• Accueil
  • > Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs

Bibliothèque de Joseph Valynseele : 1.000 livres de généalogie en vente

Posté par Serge Bénard le 29 mai 2010

6a00d83534858069e2013482161051970c200wi.jpg

Valynseele Né en 1924 à Tourcoing (et décédé en 1997), Joseph Valynssele a fait toute sa carrière dans le textile, d’abord dans sa région d’origine, puis à Paris. Grand amateur d’histoire, il a partagé sa passion avec sa femme. Les hasards l’ont conduit, en 1953, à travailler sur les enfants naturels de Louis XV : il en a recensé une quinzaine d’authentiques, tout en se demandant s’ils avaient des descendants. C’est ainsi que, ce jour-là, il a découvert la généalogie.

 

Lire la suite sur :

http://geneinfos.typepad.fr/geneinfos/2010/05/1000-livres-de-genealogie-la-biliotheque-de-joseph-valynseele.html

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

L’Allée des bouquinistes (Bibliothèque et Archives nationales du Québec)

Posté par Serge Bénard le 29 mai 2010

L’Allée des bouquinistes , inaugurée en 2008 par Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), reprend du service avec des heures d’ouverture plus étendues. Située sur l’avenue Savoie, le long de la facade ouest de la Grande Bibliothèque, cinq boutiques de libraires attendent les curieux, les bibliophiles et les collectionneurs de documents anciens et de livres rares : Jean Nelson Cazeils (Boutique Nouvelle-France), Véronique Klauber (Librairie Mona Lisait), Mathieu Bertrand (Librairie Bonheur d’occasion) ainsi que François Côté et Francisco Uribe.
Visitez-les du 14 mai au 3 octobre tous les vendredis de 17 h à 22 h, les samedis de 12 h à 22 h et maintenant les dimanches de 12 h à 18 h.

http://normandtrudel.blogspot.com/2010/05/visitez-lallee-des-bouquinistes-de-la.html

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Le livre d’art enrichit les bibliothèques gardoises

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2010

Un fonds de 403 564 documents

La direction du livre et de la lecture du conseil général du Gard a ouvert ses portes la semaine dernière. L’ancienne bibliothèque départementale de prêt, rebaptisée direction du livre et de la lecture du conseil général du Gard, a ouvert ses locaux nîmois du chemin du Carreau-de-Lanes (face à Carémeau), la semaine dernière aux professionnels qui ont visité les lieux et une partie du fonds de 403 564 documents. 
 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

56e Congrès ABF à Tours

Posté par Serge Bénard le 21 mai 2010


20 – 23 mai 2010

37000 Tours

LE 56e Congrès de l’Association des Bibliothécaires Français se tiendra du 20 au 23 mai au Palais des Congrès Vinci de Tours. La thématique abordée est « Bibliothèques, et si on parlait d’argent ? ». Conférences et ateliers (inscriptions payantes) / salon professionnel (entrée libre)

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Les lecteurs de Val de France bénéficient désormais du réseau RéVOdoc

Posté par Serge Bénard le 19 mai 2010

 

Depuis lundi les habitants de la communauté d’agglomération Val de France (Sarcelles  – Villiers-le-Bel  – Arnouville-lès-Gonesse  – Garges-lès-Gonesse) en étant inscrit dans une des bibliothèques de Val de France peuvent emprunter des documents des bibliothèques du réseau RéVOdoc qui fédère une quarantaine de bibliothèques du département, des bibliothèques publiques mais aussi des bibliothèques spécialisées comme celle des archives départementales.

Pour consulter le catalogue RéVOdoc et réserver un document, rendez-vous sur le site des bibliothèques de Val de France à la rubrique RéVOdoc. Une fois la demande traitée, le document est  acheminé par courrier et vous serez averti à réception, il ne vous restera plus qu’à venir le retirer dans votre bibliothèque habituelle.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Les bibliothèques et le millefeuille territorial

Posté par Serge Bénard le 16 mai 2010

Les compétences culturelles dans une impasse… provisoire ?

Publié par Dominique Lahary le 16 mai 2010

Le Sénat a donc corrigé la copie du gouvernement en adoptant le 4 février 2010 le projet de loi de réforme territoriale. Il revient maintenant à l’Assemblée nationale de l’examiner à partir du 25 mai 2010.

La version sénatoriale nous écarte du projet gouvernemental sur quelques points sensibles.

a) Sur l’épaisseur du millefeuille

  • La métropole, simple établissement public et non collectivité territoriale de plein exercice, ne reçoit pas toutes les compétences du département, en particulier pas celles relative aux bibliothèques départementales de prêt.
  • Un nouveau type de collectivité territoriale est créé, issu de la fusion d’une région et des départements qui la composent.

d) Sur les compétences des départements et des régions (article 35)

  • Ces deux types de collectivités perdent bien la clause de compétence générale au profit d’une liste limitative de compétence qui fera l’objet  d’une loi adoptée « dans un délai de douze mois à compter de la promulgation de la présente loi ». Ces compétences seront exclusives, c’est-à-dire qu’aucune autre collectivité ne pourra les exercer.
  • Des exceptions au principe d’exclusivité sont prévues : « lorsque, à titre exceptionnel, une compétence est partagée entre plusieurs niveaux de collectivités, la loi peut désigner la collectivité chef de file chargée d’organiser l’exercice coordonné de cette compétence ou donner aux collectivités intéressées la faculté d’y procéder par voie de convention ».
  • La limitation des compétences est ainsi tempérée pour les départements et des régions : « la capacité d’initiative de la région ou du département ne peut s’appliquer qu’à des situations et des demandes non prévues dans le cadre de la législation existante, dès lors qu’elle est justifiée par l’intérêt local », et plus encore pour les départements : « Le département continuera à être identifié comme le lieu des politiques publiques de proximité et sera confirmé dans son rôle de garant des solidarités sociales et territoriales ».
  • Enfin, « la pratique des financements croisés entre les collectivités territoriales est encadrée afin de répartir l’intervention publique en fonction de l’envergure des projets ou de la capacité du maître d’ouvrage à y participer ».

Les compétences culturelles

C’est l’émoi dans les milieux culturels et cela se comprend. Tous les niveaux interviennent comme ils l’entendent en dehors de toute notion de compétence obligatoire. Les financements croisés sont fréquents et des régions vont jusqu’à financer des productions cinématographiques, ce qui n’avait certes pas été prévu à leur création comme collectivité territoriale en 1982. Cela a déjà donné plusieurs manifestations de rue, le spectacle vivant étant particulièrement mobilisé.

Ceci alors que la raréfaction des moyens de l’Etat et des collectivités territoriales fait de toutes façons peser des menaces, entre autres, sur le secteur culturel.

Le Président de la République, adressant ses vœux au monde de la culture le 7 mai 2010, a dit : « Toutes les collectivités, des communes aux régions en passant par les intercommunalités et les départements, continueront à exercer leur compétence culturelle après le vote de la loi réformant les responsabilités des collectivités territoriales. »

Le ministre de la culture Frédéric Mitterrand, s’appuyant sur cette phrase, assure dans une tribune intitulée Culture en région : il n’y a pas de loup dans nos bergeries (Libération du 7 mai 2010) que le Président de la Fépublique « a […] clairement affirmé à cette occasion que la compétence culturelle des collectivités territoriales serait préservée ». Il poursuit : « Je ferai tout pour que la volonté du président de la République de conserver à la culture son caractère de compétence partagée entre l’ensemble des collectivités publiques soit bien suivie d’effet ». Mais la phrase suivante est sujette à interprétation :« La réforme en cours permettra au plan général de démêler l’enchevêtrement des compétences, mais sans attenter à l’effort culturel dans nos territoires. En permettant d’éviter l’éparpillement des moyens et le gâchis des énergies, elle garantira une meilleure efficacité de l’action publique et accroîtra ainsi, à terme, l’attractivité de nos territoires où la culture a naturellement toute sa place ».

Au demeurant, c’est au législateur, sous l’éventuel contrôle du Conseil constitutionnel, qu’appartient le dernier mot. Force est alors de reconnaître que l’article 35 adopté par le Sénat pose question. Car de deux choses l’une :

  • Tout ou partie des compétences culturelles sont attribués aux départements à titre ce compétence exclusive. Cela interdit alors aux autres niveaux du millefeuille territorial de les exercer. La clause de compétence générale des communes serait ainsi amputée des compétences dévolues aux départements et/ou régions.
  • Telle ou telle compétence culturelle, ou la totalité, sont partagée, comme le promet le ministre. Il faut alors un chef de file.

L’une ou l’autre de ces hypothèses ne sont raisonnables. On ne peut pas priver les communes de gérer ou subventionner des musées, ou des théâtres, si les départements le font aussi. Et la notion de chef de file en matière culturelle ne tient pas la route : imagine-t-on une région ou un département s’ingérer dans la politique culturelle d’une commun e ou d’une agglomération, en dehors d’une coopération librement consentie ?

Nous sommes donc dans une impasse et il appartient à l’Assemblée nationale de nous en sortir.

Que deviennent les bibliothèques ?

Les compétences en matière de bibliothèques constituent un cas particulier de ce tableau. Les départements (sauf paris et la petite couronne d’Île-de-France) y disposent d’une compétence obligatoire (les bibliothèques départementales) qui ne seront pas, comme on l’a cru un moment, amputées par les métropoles. C’est déjà une compétence exclusive et celle-là ne pose pas question. Elle n’a rien d’un « chefdefilat » et ne remet pas en cause l’autonomie des communes.

Si nous ne prenons en compte que les établissements, alors la répartition est simple, et pour tout dire tautologique. Les communes gèrent les bibliothèques municipales ou, par transfert exclusif, les intercommunalités gèrent les bibliothèques intercommunales). Les départements les départementales. Ce n’est pas une compétence partagées parce que les missions ne sont généralement pas le s mêmes.

Si nous prenons en compte les politiques, et la lecture publique comme segment des politiques publiques pour la mise en œuvre desquelles les bibliothèques ne sont qu’un instrument parmi d’autre, alors oui, on peut parler de compétences partagées, et la notion de chefdefilat est aussi improbable qu’à propos des compétences culturelles dans leur ensemble.

Quant aux financements croisés, dont j’ai délibérément fait l’éloge [http://lahary.wordpress.com/2008/11/13/les-bibliotheques-et-le-mille-feuilles-territorial-1-lecture-publique-a-tous-les-etages/],on espère qu’ils ne pâtiront pas de la formule du Sénat selon laquelle ils doivent être encadrés « afin de répartir l’intervention publique en fonction de l’envergure des projets ou de la capacité du maître d’ouvrage à y participer ». Un élu me disait récemment qu’on devrait plutôt parler de cofinancement sur la base de projet partagés.

[Comme tous les billets de ce blog, celui-ci n’engage que son auteur]

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Bibliothèque de Niort, la lecture en toute liberté

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2010

La bibliothèque municipale de Niort est équipée d’un automate de prêt 3M depuis presque 3 ans. Pour Eric Surget qui en est le Directeur, il s’agit de l’occasion de dresser un bilan auprès des lecteurs et des bibliothécaires. Les premiers gagnent du temps et de l’autonomie, les seconds sont plus disponibles pour jouer pleinement leur rôle de conseil ! Printemps 2000 : la bibliothèque municipale de Niort engage un important projet de modernisation axé sur le changement de son système d’information et la mise en réseau de ses différents sites. « Parallèlement, nous cherchions à améliorer la qualité de service apportée au lecteur, et notamment à réduire les engorgements et les files d’attente qui surgissaient régulièrement aux heures d’affluence. Nous avons pensé à la solution de l’automatisation du prêt », déclare-t-il.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Hausse des emprunts dans les bibliothèques britanniques

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2010

Plus de livres empruntés dans les bibliothèques grâce à la jeunesse

Pour la première fois en 10 ans les bibliothèques britanniques enregistrent une hausse des emprunts. Les bibliothèques du Royaume-uni ont enregistré pour la première fois en dix ans une augmentation du nombre de prêts. Selon un rapport de The Chartered Institute of Public Finance and Accountancy (ou CIPFA)quelques 310,8 millions livres ont été empruntés dans les bibliothèques britanniques en 2008/2009.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Isère

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2010

La bibliothèque départementale va quitter Saint-Martin d’Hères pour Bourgoin-Jallieu. C’est ce qu’a annoncé jeudi dernier André Vallini, le président du conseil général, lors de l’inauguration de la Maison départementale de Bougoin-Jallieu.

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

1...117118119120121
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar