Format et imposition : deux notions bien distinctes

Posté par Serge Bénard le 18 août 2011

JEUDI 18 AOÛT 2011

Bonjour,

Aujourd’hui un petit article d’un tout autre ordre, afin de bien faire distinguer la différence entre le format et l’imposition. Il arrive que des libraires, quelquefois très bien établis, ne sachent pas faire la différence entre les deux et vous diront que tel livre est au format in-8.

Cette expression format in-8 est un non-sens. En effet, in-8 est une imposition qui ne définit nullement un format. Cette dérive vient certainement du fait que lorsqu’on annonce un in-folio, un in-8 ou un in-12 du XVIIIème ou plus ancien, le format est quasiment toujours le même, à peu de chose près, alors que le XIXème et surtout le XXème a beaucoup joué sur les papiers (même si on voyait déjà au XVIIIème des in-12 du même format que les in-8).

Lire a suite : http://entraidebibliophile.blogspot.com/2011/08/format-et-imposition-deux-notions-bien.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Imprimerie, imprimeurs, Papier, papier électronique | Commentaires fermés

Catalogue des livres de droit de Prault Père – 1762

Posté par Serge Bénard le 2 août 2011

août 1st, 2011 § 2 commentaires

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous le catalogue des livres de droit proposés en 1762 par  Prault Père (Pierre Prault), établi « quay de Gêvres » (quai de Gesvres) sous l’enseigne du Paradis.

Lire la suite : http://bibliomab.wordpress.com/2011/08/01/catalogue-des-livres-de-droit-de-prault-pere-1762/

Publié dans Expertise, estimations, cotations, catalogues, Imprimerie, imprimeurs, Librairies, libraires | Commentaires fermés

Territoire de Belfort – La bibliothèque met en lumière les premiers livres imprimés

Posté par Serge Bénard le 23 juillet 2011

Le 22/07/2011 à 05:00 par Dominique LhommeExposition La bibliothèque met en lumière les premiers livres imprimés

La bibliothèque a sorti son fonds de livres anciens, des incunables ainsi que sa collection de livres du XVI e siècle. Photo Dominique Lhomme

La bibliothèque a sorti son fonds de livres anciens, des incunables ainsi que sa collection de livres du XVI e siècle. Photo Dominique Lhomme

La bibliothèque des 4As accueille actuellement une très belle exposition régionale intitulée « Le siècle de Gutenberg, voyage au temps des premiers imprimeurs ».

Depuis le début des vacances scolaires, la bibliothèque municipale accueille plus de lecteurs que d’habitude, sans doute en raison du mauvais temps. 

Lire :  http://www.lepays.fr/territoire-de-belfort/2011/07/22/la-bibliotheque-met-en-lumiere-les-premiers-livres-imprimes

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Imprimerie, imprimeurs | Commentaires fermés

L’impression à la demande révolutionne l’imprimerie

Posté par Serge Bénard le 9 juillet 2011

08/07/2011 | 11:40 | David Barroux

Impulsé par la littérature traditionnelle,séduite par l’autoédition, le phénomène de l’impression à la demande gagne le monde de la BD.

Le Web n’a pas le monopole de l’innovation. Chez les imprimeurs aussi, la déferlante numérique change la donne. Fini l’époque des cycles longs et des commandes massives. Désormais, les imprimeurs savent produire vite et à l’unité. Chez Jouve, un imprimeur qui a réussi à prendre le virage du digital, le « print on demand » est désormais un vrai business, en croissance de 30 % par an. La demande a d’abord été tirée par l’autoédition de romans traditionnels. C’est maintenant la BD qui s’y met, depuis que Jouve peut utiliser les techniques ayant fait leurs preuves pour les albums photos pour imprimer de la bande dessinée.

 

Lire la suite : http://blogs.lesechos.fr/echosbd/l-impression-a-la-demande-revolutionne-l-imprimerie-a6213.html

Publié dans Auto-édition, micro-éditeur, compte d'auteur, Edition numérique, éditon en ligne, Imprimerie, imprimeurs | Commentaires fermés

Imprimeries : tout et n’importe quoi

Posté par Serge Bénard le 8 juillet 2011

(08/07/11)
Dans mes recherches d’imprimeur, j’ai de tout au niveau des devis. Pour un même titre, les prix vont du simple au triple.

Lire la suite : http://www.docteur-watson.com/juillet-2011.html

Publié dans Imprimerie, imprimeurs, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Dole : un imprimeur de la fin du XVIe siècle

Posté par Serge Bénard le 23 juin 2011

mercredi 22 juin 2011

dole2.jpg
« Et maintenant ils pourront estancher leur soif à la fontaine de Dole »: un imprimeur de la fin du XVIe siècle à propos de son installation
Dole est une ville d’importance relativement moyenne, mais qui réunit du XVe au XVIIe siècle un certain nombre d’institutions propres à une capitale, et donc susceptibles d’alimenter les activité de l’écriture et du livre. En tant que capitale de la Comté de Bourgogne (alias la Haute-Bourgogne, par-delà la Saône), Dole abrite en effet l’université, le Parlement et l’administration centrale de la Comté, la Monnaie, outre bien évidemment le Magistrat municipal, etc. Les maisons des Capucins et le Collège Saint-Jérôme, la présence de juristes et d’administrateurs, mais aussi d’une bourgeoisie négociante active, sont autant d’éléments qui expliquent la précocité et la profondeur de la civilisation livresque.
Cette richesse n’est pas nécessairement corrélée avec l’installation d’une ou de plusieurs imprimeries actives: comme dans le nord de la France actuelle, il est très facile de se procurer des imprimés en Suisse (Bâle…), en Allemagne du Sud et en Alsace (Strasbourg), à Lyon, voire à Paris, de sorte que Dole ne connaît au XVe siècle qu’un atelier épisodique: celui de Peter Metlinger, qui y donne une importante édition des Coutumes de Bourgogne en 1490.

Lire la suite : http://histoire-du-livre.blogspot.com/

Publié dans Imprimerie, imprimeurs, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Imprimer, ou ne pas imprimer de livres

Posté par Serge Bénard le 27 mai 2011

Le métier et ses apories

Rédigé par Aurelie Vasseur, le vendredi 27 mai 2011 à 08h37

L’auteur à succès Michael Levin a mis en exergue les éléments qui rendent peu rentable le métier d’éditeur, exonérant les concurrents numériques de la responsabilité de la disparition du livre imprimé. (via Forbes)

Ayant écrit huit livres classés parmi les meilleures ventes, il a changé une dizaine de fois d’éditeurs : Simon & Schuster, Random House, St. Martin’s Press, Beacon Press, Penguin, Putnam/Berkley , Wiley, entre autres.

Après des études juridiques, il fut membre pendant plusieurs années de l’Authors Guild Council («la Guilde des Auteurs»), où il s’était investi dans la défense de la liberté d’expression, des droits d’auteurs, ainsi que dans la revendication de contrats équitables. Il fut également trésorier de la Fondation de la Guilde des Auteurs.

Michael Levin, l’œil d’un homme d’affaires

Selon Michael Levin, l’édition est une structure obsolète, qui n’a survécu qu’en l’absence de concurrent sérieux : « Si le livre disparaît, les éditeurs doivent s’en prendre à eux-mêmes ! »

Imprimer, ou ne pas imprimer de livres dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. v-18621Les lecteurs trouveraient leur avantage dans l’édition numérique, car ils dépenseraient moins d’argent pour acheter des livres sur la Toile. Ils feraient en ligne cinq fois moins d’achats qu’en librairie. De plus, il existe de nombreux livres numériques gratuits. Les lecteurs ne seraient plus contraints d’acheter le livre entier, alors qu’ils souhaiteraient en lire un chapitre !

Les auteurs préféreraient aussi le numérique, car ils diffuseraient leurs livres plus efficacement en les publiant eux-mêmes sur la Toile. (notre actualitté)

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/26327-edition-papier-couts-marche-etude.htm

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs, Imprimerie, imprimeurs, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

États-Unis – Impression à la demande, directement en librairie

Posté par Serge Bénard le 17 mai 2011

Les indépendants auront une arme supplémentaire. Enfin, certains…

 

Rédigé par Clément S., le lundi 16 mai 2011 à 18h15

La présence, dans certaines librairies indépendantes des États-Unis, d’une grosse machine qui fait un peu de bruits, et vous imprime un livre neuf en une dizaine de minutes devrait se généraliser un peu, depuis la signature d’un accord entre l’American Bookseller Association et la firme On Demand Books.

Dans un communiqué de presse, on apprend en effet qu’au terme de cet accord, les librairies membres de l’ABA pourraient disposer d’une Espresso Book Machine, permettant d’imprimer les livres indisponibles ou épuisés. Avec la permission des éditeurs, bien évidemment…

États-Unis - Impression à la demande, directement en librairie dans Auto-édition, micro-éditeur, compte d'auteur v-5696

La réalisation du livre est instantanée, ou presque, et on peut imprimer un ouvrage dans n’importe quelle langue – d’autant plus, explique le communiqué des deux organismes, que ce procédé est bien plus économe en matière première que l’impression traditionnelle. (voirRadar O’Reilly)

Le hic, c’est que la machine a tout de même un coût certain, voire un certain coût, difficile à assumer pour une petite structure. 

Si dans l’idée, le projet a du bon, la réalisation sera un peu plus délicate. Après tout, le principe de l’impression à la demande est de ne créer un livre papier que s’il est acheté, et par là même, de rendre obsolètes les notions de stock et de transport. En théorie du moins.


Image de prévisualisation YouTube

Source : http://www.actualitte.com/actualite/26118-imprimer-livre-achat-librairie-demande.htm

Publié dans Auto-édition, micro-éditeur, compte d'auteur, Imprimerie, imprimeurs, Librairies, libraires | Commentaires fermés

Lu pour vous – Futura, une gloire typographique, par Alexandre Dumas de Rouly et Michel Wlassikoff

Posté par Serge Bénard le 12 mai 2011

Alexandre Dumas de Rouly et Michel Wlassikoff

Parmi les polices qui ont marqué l’histoire de la typographie, il occupe une place de premier plan, à côté du Garamond, du Times ou du Frutiger. Le Futura, conçu par le peintre allemand Paul Renner dans les années vingt, est l’un des plus célèbres caractères sans empattement, dans la brèche ouverte par le Caslon dès 1816. L’ouvrage décrit son extraordinaire expansion, dans la période qui vit à la fois l’effervescence créatrice du Bauhaus et la répression hitlérienne. Grâce à l’implantation internationale de la fonderie Bauer qui le produit (elle possède des ateliers à Barcelone et New York), ce « caractère pour notre temps » franchira les frontières. Il sera repris dans les magazines Vu et Casabella, les affiches de Jean Carlu, plus tard dans les campagnes publicitaires de Volkswagen ou des grands magasins italiens La Rinascente, qui oseront lui accoler le Bodoni. Stanley Kubrick lui rendra un hommage appuyé en l’utilisant abondamment dans 2001 Odyssée de l’espace


 Futura, une gloire typographique par Alexandre Dumas de Rouly et Michel Wlassikoff, Norma, 2011, 192 p., 45 €.

Source : http://www.artaujourdhui.info/l00464-futura-une-gloire-typographique.html

Futura, une gloire typographique - Alexandre Dumas de Rouly et Michel Wlassikoff


Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Arts graphiques, BD, illustrateurs, Imprimerie, imprimeurs, Lu pour vous, Typographie | Commentaires fermés

Tours (37) – Le musée de la typographie a déménagé

Posté par Serge Bénard le 25 avril 2011

22/04/2011

Muriel présente sa « Roue à livres ».Muriel présente sa « Roue à livres ». - (dr)

 

Tours (37) - Le musée de la typographie a déménagé dans Arts graphiques, BD, illustrateurs

 

La semaine passée, Muriel Méchin, animateur de l’association La typographie d’antan, était tout sourire, contrairement à la fin de l’année 2010 où il voyait le spectre de la fermeture du musée de la typographie se profiler à l’horizon de mars 2011.

Locaux plus spacieux

En effet, ce vendredi, c’était l’ouverture officielle du nouveau musée qui a trouvé des locaux plus spacieux au 13, rue Albert-Thomas à Tours, près de la cathédrale. A cette adresse, il retrouve un chiffre porte chance, comme lorsqu’il était au 13 rue des Cordeliers. Muriel a presque doublé la superficie de son exposition. On y retrouve toutes les presses, créations et histoires de la typographie qui ont fait le bonheur des visiteurs, étudiants, lycéens et écoliers de la région. Il propose également un espace pour les expositions d’artistes qui pourront venir présenter leurs travaux. En attendant, il présente sa dernière réalisation, une reproduction sommaire de la machine à lire de Agostino Ramelli, et il compte bien dans l’avenir réaliser à l’identique cette machine qui le fascine. Cet atelier musée fera partie des animations guidées du service du patrimoine de la ville de Tours, le 11 juin, à l’emplacement actuel et non au 1 rue Lamartine comme mentionné sur le dépliant « Laissez-vous conter Tours » proposé par Alain Devineau, adjoint à la mairie de Tours, qui a parrainé cette installation.

Le musée est ouvert tous les jours, sauf dimanches et lundis de 14 h à 18 h, et le matin sur rendez-vous. Association La typographie d’antan, musée de la typographie, tél. 02.47.38.93.25.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/ACTUALITE/Infos-Departementales/Le-musee-de-la-typographie-a-demenage

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Imprimerie, imprimeurs, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

12345...8
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar