle. Les deux prestataires de la société Arkhenum auront mis cinq jours à la numériser.

Lire la suite : http://www.lamontagne.fr/editions_locales/moulins/la_bible_de_souvigny_sur_internet@CARGNjFdJSsBHh0FBBs-.html

 

Publié dans Classiques et/ou rééditions, Editions, librairies et bibliothèques numérisées, Patrimoine culturel, patrimoine écrit, Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc. | Commentaires fermés

Vu sur AbeBooks – Livres publiés à titre posthume

Posté par Serge Bénard le 29 juin 2011

En 2004, le jury du Prix Renaudot récompense Suite française d’Irène Némirovsky, roman publié à titre posthume, faisant exception à la règle de récompenser des écrivains de leur vivant. S’agissant des deux premiers tomes d’une saga inachevée relatant l’exode de juin 40, ce roman est parvenu à nous grâce aux deux filles de l’auteur, victime des camps de la mort.

Après la mort d’un écrivain, il est assez courant que son éditeur ou son entourage termine l’œuvre inachevée et la fasse publier, parfois contre les dernières volontés de ce dernier, ou qu’ils fouillent ses tiroirs en quête d’un quelconque manuscrit qui leur permettrait de perpétuer sa mémoire, tout comme les ventes. Ainsi, certains écrits jugés mauvais et délaissés par leurs auteurs peuvent par ces démarches devenir des bestsellers incontournables, tel le Journal qu’Anne Franck, comme son titre l’indique, voulait garder secret mais qui devint grâce à son père l’un des témoignages les plus touchants de la Seconde Guerre Mondiale.Voici ici une sélection d’ouvrages qui, publiés à titre posthume, perpétuent la mémoire de leurs auteurs …

 

nemirovskysuitefrancaise.jpg
Suite française
Irène Némirovsky
Décédée en 1942, son roman ne sera publié qu’en 2004 et obtiendra le Prix Renaudot à titre posthume.

radiguetbalcomteorgel.jpg

Le bal du Comte d’Orgel
Raymond Radiguet
Deuxième et dernier roman publié en 1924, quelques mois après la mort de son auteur aussi prodique que précoce.


larssonmillenium.jpg

Millénium
Stieg Larsson
Avant son décès en 2004, Larsson avait pour projet d’écrire jusqu’à 10 tomes. La fameuse trilogie fut publiée de 2005 à 2008.

proustrecherche.jpg

À la recherche du temps perdu
Marcel Proust
Publiés de 1913 à 1927, les trois derniers tomes sont publiés à titre posthume après le décès de l’auteur en 1922.

zweigivressemetamorphose.jpg

Ivresse de la métamorphose
Stefan Zweig
Roman inachevé publié en 1982, soit 40 ans après la mort de l’auteur.

Lire la suite : http://www.abebooks.fr/livres/livres-posthume.shtml

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Classiques et/ou rééditions, Sélections | Commentaires fermés

« Les classiques rouges » tournent une page grâce à leur réimpression

Posté par Serge Bénard le 26 juin 2011

« Les classiques rouges » tournent une page grâce à leur réimpression dans Classiques et/ou rééditions 0019b91ec9810f70f32e02 

Les livres illustrés, très appréciés par des millions de lecteurs pendant les trente premières années de la nouvelle Chine, réapparaissent au XXIe siècle en format papier et en format numérique.

Un total de 170 « classiques rouges » illustrés récemment publiés sont maintenant disponibles en librairie dans tout le pays, a déclaré Chang Ruji, président de China Fine Arts Publishing House, un acteur clé du projet.

Pour le 90e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC), le géant de l’édition s’est associé à 18 autres sociétés d’édition de beaux-arts au niveau municipal et provincial pour collaborer à la conception et publication des livres anciens illustrés les plus appréciés sur les figures révolutionnaires de l’histoire chinoise moderne et l’histoire du PCC.

Lire la suite : http://french.china.org.cn/culture/txt/2011-06/26/content_22860972.htm


Publié dans Classiques et/ou rééditions | Commentaires fermés

Stupeur et tremblements/Les myrtilles

Posté par Serge Bénard le 25 juin 2011

Récit d’un harcèlement moral d’une jeune française dans une grande entreprise japonaise, récit d’une fascination aussi entre « maître » et « esclave », Stupeur et tremblements reste un de mes romans préférés d’Amélie Nothomb , qui n’est jamais aussi bonne que quand elle parle d’elle même, à mon avis.
En soutien aux victimes du tremblement de terre du 11 mars 2011, l’auteure et le livre de poche ont décidé de ressortir ce livre et de lui adjoindre une nouvelle inédite, Les myrtilles

 dans une édition à ne rater sous aucun prétexte.amélie nothomb,japonamélie nothomb,japon
D’abord parce que l’intégralité des bénéfices sera versé à l’association Médecins du monde mais aussi parce que tout dans cet objet est parfait: le coffret de carton avec ses impressions différentes recto et verso ,avec ses découpes laissant apparaître d’un côté le titre du roman et de l’autre celui de la nouvelle.

Lire la suite : http://www.cathulu.com/archive/2011/06/24/stupeur-et-tremblements-les-myrtilles.html

Publié dans Actualité - Événement, Associations, syndicats, fondations, académies, clubs, , Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions | Commentaires fermés

Les plus grands romans de Simenon en vente avec Le Monde à partir d’aujourd’hui

Posté par Serge Bénard le 16 juin 2011

Le quotidien Le Monde propose jusqu'au 27 octobre à ses lecteurs une série de vingt ouvrages regroupant soixante des plus grands romans de Georges Simenon, choisis et commentés par Pierre Assouline, directeur de la collection.  (c) Afp Le quotidien Le Monde propose jusqu’au 27 octobre à ses lecteurs une série de vingt ouvrages regroupant soixante des plus grands romans de Georges Simenon, choisis et commentés par Pierre Assouline, directeur de la collection. (c) Afp

Le quotidien Le Monde propose jusqu’au 27 octobre à ses lecteurs une série de vingt ouvrages regroupant soixante des plus grands romans de Georges Simenon, choisis et commentés par Pierre Assouline, directeur de la collection.

Cette collection « Le Monde de Simenon » réunit dans chaque volume trois romans, regroupés sous une thématique. Le romancier et journaliste Pierre Assouline, biographe du père du commissaire Maigret, éclaire en fin de volume l’auteur ou son oeuvre, précise Le Monde dans un communiqué.

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

Charles-Louis Philippe, un écrivain « populiste »

Posté par Serge Bénard le 15 juin 2011

 

Eric Conan – Marianne | Mardi 14 Juin 2011 à 18:01 |

 

Avant d’être utilisé par les élites pour déconsidérer la parole du peuple, le terme « populiste » désignait le style littéraire adopté par les écrivains en marge des salons académiques. Eric Conan nous invite à (re)découvrir l’un d’entre eux, Charles-Louis Philippe, au travers d’une réédition et d’un hommage qui lui sont consacrés chez Gallimard.

 

(Livres - Wikimedia - Heurtelions)

(Livres – Wikimedia – Heurtelions)

 

Il fut un temps où le terme « populiste » ne servait pas à déconsidérer tous ce que les élites ne supportent plus chez les couches populaires qu’elles ont abandonnées. Il désignait un style littéraire s’intéressant à l’univers des humbles et dont les personnages, malgré un contexte social difficile, étaient crédités de valeurs et de sentiments universels. Un Prix du Roman populiste fut d’ailleurs créé en 1931 pour distinguer chaque année « un livre dont le peuple est le héros » afin de s’opposer à la littérature des salons académiques alors incarnée par Henry Bordeaux. Le Prix du roman populiste sera accordé, entre autres, à Eugène Dabit, Jules Romains, Louis Guilloux et Jean-Paul Sartre. Il s’agissait encore de défendre l’accès du peuple à la culture et à l’autonomie, tant contre le mépris bourgeois que les dogmes de la littérature prolétarienne.

Lire la suite : http://www.marianne2.fr/Charles-Louis-Philippe-un-ecrivain-populiste_a207319.html#   


La Mauvaise fortune. Charles-Louis Philippe, par Bruno Vercier, Gallimard, 224 p., 19,80 Euros
Croquignole, par Charles-Louis Philippe, Gallimard, 174 p., 6,90 Euros.

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions | Commentaires fermés

Carlo Ginzburg dans la forêt de la tradition littéraire

Posté par Serge Bénard le 14 juin 2011

LAURENCE GIAVARINI

Carlo Ginzburg, Le Fil et les traces. Vrai faux fictif [Il Filo e le tracce, Milan : Feltrinelli, 2006], traduit de l’italien par Martin Rueff, Paris : Verdier, coll. « Histoire », 2010, 537 p., EAN 9782864326168.

 

Ce recueil d’articles parus entre 1988 et 2003 et d’inédits rendant compte de nombreuses communications internationales au moment de sa sortie en Italie, en 2006, affiche l’éclectisme des terrains parcourus par le grand historien italien Carlo Ginzburg. En revanche, le titre qui les rassemble propose l’hypothèse d’un fil conducteur — celui de la trace, une « méthode » exposée en 1986 dans Mythes emblèmes traces.Morphologie et histoire, traduit en français en 1989 et ressorti dans une édition revue chez Verdier, en 2010. L’ordre des articles rassemblés n’est pas chronologique, il ne correspond pas à celui de leur parution ou de leur rédaction, mais constitue une progression chronologique des « objets » — Montaigne avant Chapelain, Anacharsis avant Stendhal, Voltaire avant l’antisémitisme des années 1920 —, et propose un parcours sur le statut de la réalité et du vrai à l’intérieur d’une réflexion sur les conditions de production du discours historique : ainsi par exemple, le troisième article, consacré au Montaigne des « cannibales », date de 1993 (« III. Montaigne, les cannibales et les grottes ») et se situe avant l’article consacré à Chapelain (« IV. Paris 1647 ») qui date de 1992 et entend faire du xviie siècle un moment décisif dans l’évaluation de la fiction romanesque comme productrice du vrai.

Lire la suite : http://www.fabula.org/revue/document6398.php

Publié dans Classiques et/ou rééditions | Commentaires fermés

1...34567
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar