La machine molle de Burroughs fait scandale en Turquie

Posté par Serge Bénard le 18 mai 2011

Et menace un éditeur d’une peine de prison

Rédigé par Nicolas Gary, le mardi 17 mai 2011 à 19h07

Il avait déjà fait face à la censure dans le pays, pour avoir publié une version des Exploits d’un jeune Don Juan. Mais à l’époque la Turquie vivait sous un régime particulier, et l’on aurait pu croire que désormais, la vie de l’éditeur Irfan Sanci serait plus paisible. 

Que Nenni ! Depuis novembre, la situation pour l’éditeur a empiré, puisque désormais, c’est à cause de William S. Burroughs qu’il risque la prison, pour une plainte concernant l’obscénité du livre. The soft Machine, ou en français, La machine molle, tombe en effet sous le coup d’une accusation qui pourrait coûter la prison à l’éditeur. 

Protection des enfants à tout prix…

En mars dernier, une commission gouvernementale turque s’est mise en tête de surveiller et protéger les enfants contre certaines publications. Évidemment, l’oeuvre de Burroughs n’a pas échappé à sa vigilance, et, considérant que la narration manque d’unité, la commission estime que le livre n’est pas recommandable. Mieux : pointant des éléments vulgaires, un portrait de l’homme comme faible, et une possible incitation à des activités criminelles, la commission a posé un veto dans la publication du livre. 

La machine molle de Burroughs fait scandale en Turquie dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils v-23742Un veto, simplement, parce qu’en tant que telle, la commission ne dispose pas de solutions juridiques pour contraindre ou empêcher l’éditeur de publier le livre. Comment en est-on alors arrivé là ? 

Pour Burrgouhs, les condamnations, c’est du classique : voilà quelques dizaines d’années, un tribunal de Boston avait décidé de censurer The Naked Lunch (Le festin nu, en français, dont David Cronenberg a tiré un film, certes un peu vieillot, mais délirant). La décision du tribunal ne fut infirmée que récemment, après l’intervention d’Allen Ginsberg et Noman Mailer. 

Or, pour la Turquie contemporaine, évoquer la consommation d’héroine et l’homosexualité reste, dans un pays à majorité musulmane, particulièrement problématique.

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/26131-william-burroughs-turquie-editeur-prison.htm

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Liberté d'expression | Commentaires fermés

Égypte : le marché du livre souffre de la révolution

Posté par Serge Bénard le 17 mai 2011

mais se libère de la censure

 

 

Suite aux évènements qui ont conduit au renversement du régime Moubarak en Égypte, le salon du livre qui devait se tenir au Caire a été annulé sans beaucoup de surprise. Toutefois, les éditeurs égyptiens souffrent beaucoup de cette décision et d’une manière générale du nouveau régime qui a pour le moment bien d’autres priorités que la vente de livres. 

Pourtant, d’après Ahram Online, les éditeurs égyptiens sont très optimistes quant à l’intégration positive du marché du livre et son développement à venir dans le nouveau régime. Mohamed Hashim, propriétaire des éditions Dar Merit, s’enthousiasme sur la « renaissance culturelle et intellectuelle » qui devrait suivre la libération du peuple égyptien. 

Lui-même engagé, il précise qu’il n’acceptera pas de compensation financière de l’Etat pour les pertes causées par la révolution. (via Quill et Quire)

Égypte : le marché du livre souffre de la révolution dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils v-16831

Moins de censure 

Les éditeurs égyptiens s’accordent pour dire que le plus grand changement que leur apportera cette révolution devrait concerner la censure. En effet, sous le régime Moubarak, l’Etat contrôlait activement les publications, avant et après parution. N’hésitant pas à faire interdire et confisquer des livres et même emprisonner des éditeurs. 

L’Association des Éditeurs Égyptiens avait d’ailleurs profité du déclanchement des manifestations pour lancer un appel international au respect des droits et des libertés des éditeurs. (notre actualitté)

 

Source : http://www.actualitte.com/actualite/26114-egypte-censure-revolution-editeurs-renaissance.htm

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Liberté d'expression, Marchés, parts de marché | Commentaires fermés

Grande-Bretagne – Une liste de livres obligatoires ? Et pourquoi pas l’Allemagne nazie ?

