• Accueil
  • > Arts graphiques, BD, illustrateurs

13 et 14 janvier à Strabourg (67) – Colloque sur l’illustration – De Traits et d’esprit

Posté par Serge Bénard le 9 janvier 2011

Colloque sur l’illustration / Illustration Symposium
De Traits et d’esprit

Colloque organisé par
l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg.
Laboratoire de recherche sur l’illustration, La parole figurée.
(Guillaume Dégé et Olivier Deloignon)

Jeudi 13 et vendredi 14 janvier 2011
Entrée libre dans la limite des places disponibles

École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg (ESAD),
1 rue de l’Académie, 67000 Strasbourg
Tél. 03 69 06 37 77

 

Programme prévisionnel

Jeudi 13 janvier 2011
Après-midi
Modératrice : Agathe Bischoff-Morales, Conservatrice en chef du fonds précieux, Médiathèque André Malraux, Strasbourg

13 h 30 : accueil des participants
14 h 00 : Allocution de bienvenue Guillaume Dégé et Olivier Deloignon
14 h 15 : Gaétan Dorémus et alii, Illustrateurs, volailles : Solidarité ! Conférence musico-illustrative (ESAD)
14 h 45 : Alice Klein, Les gravures d’illustration de Hans Wechtlin, peintre et graveur à Strasbourg à l’aube du XVIe siècle. La série de gravures sur la Vie du Christ : illustrations d’un texte, d’une prière, d’une foi (Univ. Strasbourg, EA 3400 – Arche, Arts, civilisation et histoire de l’Europe)
15 h 15 : Discussion et pause
15 h 45 : Martial Guédron, Illustration scientifique et image satirique : une zoologie
anticléricale de la fin du XVIIIe siècle (Univ. Strasbourg, EA 3400)
16 h 15 : Barbara Stentz, L’illustration comme voie de monstration et de démonstration. (Univ. Strasbourg, EA 3400)
16 h 45 : Discussion et clôture de la première journée

Lire la suite :

http://histoire-du-livre.blogspot.com/

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp | Commentaires fermés

Précarité typographique

Posté par Serge Bénard le 7 janvier 2011

 
alfabeto_pacco.1294243994.pngQue l’on nous excuse ce rapprochement hardi, et que certains trouveront même hâtif, mais nous voyons une corrélation entre la montée de la précarité au travail, et la situation de plus en plus menacée d’un certain nombre des signes typographiques. Comme si, dans notre monde, tout devait plonger dans les ténèbres de l’insécurité.

L’existence du signe multiplier (×) ne tient plus qu’à un fil, sournoisement remplacé par la lettre x. La lettre o mise en exposant (o) taille des croupières au degré (°). Le point-virgule choit dans un précipice sans fond. La pourtant jolie ligature dite “e dans l’o“, majuscule (Œ) ou minuscule (œ), a de plus en plus de mal à se maintenir (et nous ne parlons même plus du Æ-æ, disparu sans plus laisser de “preuves de vie”). Le tiret cadratin “plein pot” (—) n’est plus qu’un souvenir dans la presse et son avatar réduit de moitié (–) est lui-même menacé par le trait d’union. Quant au signe moins (−), c’est comme s’il n’avait jamais existé.
Tous ces signes, et cette liste n’est pas close, sont comme passés du CDI au CDD, quand ils n’ont pas été purement et simplement remerciés : à l’image de notre société qui n’aime rien tant que la précarité, et faire effectuer le même travail par toujours moins d’agents.

 

Image : une belle et sobre boîte de pâtes alphabétiques (Alfabeto) De Cecco.
Les prochains réveillons des précaires seront sobres : aux nouilles, certes, mais aux nouilles alphabétiques !

Source :

http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2011/01/06/precarite-typographique/#xtor=RSS-32280322

Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Arts graphiques, BD, illustrateurs, Edition, éditeurs, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Paris – Le Bal Books : exposition de 43 livres d’artistes

Posté par Serge Bénard le 5 janvier 2011

Pour les goûts, peut-être pas tous, mais une grande partie…

Rédigé par Cecile Mazin, le mercredi 05 janvier 2011 à 16h26

Si vous n’êtes pas trop loin de la place de Clichy, et qu’une envie furieuse d’exposition vous prend, peut-être pourrez-vous trouver votre bonheur au Bal Books, galerie d’exposition… pour livres.

En effet, du 6 au 9 janvier, 43 ouvrages d’artistes auto-édités y sont exposés. Sébastian Hau, qui tient la boutique proposera également une conférence le 7 janvier, sur le thème Le livre d’artiste : Une nouvelle donne ?

Paris - Le Bal Books : exposition de 43 livres d'artistes dans Arts graphiques, BD, illustrateurs v-21297

© Janeth Rodriguez-Garcia

Cinq auteurs seront invités à participer et intervenir sur les «conditions de publication des ‘self-made books’ ».

 

Dédié à l’image et au film documentaires, LE BAL BOOKS propose une sélection d’ouvrages et de catalogues de photographie les plus marquants, ainsi qu’une sélection de films ‘ovnis’ documentaires de l’histoire du cinéma.

LE BAL BOOKS comptera quelques 2000 références, parmi lesquelles des classiques très recherchés, des trésors inconnus, des éditions contemporaines rares, une sélection de publications en provenance de maisons d’édition du monde entier ainsi que des livres publiés à compte d’auteur.

Plus d’informations à cette adresse. 

Source :

http://www.actualitte.com/actualite/23539-bal-books-exposition-livres-artistes.htm

 

 



 

 

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

14 janvier au 12 mars – Quentin Blake s’expose à la bibliothèque Toussaint à Angers

Posté par Serge Bénard le 5 janvier 2011

blake.jpeg

Quentin Blake est un écrivain et illustrateur britannique reconnu sur le plan international. Il a écrit et illustré plus de 200 livres, dont presque tous ceux de Roald Dahl (Charlie et la chocolaterie, Fantastic Mr Fox…). En 2011, il décorera les salles de naissance et le hall de la nouvelle maternité d’Angers, pour le plus grand bonheur des bébés angevins et de leurs parents !

En écho à ce projet, la Ville d’Angers, la bibliothèque anglophone et la librairie La Luciole se sont associées pour proposer une exposition, un livret jeux et des spectacles tout au long du premier semestre 2011.

Dans ce cadre, du vendredi 14 janvier au samedi 12 mars, les œuvres originales de Quentin Blake investissent les différents espaces de la bibliothèque Toussaint, retracent son parcours et font découvrir l’univers très riche de ce grand auteur illustrateur.

Le programme des visites, spectacles, heures du conte autour de l’œuvre de Quentin Blake est disponible à la bibliothèque et téléchargeable sur http://bib.angers.fr/

 

Exposition et animations gratuites.

Source :

http://www.my-angers.info/01/05/quentin-blake-s%E2%80%99expose-a-la-bibliotheque-toussaint-a-angers/2553


Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Jusqu’au 13 mars – MŒBIUS-TRANSE- FORME, à la Fondation Cartier

Posté par Serge Bénard le 4 janvier 2011

 moebius11.jpg

12 oct. 2010 › 13 mars 2011
Du 12 octobre 2010 au 13 mars 2011, la Fondation Cartier présentera MŒBIUS-TRANSE- FORME, une importante exposition consacrée à l’œuvre de Jean Giraud, connu sous les pseudonymes de Gir ou Mœbius. Maître incontesté de la bande dessinée, il a développé une large palette de styles, allant du réalisme détaillé de Blueberry aux dessins fantastiques de Arzach ou du Chasseur déprime. Il est particulièrement célèbre pour ses paysages futuristes peuplés de créatures hybrides et de vaisseaux spatiaux ultrasophistiqués, où l’étrange est propice à la rêverie métaphysique.
Mœbius a choisi la métamorphose comme thème central de cette exposition, un leitmotiv omniprésent dans son œuvre. Dans des albums comme Le Garage hermétique, Le Monde d’Edena ou L’Incal, les formes ne cessent de passer d’un état à un autre : l’humain, l’animal, le végétal, le minéral se fondent et s’amalgament. On y trouve aussi toutes sortes de mutations brusques et incongrues : des personnages pétrifiés ou désintégrés, des hommes se transformant en femmes, des jeunes devenant vieux, des corps brutalement envahis
par de longues tentacules ou d’hideuses protubérances. Mœbius interroge également dans son œuvre les conditions propices à la métamorphose, d’où sa fascination pour les rêves, la méditation ou le pouvoir de transformation des cristaux. Cette thématique sera explorée dans l’exposition à travers des planches de bande dessinée, des carnets originaux, des dessins et des peintures, dont de très nombreux inédits.
Véritable somme sur le travail de Mœbius, le livre publié à cette occasion rassemble environ 250 documents permettant de retracer l’ensemble de sa carrière d’auteur et d’illustrateur. Dessins mythiques, planches originales en noir et blanc, compositions aux couleurs hypnotiques ou scénarios inédits, c’est une plongée dans le monde mœbiusien que le livre propose. Une anthologie de textes sur la métamorphose, réunis par Alberto Manguel spécialement pour cet ouvrage, offre un parcours littéraire original faisant écho à l’univers polymorphe de Mœbius.

Source :

http://fondation.cartier.com/files/press_file_2018_fr.pdf

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Bilan 2010 – Tout va bien pour la BD, mais…

Posté par Serge Bénard le 4 janvier 2011

LE FIL LIVRES

 - Comme chaque année, l’association des critiques de bande dessinées (ACBD) publie un rapport chiffré sur l’état du marché en France. Si plus de 5 000 albums ont été publiés en 2010 (un chiffre en progression), les auteurs ont de plus en plus de mal à en vivre.

Une santé apparemment insolente, qui cache toutefois un net fond de fatigue. Voilà comment pourrait se résumer l’état du marché de la bande dessinée en 2010, analysé comme chaque année par l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD). Sous la plume de Gilles Ratier, secrétaire général de cette structure, on apprend que « le secteur de la bande dessinée continue à être très combatif, en particulier sur le front de la production d’albums, qui a encore augmenté de 5,46% en un an » (contre 2,4% en 2009). Une bonne nouvelle à moins d’un mois de l’ouverture festival d’Angoulême 2011 (du 27 au 31 janvier), sur lequel nous reviendrons prochainement.

Pour la quinzième année consécutive, le nombre de sorties est donc en progression : 5 165 albums ont été diffusés, contre 4 863 l’an dernier. Ceux qui remportent le plus vif succès bénéficient d’un tirage conséquent, d’une robuste campagne de communication et/ou d’une exposition pluri-média (produits dérivés, film, série animée…). On peut ainsi citer les nouveaux épisodes de Joe Bar Team,Largo Winch, Lucky Luke, Blake et Mortimer ou Le Chat.

Il reste donc difficile de s’imposer lorsqu’on n’est pas un artiste réputé, déjà auréolé du succès de plusieurs livres. On dénombre officiellement en Europe francophone 1 446 auteurs tentant de vivre de leurs crayons – sans compter ceux qui oeuvrent pendant leurs loisirs, tout en exerçant une autre profession. « Pour survivre, la grande majorité de ces créateurs doit avoir au moins trois albums disponibles au catalogue d’éditeurs bien diffusés et un contrat en cours, un emploi régulier dans la presse ou l’illustration jeunesse, ou bien accepter divers travaux dans d’autres domaines ; les places étant de plus en plus rares et mal rétribuées », précise Gilles Ratier.

Lire la suite :

http://www.telerama.fr/livre/tout-va-bien-pour-la-bd-mais,64233.php

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Economie du livre, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

Vignettes et caractères de Pierre-Simon Fournier, dit le Jeune

Posté par Serge Bénard le 4 janvier 2011



Vignettes et caractères de Pierre-Simon Fournier, dit le Jeune dans Arts graphiques, BD, illustrateurs

Page de titre composée de vignettes simples et des caractères de Fournier

Pour la personne intéressée par la typographie, Pierre-Simon Fournier (1712-1768) est un incontournable. C’est l’un des plus grand typographe français du 18e siècle (je dirais même le plus important), célèbre pour son Manuel typographique et comme graveur et fondeur de caractères typographiques. La technique au 18e siècle reste la même (à peu près) mais les caractères évoluent. Etabli en 1739 comme graveur et fondeur Pierre-Simon Fournier crée et innove en matière de caractères typographiques, ce qui le rendra célèbre mais aussi copié. Il rationalise l’échelle des corps (les dimensions des caractères) qui avaient alors des dimensions aléatoires en établissant une unité de longeur (le « point Fournier« ). Innovation nous dit Yves Perrousseaux (références à la fin) qui sera reprise par François-Ambroise Didot et donnera naissance au « point Didot ». Théoricien, historien et créateur infatigable il édite (entre autre) avec l’aide de l’imprimeur Barbou un Manuel typographique utile aux gens de lettres (1764-1766). La première partie est un état des lieux et des connaissances des caractères typographiques, de la gravure et de la fonderie. La deuxième présente ses spécimens de caractères (et quelques-uns repris chez d’autres) qui nous intéressent ici.

Lire la suite :

http://bibliomab.wordpress.com/2011/01/03/vignettes-et-caracteres-de-pierre-simon-fournier-dit-le-jeune/

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

Bienvenue à Donaldville

Posté par Serge Bénard le 4 janvier 2011

p1image1130611.jpeg

Carl Barks  

La Dynastie Donald Duck, Intégrale Carl Barks (tome 1) – 1950-1951, Sur les traces de la licorne et autres histoires

Glénat – Intégrale 2010 /  29 € – 189.95 ffr. / 384 pages

ISBN : 978-2-7234-8018-5

FORMAT : 17,5×24,8 cm

Après quelques apéritifs de second ordre, le retour de la maison Disney en librairie donne lieu à son premier album indispensable, le début d’une intégrale au format ramassé des canards de Carl Barks. Donald, Riri, Fifi, Loulou et Picsou au meilleur de leur forme.

De tous les grands auteurs de bande dessinée du vingtième siècle, Barks a sans doute eu en France un des destins les plus particuliers. Alors que ses récits sont encore lus en permanence par des milliers d’enfants, que les auteurs et les critiques spécialisés le reconnaissent comme un des fondateurs de la bande dessinée contemporaine, le grand public ignore jusqu’à son nom. Un paradoxe dans un pays comme le nôtre à la forte tradition bédéphile, mais qui s’est beaucoup moins penché sur les bandes dessinées Disney que l’Allemagne, l’Italie ou le Danemark.

Les personnages de Barks, en revanche, sont restés célèbres : l’oncle Picsou, Gontran Bonheur, Miss Tick, les Rapetou, Géo Trouvetou sont tous entrés dans l’imaginaire et le langage communs. Mais pendant des décennies, toutes leurs aventures n’ont eu pour toute signature que le label Walt Disney. Seuls quelques critiques attentifs reconnaissaient derrière certaines des histoires la patte du « bon dessinateur ». Même depuis que son nom est connu, dans les années 1970, la rareté des albums reprenant son travail a empêché sa reconnaissance ; malgré quelques éditions sporadiques chez Zenda, Hachette ou Dargaud, Disney France pratiquait surtout une politique unijambiste de magazines périssables. L’absence des bandes dessinées Disney en librairie depuis vingt ans laissait un vide mal comblé par les hors-série de Picsou Magazine.

Cette intégrale était donc très attendue : est-ce enfin l’heure de gloire du grand dessinateur, dix ans après sa mort ? Voilà quelques années qu’on nous parle beaucoup de Don Rosa, son fils spirituel, faute de mieux sur le marché ; il est temps de revenir à son maître et à l’essence de la famille Duck.

Lire la suite :

http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=16&srid=47&ida=13061

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Vie du livre, modes, tendances, dons, pastiches,concours littéraires | Commentaires fermés

Le livre d’artiste, un objet d’art

Posté par Serge Bénard le 2 janvier 2011

Ne le confondez pas avec un livre d’art ! Le livre d’artiste est un média d’art : au même titre que l’estampe, c’est une pièce de collection.Il y a ce paradoxe : la plupart des amateurs d’art contemporain ignorent les livres d’artiste, mais beaucoup de d’amateurs de ces livres sont intéressés par l’art plastique… il est temps de rapprocher les amoureux de l’un et de l’autre !Une magnifique interprétation de l’ouvrage mythique de Rabelais : Les Dessous de Theleme, par Coco Texèdre, pièce unique, encre de Chine/papier marouflé sur toile, cuir, métal, 22x17cm, dans coffret peint, 2009  >>    (courtoisie Coco Texèdre) … clic=zoom      qu’est-ce qu’un livre d’artiste ?le livre d’artiste est un objet d’artpourquoi faire un livre d’artiste ?
les genres
delaunayrobertcendrarsblaisetranssiberienextrait1913.jpg
(courtoisie C.Pompidou)

Qu’est-ce qu’un livre d’artiste ?
Dans toute l’histoire de l’art et de la littérature, des auteurs, poètes, plasticiens et illustrateurs ont conjugué leurs talents pour créer ensemble des livres d’artistes, où textes et images se renforcent ; ces « objets d’art allient la force ou l’humour des mots, la sensualité du papier et la beauté d’une composition plastique » explique Jean-Jacques Sergent, éditeur.

Par la synergie des talents d’un poète et d’un plasticien oeuvrant ensemble, avec l’expérience typographique d’un éditeur, parfois l’imagination d’un relieur, le livre d’artiste peut devenir un chef d’oeuvre et, lorsque le tirage est faible, une rareté. Un exemple célèbre est la « Prose du transsibérien et de la petite Jehanne » de Blaise Cendrars illustré par Robert Delaunay (extrait >>), créé en 1913 sous forme d’un bandeau vertical dépliable de 2 mètres, formé à droite d’un poème et à gauche d’une aquarelle
Juridiquement le livre d’artiste est la conjonction des travaux sur papier d’un poète ou écrivain et d’un plasticien : c’est une oeuvre de type collaboration (voire composite) et aussi de type multiple.

Pratiquement son tirage n’excède pas les 100 exemplaires, parfois même est restreint à quelques unités ; on observe très peu d’abus de forts tirages, contrairement à certains types d’estampes (lithos, sérigraphies) ou photos.

Lire la suite :

http://www.almanart.com/livre-d-artiste-oeuvre-objet-d-art.html

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Rétrospective : 2010 vu par Laurent Battistini

Posté par Serge Bénard le 2 janvier 2011

07laurentbattistini0.jpg

par Morgane Aubert, le 28 décembre 2010

 

La caricature est un genre littéraire et graphique à part. Le dessin de presse nous promet une vision ironique et ridicule des événements sociaux et politiques. Laurent Battistini nous résume avec sincérité et dérision l’année de 2010, avec notamment,  l’actualité sportive : coupe du monde de foot-ball, basket ou encore la mort du cycliste Laurent Fignon.

Battistini est un caricaturiste et auteur de bande dessinée dijonnais. En tant que caricaturiste, il travaille notamment au journal du Bien Public. En tant qu’auteur de BD, il travaille avec le scénariste Greg Newman (Joyeux Noël, Ordi nerfs) et l’illustrateur Pierre Glesser (Phone sauvage).

Les supports :

Canal +, Bourgogne Magazine, Planète Spook, Smash Mag, Le Mag d’Axa, Le journal de Saône et Loire, Le Bien Public

Dernières récompenses :

Trophée de la Mouette et Oursin d’Or de Palavas-Les-Flots en 2007

Prix de la ville d’Orléans en 2009

Prochaines dédicaces :

Le 2 et 3 avril 2011 au salon de la BD de Longvic (à côté de Dijon)

Source :

http://www.viabooks.fr/diaporama/2010-une-annee-de-sport-vu-par-laurent-battistini-20056

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs | Commentaires fermés

1...363738394041
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar