Choix du jour de libraire à Épinal (88)

Posté par Serge Bénard le 14 février 2011

unknown14.jpeg

Jours d’Alexandrie

Dimitris Stefanakis

Traducteur : Marie Roblin

Genre : Romans et nouvelles – étranger

V. Hamy, Paris, France

Collection : Domaine étranger

Prix : 24.00 €

ISBN : 978-2-87858-336-6

GENCOD : 9782878583366

Sorti le : 10/02/2011

Choix de Claire Strohm et Robert Roth de la librairie AU MOULIN DES LETTRES à EPINAL

La richesse de cet ouvrage tient à sa capacité d’offrir non seulement différents niveaux de lecture, mais aussi à traverser plusieurs champs romanesques. Roman social, il s’attache au mode de vie d’une classe privilégiée avec une ironie mordante. Mais aussi roman d’aventures, il marie toutes sortes de personnages, parmi les plus improbables, avec verve et talent : Industriel issu du ruisseau, demi-mondaine à la solde des Anglais, trafiquants d’oeuvres d’arts…Qu’il décrive une maison de rendez-vous des plus chics tenue par une française, une usine-temple de l’industrie du tabac ou encore une villa peuplée d’art antique, Stefanàkis nous entraîne dans un monde factice, mais incroyablement vivant ; à l’image de ce Libanais, sorte de passe-muraille qui traverse le temps en nouant toutes sortes d’intrigues avec une aisance déroutante. Au carrefour des cultures arabes, levantines et occidentales, Alexandrie figure tel le grand phare de l’héritage gréco-latin dans les tempêtes qui ont agité le 20ème siècle. La ville est à la fois un port d’attache et le microcosme où se jouent les grandes transformations du monde contemporain. Il est rare qu’un ouvrage procure un divertissement, dans le meilleur sens du terme, d’une telle qualité.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Davézieux (07), Lisieux (14) et Vaux-le-Penil (77)

Posté par Serge Bénard le 24 janvier 2011

 getphoto8.jpeg

Vivement l’avenir

Marie-Sabine Roger

Genre : Romans et nouvelles – français

Rouergue, Rodez, France

Collection : La brune

19.00 €

ISBN : 9782812601446

GENCOD : 9782812601446

Sorti le : 18/08/2010


Acheter Vivement l’avenir chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Françoise Gaucher de la librairie LE COIN DES LIVRES à DAVÉZIEUX

C’est un très beau livre, très bien écrit. Marie-Sabine Roger traite dans ses livres de sujets graves, mais toujours avec beaucoup de poésie, et surtout beaucoup d’espoir ! On en sort apaisé, heureux : ça fait du bien !


Choix de Marie Bottet de la librairie ESPACE CULTUREL LECLERC à LISIEUX

On a découvert Marie-Sabine Roger avec La tête en friche, gros succès de librairie puis au cinéma. L’auteure garde cet humour et son sens de la formule pour son nouveau livre qu’elle situe cette fois dans le nord de la France. Ses héros sont des marginaux, de tendres marginaux qu’on finit par aimer au fil des pages tant ils nous attendrissent. Sur fond de crise sociale, Marie-Sabine Roger continue de nous émouvoir.


Choix de Max Buvry de la librairie VAUX LIVRES à VAUX-LE-PENIL

Une petite ville du nord, triste, pèse lourdement sur le présent et l’avenir des personnages principaux de « Vivement l’avenir ». Alex jeune femme au physique masculin travaille depuis peu à l’usine et vient poser ses sacs dans ce coin pourtant déprimant. Elle est hébergée par un couple, Marlène et Bernard, que la rancoeur et les regrets éternels épuisent et aveuglent. Ils hébergent également Gérard, le frère de Bernard. Gérard est handicapé et Marlène le supporte de moins en moins. Alex se rapproche de Gérard, sans jugement, avec une acceptation totale de l’autre mais avec lucidité (elle le surnomme Roswell ! « Il est comme les orchidées, il vit dans une serre, il ne ressemble à rien de connu. On peut éventuellement l’aimer, si on aime ce qui est bizarre »), ne sont-ils pas tous les deux différents… Lors d’une promenade au bord du canal, point d’ancrage de ces jeunes, ils rencontreront Cédric qui a enchaîné les petits boulots mais ne peut digérer sa séparation récente avec Lola. Déçu de ne pas réaliser ses rêves, son copain Olivier dit le Mérou a choisi son amie pour la vie : la cirrhose. La vie de ces quatre trentenaires est décryptée chapitre après chapitre, on les sent ancrés dans ce lieu désespéré qui les étouffe et annihile tout projet de bonheur. Quelle rencontre, quel évènement motivera suffisamment ces pauvres hères pour sortir de l’impasse (« Si un jour je trouve ma voie, ce sera sûrement une impasse »), pousser la porte et découvrir un autre monde et y trouver sa place. Marie-Sabine Roger nous offre à nouveau un roman réaliste avec de vrais personnages, roman particulièrement contemporain, éclairé avec tendresse, humour et humanité par de jeunes personnages qui peinent à trouver leur place dans une société a contrario de plus en plus inhumaine. Le langage imagé et les multiples percutantes formules renforcent sa vivacité, l’hommage appuyé à la différence et une nostalgie certaine de l’enfance. Marie-Sabine Roger a vraiment l’art de tisser des liens forts entre ses personnages eux-mêmes et avec le lecteur.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire à Saint-Malo (35)

Posté par Serge Bénard le 20 janvier 2011

 

getphoto7.jpeg

Les harmoniques 

Marcus Malte

Genre : Romans et nouvelles – français

Gallimard, Paris, France

Collection : Série noire

19.00 €

ISBN : 978-2-07-012738-2
GENCOD : 9782070127382

Sorti le : 05/01/2011


Acheter Les harmoniques chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Frédéric Tué de la librairie L’ODYSSÉE à SAINT-MALO

Marcus Malte, l’auteur de Garden of Love, un polar étrange primé à de multiples reprises, nous revient en ce début d’année avec un roman noir sombre et sulfureux.On y fait la connaissance de deux personnages charismatiques : un grand noir appelé Mister, pianiste de jazz réputé mais peu loquace, et son ami Bob, chauffeur de taxi polyglotte, qui erre sans but au volant de sa vieille 404. Les deux compères qui viennent de perdre l’une de leurs amies, une certaine Vera Nad (retrouvée brûlée vive), estiment que l’enquête policière est bâclée et décident à leur tour de découvrir la vérité.Mais certaines choses ne gagnent pas à être remuer, surtout lorsqu’il est question de drogue, de réfugiés des Balkans et de mafia serbe. Et lorsque la politique s’en mêle, le tout prend des allures de bombe incendiaire, et l’enquête se transforme vite en descente aux enfers.Avec ce polar pétri de références (dont quelques clins d’oeil appuyés à l’actualité), Marcus Malte nous fait une démonstration de son talent. On retiendra outre des personnages taillés dans du béton armé, un style souvent lyrique, une écriture splendide qui malgré tout n’épargnera pas le lecteur, notamment lors des passages traitant de la guerre en ex-Yougoslavie et du siège de Vukovar.
Entre blues et jazz, amour et pouvoir, Les Harmoniques est un grand roman noir français, fidèle au genre et sans improvisation (si ce n’est quelques pointes d’humour), terrible et efficace qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout. Vous y ferez aussi des rencontres aussi surprenantes que glaçantes : un joueur de guitare à l’accent balte accompagné d’un accordéoniste aveugle, un peintre manchot dont le regard en dit long, un paysan affable qu’on appelle «Sang de Boeuf», un ministre de l’Intérieur véreux et assoiffé de pouvoir ? Sans compter la présence de Vera Nad, figure mélancolique et idéalisée que poursuivent inlassablement nos deux héros.
Marcus Malte nous offre en ce début d’année une ballade hantée et noire à lire au coeur de la nuit.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Saint-Yrieix-la-Perche (87) et Limoges (87)

Posté par Serge Bénard le 18 janvier 2011

getphoto4.jpeg
Retour à la nuit
Éric Maneval

Genre : Policiers
Ecorce, Auriat
Collection : Noir, n° 1
12.00 €
ISBN : 978-2-9535417-0-0
GENCOD : 9782953541700

Sorti le : 26/11/2009
Acheter Retour à la nuit chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

 

Choix de Catherine Demontpion de la librairie PAGES D’ECRITURE à SAINT-YRIEIX LA PERCHE
Antoine est veilleur de nuit dans un foyer de jeunes enfants, près de Limoges. « Je suis censé rester éveillé toute la nuit. J’ai sous ma responsabilité une trentaine d’enfants. Les plus jeunes ont deux ou trois ans, le plus vieux en a dix-neuf. » Son travail consiste à faire face à n’importe quelle situation, du chahut fait pas les plus durs des pensionnaires aux cauchemars des plus jeunes (comme ce jeune garçon persuadé qu’un chevalier le surveille dans un coin de sa chambre).
Pour ne pas s’endormir, Antoine regarde la télé, le plus souvent. Et ce soir-là, une information va retenir son attention : celle du procès d’un jeune homme accusé du meurtre d’un jeune enfant, mais qui a toujours clamé son innocence. Et lorsque le portrait-robot d’un suspect (une piste jamais explorée par les policiers) est montré, Antoine semble le reconnaître. N’est-ce pas cet homme qu’il a vu, dans son enfance, le jour où il a failli se noyer dans la rivière ? Son sauveur serait-il en réalité un assassin ? Antoine a cependant du mal à se souvenir de cet épisode, même si les cicatrices sont bien présentes sur tout son corps pour le lui rappeler.
Son témoignage pouvant aider à l’enquête, Antoine prend contact avec un ami journaliste. « Je lui raconte : l’émission sur l’affaire Firnbacher, le suspect en fourgon, mon rapport avec lui. Je lui montre même un début de cicatrice sous ma clavicule gauche. J’insiste. Ce n’est qu’un portrait-robot mais je l’ai immédiatement reconnu. Je lui explique qu’il faudrait peut-être que je parle à la police… » C’est l’inspecteur Teddy Romero qui viendra entendre son témoignage, accompagné de sa collaboratrice un peu étrange il lui semble. Arriveront-ils à lui faire retrouver ses souvenirs ? Trouveront-ils un lien entre ce portrait-robot et l’homme qui a « sauvé » Antoine lorsqu’il avait huit ans ?
Un démarrage au pas lent et rythmé d’Antoine, de la vie tranquille qu’il a choisi dans ce coin du Limousin. Mais un polar dont l’intensité monte en puissance au fur et à mesure de l’intrigue, au fur et à mesure des découvertes faites par Antoine sur son enfance. Les souvenirs qu’il a conservé de cette journée reflètent-ils la réalité ou son esprit (son imagination ?) a-t-il créé des images pour effacer un moment douloureux de son passé ?
Un polar noir où le lecteur découvre, grâce à une écriture précise et efficace, le passé trouble et troublé d’Antoine, son présent confronté aux enfants en difficultés qu’il aimerait aider à grandir (certains éducateurs ne sont pas dépeints sous leur meilleur jour !).

Choix de Libraire de la librairie PAGE ET PLUME à LIMOGES

J’aimerai vous parler de ce court roman, court oui, mais intense ! Il raconte l’histoire d’Antoine, veilleur de nuit dans un foyer pour adolescents du côté de Limoges. Un soir il tombe sur une émission télévisée retraçant une enquête qui n’a pas aboutie concernant un tueur en série qui a pour caractéristique de « découper », ses victimes sont principalement de jeunes enfants. Et là, c’est le choc pour Antoine ! Il reconnaît dans le portrait robot du suspect celui qui des années auparavant l’aurait sauvé de la noyade, soigné et déposé à l’hôpital. Il ne comprend alors pas pourquoi cet homme, ce tueur, ce découpeur, ne l’a pas tué comme les autres enfants qu’il a rencontrés. Commence alors une « enquête » au plus profond de ses souvenirs pour ne laisser échapper aucun indice… C’est un polar noir à l’écriture incisive, coupante comme le découpeur et qui ne laisse pas indifférent… J’en suis encore retournée ! Alors allez-y, si vous n’avez pas peur de faire travailler votre cerveau, votre imagination et surtout si vous n’avez pas peur des nuits blanches !

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire à Paris

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

 getphoto3.jpeg

Audrey 100 : a rare and intimate photo collection selected by Audrey Hepburn’s family

Ellen Fontana Postface : Sean Hepburn Ferrer

Genre : Photos

Editeur : Sterling Publishing, New York, Etats-Unis 40.00 €

FISBN : 9781402778360

GENCOD : 9781402778360

Sorti le : 07/11/2010

Acheter Audrey 100 : a rare and intimate photo collection selected by Audrey Hepburn’s family chez ces libraires indépendants en ligne :L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Catherine Rambaud de la librairie CONTACTS, LA LIBRAIRIE DU CINÉMA à PARIS, France (visiter son site) –

Ce magnifique album est une sélection des cent plus belles photographies sélectionnées par Rob Wolders, le dernier compagnon d’Audrey Hepburn ainsi que par Sean et Luca, les deux fils de la star. Des photographies en pleine page par les plus grands photographes (Cecil Beaton, Philippe Halsman, Mark Shaw, Bob Willoughby) ainsi que de nombreuses photos inédites prises par Mel Ferrer. Cet album est accompagné de la reproduction d’une photographie de Leo Fuchs dédicacée par Audrey Hepburn.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire à Nyon (Suisse)

Posté par Serge Bénard le 9 janvier 2011


Trésor d’amour

Auteur : Philippe Sollers Genre : Romans et nouvelles -

Gallimard, Paris, France

Collection : Blanche

17.90 €

ISBN : 978-2-07-078086-0

GENCOD : 9782070780860

Sorti le : 05/01/2011

Acheter Trésor d’amour chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Claude Amstutz de la librairie PAYOT à NYON, Suisse (visiter son site) – 09/01/2011

Quelle est donc cette mystérieuse alchimie qui précède notre choix de lecture ? Quelques phrases parcourues au hasard d’une page, l’attrait d’un univers capable encore de nous bousculer ou nous surprendre ? La fidélité à un auteur, à une musique des mots, à une langue, à un lieu ? Dans le cas de Trésor d’amour, c’est tout cela à la fois.

Fermez les yeux… Vous êtes à Venise, la ville où Philippe Sollers achète quatre roses rouges qu’il dépose sur le sol aux Gesuati, à San Vio, à San Agnese, à San Trovaso, endroits où il a connu les plus grands bonheurs de sa vie. Un trésor de mémoire. Dans cette Venise dérobée et secrète, il y retrouve Minna Viscontini, 35 ans, professeur de littérature comparée, spécialisée dans le domaine français qu’elle consacre à un seul auteur : Stendhal.

Et comme entre Sollers et Stendhal c’est une histoire d’amour, celle de Sollers et Venise aussi, nous voici embarqués dans un théâtre d’ombres où apparaissent, derrière une improbable glycine violette débordant d’un balcon, Mathilde Dembowska ; sous un soleil de feu, Fabrice Del Dongo, Julien Sorel, Madame de Chasteller, fiction et réalité de Stendhal mêlées sans autre souci que de les ressusciter sous le signe de l’Amour, clef de voûte de ce roman du bonheur. Célébration de la vie, de la beauté, de la musique, de la littérature, ce texte ne serait qu’une succession de chapitres supplémentaires au Discours parfait – paru voici un an chez le même éditeur – sans la présence de Minna à laquelle il consacre parmi ses plus belles pages d’écrivain.

On ne sort pas, on ne voit personne, l’eau, les livres, les oiseaux, les arbres, les bateaux, les cloches, le silence, la musique, on est d’accord sur tout ça. Jamais assez de temps encore, encore. Tard dans la nuit, une grande marche maritime, et retour, quand tout dort. Je me lève tôt, soleil sur la gauche, et voilà du temps, encore, et encore du temps. On se tait beaucoup, preuve qu’on s’entend. L’amour, c’est comme retrouver un parent perdu, son regard traverse la mort. Et plus loin : Je reste sur les quais rougis de soleil jusqu’à ce que la nuit tombe. Au bord des escaliers de marbre plongeant dans l’eau, les algues deviennent de plus en plus noires, et les piquets de bois du canal mercuriel ont l’air de s’élancer vers le ciel. Encore une fois, la grande certitude m’enveloppe. Je suis assis, à l’écart, dans ce quartier isolé de Venise, je vais rentrer dans un appartement où Minna m’attend, penchée sur son ordinateur. Bateaux illuminés dans l’ombre, barques amarrées tirant sur leurs cordes, derniers passants, bruits sourds, fermeture des volets. Neuf coups au clocher des Gesuati, là-bas, pour dire l’heure. Dîner de friture de poissons avec bouteille de bordeaux. Encore quelques lignes à la main, velours et silence, et puis sommeil, et puis soleil, et puis bonheur.

Et puis le temps s’arrête, on ouvre à nouveau les yeux, revenus d’un incroyable voyage à travers les siècles où se croisent et se découvrent – comme les lignes de la main où se forge le destin – ces mouvements du coeur qui sont de tous les temps, sous le regard de Stendhal, le personnage central du livre, derrière lequel Philippe Sollers s’efface ou se confond.

Nous allons écouter Don Giovanni à la Fenice, et voici que la musique et les voix font voler le théâtre, et toute la lagune avec lui. On sort, on marche un peu dans la nuit, on prend le bateau, l’eau nous enveloppe, tout est velours, tout est gratuit.

Un vrai bonheur !

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Limoges

Posté par Serge Bénard le 6 janvier 2011

 getphoto1.jpeg

Bois

Fred Gevart

Genre : Policiers

Ecorce, Auriat

15.00 €

FISBN : 9782953541717

GENCOD : 9782953541717

Sorti le : 21/12/2010


Acheter Bois chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Aurélie Janssens de la librairie PAGE ET PLUME à LIMOGES (87)

Sylvain Michalski est un auteur qui a connu le succès grâce à un roman écrit juste après sa sortie d’un long coma qui l’a laissé atteint d’une amnésie totale de son passé et que sa femme aide à « entretenir ». Cependant depuis quelques nuits, des bribes de souvenirs lui reviennent, un accident de voiture ? Une explosion ? Un coffre rempli de livres ? Une fusillade ? Lui revient aussi une furieuse envie de boire. Abstinent depuis sa sortie du coma, il cède à la tentation lors d’un week-end resté seul à Limoges pour écrire un nouveau roman. C’est dans une sorte de transe éthylique que la lumière reviendra petit à petit sur les évènements passés. On prend part alors à une course haletante contre le temps et la mémoire pour reconstituer les zones d’ombres. Un nouveau thriller obsédant que vous ne pourrez lire que d’une traite tant le besoin de connaître la vérité vous hante. Une alternance de récits, de flash, d’articles de journaux, de tapuscrits étranges, qui imposent un rythme original à ce roman et une révélation digne des grands maîtres du polar.


Choix de Nicolas Cauneau de la librairie ESPACE CULTUREL LECLERC à LIMOGES (87)

A la suite d’un traumatisme violent, Sylvain Michalski est victime d’une amnésie brutale. Il ne se souvient plus de la prise d’otages et de sa séquestration qui ont occasionné cette perte de mémoire. Lorsqu’il met la main sur un mystérieux tapuscrit, le puzzle se remet peu à peu en place et la vérité éclate. Un univers romanesque à la David Lynch qui mêle flash-back, construction dissymétrique et confusion des intrigues. Tel un rat en cage, le lecteur se retrouve chahuté dans un roman chaotique et déroutant.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire à Lille (59)

Posté par Serge Bénard le 5 janvier 2011

getphoto.jpeg

Rouge dans la brume

Gérard Mordillat

Genre : Romans et nouvelles – français

Calmann-Lévy, Paris, France

22.00 €

FISBN : 978-2-7021-4162-5

GENCOD : 9782702141625Sorti le : 05/01/2011

L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

Choix de Stéphanie Fontaine de la librairie FURET DU NORD à LILLE, France (visiter son site) – 04/01/2011

Digne du magnifique Les vivants et les morts, Rouge dans la brume est un roman social bouleversant. Une peinture poignante et juste de la tragédie vécue par des hommes et des femmes dont l’usine ferme ses portes pour être le plus souvent délocalisée dans un autre pays. Du jour au lendemain, ces ouvriers doivent faire face à un avenir incertain, à la peur de tomber dans la précarité et la misère, sans compter une vraie douleur, car à la base il y a un amour et une certaine fierté pour l’usine et ses machines sophistiquées, pour un savoir-faire unique. Que peuvent faire ces pions humains pour résister à la logique capitaliste des fonds de pensions pour qui seul le profit compte ? Pas grand-chose à priori, sauf que parfois le désespoir peut amener à des actes ultimes, une sorte de «baroud d’honneur», où la folie des hommes rejoint la folie du temps

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Bourg-en-Bresse, Vaux-le-Pénil et Thonon-les-Bains

Posté par Serge Bénard le 4 janvier 2011

Couverture du livre Fugue

Fugue

Anne Delaflotte Mehdevi

Genre : Romans et nouvelles – français

Editeur : Gaïa, Monfort-en-Chalosse, France

21.00 €

ISBN : 978-2-84720-174-1

GENCOD : 9782847201741

Sorti le : 01/09/2010

Acheter Fugue chez ces libraires indépendants en ligne :
L’Alinéa (Martigues)
 Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse)Sauramps (Montpellier) Thuard (Le Mans)

 

Peut-être aviez-vous lu le premier roman de cet auteur, « La relieuse du gué » ?… Le second m’a subjuguée !

Clothilde, maman de 4 enfants est appelée par la maîtresse de Madeleine. L’enfant s’est enfuie de l’infirmerie. Clothilde, accompagnée de son chien Beau, va l’appeler et la retrouver. Mais à force de crier son nom, elle y laissera sa voix.

Comment assurer le quotidien avec une maman sans voix ? Les enfants s’en amusent, une ardoise pour parler change la vie ! Mais Vincent, son mari pilote, ne trouve pas ça drôle.

La phoniatre propose à Clothilde de chanter pour travailler sa voix, et elle y parvient. Elle peut chanter, mais ne parle toujours pas.

En lisant ce roman, on ne peut qu’aimer Clothilde, son combat pour rendre sa famille heureuse, et elle pour s’affirmer dans sa voie.

Anne Delaflotte Mehdevi m’a conquise. Cette histoire toute simple nous révèle que le courage est de tous les jours. Amour, passion et art : tout nous enchante.

 

Clothilde et Vincent vivent dans un petit village de Bourgogne avec leurs quatre enfants et Beau le montagne des Pyrénées. Le jour de la rentrée scolaire, elle est seule avec Beau et écoute la musique qu’elle adore. Pourtant la vie de Clothilde bascule après le coup de téléphone qui retentit : la maîtresse de l’école la prévient que Madeleine s’est échappée par une fenêtre de l’école et a fugué. Clothilde est terrorisée et part à sa recherche, crie, hurle le prénom de sa fille et sa détresse. Aidée de Beau, elle retrouve rapidement la petite fille saine et sauve, mais perd sa voix (dysphonie spasmodique : «altération de la voix due à des spasmes des muscles du larynx»). «Fugue» raconte comment Clothilde va appréhender cette situation singulière dans sa vie et adapter sa communication avec ses proches. Situation d’autant plus atypique, que, si elle ne peut parler, elle chante. Passionnée par la musique, elle en profite pour prendre des cours de chant et affirmer sa voix (m ais pas seulement). Affirmer sa voix, s’affirmer en tant qu’être humain et femme. Elle refuse les traitements médicaux qui remédierait à sa perte de parole et commence une nouvelle vie, devient une autre femme. Son entourage réagit diversement à ses choix, elle était mère et femme quasiment exclusivement au service des autres, elle devient en plus chanteuse lyrique et assouvit sa passion pour la musique. Un superbe, émouvant et réconfortant portrait de femme qui par la musique et le chant saura trouver le chemin qui mène au bonheur.

 

Je chante, donc je suis.
Avec son deuxième roman, Anne Delaflotte Mehdevi transforme Bach en anti-dépresseur et la fugue en une retrouvaille – Une belle «ballade des gens heureux» !
Dans une petite bourgade de Bourgogne, c’est le premier jour de rentrée scolaire pour les jumeaux et le dernier pour Clothilde, leur maman. Pourtant, c’est Mathilde, sa deuxième qui s’enfuit de l’école. Clothilde hurle son nom le long de la rivière. Jusqu’à la retrouvée, évanouie mais saine et sauve. Jusqu’à en perdre sa voix. Refusant les traitements chimiques, se heurtant à l’incompréhension de son entourage familial et amical, elle opte alors pour sa passion : le chant. Car, si sa voix parlée reste atone ou essoufflée, sa voix chantée est puissante et belle. 
Grâce à une construction romanesque pleine de finesse, Anne Delaflotte Mehdevi montre la progression inéluctable de la situation, à la fois désenchantée et pleine d’espoir. Elle plonge alors dans le quotidien de Clothilde, qui, tel une anamorphose qu’on ne comprend pas, se modifie et bouleverse celui des autres. Et, avec minutie, elle saisit ces moments fugaces où tout bascule. D’illusions en déceptions, de conflits en réconciliations, elle décrit des personnages, à l’omnipotence fragile et au caractère certes orgueilleux, mais toujours poignant. L’humanité qu’elle leur prête est telle qu’on ne peut que leur pardonner leurs erreurs. Et, au centre, se débat Clotilde, une perfectionniste capricieuse, mais surtout une faiseuse de liens malgré son mutisme. L’auteur a l’art d’entremêler judicieusement écriture, amours et musique créant ainsi, une atmosphère très sensuelle et sensitive. Car ce n’est pas une histoire qui se dit, mais se lit et se chante. Une histoire où les sens son t démultipliés. L’odorat synonyme de son amie, parfumeuse ; le touché symbole de sa relation maritale ; et l’ouïe emblème de l’univers de Clothilde. Petit bémol, l’auteur, férue de musique, sursoit un peu trop son récit de professionnalisme, l’alourdissant de termes empruntés au solfège. Mais, l’auteur semble si fascinée par le pouvoir de la musique à guider le coeur, que nous sommes presque enchantés de ces rares moments de «silences» imposés. Dans ce deuxième roman, elle nous montre surtout pourquoi la musique est importante, là où les mots sont indicibles ou inaudibles. Comme une partition porte le rythme et la mélodie d’une musique, la narration est sublimée par ses phrases vibrantes et sonores : le chant se fait porteur du sens de la vie, son roman celui de la vie de Clothilde. «Dans la musique il y a tout», la musique éveille, affûte, apaise et nourrit. Dans Fugue, il y a le renouveau de Clothilde grâce à la musique. Et, point d’orgue du roman, Anne Delaflotte Mehdevi ne donne pas à entendre seulement un refrain sur l’émancipation d’une femme, mais surtout la comptine de la libération d’une mère de famille qui devient mère, femme et chanteuse. Un livre émouvant et captivant, frais comme un triolet interrompant une blanche pointée.

Télécharger le MP3

 

Anne Delaflotte Mehdevi au micro de Jean Morzadec

Télécharger le MP3

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

Choix du jour de libraires à Saint-Amand-Montrond, Lyon et Ivry-sur-Seine

Posté par Serge Bénard le 16 décembre 2010

 

Couverture du livre La France de Raymond Depardon

 

La France de Raymond Depardon

Auteur : 

Raymond Depardon

Genre : Beaux Livres

Editeur : Bibliothèque nationale de France, Paris, France | Seuil, Paris, France

Collection : Beaux livres

Prix : 59.00 € / 387.01 F

ISBN : 9782021009941

GENCOD : 9782021009941

Sorti le : 09/09/2010

Acheter La France de Raymond Depardon chez ces libraires indépendants en ligne :


L’Alinéa (Martigues) Dialogues (Brest) Durance (Nantes) Maison du livre (Rodez) Mollat (Bordeaux) Ombres Blanches (Toulouse) Sauramps (Montpellier)Thuard (Le Mans)

     

  • Le choix des libraires : 

Choix de Nadège Mulé de la librairie SUR LES CHEMINS DU LIVRE à SAINT-AMAND-MONTROND, France - 15/12/2010

 

Après celle des paysans, voici la France des sous-préfectures ! Une fois de plus, Raymond Depardon nous force à voir ce que nous côtoyons tous les jours sans forcément le regarder, le remarquer, l’admirer.


 

 

Et cette France colorée, humaine, quotidienne et pourtant si peu banale est enfin là pour le plaisir de nos yeux, à chaque page tournée de ce splendide livre de photos édité sous coffret par les éditions du Seuil, en collaboration avec la Bnf.


     

  • Le choix des libraires : 

Choix de Daniel Berland de la librairie COQUILLETTES à LYON, France (visiter son site) – 15/12/2010

 

Bien loin des sentiers pittoresques et touristiques, Raymond Depardon a promené depuis 2004 son camping car et sa chambre photographique sur les chemins de traverse d’une France authentique. Il nous rapporte de ces petites villes et villages des clichés anonymes qui résonnent en chacun de nous et enrichissent notre mémoire collective ? 



 

 

Il y a six ans, Raymond Depardon partait à l’aventure sur les routes de France pour photographier l’âme du pays et saisir le reflet de notre société. Durant ces années, le photographe a ainsi réalisé près de 3500 clichés pour n’en garder que 800. Dans cet ouvrage, coédité par la Bibliothèque Nationale de France et les éditions du Seuil, il nous en offre aujourd’hui près de 300. Le photographe, qui travaille habituellement en noir et blanc, a cette fois-ci vu la France en couleur. « Je ne sais pas si c’est la lumière douce sans contraste, les couleurs criardes de ces cafés, en tout les cas ma décision était prise, j’optais à 100% pour la couleur », explique-t-il.



 

 

Car c’est un fait, la France de Raymond Depardon est très colorée. Parfois très rouge, de celui d’une mairie-école du Pas-de-Calais, d’un bar de Bédarieux ou du local du Parti Communiste du Vigan, parfois très bleue aux teintes douces du littoral et de ses ciels, les dominantes confèrent à ces photographies une sérénité et une intemporalité marquantes.



 

 

En écartant volontairement de cette France, les monuments et les campagnes, que l’artiste-journaliste connaît parfaitement et sur lesquels il a déjà beaucoup travaillé, Depardon nous dévoile à travers ces photographies un pays qui ne se réduit pas au pittoresque : au travers de la diversité de chacun de ses regards choisis, il s’agit bien ici d’un hymne à la France du quotidien. Une France que l’on ne visite pas, celle que l’on peut croiser sur le bord d’une route ou encore celle que l’on ne découvre « que lorsqu’il y survient un fait divers ou une catastrophe naturelle ». Pour le photographe, il y avait urgence à montrer cette France des petites villes et des villages.



 

 

Parti avec un camping car qu’il a arrêté sur les places des ces villages, il y a installé sa chambre 20×25. Un outil qui ne passe guère inaperçu et qui oblige à prendre son temps : « Les gens venaient me parler. Les jeunes surtout étaient fascinés par ce procédé. » 



 

 

C’est surtout le pays des petits et moyens commerces que Depardon nous présente dans cet album : celui des bureaux de tabac, des boucheries, des charcuteries, des petits cafés ou des modestes garages qui témoignent toujours d’une vie maintenue dans ces petits coins reculés. Mais c’est aussi le pays des bords de mer populaires, des ports déserts et de tous ces petits évènements qui font du quotidien une aventure commune. 



 

 

Si la France de Raymond Depardon nous touche tant, c’est qu’il s’agit de celle des départementales, des petites villes et villages que nous sommes habitués à traverser sur le trajet de nos vacances et dans lesquels nous faisons régulièrement halte pour un petit café, un sandwich ou un plein de carburant. C’est un pays que nous avons tous croisé, sans jamais peut-être suffisamment nous y intéresser. Et pourtant l ? ?il attentif et bienveillant de Depardon nous amène à ressentir intimement que cette France rurale méconnue et parfois méprisée est bien celle de nos origines et l’une des principales composantes de la sociologie et de la topologie du pays tout entier. Raymond Depardon, grâce à ses sublimes photographies, nous y arrête et l’immortalise, en faisant revivre en nous des souvenirs qui remontent de notre enfance jusqu’à l’été dernier. 



 

 

Ce très beau livre bienfaisant distille du baume aux coeurs en nous rappelant cette évidence, trop souvent oubliée ; qu’il demeure une France au-delà des périphériques urbains, que cette France est bien vivante et qu’il y fait aussi bon vivre. Car c’est finalement sur nous-mêmes que Depardon nous amènent à nous pencher, sur notre rapport au temps, aux êtres et aux choses qui passent, sur le sens de nos vies et sur tout ce que nous risquons de perdre sans jamais n’avoir pris la peine d’en mesurer la haute et juste valeur…


     

  • Le choix des libraires : 

Choix de Grégory Danfloux de la librairie FNAC.COM à IVRY-SUR-SEINE, France (visiter son site) – 15/12/2010

 

Célèbre pour ses reportages sur des lieux sensibles comme pour les nombreux livres où il tisse étroitement texte et image, Raymond Depardon s’attache au quotidien d’une société en pleine évolution. Et s’intéresse, ce faisant, sur les liens entre image et éthique.

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

123456...12
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar