Accueil Livres Bonnes feuilles, extraits, premier chapitre Les bonnes feuilles du dernier roman de Fouad Laroui

Les bonnes feuilles du dernier roman de Fouad Laroui

Commentaires fermés
0
7

05/08/2011 à 18h:21 Par Jeune Afrique

 

Avant la rentrée littéraire, J.A. vous propose chaque semaine, en exclusivité, l’extrait d’un ouvrage à paraître. Deuxième livraison avec le dernier roman de Fouad Laroui, La Vieille Dame du riad.

À la Ville [mairie de Paris], Cécile demanda discrètement à un de ses collègues, qui était d’origine marocaine, s’il voulait prendre un café avec elle : elle avait un conseil à lui demander. Dans un petit bistrot de la rue du Renard, elle finit par poser la question, un peu embarrassée : savait-il comment il fallait s’y prendre pour acheter un riad à Marrakech ?

Abdelkader sourit, amusé.

– Vous croyez que j’en achète souvent ?

Elle eut un petit rire nerveux.

– Non, mais vous êtes de là-bas…

– Si on veut. En fait, je suis de Tanger : c’est à cinq cents kilomètres à vol d’oiseau de Marrakech. Au moins. Mais je suppose qu’on y achète les riads et les maisons comme à Tanger… ou à Paris. On va voir un agent immobilier…

Elle l’interrompit sans réfléchir.

– Il y a des agents immobiliers, là-bas ?

Abdelkader la regarda un instant, une lueur ironique dans les yeux.

– Probablement pas. Voyons voir… On entre dans tout lieu inoccupé, dans toute case vide, on y entre comme dans un moulin et au bout d’un an et un jour, on fait valoir le droit au sol… Enfin, de la terre battue.

Cécile fit une petite grimace de contrition.

– Excusez-moi, j’ai dit une bêtise. Je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui.

– Pas de problème, j’ai dit des bêtises encore plus grandes sur la France avant de m’y installer et de vraiment la connaître…

– C’est normal, au fond.

– Oui, c’est normal. Donc, à Marrakech, il y a des agents immobiliers qui ont pignon sur rue. On dit samsar en arabe, cela veut dire « courtier ».

– Sam-sar ?

– Oui.

– Vous en connaissez, peut-être ?

La lueur ironique réapparut dans les yeux d’Abdelkader.

– Vous connaissez un agent immobilier à, disons, Biarritz ? Ou Brest ? Puisque vous êtes d’ici ?

– Non… (Elle sourit.) J’ai encore dit une bêtise ?

– Oui, mais elle est classique. Tout le monde la commet, sur tous les continents. « Vous êtes de Mexico ? Alors vous devez connaître Pablo Sánchez ? »

Ils éclatèrent de rire, en même temps. Abdelkader fut pris d’une quinte de toux. Quand il eut retrouvé son souffle, il reprit :

– Cela dit, je vais vous étonner : je connais vraiment un agent immobilier à Marrakech. C’est un vague cousin, un peu hurluberlu, mais honnête comme tous les Soussis.

– C’est quoi, les Soussis ?

– Un synonyme de « problèmes. » (Il souriait.) Non, je plaisante. Ce sont les habitants de la région d’Agadir, au sud du Maroc.


Lire la suite : http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2638p068-069.xml0/

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Bonnes feuilles, extraits, premier chapitre
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Sarkozistan – Le best-seller à l’accent béarnais

          5 janvier 2011 08h21 | Par AURÉLIE CHAMPA Deux entreprises orthéziennes particip…