• Accueil
  • > Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs

14 février à Arras (62) – Café Le petit rat porteur

Posté par Serge Bénard le 26 janvier 2011

Les cafés littéraires avec Annie Saumont

Café Le petit rat porteur  11 rue de la Taillerie 62000 ARRAS

A 19 h

En bref :

D’abord traductrice de littérature anglo-saxonne, elle s’est ensuite consacrée à l’écriture de nouvelles, art dans lequel elle a acquis un exceptionnel savoir-faire en même temps qu’une grande notoriété. Elle s’est affirmée comme l’un des écrivains majeurs à travers ses recueils, salués par l’ensemble de la critique française et internationale. Elle a publié : Quelquefois dans les cérémonies, Goncourt de la nouvelle ; Je suis pas un camion, Grand prix de la nouvelle de la Société des Gens de Lettres ; Les voilà, quel bonheur, Prix Renaissance de la nouvelle. Désignée comme la s?ur française de Raymond Carver, elle est unanimement saluée par la critique et son ?uvre, étudiée dans les universités américaines, est traduite dans le monde entier.

Source : http://www.lens.maville.com/sortir/agenda_details_-Voir-visiter-Livre-lecture-publique…-Les-cafes-litteraires-avec-Annie-Saumont_2573111-47_agendaDetail.Htm

 


Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Evry (91) – Café littéraire (Dialogue croisé)

Posté par Serge Bénard le 24 janvier 2011

Evry (91) - Café littéraire (Dialogue croisé) dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs article315

Le réseau des médiathèques de la communauté d’agglomération Evry Centre Essonne et le Théâtre de l’Agora vous proposent de participer au prochain Café littéraire le mardi 25 janvier à 19h au Théâtre de l’Agora, à Evry. Deux invités de prestige seront présents : l’auteur essonnien Michel Seonnet et Marie-Hélène Lafon, récompensée par le prix des libraires pour son roman « L’annonce ».

Michel Séonnet, auteur essonnien, est né à Nice en 1953. Après des études de philosophie et un parcours dans le monde du théâtre, il anime des ateliers d’écriture avec des publics déshérités. Son désir : in-VENTER le monde. Il a écrit des romans, « Le pas de l’âne » (2005, Éditions Gallimard), des essais « Le cycle des hommes couvertures » (1982, Éditions Pierre Hérétiques, Toulouse), « Ces canards qui volaient contre le vent », « Armand Gatti à Saint-Nazaire » (2009, Éditions Meet).

Marie-Hélène Lafon est un écrivain en quête d’une écriture absolue, animée par une irrépressible envie d’écrire et libérée des contraintes inhérentes à sa condition sociale originelle.
Son roman « L’annonce » (2009, Éditions Buchet / Chastel) a obtenu le prix des libraires. Et « Le soir du chien » (2001, Éditions Buchet / Chastel) le prix Renaudot des Lycéens ainsi qu’une grande estime du public.

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

L’origine des cafés (littéraires) en Fance

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

Les premiers cafés ouvrent à Paris en même temps que les fèves de café et la boisson que l’on fabrique avec arrivèrent dans l’hexagone. C’est assez logique et cela se passait au XVIIème siècle. Tout se suite, on opposa les buveurs de vin aux buveurs de cafés, les premiers fréquentaient à cette époque les cabarets, les seconds « les maisons de café » qui raccourcirent leur nom en « Café » et l’on y boit maintenant autant de petit noir que de ballon de rouge.  

Les cafés à Paris

1644, les premières fèves de café firent leur apparition en France, cinquante ans plus tard le café a conquis les palais des français ainsi que leur esprit grâce à quelques voyageurs audacieux dont un certain Sieur de la Roque qui, de manière fort opportune,  ne se contenta pas de vendre les grains de café mais avaient également rapporté les ustensiles indispensables à la confection et à la dégustation de ce breuvage à des fins d’éducation de sa clientèle. Les aristocrates qui voulaient épater leurs amies se disputaient les « faiseurs de café » italiens. Les italiens étaient déjà célèbres pour leur café !

La folie du café et les premières maisons de café

Le café faisait fureur il était de bon ton de boire le Kavé ou Kaw. Il faut dire que les émissaires de la Sublime Porte avaient répandu l’usage du café en séduisant tous les sens des consommateurs. Pour cela « de jeunes et beaux esclaves, habillés d’un riche costume turc, présentaient aux dames des petites serviettes damassées garnies de franges d’or et servaient le café dans des tasses de porcelaine fabriquées au Japon » relate Lefèvre d’Ormesson. On se sait si les dames en question succombaient au café ou aux charmes virils des beaux esclaves, mais avec de tels arguments, ce fut un engouement, une vraie folie et très vite la mode se répandit dans la « bonne » société d’offrir du café lors des réceptions. Car il fallait dépenser des sommes plutôt élevées pour boire son café, imaginez que la livre se vendait 80 francs dans la maison de café que Jean de Thévenot  avait ouvert à Paris.

Les bourgeois récupérèrent à leur profit cette nouvelle mode en ouvrant des boutiques où ils vendaient du café. Le café était vendu en grain et utilisé aussi comme une drogue, dans le sens de médication.  Car des médecins s’étaient penchés sur le café, considérant les avantages et les inconvénients de la consommation de café dans un savant « Traité de l’usage du Caphé, du Thé et du Chocolate » (on était pas encore vraiment fixé sur l’orthographe), certains poètes avait décidé de ses qualités, tel  Subligny qui versifia sur le Kavé
« Qui guérit en moins d’un avé
Quand le reste ne peut guérir en une année
 »

C’est à Marseille en 1671 que l’on vit la première boutique de liqueur de café ouvrit et à Paris les maisons de café ouvrirent leurs portes sur la rive gauche, dans le quartier de la foire St Germain et du carrefour de Buci.

Jean Leclant écrit dans un article publié en 1951 dans l’AESC : « L’usage habituel de servir à l’intérieur de Paris du vin frelaté a été une des causes dans le dernier quart de XVIIème siècle, du succès des cafés à Paris. La consommation de café n’a pu se faire qu’au dépens de celle du vin […] A Paris même, on ne peut attribuer au hasard le fait que vers 1672-86, les premières maisons de café dont la clientèle est d’abord populaire, se soient trouvées sur la rive gauche de la Seine, à la foire St germain et aux abords du carrefour de Buci, dans une partie de la ville où il était le moins facile d’atteindre, à cause de la distance, et du détour à faire pour franchir l’eau, les guinguettes dont le nombre s’accroissait rapidement dans les quartiers périphériques de la rive droite…. »

Procope et Grégoire inventent « Le Café »

Maliban, un arménien, ouvrit une « maison de café » rue de Bussy dans laquelle, outre le café, il vendait d’autres nouveautés tels du tabac et des pipes pour fumer à la mode orientale. Pour d’obscures raisons, il quitta la France et son commis, Grigor reprit l’affaire et eut une idée de génie. En 1680,  il transporta la maison de café à côté de la Comédie Française, située rue des Fossés St Germain,  dans laquelle les serveurs, jeunes et beaux, étaient vêtus de costumes orientaux.

Lire la suite :

http://segolene.ampelogos.com/news/l-origine-des-cafes-en-fance

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Issoire (63), médiathèque – Une page se tourne pour les lecteurs

Posté par Serge Bénard le 14 janvier 2011


VENDREDI 14 JANVIER 2011 – 11:00

 







 





 

Issoire (63), médiathèque - Une page se tourne pour les lecteurs dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs 190733551.jpg_300x235
 dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs

Inaugurée en octobre 1988, la médiathèque Georges-Pompidou porte aujourd’hui les traces des années écoulées. Un long travail de réhabilitation s’annonce.

Par  Mathilde Fontès

« La médiathèque, c’est avant tout une maison pour tous, un lieu où trouver la quiétude, le bonheur, sans obligation de consommer, résume Odile Pascail, directrice lecture publique et patrimoine. Il est important de s’y sentir bien ». Or aujourd’hui, cet équipement vieux de 22 ans, ne répond plus tout à fait, ni aux attentes du public, ni à certaines réglementations en vigueur. Les travaux qui seront lancés lundi 25 janvier seront l’occasion de rendre à ce bâtiment toute sa jeunesse.

« Nous souhaitons créer un véritable « open space », avec des perspectives sur les bibliothèques, explique Odile Pascail. Ce lieu devra permettre un meilleur accès aux collections, le développement des nouvelles technologies et la mise en place d’un espace multimédia enfin digne de ce nom ».

La rénovation de la verrière, qui abrite actuellement les escaliers, marquera le lancement des travaux. Chaque étage sera transformé en salon de lecture, baigné par la lumière naturelle. « Nous avons également eu l’idée de créer un axe nord\sud qui traversera la bibliothèque et reliera la rue des Fours au parvis de l’abbatiale », ajoute la directrice.

La disposition des espaces dédiés sera également revue. Au rez-de-chaussée, les adolescents conserveront leur espace, mais ce dernier sera « plus intimiste ». Les bandes dessinées adultes, les ouvrages littéraires et thématiques resteront également au même niveau. « En revanche, les livres ne seront plus rangés par support, mais par thématique. Par exemple, les livres « large vision » seront placés près des écrits sonores puisque le public qui consulte l’un et l’autre est sensiblement le même ». La mezzanine qui surplombe l’espace adolescent abritera un espace multimédia avec une douzaine d’ordinateurs, un autre dédié à la musique, ainsi qu’un petit salon cinéma pour visionner des DVD.

À l’étage, l’actuel espace discographie accueillera l’administration et le coin enfants.

Tous les niveaux du bâtiment ainsi que les mezzanines seront rendus accessibles aux personnes à mobilité réduite. L’ensemble des réseaux de ventilation et de rafraîchissement sera revu, ainsi que le mobilier et le matériel informatique. Une nouvelle décoration et un éclairage modernisé se chargeront de rendre le lieu encore plus attractif.

Les nouveaux locaux permettront au personnel de mettre en place de nouvelles animations : des cafés littéraires ou philosophiques, des conférences sont en projet. Un coin lecture extérieur devrait également voir le jour. Rendez-vous est pris en 2012…

Source :

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/issoire/une_page_se_tourne_pour_les_lecteurs@CARGNjFdJSsBFRgFAB4-.html

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Pamiers (09) – Les Appaméennes du livre: à la recherche de nouveaux partenaires

Posté par Serge Bénard le 14 janvier 2011


13/01/2011 | 20:33


Pamiers (09) - Les Appaméennes du livre: à la recherche de nouveaux partenaires dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs 130120114d2ec796ee018

© MidiNews 2011

L’assemblée générale de l’association les Appaméennes du livre s’est déroulée à la maison des associations sous la présidence d’Alain Rouch, en présence des membres et de Ginette Rousseau, élue à la mairie de Pamiers en charge de l’animation culturelle.

A l’ordre du jour, le bilan de l’année écoulée avec la réussite du seizième salon du livre et une belle affluence du public autour des 52 auteurs présents tout au long de la journée, le concours de nouvelles «Grand succès en 2010 pour ces nouvelles devant commencer par «Drôle d’héritage», explique le président. 

121 adultes venant de 49 départements différents, de Madagascar et du Maroc ont rendu leur texte, ainsi que 25 jeunes principalement du collège Bayle et du Lycée du Castella de Pamiers. 

Nous sommes heureux de ce succès»

Autre animation, les cafés littéraires. Il y en a eu trois en 2010.

Le 9 février avec Patrick Hiérard, «Quand je serais grand, je ferai Berbère», le 27 avril Sylvain Athiel «l’aventure de Radio Toulouse et Radio Andorre» et le 12 octobre dernier avec Christine Clairmont «les femmes à travers son œuvre»

«Le seul regret que nous ayons eu, poursuit Alain Rouch, c’est de ne pas avoir pu mettre en place un championnat d’orthographe au niveau des scolaires appaméens»

Le président a ensuite abordé le rapport financier: «une année mi-figue, mi-raisin, dira-t-il.

Lire la suite :

http://www.ariegenews.com/ariege/culture/2011/28329/les-appameennes-du-livre-a-la-recherche-de-nouveaux-partenaires.html

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Paris – Comptoirs du noir

Posté par Serge Bénard le 13 janvier 2011

comptoirsdunoir.jpeg

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs, Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre | Commentaires fermés

Prague – Le monastère de Strahov et les cafés littéraires

Posté par Serge Bénard le 9 janvier 2011

Promenade à Prague – Le monastère de Strahov et les cafés littéraires

Prague figure depuis longtemps dans le panthéon de mes villes préférées aux côtés de Paris, Montréal, New York, Bordeaux, Rome, Venise et Vicence, mais elle y occupe une place à part. Dans ma jeunesse, j’ai souvent eu l’occasion de la traverser sans lui prêter une grande attention, sans doute parce que mes racines m’entraînaient plus loin au nord-est dans la région des monts des géants. Depuis une dizaine d’années, je parcours ses rues avec une curiosité et une soif nouvelles. Cet hiver, j’y ai passé la semaine de Noël, l’occasion pour moi de retrouver quelques uns de mes lieux favoris : le monastère de Strahov et les cafés littéraires de Prague.

Situé sur les hauteurs de Petrin non loin du château de Prague, le monastère baroque de Strahov abrite une des plus belles bibliothèques d’Europe. Le visiteur y accède par un long chemin qui serpente à flanc de colline. En hiver, le chemin est un peu ardu (et très rafraîchissant…), mais, parvenu à destination, l’amoureux des livres est amplement récompensé de ses efforts : les deux salles de lecture (théologique et philosophique) aux murs couverts d’innombrables livres anciens aux reliures de cuir sont un ravissement pour les yeux. Dommage qu’il ne soit pas permis de s’y asseoir et de feuilleter les ouvrages.

En descendant vers la Vltava, le promeneur peut faire une halte au Savoy, un très beau café situé dans le quartier de Mala Strana. Il appartient, avec le Slavia, l’Evropa, et le Louvre, à cette génération de grands cafés praguois apparus au tournant du XIXème et du XXème siècle. Moins guindés et compassés que les cafés viennois, ils ont longtemps été au coeur de la vie intellectuelle tchèque. Gustave Meyrink, Jaroslav Hasek, Rainer Maria Rilke, Franz Kafka, Karel Capek, Guillaume Apollinaire, Jaroslav Seifert, et tant d’autres ont fréquenté assidûment ces lieux. Parmi ces établissements, le Savoy est sans doute le moins connu et le moins prestigieux, mais sa décoration néo-renaissance n’en constitue pas moins une invitation à la lecture et à la rêverie dans une ambiance tamisée et reposante. De l’autre côté du fleuve, le Louvre est plus enfumé et plus animé, et j’y ai passé un moment agréable à boire un délicieux chocolat chaud tout en jouant au billard dans son arrière salle.

Lire la suite :

http://marcbordier.blogspot.com/2011/01/promenade-prague-le-monastere-de.html

Publié dans Bibliothèques du monde, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Algérie – Le Café Littéraire de Bejaïa célèbre son anniversaire

Posté par Serge Bénard le 26 décembre 2010

Publié le 23/12/2010 à 07:58 par brahambennadji

LLe café littéraire de Bejaïa, créé le 18 décembre 2008, célèbre aujourd’hui, très modestement, son deuxième anniversaire. Cette expérience s’est fixée dès sa naissance l’objectif de créer un espace d’échange d’idées et de libre débat dans notre société tout en concentrant l’essentiel de son effort à l’essor du livre et de son corollaire, la lecture. Né dans un contexte profondément marqué par le rétrécissement des libertés publiques, le café littéraire a malheureusement fait les frais, durant sa première année, des multiples tentatives sournoises d’interdiction de ses activités. Des fonctionnaires zélés de l’Etat ont voulu étouffer dans l’œuf toute expression culturelle libre émanant de la société civile dans le but de décourager toute autre initiative échappant à leur contrôle. D’autres collectifs ou associations ont d’ailleurs subi le même sort que le nôtre. Nous n’avions eu d’autres choix alors que de poursuivre notre aventure avec peu de moyens, peu d’amis sincères et désintéressés, mais avec une volonté d’airain, provoquant une reculade temporaire des adversaires de la pratique culturelle autonome. Justement, celle-ci constitue un enjeu culturel capital dans cette conjoncture particulière durant laquelle on s’acharne à mettre un bâillon à l’expression libre de toute pensée critique allant à l’encontre des idées reçues et de l’ordre établi.

Lire la suite :

http://brahambennadji.centerblog.net/6551709-le-cafe-litteraire-de-bejaia-celebre-son-anniversaire

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

25 janvier – Les Cafés Littéraires du Petit Théâtre de la Ruelle (Lodelinsart – Belgique)

Posté par Serge Bénard le 20 décembre 2010

En présence de Ahmed ahkim directeur du Centre de Médiation des gens du voyage et des Roms de Wallonie, lecture à voix haute par Eveline Marlaire-De Couvreur d’un découpage du roman : 
la fête interdite d’Adamek.
Le roman « la fête interdite » est juste le point de départ d’une soirée d’échanges sur les gens du voyage et les Roms. Sujet toujours d’actualité, il a fait la une en 2010 avec, en France, 

« les incitations au retour humanitaire », « les expulsions »

Il y a les gens du voyage, les Roms appelés aussi, Gitans, Tziganes, Manouches, Romanichels, Bohémiens … Certains sont nomades, juste de passage, d’autres sont sédentaires. Entourés d’un certain mystère, ils font peur, ils inquiètent parce qu’on dit qu’ils volent, qu’ils sont sales, parce qu’ils ne vivent pas comme nous, parce qu’ils sont différents… Quelle est la politique européenne, belge, wallonne, comment sont-ils accueillis chez nous, comment les percevons-nous… quelques questions et beaucoup d’autres auxquelles Ahmed Ahkim pourra répondre et nous aider à y voir un peu plus clair.
Lecture adultes et adolescents, suivie d’échanges.
J’aurai le plaisir de vous accueillir avec un petit verre mais vous pourrez ensuite consommer la boisson de votre choix, si vous le désirez. Un petit creux ? Je vous propose un plat salé ou sucré, fabrication maison.


Petit Théâtre de la Ruelle

Adresse: Rue du Village (près de la place E. Gilles), 6042 Lodelinsart Téléphone: 0472-852.486
Tarif: Entrée 3 €. Pour les abonnés du Petit Théâtre, 2 € sur présentation de leur abonnement.
Public: à partir de 12 ans
Ouverture: 20h.
Le 25 janvier

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Boulogne (62) – Les petits-déjeuners du Sandettie

Posté par Serge Bénard le 9 décembre 2010

La culture, en toute simplicité

Venez discuter autour d’un croissant et d’une tasse de café.

Si vous aimez discuter littérature, musique ou cinéma, le tout associé à un bon petit café et des croissants frais, alors rendez-vous un samedi sur deux à la médiathèque du Sandettie où l’on vous invite à partager un petit-déjeuner culturel.

Depuis 2009, Priscilla Billiard, responsable du secteur prêt adulte, anime ces petits-déjeuners qui ont été conçus pour devenir des moments conviviaux, où la discussion et les échanges se font naturellement, sans emphase, plaçant tous les participants sur un pied d’égalité. En démarrant doucement avec quelques personnes, ces rendez-vous bi hebdomadaires rassemblent désormais une dizaine de personnes qui au fur et à mesure des rencontres, apprennent à se connaître. Si vous aussi, avez envie de parler d’un livre qui vous a particulièrement plu, de discuter de l’actualité cinématographique ? De l’actualité tout court… Si vous êtes amateur d’échanges et de découvertes. Alors vous êtes cordialement invité à venir partager vos opinions et sentiments avec d’autres personnes. « Et à l’inverse de certains cafés littéraires, il n’y a aucune prétention intellectuelle là-dessous, revendiquent les participants du jour. On ne se prend pas la tête avec de grandes phrases et des textes préparés. On se contente de parler librement, chacun à sa manière, de quelque chose que l’on a aimé spontanément.

» Alors bienvenue, un samedi sur deux à partir de 10h30 au service prêt adultes de la médiathèque du Sandettie, pour des petits déjeuners culturels ! Venez partager vos rêves et vos coups de coeur. L’ambiance est décontractée et il y en a pour tous les goûts.

Participation gratuite et ouverte à tous à partir de 14 ans. Renseignements au 03 21 10 12 70 (Médiathèque. Prochaine date : le 11 décembre 2010.

Source :

http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/boulogne/2010/12/08/article_la_culture_en_toute_simplicite.shtml

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

1...7891011...17
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar