Accueil Livres Actualité éditoriale, vient de paraître Le sabre et la kalachnikov – Arturo Perez-Reverte se raconte

Le sabre et la kalachnikov – Arturo Perez-Reverte se raconte

Commentaires fermés
0
1

Mêlant enquête policière et fresque historique, l’ancien correspondant de guerre devenu romancier raconte, en connaisseur, la première défaite napoléonienne à Cadix. «Cadix, ou la diagonale du fou», par Arturo Pérez-Reverte, traduit de l’espagnol par François Maspero, Seuil, 768 p., 23 euros.


fotooficial.jpgUn sabre et une kalachnikov: dans son bureau madrilène, Arturo Pérez-Reverte pourrait tenir un siège. L’ancien reporter de guerre, reconverti dans la littérature depuis 1995, après avoir passé plus de vingt ans sur tous les fronts, du Liban au Salvador, de l’Angola au Tchad, est un paradoxe vivant. Au nombre de ses meilleurs amis, on compte un ancien para français et l’un des écrivains les plus sophistiqués au monde, son compatriote Javier Marias. Il déteste la guerre mais n’en finit pas de la raconter. Passionné d’Histoire, il n’en est pas moins le plus engagé des intellectuels, fulminant après «ces cons de Bruxelles». Bon vivant, séducteur, il a vécu mille vies mais ne se croit pas cynique. C’est un individualiste, un solitaire nulle part si heureux que sur son voilier chéri, un dix-mètres où il oublie, plusieurs mois par an, les turpitudes de ses frères humains.

 

Dans son nouveau roman épique, Pérez-Reverte raconte le siège de Cadix par les troupes napoléoniennes. C’est en 1811 que les artificiers français tentent d’envoyer, sans grand succès, quelques obus dévastateurs dans le centre de la ville. Mais l’intrigue historique se double bientôt d’une énigme policière, que tente de résoudre l’ombrageux commissaire Tizon, un excellent enquêteur et un salaud de première: quel dangereux maniaque fouette à mort de pures jeunes filles et les abandonne dans les cratères formés par l’explosion des projectiles ennemis? La guerre, le crime – reste l’amour: Lolita Palma, qui a hérité d’ une flottille de bateaux et de la société qui les arme, recrute le fier capitaine Lobo, et ça fait de la houle dans son petit cœur solitaire. Alors, on embarque?

 

Lire la suite :  http://didier-jacob.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/09/21/perez-reverte.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Actualité éditoriale, vient de paraître
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Des livres pour rassurer les mères indignes

        Par Gaëlle Rolin et Sidonie Sigrist   Ouf ! Les discours tout faits sur la materni…