• Accueil
  • > Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.

Nuit Nabokov à Strasbourg

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

On vous a dit le grand bien qu’on pensait finalement des fragments de L’Original de Laura du grand Vladimir (lire notre chronique) : dans le cadre de l’édition 2010 des Bibliothèques Idéales (dont le programme terriblement éclectique va de la remise du Goncourt de la Nouvelle en présence d’Eric-Emmanuel Schmitt à une soirée Claro / Mathias Enard et une lecture d’Antoine Volodine – lire notre entretien-fleuve dans Chronic’art #68, en kiosque), Lara Delage-Toriel (co-éditrice de l’ouvrage Kaleidoscopic Nabokov, aux Perspectives Françaises) et la librairie Kléber organisent le vendredi 24 septembre prochain une véritable orgie en hommage au maître. Outre la présence apparemment nécessaire d’un Bernard Pivot qui n’en finit plus de s’autopasser la brosser à reluire pour son Apostrophe historique en présence de l’écrivain, l’invité d’honneur sera le légendaire Maurice Couturier, traducteur et doyen des études nabokoviennes en France. Seront également présents, Nina Khrushcheva, petite fille de Nikita (si, si) et spécialiste internationale de l’oeuvre de Nabokov, la critique Lila Azam Zanganeh, l’artiste multimédia Alexandra Loewe, la musicienne Karen Nonnenmacher et le comédien Jean Lorrain. Rendez-vous à 20h00 dans la Grande salle de l’Aubette.

Source :

http://www.chronicart.com/news/actu_19.php

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Journées, rencontres, événements, voyages | Commentaires fermés

25 septembre – BookCamp Paris, 3e édition

Posté par Serge Bénard le 22 septembre 2010

La troisième édition du BookCamp Paris se tiendra le samedi 25 septembre de 13 h à 20 h.

Par Élodie Picard

L’idée de cette journée est de proposer une demi-journée d’expérimentations et de réflexions autour du livre et du numérique.

Une série d’ateliers « main à la pâte » pour mieux partager les impacts de l’innovation numérique sur la chaine du livre. Une occasion de rencontre et d’échanges entre bibliothécaires, libraires, éditeurs, auteurs, critiques et lecteurs avec pour mot d’ordre : « tous participants ».

Lieu

La Cantine, 151 rue Montmartre 12 passage des Panorama 75002 Paris

métro :  Grand Boulevard (Ligne 8, Balard-Créteil).

Réservations

http://barcamp.org/BookCampParis3http://barcamp.org/BookCampParis

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Edition, éditeurs, Librairies, libraires | Commentaires fermés

Code de la propriété intellectuelle – Version consolidée au 29 août 2010

Posté par Serge Bénard le 20 septembre 2010

  • Partie législative
  • Première partie : La propriété littéraire et artistique
  • Livre Ier : Le droit d’auteur
  • Titre Ier : Objet du droit d’auteur

  • Titre II : Droits des auteurs
  • Titre III : Exploitation des droits
  • Chapitre II : Dispositions particulières à certains contrats
  • Section 5 : Contrat de nantissement du droit d’exploitation des logiciels (Article L132-34)
  • Livre II : Les droits voisins du droit d’auteur
  • Titre unique
  • Chapitre III : Droits des producteurs de phonogrammes (Article L213-1)
  • Chapitre IV : Dispositions communes aux artistes-interprètes et aux producteurs de phonogrammes (Articles L214-1 à L214-5)
  • Chapitre V : Droits des producteurs de vidéogrammes (Article L215-1)
  • Chapitre VII : Dispositions applicables à la télédiffusion par satellite et à la retransmission par câble (Articles L217-1 à L217-3)
  • Livre III : Dispositions générales relatives au droit d’auteur, aux droits voisins et droits des producteurs de bases de données
  • Titre Ier : Rémunération pour copie privée
  • Titre II : Sociétés de perception et de répartition des droits
  • Titre III : Prévention, procédures et sanctions
  • Chapitre Ier : Dispositions générales
  • Section 3 : Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet
  • Sous-section 2 : Mission d’encouragement au développement de l’offre légale et d’observation de l’utilisation licite et illicite d’œuvres et d’objets protégés par un droit d’auteur ou par un droit voisin sur les réseaux de communications électroniques (Article L331-23)
  • Sous-section 3 : Mission de protection des œuvres et objets auxquels est attaché un droit d’auteur ou un droit voisin (Articles L331-24 à L331-30)
  • Sous-section 4 : Mission de régulation et de veille dans le domaine des mesures techniques de protection et d’identification des œuvres et des objets protégés par un droit d’auteur ou un droit voisin (Articles L331-31 à L331-37)
  • Chapitre VI : Prévention du téléchargement et de la mise à disposition illicites d’œuvres et d’objets protégés par un droit d’auteur ou un droit voisin (Articles L336-1 à L336-4)
  • Titre IV : Droits des producteurs de bases de données
  • Deuxième partie : La propriété industrielle
  • Livre IV : Organisation administrative et professionnelle
  • Titre Ier : Institutions
  • Chapitre II : Le comité de protection des obtentions végétales (Article L412-1)
  • Titre II : Qualification en propriété industrielle
  • Chapitre Ier : Inscription sur la liste des personnes qualifiées en matière de propriété industrielle (Articles L421-1 à L421-2)
  • Livre V : Les dessins et modèles
  • Titre Ier : Conditions et modalités de la protection
  • Chapitre Ier : Champ d’application
  • Chapitre II : Enregistrement d’un dessin ou modèle
  • Titre II : Contentieux
  • Livre VI : Protection des inventions et des connaissances techniques
  • Titre Ier : Brevets d’invention
  • Chapitre Ier : Champ d’application
  • Chapitre II : Dépôt et instruction des demandes
  • Chapitre III : Droits attachés aux brevets
  • Chapitre IV : Application de conventions internationales
  • Paragraphe 2 : Effets en France des demandes internationales (Article L614-24)
  • Chapitre V : Actions en justice
  • Titre II : Protection des connaissances techniques
  • Chapitre II : Produits semi-conducteurs
  • Chapitre III : Obtention végétale
  • Livre VII : Marques de fabrique, de commerce ou de service et autres signes distinctifs
  • Titre Ier : Marques de fabrique, de commerce ou de service
  • Titre II : Indications géographiques
  • Chapitre II : Contentieux
  • Troisième partie : Application aux territoires d’outre-mer et à Mayotte
  • Livre VIII : Application dans les îles Wallis et Futuna, dans les Terres australes et antarctiques françaises, en Nouvelle-Calédonie et à Mayotte
  • Titre unique
  • Partie réglementaire
  • Livre Ier : Le droit d’auteur
  • Titre Ier : Objet du droit d’auteur
  • Chapitre II : Oeuvres protégées

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre III : Titulaires du droit d’auteur

    Absence de disposition réglementaire.

  • Titre II : Droits des auteurs
  • Chapitre Ier : Droits moraux.

    Absence de disposition réglementaire

  • Chapitre II : Droits patrimoniaux.
  • Section 3 : Exception en faveur de personnes atteintes d’un handicap.
  • Sous-section 3 : Dispositions relatives aux personnes morales et aux établissements ouverts au public mettant en œuvre l’exception. (Articles R122-17 à R122-18)
  • Sous-section 4 : Dispositions relatives à l’organisme dépositaire des fichiers numériques ayant servi à l’édition d’œuvres imprimées. (Articles R122-19 à D122-22)
  • Chapitre III : Durée de la protection.

    Absence de disposition réglementaire

  • Titre III : Exploitation des droits
  • Chapitre Ier : Dispositions générales

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre II : Dispositions particulières à certains contrats
  • Section 1 : Contrat d’édition

    Absence de disposition réglementaire

  • Section 2 : Contrat de représentation

    Absence de disposition réglementaire.

  • Section 3 : Contrat de production audiovisuelle

    Absence de disposition réglementaire.

  • Livre II : Les droits voisins du droit d’auteur
  • Titre unique
  • Chapitre III : Droits de producteurs de phonogrammes

    Absence de disposition réglementaire

  • Chapitre IV : Dispositions communes aux artistes-interprètes et aux producteurs de phonogrammes (Articles R214-1 à R214-7)
  • Chapitre V : Droits des producteurs de vidéogrammes

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre VI : Droits des entreprises de communication audiovisuelle

    Absence de disposition réglementaire.

  • Livre III : Dispositions générales
  • Titre Ier : Rémunération pour copie privée
  • Titre II : Sociétés de perception et de répartition des droits
  • Chapitre III : Des sociétés agréées pour la gestion du droit d’autoriser la retransmission par câble, simultanée, intégrale et sans changement, sur le territoire national, à partir d’un Etat membre de la Communauté européenne (Articles R323-1 à R323-5)
  • Chapitre IV : Des médiateurs chargés de favoriser la résolution des différends relatifs à l’octroi de l’autorisation de retransmission par câble, simultanée, intégrale et sans changement, sur le territoire national à partir d’un Etat membre de la Communauté européenne (Articles R324-1 à R324-12)
  • Chapitre V : Commission permanente de contrôle des sociétés de perception et de répartition des droits (Articles R325-1 à R325-4)
  • Chapitre VI : Sociétés agréées pour la gestion collective de la rémunération au titre du prêt en bibliothèque (Articles R326-1 à R326-7)
  • Titre III : Procédures et sanctions
  • Chapitre Ier : Dispositions générales
  • Section 2 : Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet
  • Sous-section 1 : Organisation de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet
  • Sous-section 2 : Mission de protection des œuvres et objets auxquels est attaché un droit d’auteur ou un droit voisin (Articles R331-35 à R331-46)
  • Chapitre III : Saisie-arrêt

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre IV : Droit de suite

    Absence de disposition réglementaire.

  • Titre IV : Droits des producteurs de bases de données (Article R341-1)
  • Chapitre Ier : Champ d’application

    Le présent chapitre ne comporte pas de dispositions réglementaires.

  • Chapitre II : Etendue de la protection

    Le présent chapitre ne comporte pas de dispositions réglementaires.

  • Livre IV : Organisation administrative et professionnelle
  • Titre Ier : Institutions
  • Chapitre Ier : L’Institut national de la propriété industrielle
  • Section 3 : Recours exercés devant la cour d’appel contre les décisions du directeur général de l’Institut national de la propriété industrielle en matière de délivrance, rejet ou maintien des titres de propriété industrielle (Articles R411-19 à R411-26)
  • Chapitre II : Le comité de la protection des obtentions végétales
  • Titre II : Qualification en propriété industrielle
  • Chapitre Ier : Inscription sur la liste des personnes qualifiées en matière de propriété industrielle (Articles R421-1 à R421-12)
  • Chapitre II : Conditions d’exercice de la profession de conseil en propriété industrielle
  • Section 1 bis : Libre prestation de services par les mandataires en propriété industrielle établis sur le territoire d’un Etat membre de la Communauté européenne ou d’un Etat partie à l’accord sur l’Espace économique européen (Articles R422-7-1 à R422-7-2)
  • Section 3 : Exercice sous forme de société
  • Sous-section 4 : Sociétés de participations financières de profession libérale de conseils en propriété industrielle (Articles R422-51-1 à R422-51-14)
  • Livre V : Les dessins et modèles
  • Titre Ier : Acquisition des droits
  • Chapitre Ier : Droits et oeuvres protégés
  • Chapitre IV : Dispositions communes
  • Titre II : Contentieux
  • Chapitre Ier : Contentieux des dessins ou modèles nationaux
  • Chapitre II : Contentieux des dessins et modèles communautaires (Article R522-1)
  • Livre VI : Protection des inventions et des connaissances techniques
  • Titre Ier : Brevets d’invention
  • Chapitre Ier : Champ d’application
  • Section 1 : Généralités

    Absence de disposition réglementaire.

  • Section 2 : Droit au titre
  • Chapitre II : Dépôt et instruction des demandes
  • Section 2 : L’instruction des demandes
  • Chapitre III : Droits attachés aux brevets
  • Section 1 : Droits d’exploitation
  • Sous-section 3 : Licences obligatoires pour des brevets visant la fabrication de produits pharmaceutiques destinés à l’exportation vers des pays connaissant des problèmes de santé publique (Articles R613-25-1 à R613-25-4)
  • Section 3 : Copropriété des brevets

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre IV : Application de conventions internationales
  • Chapitre V : Actions en justice
  • Chapitre VIII : Dispositions communes
  • Titre II : Protection des connaissances techniques
  • Chapitre Ier : Secret de fabrique

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre III : Obtentions végétales
  • Section 1 : Délivrance et maintien en vigueur des certificats d’obtention végétale
  • Section 2 : Champ d’application des certificats d’obtention végétale, durée et portée du droit de l’obtenteur (Articles R623-55 à R623-58)
  • Titre III : Tribunaux compétents en matière d’actions relatives aux inventions et aux connaissances techniques
  • Livre VII : Marques de fabrique, de commerce ou de service et autres signes distinctifs
  • Titre Ier : Marques de fabrique, de commerce ou de service
  • Chapitre Ier : Eléments constitutifs de la marque

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre III : Droits conférés par l’enregistrement

    Absence de disposition réglementaire.

  • Chapitre VI : Contentieux
  • Chapitre VII : Marque internationale et marque communautaire
  • Chapitre VIII : Dispositions communes
  • Titre II : Indications géographiques
  • Chapitre Ier : Généralités

    Le présent chapitre ne comprend pas de dispositions réglementaires.

  • Chapitre II : Contentieux
  • Livre VIII : Dispositions particulières à Mayotte, aux îles Wallis et Futuna, à la Nouvelle-Calédonie et aux Terres australes et antarctiques françaises
  • Titre unique

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira, Droit, législation, contentieux, conflits, procès, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Affaire Zoé Shepard : SUD prend parti pour l’auteur

Posté par Serge Bénard le 19 septembre 2010

Le syndicat a distribué hier vendredi des tracts devant l’hôtel de la région Aquitaine, reprochant au président de la collectivité,  Alain Rousset, de porter atteinte à la liberté d’expression.

Le 30 août dernier, Alain Rousset, le président du Conseil régional d’Aquitane a infligé 10 mois de suspension, dont 6 avec sursis, à Aurélie Boullet, une des fonctionnaires de la collectivité qu’il préside. La jeune femme a été sanctionnée pour avoir manqué à son devoir de réserve, en écrivant sous le pseudonyme de Zoé Shepard un pamphlet sur les errements d’un service d’une mairie de province.

Au début du mois de septembre, Me Delphine Krust, l’avocate d’Aurélie Boullet, a déposé une requête pour excès de pouvoir devant le tribunal administratif de Bordeaux. L’affaire ne devrait pas être examinée avant plusieurs mois. Le temps que le soufflé retombe ? Rien n’est moins sûr. Alain Rousset n’en a sans doute pas fini avec Zoé Shepard. Hier matin, contre toute attente, ce sont les militants du syndicat SUD des collectivités territoriales de la Gironde qui ont remis le couvert.

Source :

http://www.sudouest.fr/2010/09/18/zoe-shepard-sud-s-en-mele-188649-658.php

Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils | Commentaires fermés

Un auteur peut-il être anonyme sans passer incognito ?

Posté par Serge Bénard le 15 septembre 2010

«Le Livre sans nom» est en passe d’être un carton littéraire. De l’inconvénient d’être un auteur anonyme, et de quelques moyens médiatiques d’y remédier.

Par Jean-Laurent Cassely

Être un auteur anonyme au XXe siècle n’était déjà pas évident. Faire ce choix au début du XXIe pourrait à première vue paraître suicidaire… Couverture, affichage, encart presse ou passage télé, la personne de l’auteur est de plus en plus exposée, en période promotionnelle notamment. Et on aurait tort de croire que seul le roman grand public d’amour ou de suspense (Marc Levy, Harlan Coben, etc.) se prête à ce branding de la personne de l’auteur. L’édition sérieuse française et sa désormais inévitable autofiction se régale des trombines d’auteurs, surtout quand l’artiste est suffisamment bien loti par la nature pour entrer dans un cénacle assez réduit et fort convoité: celui d’auteur-e invité-e dans un talk show pour parler de sexe, de politique et, parfois aussi, un peu de littérature.

L’édition a encore beaucoup de travail à fournir avant de se mesurer au cinéma où le règne people est désormais bien établi (le making of comme passage obligé d’une promotion réussie, les interviews d’actrices et d’acteurs ayant adoré travaillé avec Kevin qui lui-même a super kiffé de travailler avec Sandy), mais le spectacle de l’autour du livre accapare tout de même une bonne part du discours de promotion destiné aux médias (qu’il s’agisse de publicité ou de relations presse).

People, promo et métafiction, l’auteur est partout

L’anonymat implique en revanche un certain nombre de renoncements dans la phase aval du livre, celle de la promotion: pas de photo, pas de signature en librairie, pas de télé. Et comment diable inciter la presse à parler d’un roman sans nom, sans tête, sans corps, quand l’édition est allée jusqu’à ce genre d’extrémité

D’une certaine manière, la trombine et la peopolisation sont devenues beaucoup plus qu’un simple argument de marketing éditorial, pour accéder au rang de genre littéraire. C’est en amont, bien avant les stratégies de lancement, les quatrièmes de couverture ou les publicités dans la presse, que les auteurs eux-mêmes utilisent des procédés littéraires autofictionnels, qui nécessitent désormais une bonne connaissance de leur vie par le lecteur pour entrer dans le trip. C’est ce qu’on appelle en langage intello l’écriture métafictive: l’auteur (qui écrit «Je») joue à écrire sur lui, lui en train d’écrire, lui en train de vivre la réception de son écriture par d’autres, dans une spirale infinie qui entraîne réalité et fiction pour mieux les indifférencier. C’est un très vieux procédé, mais notre époque l’a quelque peu banalisé.

   Angot parle d’Angot (c’est ce qui l’a rendue célèbre),

   Weyergans de Weyergans (le personnage de Trois jours chez ma mère s’appelle François Weyergraf et écrit un livre intitulé… Trois jours chez ma mère),

   Houellebecq de Houellebecq (un des personnages de son dernier roman s’appelle… Michel Houellebecq),

   Foenkinos de Foenkinos (ce dernier projette son personnage d’écrivain dans le futur dans son roman Qui se souvient de David Foenkinos?)

… Alors, que faire quand on a choisi l’anonymat?

Eh bien il faut faire parler de soi quand même. Deux principes à respecter:

1• Quand il n’y a pas de nom, en trouver un quand même

Passé un certain temps, et face à un succès grandissant, l’auteur anonyme ou caché derrière un pseudo sera nécessairement la victime plus ou moins consentante d’un jeu de devinettes. Ainsi Trevanian, écrivain à succès de romans d’espionnage parodiques, fut un temps pris pour le pseudo de Robert Ludlum, auteur lui aussi à succès de romans d’espionnage fort peu parodiques en revanche (dont la célèbre série des Jason Bourne). 

De même, la discrétion de celui qui se fait appeler le Bourbon Kid sur Facebook a attiré la curiosité du public. L’anonyme, auteur de trois volumes d’une saga délirante et burlesque commencée avec Le Livre sans Nom (publié en France par Sonatine en juin 2010), connaît un important succès en librairie. Distribué dans plus de vingt-cinq pays et déjà en route pour une adaptation ciné américaine, son livre s’est vendu à 40.000 exemplaires au Royaume-Uni où il fut d’abord édité, à plus de 80.000 en Allemagne, 45.000 en Pologne… En France, où le public ne l’a découvert que récemment, le carton semble également assuré, 50.000 exemplaires ayant été écoulés en trois mois.

Lire la suite :

http://www.slate.fr/story/27307/le-livre-sans-nom

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Le grand retour du Récit

Posté par Serge Bénard le 13 septembre 2010

Par Philippine Cruse

Depuis les années 80, la critique s’intéresse au retour du récit après plusieurs décennies de déconstruction voire de rejet du genre. En cette rentrée littéraire, ce retour se précise et se distingue en plusieurs mouvements. A travers eux, les relations entre fiction et réalité. Si certains auteurs trouvent dans la réalité matière à explorer les imaginaires, d’autres, écoutent les faits résonner dans le monde contemporain. Petite analyse de l’air du temps.

Qui dit retour du récit suppose rupture ou divorce avec le texte classique qui s’est amorcé au début du XXème siècle avec les grands modernistes parmi lesquels Eliot, Joyce, Kafka, Proust, ou encore plus tard Michel Butor et Nathalie Sarraute. Au début des années 80, on a pu constater le développement d’une littérature où il était question en priorité de soi. Retour du sujet. L’écrivain se livrait, impudique, et nourrissait les mondes de l’autofiction. « J’écris pour comprendre, connaître, approfondir, mieux percevoir ce qui se déroule en moi » notait Charles Juliet dans Lambeaux. Trente ans après, le temps de l’auto-fiction semble s’être épuisé au profit d’un regard plus large sur le monde. Du sujet, le regard s’est porté vers l’objet et le monde plus généralement. Avec le récit, l’écrivain s’inscrit dans la réalité et convoque une voix qui va porter l’ensemble du texte. Le retour au récit peut aussi se lire comme l’expression de ce qu’Antoine Compagnon définit à travers « le ras le bol de l’hyper-intellectualisme ». Retour qui prône le plaisir de la lecture. L’écrivain s’adresse à un lecteur et partage avec lui l’histoire. Il veut en quelque sorte l’emmener avec lui, lui raconter une histoire. Comment cette réconciliation avec la forme narrative se développe-t-elle ? 

Les souffles de l’histoire

L’écrivain écoute l’écho des faits anciens résonner dans le monde contemporain.
Une quinzaine de romans s’inspirent ainsi de la Seconde guerre mondiale pour cette rentrée littéraire. A priori, on pourrait penser que l’Histoire est là pour combler un manque d’imagination.Or, l’intérêt historique est loin d’être un frein à l’exploration de l’imaginaire selon Emmanuel Bouju. La préoccupation du formalisme s’affaiblit au profit  d’un nouveau regard sur l’histoire et un engagement de la part de l’écrivain. Concernant particulièrement la Seconde Guerre Mondiale, Bouju souligne : « la littérature française ne s’est pas donné de repère historique aussi fort (…) contrairement à l’Allemagne, avec la chute du Mur ou au Portugal avec la révolution des œillets. » Pensons au texte surprenant de Claro CosmoZ qui revisite les cinquante premières années du XXème siècle en reprenant les fils tissés par Le Magicien d’Oz de Baum. La guerre d’Agérie est aussi la grande inspiratrice des récits d’Alice Ferney Passé sous Silence et de Jérôme Ferrari Où j’ai laissé mon âme en cette rentrée 2010. 
Pour les deux écrivains, le roman s’est écrit après la confrontation d’une certaine réalité puisée dans le documentaire . Alice Ferney,  aurait-elle eu l’idée d’écrire Passé sous Silence sans L’Ennemi Intime, un documentaire de Patrick Rotman sur la guerre d’Algérie ? 

Lire la suite :

http://www.viabooks.fr/article/fictions-du-recit-17771

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs | 1 Commentaire »

Quels sont les écrivains qui vivent de leur plume ?

Posté par Serge Bénard le 6 septembre 2010

Combien faut-il vendre de livres ? Doit-on tout lâcher après un premier succès ? Quelles sont les aides à la création littéraire ?

Pour Frédéric Lenoir, le déclic s’est produit en 2004. Cette année-là, l’écrivain, sociologue et philosophe a publié, avec Violette Cabesos, La Promesse de l’ange (Albin Michel), un roman qui s’est vendu à 700 000 exemplaires dans vingt-cinq pays.

La même année, il avait vendu 200 000 exemplaires d’un ouvrage écrit avec Marie-France Etchegoin, Code da Vinci, l’enquête (Robert Laffont), premier décryptage du best-seller de Dan Brown. Depuis, tous ses essais sur la religion et la philosophie se vendent à plus de 100 000 exemplaires en France et ses romans connaissent un succès croissant à l’étranger.

 » Best-sellarisation  » du marché Pourtant, cette  » success story  » est l’arbre qui cache une forêt : celle des sans-grade, sans visibilité, sans à-valoir, sans revenus. Car, en France, les écrivains qui vivent bien de leurs écrits constituent une infime minorité. Sur ce sujet, donner des chiffres précis relève de la gageure, mais une chose est claire :  » Par rapport au nombre de livres publiés en France – 60 000 dont 35 000 nouveautés – , très peu d’écrivains vivent de leur plume, mais ils en vivent très bien « , constate l’éditeur Gilles Cohen-Solal (éd. Héloïse d’Ormesson).

En vingt ans, la  » best-sellarisation  » du marché a creusé les écarts. Des  » goldens girls  » (Anna Galvalda, Fred Vargas, Amélie Nothomb, Muriel Barbery, rejointes désormais par Katherine Pancol) aux RMistes de l’édition, La condition littéraire (pour reprendre le titre d’une étude du sociologue Bernard Lahire sur le sujet, publiée en 2006 aux éditions La Découverte) est formidablement hétérogène.

Le fossé s’est accru entre des auteurs inconnus, qui arrivaient encore à vendre 3 000 exemplaires il y a dix ans et atteignent péniblement 400 aujourd’hui, et les romanciers qui dépassent les 30 000 exemplaires – seuil à partir duquel on considère que les écrivains peuvent vivre confortablement de leur plume.

Lire la suite :

http://abonnes.lemonde.fr/

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Ce que je sais de Bettencourt

Posté par Serge Bénard le 23 août 2010

Par Raphaël Sorin

Je feuillette un petit livre de Jean Dubuffet, Plu kifekler mouinkon nivoua, publié par Pierre Bettencourt en 1950, et réédité aux Éditions Lettres Vives. Faut-il y voir un avertissement voilé par anticipation à ce qui se passe autour de la veuve d’André, le frère de l’imprimeur inspiré, poète et fabuliste, auteur de tableaux étranges, mêlant ailes de papillons, coquilles d’œufs et squelettes de chauve-souris, décédé en avril 2006.

L’Affaire qui ne cesse de rebondir, et de s’épaissir, «moins qu’on y voit», a de quoi diviser les amateurs de polars. Certains lui trouvent un côté chandlérien, glauque chic, éphèbes louches, décors ultra classieux. D’autres, avec raison, selon moi, la comparent à certains romans de Chase (île infestée de moustiques et de requins, désirs inavoués, haines brûlantes, avocats et procureurs douteux). En un mot, elle prouve que, même sans cadavres, le bon peuple se régale des turpitudes des puissants.

Invisible et inconnu

En mars 1983, quand j’allai chez Pierre Bettencourt, je me fichais pas mal de son frère. Il vivait près d’Ancy-le-Franc, dans l’Yonne, avec sa femme, Monique Apple, leur fils et leurs trois filles. Il avait choisi d’être invisible, de rester inconnu, en obéissant à un mélange de malice et de mépris pour la valetaille journalistique.

Je pus l’apprivoiser, le revoir, recueillir un long entretien et aider ainsi à faire lire plusieurs de ses livres imprimés d’abord par lui-même à très peu d’exemplaires. Un couple de courageux éditeurs, Michel Camus et Claire Tièvant, s’étaient lancés dans la réédition de ces ouvrages réservés à peu d’élus.

Lire la suite :

http://lettres.blogs.liberation.fr/sorin/2010/08/ce-que-je-sais-de-bettencourt.html#more

 

 

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Edition, éditeurs | Commentaires fermés

1...336337338339340
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar