• Accueil
  • > Expertise, estimations, cotations, catalogues

4e anniversaire de la mort de Driss Chraïbi

Posté par Serge Bénard le 1 avril 2011

Driss Chraïbi (15 juillet 1926 – 1er avril 2007) est un auteur marocain de langue française. Il a également fait des émissions radiophoniques pour France Culture. Driss Chraïbi est un écrivain qui est trop souvent réduit à son œuvre majeure Le Passé Simple, et à une seule analyse de ce livre : révolte contre le père sur fond d’autobiographie. Or, Driss Chraïbi aborde bien d’autres thèmes au cours d’une œuvre qui n’a cessé de se renouveler : colonialisme, racisme, condition de la femme, société de consommation, islam, Al Andalus, Tiers-Monde.

 unknown.jpeg

Œuvres
Le Passé simple, Gallimard, 1954
Les Boucs, Gallimard,1955
L’Âne, Denoël, 1956
De tous les horizons, Denoël, 1958
La Foule, Denoël, 1961
Succession ouverte, Gallimard, 1962
Un Ami viendra vous voir, Denoël, 1967
La Civilisation, ma Mère !…, Gallimard, 1972
Mort au Canada, Denoël, 1975
Une enquête au pays, Seuil, 1981
La Mère du printemps, Seuil, 1982
Naissance à l’aube, Seuil, 1986
L’Inspecteur Ali, Gallimard, 1991
Les aventures de l’âne Khâl, Seuil, 1992
Une place au soleil, Denoël, 1993
L’Homme du livre, Eddif – Balland, 1995
L’Inspecteur Ali à Trinity College, Denoël, 1995
L’Inspecteur Ali et la CIA, Denoël, 1996
Vu, Lu, Entendu, Denoël, 1998
Le Monde à côté, Denoël, 2001
L’homme qui venait du passé, Denoël, 2004

D’après Wikipédia.

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Expertise, estimations, cotations, catalogues, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Le cotbook ® ou comment coter son livre ancien sans soucis !

Posté par Serge Bénard le 1 avril 2011

Le cotbook ® ou comment coter son livre ancien sans soucis ! dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables

Il ne reste plus qu’à mettre la cote ;-) )

 

Tout le monde sait (maintenant) que l’on ne doit pas coller de code-barre sur un livre ancien ou encore scotcher le bas du dos pour y installer une étiquette pour la cote du livre ;-) ). La société Cotbook propose aux « maniaques » du classement le Cotbook®, signet de forme atypique et souriant (voir ci-dessous) avec son petit bec sur le côté gauche. Il se place entre deux feuilles (fixation qui évite le cisaillement des pages) et son échancrure de coiffe épouse la forme du livre sans problème. Il ne vous reste plus qu’à mettre la cote en haut à gauche et autres informations de votre choix (code-barre par exemple, titre…). Avantages : pas d’étiquettes collée sur le dos, pas de risque de perdre entre les pages le signet ou de froisser des pages, il sera toujours lisible et facilement. Il fallait y penser !

 dans Expertise, estimations, cotations, catalogues

Ce signet (en papier permanent bien sûr) est commercialisé par une jeune société,Bibliontek, située à Limoges, qui propose aussi une gamme Cerambook®, des boites de conservation résistantes à tout (presque) : feu, insectes, étanchéité, champignons… Un vrai sarcophage pour livres précieux !

Pour les contacter : Bibliontek, 43 rue de la Boucherie, 87000 Limoges

Tel : 06 42 07 48 80

mél : contact@bibliontek.fr

Pas de site internet pour l’instant mais vous pouvez découvrir leur travail (ils font de la restauration aussi) ici ou encore . Dernière précision : je n’ai pas les prix de ces petites merveilles. Cela dépendra des quantités commandées.

Léo Mabmacien

Source : http://bibliomab.wordpress.com/2011/03/30/le-cotbook-%C2%AE-ou-comment-coter-son-livre-ancien-sans-soucis/

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

La mort obscure d’un expert en antiquités

Posté par Serge Bénard le 15 mars 2011

Un homme de 65 ans a été retrouvé, égorgé, dans son appartement des beaux quartiers parisiens.

Le corps de Jimmy D. a été trouvé dimanche soir vers 19 h 20 dans son appartement du VIe arrondissement parisien, rue d’Assas

Le corps de Jimmy D. a été trouvé dimanche soir vers 19 h 20 dans son appartement du VIe arrondissement parisien, rue d’Assas MaxPPP

La semaine prochaine, Jimmy D. avait rendez-vous dans les Cévennes, pour la préparation d’un livre sur une compagnie de chemins de fer locale dont il envisageait de raconter l’histoire. Le 15 avril, il avait prévu son départ pour l’Ouzbékistan. Quinze jours de vacances, à randonner dans la steppe. Deux projets brutalement interrompus dimanche, en début d’après-midi, dans l’appartement du VIe arrondissement parisien de l’homme de 65 ans, rue d’Assas. Un expert réputé des salles de ventes de l’hôtel Drouot.

La mort obscure d’un expert en antiquités dans Actualité - Événement mirror_FBCH_300x250_FR

Le corps de Jimmy D. a été trouvé dimanche soir vers 19 h 20 par l’un de ses amis, avec qui il devait dîner. Abandonné, égorgé, dans son lit, au quatrième étage de l’immeuble. Les premières constatations laissent estimer que le décès remonterait au début de l’après-midi de dimanche, et que l’appartement du Quartier latin, situé à quelques pas du RER Port-Royal, n’avait pas été cambriolé. Un inventaire plus détaillé avec l’aide des membres de sa famille sera probablement mené dans les jours qui viennent.

« Un type très pointu »

Originaire d’une petite ville minière du Gard au nord d’Alès, premier des trois enfants d’un électricien d’une houillère des Cévennes, Jimmy D. avait commencé sa carrière comme instituteur en banlieue parisienne. Puis, au hasard des rencontres, il avait pris une autre orientation : « Il y avait un libraire du VIe arrondissement spécialisé dans la médecine qui cherchait quelqu’un pour des recherches destinées à un catalogue sur les instruments scientifiques anciens », raconte son frère Jack. Une occasion qui fera toute sa carrière, puisqu’après avoir intégré cette prestigieuse librairie de livres anciens en tant que salarié puis comme actionnaire, il deviendra un expert respecté auprès de plusieurs commissaires-priseurs dans ce domaine. « C’est un type gentil, carré, très droit, se rappelle un commissaire-priseur parisien en relation avec Jimmy D., et très pointu, notamment sur les microscopes. J’ai un dossier en cours, je ne sais pas à qui m’adresser… Je suis très ému, j’espère que tout ça se résoudra rapidement. »

Lire la suite :

http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/mort-obscure-d-un-expert-en-antiquites-81914.html

Publié dans Actualité - Événement, Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Artistippe ou de la Cour par Monsieur de Balzac (1658) – Reliure en maroquin du milieu du XIXe s

Posté par Serge Bénard le 12 février 2011

Artistippe ou de la Cour par Monsieur de Balzac (1658). Première édition de Jean Elzévier et la plus belle. Reliure en maroquin du milieu du XIXe s.

 

 

 

Artistippe ou de la Cour par Monsieur de Balzac (1658) - Reliure en maroquin du milieu du XIXe s dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables aristippe

Jean-Louis GUEZ DE BALZAC

ARISTIPPE OU DE LA COUR PAR MONSIEUR DE BALZAC.

A Leide, chez Jean Elzévier, 1658

1 volume in-12 (130 x 75 mm – Hauteur des marges : 125 mm) de 272-(24) pages. Frontispice gravé à l’eau-forte (non signé).

Reliure plein maroquin brun janséniste, auteur, titre et millésime dorés au dos, double-filet doré sur les coupes, jeu de roulettes dorées en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier marbré, tranches dorées (reliure du milieu du XIXe siècle, non signé bien que d’une exécution parfaite). Exemplaire à l’état de neuf, parfaitement conservé. Papier immaculé. Très belle impression.

aristippe2 dans Expertise, estimations, cotations, catalogues
PREMIÈRE EDITION DE JEAN ELZÉVIR DE LEIDE.

Il existe deux éditions de ce texte sous la date de 1658 dans le même format, et les bibliographes s’accordent à reconnaitre celle-ci, en 272 pages, comme étant la plus belle. Elle est précédée d’un très joli frontispice gravé. C’est la première édition donnée par Jean Elzévier de Leide. Contrairement à ce que nous avons pu lire ici ou là dans les bibliographies, ce petit volume est fort bien imprimé, et sur beau papier.

L’Aristippe de Guez de Balzac est considéré comme son chef d’œuvre. Il « est plus châtié et à moins d’enflures »que ses autres ouvrages. Il est divisé en sept discours faits par un personnage qui incarne l’idéal de l’honnête homme.

Références : Bérard, Essai bibliographique sur les éditions des Elzévirs les plus précieuses, etc., p. 138 ; Willems 814 ; Pieters 173-176.

BEL EXEMPLAIRE PARFAITEMENT ÉTABLI EN MAROQUIN AU MILIEU DU XIXe SIÈCLE.

Prix : 1.000 euros

Source : http://livres-anciens-rares.blogspot.com/2011/02/artistippe-ou-de-la-cour-par-monsieur.html

6851999934853960543-567323329269595363?l=livres-anciens-rares.blogspot

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

19 février à Villefranche-sur-Saône – Vente beaux livres anciens et modernes illustrés

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Vente du Samedi 19 février 2011

Vente Beaux Livres Anciens et Modernes Illustrés

Thème(s) de la vente : Livres, B.D., Autographes

Era Enchères – 69400 Villefranche sur Saône

 

19 février à Villefranche-sur-Saône - Vente beaux livres anciens et modernes illustrés dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables Lot 1 – BIBLIOTHEQUE d’environ 20.000 livres 

Estimation : 10 000 / 20 000 €

Voir les détails du lotAjouter à ma sélection

 

Lire la suite : http://www.auction.fr/FR/v16374-era-encheres-beaux-livres-anciens-et-modernes-illustres/index_p1.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Enchères, ventes, bibliothèques privées, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Le voleur d’un Harry Potter rare devant la justice

Posté par Serge Bénard le 23 décembre 2010

6000 £ de larcin retrouvé dans une pharmacie…

Rédigé par Clément S., le mercredi 22 décembre 2010 à 14h53

Il était soupçonné d’avoir dérobé une édition rare du tout premier volume de Harry Potter and the Philosopher’s Stone dans une galerie d’art anglaise. Désormais, il est accusé dudit vol…

Le manuscrit d’une valeur estimée à 6000 £ – il n’en existe que trois à six cents exemplaires dans le monde encore aujourd’hui – était exposé dans une galerie de Woodstock, au mois d’octobre. (notre actualitté) 

Avec l’aide d’un complice, comme l’envisageaient les forces de police, Kevin McGirr est aurait alors profité d’un moment d’inattention pour se ruer sur l’ouvrage et s’en emparer.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/23395-potter-voler-acccuser-justice-angleterre.htm

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Spécial flash 15 h 20 – « Birds Of America » a été vendu 8,6 millions d’euros

Posté par Serge Bénard le 8 décembre 2010

Un exemplaire rare du « livre le plus cher au monde », une oeuvre de l’ornithologue franco-américain John James Audubon datant du XIXe siècle, a enregistré mardi soir à Londres un nouveau record, trouvant preneur pour plus de 8 millions d’euros, a annoncé la maison Sotheby’s. « Birds Of America » (« Les Oiseaux d’Amérique ») a été vendu 7,3 millions de livres (8,6 millions d’euros), soit un nouveau record mondial pour une oeuvre imprimée mise aux enchères, a précisé Sotheby’s. Le livre avait été estimé dans une fourchette allant de 4 à 6 millions de livres. Le nouveau propriétaire est un négociant de livres anciens.

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Enchères, ventes, bibliothèques privées, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Le prix des livres anciens pour enfants : des livres sous évalués ?

Posté par Serge Bénard le 28 novembre 2010

Jacques Desse est libraire d’ancien. Il a notamment organisé l’exposition « Livres animés, deux siècles de livres à système », en 2003, et publié, avec Alban Cerisier, « De la Jeunesse chez Gallimard, 90 ans de livres pour enfants » (Gallimard/Chez les libraires associés, 2008), qui a reçu le prix de bibliographie du Syndicat de la librairie ancienne et moderne.

Le prix des livres anciens pour enfants : des livres sous évalués ? dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables desse-prix-livres-00
 
 

DES LIVRES SOUS ÉVALUÉS ?

Par 
Jacques Desse

LE PRIX DES LIVRES ANCIENS POUR ENFANTS

« NO LOGO »

Le prix des livres anciens apparaît souvent mystérieux aux yeux du profane. « Ah… quand même…! ». C’est la phrase qu’entendent souvent les libraires quand ils ont affaire au grand public, même lorsque le montant annoncé est modique : « Vingt euros ? [pour un vieux livre ?]. Ah… quand même…! ». Bien sûr, les mêmes ont une attitude diamétralement opposée lorsqu’ils souhaitent vendre un album dépenaillé retrouvé dans le grenier familial, qui devient un trésor inestimable : « Il est très vieux, vous savez… »… Nous avons eu envie d’essayer d’appréhender ce mystère, d’une manière à la fois un peu théorique et expéditive, que nos aimables lecteurs voudront bien pardonner…
 
Le marché des livres et des objets anciens est l’un des rares qui soient encore régis par la loi de l’offre et de la demande, contrairement, par exemple, à ceux des matières premières ou de l’immobilier. Ce marché est en effet trop diffus, trop complexe et trop faible pour que les puissances financières trouvent de l’intérêt à s’en emparer. Dès lors, il demeure aussi l’un des rares où le prix payé est celui de l’objet lui-même : ce prix comprend la valeur d’achat, les frais et la marge du libraire. La part consacrée à la publicité est infime (même dans le cas de catalogues luxueux), celle consacrée au financement est nulle. On sait que, désormais, lorsque l’on achète un blue-jeans ou un téléphone, on paie d’abord la « communication » qui nous a donné envie d’acheter ce produit (jusqu’à 90 % du budget pour les sociétés de rachat de crédits…), et ensuite les actionnaires qui l’ont financé. A l’inverse, quand on achète un livre de collection, on reste dans une économie traditionnelle, où c’est l’objet lui-même et la valeur ajoutée par le travail qui sont payés. L’exception, en plein développement, est celle des ventes aux enchères, où les prix « flambent » à hauteur de l’investissement publicitaire consenti par la société de ventes pour « créer l’événement ».
Le prix d’un livre ancien est donc un équilibre plus ou moins bien mesuré entre l’offre – la qualité du livre et le nombre d’exemplaires disponibles –, et la demande –le désir des clients potentiels-. Ce prix sera d’autant plus « juste » que vendeur et acheteur auront une connaissance fine du domaine : seules une longue expérience et un goût bien formé permettent de sentir le « juste prix » d’un livre de collection, dans un état donné du marché. La place du « coup de cœur », quant à elle, s’est malheureusement réduite comme une peau de chagrin, en quelques années, depuis l’avènement des ventes en ligne et le règne de la standardisation des goûts et des intérêts par les médias…
 

Lire la suite :

http://www.ricochet-jeunes.org/oeil-du-libraire/article/152-desse-livres-sous-evalues

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Bouquineries, bouquinistes, Edition, éditeurs, Expertise, estimations, cotations, catalogues, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

Vente de Sotheby’s – Oscar Wilde, Rousseau, Cocteau et Magritte, sacré plateau

Posté par Serge Bénard le 25 novembre 2010

20758.jpeg

 

 

Des enchères plutôt réussies

Par Cécile Mazin

C’est la crise, c’est certain, mais le milieu bibliophilique se porte toujours aussi bien. Pour preuve, la dernière vente de Sotheby’s qui s’est déroulée hier. Et les résultats sont probants.

Les livres et manuscrits vendus ont récolté 1,82 million €, avec un taux de vente de 73,5 %. « Les collections d’Henri Florin de Duikinberg, membre de la société royale des bibliophiles et iconophiles de Belgique et du Président Pompidou ont toutes deux suscité de nombreuses batailles d’enchères », explique la maison d’enchères parisienne.

Parmi les belles réussites de cette vente, les Métamorphoses, d’Ovide, exemplaire de la marquise de Pompadour, parti pour 28.350 € et les Réflexions de Rancé aux armes de la Marquise de Chamillart – 21.150 €. C’était pour la collection Florin Duikinberg. Le tout pour un montant 253.275 €. Un Rousseau, le Discours sur l’origine de l’inégalité, a été vendu à 18.750 €.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/22886-encheres-livres-vente-rousseau-wilde.htm

Publié dans Enchères, ventes, bibliothèques privées, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

Livres et manuscrits – Toutes les facettes d’un domaine d’expertise

Posté par Serge Bénard le 24 novembre 2010

DES LIVRES DE DOCUMENTATION AUX OUVRAGES DE GRANDE BIBLIOPHILIE

Des incunables aux éditions contemporaines, notre département Livres et manuscrits étudie toutes les facettes d’un domaine d’expertise aussi riche qu’étendu dans le temps, par exemple grâce à la vente de la Bibliothèque Yves Lévy, consacrée à la philosophie politique et économique du XVIe au XVIIIe siècle, ou encore avec celle desArchives de Claude Monet.

Olivier Devers et son équipe organisent environ quatre vacations par an à l’Hôtel Marcel Dassault et s’attachent à faire correspondre notre calendrier aux dates des événements de la scène parisienne comme par exemple la Foire Internationale du Livre Ancien qui se tient au Grand Palais au mois d’avril.

QUELQUES ENCHÈRES

Honoré de Balzac
Honoré de Balzac
Le Lys dans la vallée, 1836
Deux volumes in-8 , demi-veau cerise de l’époque, dos orné à quatre nerfs plats.


Edition originale
266 895 €, le 16 décembre 2009

 

 

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Enchères, ventes, bibliothèques privées, Expertise, estimations, cotations, catalogues | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar