Accueil Actualité - Événement L’Horloge de verre, de Bernard Pingaud

L’Horloge de verre, de Bernard Pingaud

Commentaires fermés
0
6


17/08/2011 | Critique | Fiction

pingaudweb.jpg

Ce roman de Bernard Pingaud se présente comme l’autobiographie d’un autre. Le narrateur, beau-frère de Georges Guillou, reconstitue la vie de celui-ci à partir de son journal intime : septuagénaire esseulé, Georges s’était résigné à se divertir avant la mort qu’il a acceptée.Les vertiges s’éprouvent et se racontent mal. Pourtant, le nouveau roman de Bernard Pingaud y parvient parfaitement ; d’autant qu’il n’est pas conçu comme un brusque mouvement vers le vide, mais comme un « petit travail de sape », exécuté « sans bruit, sans violence ».

Lire la suite :  http://www.magazine-litteraire.com/content/critique-fiction/article?id=19748

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Filière L

    Ouverture du site bovarynet.com

    5 janvier 2013 Bonjour aux amateurs de Filière Livre ! Vous pouvez aussi trouver mille cho…
Charger d'autres écrits dans Actualité - Événement
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

La luxueuse édition de 1806 du Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre.

DIMANCHE 17 JUILLET 2011 Les éditions de Paul et Virginie ne se comptent plus, c’est le be…