Posté par Serge Bénard le 10 mai 2011

Lire, c’est bien : imposer des choix, ça passe moins…

Rédigé par Clément S., le mardi 10 mai 2011 à 09h55

 

Une liste de lectures pour les enfants d’école primaire ? Pourquoi pas, après tout ? Établie par le gouvernement anglais, cette liste contiendrait un certain nombre de titres qui doivent être lus à partir d’un certain âge. De quoi constituer un bagage commun d’oeuvres à tous les élèves du pays…

Or, depuis quelques jours, un spot télévisé met en rage certains auteurs qui avaient déjà témoigné leur refus de voir constituée une liste de textes obligatoires. Un sport national, considère le Guardian, qui consiste à opposer d’un côté, les tentatives de prescription du gouvernement, de l’autre, les écrivains. 

Grande-Bretagne - Une liste de livres obligatoires ? Et pourquoi pas l'Allemagne nazie ? dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils v-4443C’est que le groupe d’experts que Michael Gove, le ministre de l’Éducation, a mis en place irrite entre autres Michael Rosen ou Alan Gibbons. De l’avis du premier, l’initiative d’une liste, censée représenter l’avis du gouvernement ou de tout État, est une aberration. « Si Michael Gove veut proposer sa propre liste, c’est très bien. Mais s’il s’agit de la liste du gouvernement, ou du département de l’Éducation, je m’en méfie réellement. »

Et d’ajouter que l’on ne vit pas en Angleterre sous un régime totalitaire, pas plus que dans l’Allemagne nazie ni la Russie soviétique, où l’on dictait à la population les noms des livres à lire ou ne pas lire.

 

 

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/25998-liste-lecture-auteurs-gouvernement-angleterre.htm

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Liberté d'expression | Commentaires fermés

Tony Kushner peut-il critiquer la politique israélienne?

Posté par Serge Bénard le 10 mai 2011


[lundi 09 mai 2011 - 16:00]

Tony Kushner, le dramaturge récompensé par le prix Pullitzer pour sa pièce « Angels in America », a vu son nom rayé d’une liste de personnalités en lice pour obtenir une récompense de l’Université de New-York. En cause, les propos qu’il aurait tenus sur Israël, et son attitude générale vis-à-vis de la politique étrangère de l’Etat hébreu. Jeffrey Wiesenfeld, donateur régulier de l’Université, l’a ainsi accusé de supporter le boycott anti-israélien, et d’avoir parlé de « nettoyage ethnique » à propos de la constitution de l’Etat en 1948. Des propos que l’intéressé récuse, affirmant de son côté être « fier d’être juif ». Mais la question n’est pas de savoir s’il a effectivement fait ou non ces déclarations. Si la polémique enfle, c’est que beaucoup s’interrogent sur la légitimité d’une université à sanctionner les opinions politiques d’un particulier (ces dernières étant par ailleurs totalement déconnectées de la récompense que Tony Kushner devait recevoir, pour l’ensemble de son œuvre théâtrale).

La décision de l’Université de New-York a été fortement critiquée. Benno C. Schmidt Jr, ancien président de Yale a ainsi déclaré que « la liberté de pensée et d’expression était le fondement de toute université digne de ce nom ». « Comment pouvons-nous, en tant qu’Américains, s’élever contre la violation des Droits de l’Homme et les atteintes à la liberté d’expression dans certains pays, quand nos institutions américaines, dont la mission est de représenter les plus hauts idéaux démocratiques et la liberté de pensée, décident de punir un individu pour ses croyances politiques, quelles qu’elles soient ? » a pour sa part dénoncé George Campbell Jr, président de The Cooper Union for the Advancement of Science and Art. Trois personnalités, dont Michael Parley et Judith Pasternak, ont décidé de rendre leur prix à l’Université de New-York en signe de protestation.

Lire la suite : http://www.nonfiction.fr/article-4608-tony_kushner_peut_il_critiquer_la_politique_israelienne.htm

Publié dans Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Liberté d'expression | Commentaires fermés

Le Vietnam arrête un éditeur, lauréat d’un prix pour la liberté d’expression

Posté par Serge Bénard le 2 mai 2011

Pas facile, pas facile..

Rédigé par Clément S., le lundi 02 mai 2011 à 15h23

 

La semaine passée, la Foire internationale du livre de Buenos Aires a récompensé un éditeur vietnamien en lui attribuant le prix de la liberté d’expression. Avec dans son catalogue des poètes principalement, l’éditeur Giay Vun a contribué à créer un mouvement tout particulier dans le pays. 

Giay Vun est surtout connu maintenant pour avoir impulsé un renouveau de la poésie dans le Sud-est asiatique, en révélant au public des auteurs qui ont refusé de se conformer aux règles de pensée de l’État. Bjorn Smith-Simonsen, président de l’International Publishers Association expliquait que ses ouvrages ont largement dynamisé l’édition indépendante dans le Vietnam. 

Le Vietnam arrête un éditeur, lauréat d'un prix pour la liberté d'expression dans Adaptations, préquelles, cinéma, télévision, etc. v-9803« Les livres ont le pouvoir de rendre le monde libre. La liberté pour ceux qui publient ces livres, pour ceux qui les lisent et ceux qui discutent sur ce que les ouvrages leur ont apporté », précise-t-il. 

Or, depuis quelques heures, nous apprend l’AFP, l’éditeur et fondateur de la maison, Bui Chat, lauréat de l’IPA Freedom to Publish Prize… vient d’être arrêté. 

C’est à son retour au Vietnam que les autorités ont accueilli l’éditeur, explique l’IPA, qui condamne sans retenue cet acte de despotisme, « et demande la libération immédiate » de l’éditeur. On apprend également que le prix reçu lui a été confisqué, alors que l’on ne connaît toujours pas les raisons officielles ayant conduit à son arrestation. 

Selon Bjorn Smith-Simonsen, ce serait directement lié à l’obtention du prix – chose que l’on peut difficilement mettre en doute. Saluant « le courage d’un éditeur underground », l’IPA a lancé un appel aux autorités du pays, pour que l’éditeur soit relâché, pointant combien son travail avait contribué « à abattre les barrières de la censure » .

 

 

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/25832-vietnam-arrestation-editeur-liberte-expression.htm

Publié dans Adaptations, préquelles, cinéma, télévision, etc., Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils, Edition, éditeurs, Liberté d'expression | Commentaires fermés

Lituanie : pas de bière pour Homer Simpson !

Posté par Serge Bénard le 22 avril 2011

Lituanie : pas de bière pour Homer Simpson ! dans Liberté d'expression 21.04%20-%20homer

 

Sayacreed internationales, les Simpson sont menacés de censure en Lituanie. Dans ce pays qui compte 3,2 millions de personnes, le mensuel Simpsonai consacré à la série est diffusé à 10 000 exemplaires. Ce dernier est toutefois mis en péril car la maison d’édition lituanienne qui le produit, sanctionnée pour publicité illégale de la bière Duff, vient de décider l’interruption de la publication de la bande dessinée.

Car qui dit Homer Simpson dit aussi Duff, sa bière préférée. Le personnage ne s’en refuse jamais une petite gorgée lorsqu’il en a l’occasion. Bien que la marque n’ait pas été déposée par le créateur des Simpson Matt Groening, cette bière est devenue une marque authentique commercialisée dans plusieurs pays. Ce détail n’a pas échappé à la loi lituanienne interdisant toute publicité pour l’alcool dans les médias. Aussi, le bureau lituanien de vérification de la publicité a adressée une amende de 10 000 litas(soit 2 900 euros) à Media Incognito, la maison d’édition.

« Cette amende nous a amenés à décider de suspendre temporairement la publication », a déclaré Indre Pavilonyte, qui travaille pour l’entreprise. Désormais, la maison d’édition cherche à reprendre la publication de la bande dessinée sans enfreindre la loi lituanienne, cependant, l’entreprise américaine Bongo Comics, qui en détient les droits, ne permet pas d’en modifier le contenu.

Le parcours des Simpson en Lituanie est donc fort compromis, car on voit mal Homer décider du jour au lendemain d’être sobre en matière d’alcool !

Source :  http://www.bedeo.fr/actualites-bd/en-lituanie-pas-de-biere-pour-homer-simpson-102617

Publié dans Liberté d'expression | Commentaires fermés

Spécial flash 14 h 33 – Maria Amélie, de retour en Norvège

Posté par Serge Bénard le 21 avril 2011

 |
21 Avril 2011 - Source : Norway Post
Maria Amélie, de retour en Norvège

Maria Amélie, qui avait été arrêté par la police et renvoyé en Russie en Janvier dernier, est de retour en Norvège. Son avion a atterri à l’aéroport de Rygge samedi soir. Maria Amélie a finalement obtenu un permis de travail norvégien.

Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Flashes, Liberté d'expression | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar