Des manuscrits de Bram Stocker trouvés dans un grenier

Posté par Serge Bénard le 17 octobre 2011


17/10//2011 | Fil des lettres

Un éditeur britannique publie des fragments des journaux de l’auteur de Dracula, retrouvés dans le grenier de l’un de ses descendants.

Lire la suite : http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=20190

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Inédits | Commentaires fermés

Pur Topor

Posté par Serge Bénard le 5 octobre 2011

05-10-11 à 11:34 par Leménager Grégoire 

Quinze ans après sa mort, l’auteur des «Mémoires d’un vieux con» reste un maître de l’humour noir. La preuve avec un inédit et deux chefs-d’oeuvre. 

Pur Topor dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. 2496090« Le locataire chimérique », par Roland Topor.

 

Roland TOPOR (1938-1997) était à la fois dessinateur, peintre, écrivain, poète, chansonnier, cinéaste… Collaborateur notamment du journal «Hara-Kiri», ce maître de l’humour noir est l’auteur de nombreux romans, nouvelles et pièces de théâtre comme «Portrait en pied de Suzanne», «Café Panique» ou «Batailles»(coécrit avec Jean-Michel Ribes). (c)ADAGP, Paris 2011.

 

Quelle allure aurait le XXe siècle sans Roland Topor? Une chose est sûre: il en aurait beaucoup moins. Il n’y a qu’à lire ses «Mémoires d’un vieux con» (1975), dont le vieux con de héros, ce zéro, raconte avoir couché avec Sarah Bernhardt, bu des coups avec Lénine, soufflé à Orwell l’idée d’un roman qui se passerait en 1984, papoté avec Lévi-Strauss et inventé le cubisme sous le nez de Picasso – qui lui a tout piqué.

Lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20110928.OBS1329/pur-topor.html

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Classiques et/ou rééditions, Inédits | Commentaires fermés

La main de Montaigne

Posté par Serge Bénard le 28 septembre 2011

par Bernard Sève [28-09-2011]

Domaine(s) : Philosophie

Mots-clés : philologie

 

On connaît, de Montaigne, les Essais et le Journal de voyage en Italie ; mais le philosophe a également laissé de nombreux textes manuscrits, notamment de riches annotations portées dans la marge de certains livres de sa bibliothèque. Montaigne manuscrit offre une édition diplomatique exhaustive de ces manuscrits, comportant deux inédits. Notre regard sur Montaigne s’en trouve enrichi et renouvelé.

Télécharger ce(s) document(s) :

Recensé : Alain Legros, Montaigne manuscrit, Éditions classiques Garnier, collection Études montaignistes, n° 55, 2010, 842 p., 89 reproductions photographiques.

Lire la suite : http://www.laviedesidees.fr/La-main-de-Montaigne.html


Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations, Inédits | Commentaires fermés

Un nouvel inédit du jeune Conan-Doyle

Posté par Serge Bénard le 26 septembre 2011


Élémentaire

Rédigé par Nathalie Gentaz, le lundi 26 septembre 2011 à 08h56
L’un des premiers romans d’Arthur Conan Doyle, The Narrative of John Smith, est publié aujourd’hui pour la première fois, 128 ans après son écriture, alors que le papa de Sherlock Holmes n’était âgé que  de 23 ans. (notre actualitte)

Le manuscrit a été acheté par la British Library pour près d’un million de £, rapporte The Independent. Il fait partie d’une collection de textes de particuliers, mis aux enchères depuis 2004.

Lire la suite :  http://www.actualitte.com/actualite/28561-conan-sherlock-doyle-library-narrative.htm

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits | Commentaires fermés

Sénégal – Senghor raconte sa vie de prisonnier dans un document inédit

Posté par Serge Bénard le 28 juillet 2011

Sénégal - Senghor raconte sa vie de prisonnier dans un document inédit dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. artoff82789clock dans Inédits 26/07/2011 19:38 GMT

Dakar, 26 juil (APS) - Léopold Sédar Senghor (1906-2001), président de la République du Sénégal de 1960 à 1980, raconte dans un document inédit comment il fut logé, nourri et soigné au moment de sa détention par les Allemands, de 1940 à 1942, en pleine Seconde Guerre mondiale.

‘’La nourriture était particulièrement insuffisante et peu variée. Nous avons un pain pour cinq parfois pour six [détenus]. Nous avons de la soupe le matin et le soir, mais quelle soupe ! Une poignée de riz dans un liquide plus ou moins coloré et salé’’, raconte Senghor dans un document inédit publié dans le dernier numéro de l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique.

Lire la suite : http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=82789

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits | Commentaires fermés

2 inédits d’Edmond Rostand : Lettres a sa fiancée

Posté par Serge Bénard le 27 juin 2011


LE GANT ROUGE
Deux documents sur la jeunesse de Rostand !
Le Gant rouge, LA TOUTE PREMIÈRE PIÈCE D’EDMOND ROSTAND, ÉTAIT RÉPUTÉE PERDUE. Les biographes se bornaient à en mentionner l’existence, sans jamais avoir pu la lire… Rostand attendait beaucoup de sa pièce : elle fut jouée deux semaines et malmenée par la critique. L’écrivain, profondément blessé, n’écrira plus jamais de théâtre en prose ! Il fait disparaître son œuvre ; s’oppose à une reprise en 1903. Et fuit à jamais ses premiers rêves de triomphe.
Miraculeusement redécouverte par Michel Forrier aux Archives de France, la pièce mystérieuse connaît ici sa toute première édition. Proche de la folie contagieuse d’un Feydeau ou d’un Labiche, ce vaudeville allègre, se déroulant au Musée Grévin, témoigne du talent d’un tout jeune homme de vingt ans qui ambitionne de devenir une « des futures gloires de la France » !

Lire la suite : http://www.lebibliophile.com/dpRostand.pdf

 


Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits | Commentaires fermés

Giono inédit

Posté par Serge Bénard le 18 juin 2011

17-06-11 à 18:12

«Le Noyau d’abricot et autres contes», sur lesquels Jean Giono s’est fait la main vers 1923-24, n’avaient jusqu’alors été publiés que dans différentes revues. Ils sont aujourd’hui rassemblés en un petit recueil. 

 

Jean Giono (1895-1970). (c) J.C.& D. Pratt-Photononstop-AFP

Jean Giono (1895-1970). (c) J.C.& D. Pratt-Photononstop-AFP

 

On ne devient pas du jour au lendemain un des plus grands écrivains de son siècle. La preuve avec ces quatre petits contes orientalistes, sur lesquels l’employé d’une banque de Manosque s’est fait la main vers 1923-24, et qui n’avaient jusqu’alors été publiés que dans différentes revues. On y sent, déjà, le goût de Giono pour les récits emboîtés, et cette prose presque grasse qui oblige à ralentir la lecture en poussant la grammaire dans ses retranchements ou en imposant, soudain, une image insolite.

 


 Lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110616.OBS5282/giono-inedit.html

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits | Commentaires fermés

Publication inédite du journal du Che sur ses années de guérilla dans la Sierra Maestra

Posté par Serge Bénard le 14 juin 2011

Le journal d’Ernesto Che Guevara, écrit pendant la campagne dans la Sierra Maestra, avant la révolution cubaine de 1959, devait être publié pour la première fois mardi 14 juin à Cuba, ont annoncé lundi les éditeurs. Le Journal d’un combattant recueille, selon la quatrième de couverture, « des moments uniques de la lutte armée à Cuba, depuis l’arrivée du yacht Granma«  le 2 décembre 1956 sur la côte avec 82 révolutionnaires à bord, jusqu’au triomphe de la révolution dirigée par Fidel Castro.

« Le témoignage humain de grande valeur qui ressort de sa lecture permet d’approcher les perceptions du Che sur la réalité de l’île, sa culture, son identité et le contexte politique », ajoute le texte de présentation du livre édité par la maison australienne Ocean Press-Ocean Sur. Cette dernière a travaillé main dans la main avec le Centre d’études Che Guevara dirigé par la veuve du guérillero, Aleida March.

Lire la suite : http://abonnes.lemonde.fr/ameriques/article/2011/06/13/publication-inedite-du-journal-du-che-sur-ses-annees-de-guerilla-dans-la-sierra-maestra_1535681_3222.html

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Inédits | Commentaires fermés

Un inédit de jeunesse de Conan Doyle pour l’automne

Posté par Serge Bénard le 8 juin 2011


Trois ans avant la première aventure de Sherlock Holmes…

Rédigé par Clément S., le mardi 07 juin 2011 à 11h08


Et un inédit de plus, pourrait-on dire, puisqu’en cette année 2011, nombre d’auteurs auront été redécouverts, à titre posthume, dans des ouvrages oubliés, inconnus ou tout simplement inédits.

Après 130 années d’absence, le papa de Sherlock Holmes reviendra à l’automne, avec The Narrative of John Smith, un texte de jeunesse, écrit alors qu’il avait 23 ans, quelques années avant le début de la grande aventure du détective de Baker Street.

C’est un récit simple, où un homme d’une cinquantaine d’années, cloué par la goutte à son domicile balaye sa société, et évoque son temps, ses goûts, ses pensées, ses réflexions, au cours de conversation avec des visiteurs.

150 pages, avec un léger halo de mystère, explique Rachel Foss, conservatrice en chef des manuscrits modernes à la British Library. « Il l’a écrit entre 1883 et 1884, quand il a tenté de s’établir dans sa profession de médecin et d’écrivain. Il l’a envoyé à un éditeur, mais le manuscrit s’est perdu et a alors décidé de le réécrire de mémoire. Le manuscrit que nous avons est le roman reconstitué de tête, et s’arrête au chapitre six. » De là les 150 pages.

Lire la suite :  http://www.actualitte.com/actualite/26532-conan-doyle-texte-jeunesse-inedit.htm

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits, Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Le trésor caché de Stevenson

Posté par Serge Bénard le 1 juin 2011

Le trésor caché de Stevenson

| Photo Ch. Beulze

 

Paru dans Match

Le spécialiste de l’écrivain écossais a retrouvé un roman inédit du père de «L’île au trésor». Et l’a achevé. Hommage ou sacrilège littéraire?

Valentine de Panafieu – Paris Match

Paris Match. Comment avez-vous déniché le manuscrit de “La malle en cuir ou la société idéale”?

Michel Le Bris. Un vrai jeu de piste! Dans les années 90, en pleine préparation d’une biographie sur Stevenson, j’ai trouvé une lettre dans laquelle il annonçait l’écriture de ce roman. Personne n’y avait prêté attention, car Stevenson était un habitué des essais avortés… Ma première piste m’a conduit à l’université de Yale, où je n’ai retrouvé que huit pages de brouillon. L’autre partie du roman avait été vendue aux enchères en 1915 à un fonds Stevenson. Et c’est à la Huntington Library de Californie, la plus grande bibliothèque privée au monde, que j’ai finalement retrouvé le manuscrit… qui dormait tranquillement sur une étagère, sans que personne ne le sache!

Avez-vous rencontré des obstacles juridiques à sa publication?

Pour entrer dans le domaine public, un livre doit déjà avoir été imprimé. Or, celui de Stevenson était à l’état de manuscrit. Il a donc fallu retrouver les ayants droit: Gallimard a passé un contrat avec les héritiers de Stevenson pour l’édition du livre, qui étaient trop contents d’apprendre son existence.

Pourquoi Stevenson n’avait-il pas terminé ce roman?

Il y a un Stevenson avant et un après son séjour en Californie, où il part, à 29 ans, retrouver sa future femme, Fanny Osbourne, de dix ans son aînée, déjà mère de deux enfants. Ses années de jeunesse bohémienne, avec des peintres comme à Barbizon, sont finies. Le Stevenson qui revient, marié, père de famille, enchaînant les chefs-d’œuvre, est un autre. Terminer ce roman n’a alors plus de sens pour lui.

Lire la suite ; http://www.parismatch.com/Culture-Match/Livres/Actu/Le-tresor-cache-de-Stevenson-296779/

L’ÎLE DES IDÉALISTES

«Sonnez tambours, résonnez trompettes, je suis embarqué sur — trompettes, tambours – un roman!» écrivit Stevenson à l’âge de 27 ans, annonçant avec enthousiasme «La malle en cuir ou la société idéale». Plus d’un siècle après, Michel Le Bris termine ce premier roman inachevé: une bande de jeunes et joyeux lurons écossais, à la recherche d’une mystérieuse malle en cuir. Au fil des pages se dessinent les paysages écossais et les mers déchaînées, où s’enchaînent les aventures périlleuses et extravagantes de jeunes sociétaires idéalistes. Une fiction dans laquelle l’écrivain sème avec humour des éléments autobiographiques: un souvenir de l’île où il passait ses vacances, la rencontre avec un bouc, et même le bateau dans lequel il alla jusqu’au cap de la Colère. Comme ses héros, Stevenson rêvait de l’île des Navigateurs, située dans les mers du Sud. C’est d’ailleurs à Samoa qu’il termina sa vie.

«La malle en cuir ou la société idéale», de Robert Louis Stevenson, éd. Gallimard, 300 pages, 21 euros.

 

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Inédits | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar