• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

Nos livres d’histoire ne se vendent pas bien en France

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

 

La commercialisation des livres sur l’histoire d’Algérie, qui abordent la question de l’occupation française, écrits par des historiens algériens et édités en Algérie, est «très difficile» en France, a relevé Abdallah Cheghnane, directeur de publication des éditions Dahlab, spécialisées dans le livre d’histoire. «Vendre des livres sur l’histoire de la France coloniale, écrits par des historiens algériens et édités ici (Algérie), est très difficile car leur contenu ne va pas dans le même sens que la ligne éditoriale des éditeurs français», a affirmé M. Cheghnane, à l’occasion de la célébration du 22e anniversaire de la maison d’édition fondée en 1989 par Saâd Dahlab, co-délégataire aux Accords historiques d’Evian et ancien ministre du Gpra.

Source : http://www.lexpressiondz.com/autres/de_quoi_jme_mele/141907-nos-livres-d-histoire-ne-se-vendent-pas-bien-en-france.html

Publié dans Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Résultats, chiffres | Commentaires fermés

Lu pour vous – Il est mort le poète, de Marcus Malte

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

 
Lu pour vous - Il est mort le poète, de Marcus Malte dans Actualité éditoriale, vient de paraître marcus_malteMarcus Malte s’était fait remarquer en 2007 avec son roman Garden of Love, qui a reçu onze prix, dont le Prix Cannes Polar et le Prix des lecteurs Quai du Polar. Depuis il est considéré comme un des auteurs les plus doués du roman noir français. Ce n’est donc pas étonnant que France Culture ait fait appel à lui pour un nouvel épisode de ses pièces radiophoniques. 

Lire la suite : http://www.froggydelight.com/article-11068-Il_est_mort_le_poete

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Lu pour vous, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

La poésie polonaise est à l’œuvre en Chine

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

La poésie polonaise est à l’œuvre en Chine dans Actualité - Événement arton3975lundi 31 octobre 2011.La poésie polonaise est à l’œuvre en Chine.

 

  


 

Plus de 90 poèmes issus d’une trentaine d’auteurs polonais ont ainsi été traduis de la langue polonaise en langue chinoise. Ces mêmes traductions sont exposées dans quatre stations du métro de la capitale chinoise qu’est Pékin.

Ces expositions font parti du projet « Des Poèmes dans le Métro » qui a été lancé suite à une initiative de l’institut Adam Mickiewicz localisé à Varsovie.

Lire la suite :  http://www.swietapolska.com/news/swpolska3975.html

Publié dans Actualité - Événement, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

Choix du jour de libraire : Le souvenir du monde : essai sur Chateaubriand, de Michel Crépu

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

Le souvenir du monde : essai sur Chateaubriand

essai sur Chateaubriand

Auteur : Michel Crépu

Date de saisie : 27/10/2011

Genre : Littérature, essais

Editeur : Grasset, Paris, France

Collection : Essai

Prix : 17.50 € / 114.79 F

ISBN : 978-2-246-70871-1

GENCOD : 9782246708711

Sorti le : 07/09/2011

Certains auteurs ont le privilège de vous emmener au septième ciel, même s’ils ne choisissent pas la voie de la facilité. Prenez Michel Crépu, par exemple : oser parler de Chateaubriand n’est déjà un sujet particulièrement engageant pour bon nombre de lecteurs potentiels soudain convoqués aux souvenirs de leurs années scolaires, à propos de l’homme des «Mémoires d’outre-tombe», dont les 3600 pages font frémir rien que d’y penser, autant que les 2’400 pages de «A la recherche du temps perdu» de Marcel Proust. Et le passé – ce XIXe siècle qui ressemble si peu à ce début de XXIe – est souvent jugé assez lointain pour qu’il ressemble à un livre refermé une fois pour toutes, avec sa fine pellicule de poussière qui le recouvre à la manière d’un 1er cru classé auquel manquent les grandes occasions de le déguster !

Alors, pourquoi ne parvient-on pas à lâcher Le souvenir du monde – Essai sur Chateaubriand, le dernier livre de Michel Crépu ? Peut-être tout simplement, parce qu’il est un grand écrivain, qu’il joint à son impressionnante érudition sur l’auteur et son époque, un ton chaleureux, vif, percutant, parfois drôle ou léger qui fait mouche à chaque page.

Vous croyez connaître Chateaubriand ? Alors, préparez-vous à quelques surprises, car l’intérêt de cet essai consiste à démontrer ce qui se cache derrière l’image tant de fois rabâchée – entre autres par Chateaubriand lui-même – d’un incorrigible séducteur romantique. Michel Crépu note : «Chateaubriand s’est trouvé pris dans le piège de la légèreté inadmissible. Au fond, ce qu’on appellerait aujourd’hui un délit de sale gueule. La sale gueule, ici ? Trop d’élégance, trop d’intelligence bien-fondée, trop de succès de librairie et avec les femmes, trop de qualités en somme pour qu’on les supporte à l’échelle d’une haute fonction. Au portrait de ce lyrique aux grandes orgues, il ajoute : Il est perçu comme l’était le jeune Proust, avant de s’enfermer : un dilettante, un faiseur de phrases ayant des idées sur tout, complètement irresponsable, développant des obscénités sur l’honneur et la liberté de l’esprit.»

Figure emblématique d’un monde qui change – avec son langage, ses valeurs, son art de vivre – ce «dernier catholique heureux», comme le mentionne Michel Crépu, n’est-il pas celui qui fustige son propre temps, avec sa «lente et irrémédiable désagrégation de l’antique substance allégorique française» qui reposait sur le sens de l’honneur, la charité et le don de soi ? Le parallèle avec le «Voyage au bout de la nuit» de Louis-Ferdinand Céline, pour audacieux qu’il soit, s’avère pertinent : «Il n’y a pas si loin des dernières pages des Mémoires au Bardamu de Céline, c’est la même route, le même voyage qui continue, droit dans les ténèbres. Entre-temps, les choses n’ont pas fini de se déliter, de se défaire à mesure, le faux n’a pas cessé non plus de gagner en puissance persuasive. Qui pour voir cela, après le vicomte ? Céline relit les Mémoires d’outre-tombe pendant sa détention au Danemark, après la guerre, en pleine écriture de Féerie pour une autre fois, testament d’outre-tombe pour un autre siècle. Chateaubriand voulait conduire les Français par la voie des songes, comme de Gaulle lui empruntera plus tard la formule, en pleine nuit de juin 40, Céline en aura choisi une autre, non moins porteuse de vérité. Tout cela se tient, on a tort d’ignorer les uns comme les autres.»

Le passionnant, dans Le souvenir du monde, est dans la puissance d’identification de l’auteur avec son sujet : l’impression qu’il est Chateaubriand, qu’il est Napoléon Bonaparte, qu’il est Juliette Récamier : à la manière d’un Henri Guillemin dans les années 70, d’un Jean d’Ormesson ou d’un Pietro Citati aujourd’hui. Débordant de visions savoureuses, il souligne «l’admiration irrésistible et l’incompréhension dégoûtée» pour Bonaparte, alors que de Madame Récamier il retient «l’art de transformer le mois d’avril en une fournaise d’août et la maison qui console des errances…» On ne saurait mieux le dire ! 

Alors, moderne, finalement ou visionnaire, Chateaubriand ? Un dernier signe de la main puisé dans «Le génie du christianisme» est cité par Michel Crépu : «Détruisez le culte évangélique, et il vous faudra dans chaque village une police, des prisons, des bourreaux.»

L’agaçant avec les génies, c’est qu’ils ont souvent raison…

Publié dans Choix des libraires | Commentaires fermés

On a bondi sur la lune !

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

 facecache769eduz.jpg

Chaque nouveau Spirou et Fantasio a la couleur d’une gourmandise. J’ai pour cette série au long cours une tendresse particulière. Elle est sans doute l’une des rares en BD qui me fait regretter d’être né trop tard. J’aurais en effet adoré découvrir du temps de Franquin les planches dans le Journal de Spirou, d’y lire tour à tour (entre autres) la Mauvaise Tête, le Repaire de la Murène, les Pirates du Silence et ressentir les mêmes frissons que des dizaines de milliers d’enfants d’alors…

Lire la suite : http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2011/10/30/on-a-bondi-sur-la-lune/

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Livres en tête 2011

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

Mercredi 16 Novembre > Samedi 19 Novembre 2011

Le troisième festival de lecture à haute voix invite de nombreuses personnalités du monde littéraire et musical (Richard Cross, Félix Libris, Éric Chevillard, Karol Beffa, Pierre Michon, Marc Avallone, etc.).
Le Président d’honneur de l’édition 2011 est Daniel Pennac.

Lieux :

Réfectoire des Cordeliers, 15, rue de l’école de médecine – Paris 6ème – M° OdéonInstitut Français de la Mode, 36 Quai d’Austerlitz – 75013 Paris – M° Austerlitz

Tarifs :

1 soirée : 12 € – chôm. & étud. : 5 € – étud. Paris IV : 2 € Passeport festival : 35 € – chôm. & étud. : 15 € – étud. Paris IV : 6 €

Source  : http://www.lemotif.fr/fr/actualites/agenda/bdd/article/1468

Publié dans Fêtes du livre, marchés, brocantes, braderies | Commentaires fermés

Suisse – Colloque sur l’illettrisme

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

Berne, 31.10.2011 – En Suisse, quelque 15% des adultes ne maîtrisent pas suffisamment les premiers éléments de la lecture et de l’écriture. L’illettrisme est un phénomène social qui a de nombreuses causes et qu’il faut aborder à plusieurs niveaux. Chaque année, l’Office fédéral de la culture (OFC) et la Haute école pédagogique de la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (HES-NOS) mettent sur pied un colloque consacré à l’illettrisme. L’édition 2011 se tiendra le 4 novembre.

Lire la suite :  http://www.news.admin.ch/dokumentation/00002/00015/?lang=fr&msg-id=41996

Publié dans Apprentissage de la lecture, alphabétisation, illetrism, Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp | Commentaires fermés

André Markowicz, auteur de traductions, illumine la littérature russe

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

 

Par Dominique Conil

 

André Markowicz, auteur de traductions, illumine la littérature russe  dans Rentrée littéraire automne 2011 © DR

Sur la couverture du livre, son nom figure tout en haut, et c’est justice. Avec Le Soleil d’Alexandre, André Markowicz nous donne une extraordinaire anthologie de la poésie romantique russe et le roman d’une génération brisée par la répression, celle des «décembristes». Markowicz est immense traducteur, c’est-à-dire un auteur. « Faire passer en français quelque chose de la culture russe », dit-il. Rencontre.

Publié dans Rentrée littéraire automne 2011, Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

Cormac McCarthy, les raisons d’un succès

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

Le 30 octobre 2011 à 12h00






Cormac McCarthy, les raisons d'un succès dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. partage_barre_grise

fleche_bulle dans Best-sellers, classements, ventes et meilleures ventes,






Loin de repousser les lecteurs en abordant des thèmes anxiogènes, l’auteur américain Cormac McCarthy, dont on réédite “La Trilogie des confins”, capte un large public. Pourquoi ?

happes-par-ses-tenebres,M61943

« Les nuits obscures au-delà de l’obscur et les jours chaque jour plus gris que celui d’avant… » Voici l’atmosphère, le décor de ténèbres et de cen­dres dans lesquels baigne La Route, le roman qui a fait exploser la notoriété et les ventes de l’écrivain américain Cormac McCarthy. Aux Etats-Unis, où il est paru en mars 2007, le livre a reçu le prix Pulitzer et s’est taillé un succès public colossal, avec plus de deux millions et demi d’exemplaires.

En France, à ce jour, toutes éditions confondues, six cent mille exemplai­res ont été vendus de ce long poème initiatique et métaphysique a priori rien de moins qu’irrésistible, tout ensemble anxiogène et sépulcral.

Lire la suite : http://www.telerama.fr/livre/cormac-mccarthy-les-raisons-d-un-succes,74464.php#xtor=RSS-22

A lire
La Trilogie des confins, 
de Cormac McCarthy, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par François Hirsch et Patricia Schaeffer, Editions de l’Olivier, env. 1 000 p., 25 euros (en librairie le 3 novembre 2011).
Tous les romans de Cormac McCarthy sont disponibles en poche (Points/Seuil).


Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Best-sellers, classements, ventes et meilleures ventes, | Commentaires fermés

Annuaire des maisons d’édition dans les Pays Baltes

Posté par Serge Bénard le 31 octobre 2011

Estonie, Lituanie, Lettonie août 2011

Après une très longue période de contrôle exercé par les autorités soviétiques, c’est seulement au début des années 1990 que le marché du livre dans les pays baltes a connu une transformation profonde : les bouleversements dans la vie politique et sociale, la disparition de la censure, la transition à l’économie de marché ont accompagné le développement rapide du secteur de l’édition, marqué par une forte libéralisation et par une forte demande de lecture de la part des populations auparavant limitées dans leur accès aux biens culturels.

Dans une démarche prospective, le BIEF vous propose un annuaire de maisons d’édition dans les pays baltes : Lettonie, Lituanie et Estonie.

Source : http://www.bief.org/Operation-3580-Etudes-de-marche/Annuaire-des-maisons-d-edition-dans-les-Pays-Baltes-Estonie-Lituanie-Lettonie.html

Publié dans Enquêtes, études, dossiers, bibliographies, numéros spé | Commentaires fermés

12345...111
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar