• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 août 2011

Petites annonces – Livres anciens

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

Contact : http://www.emmaus-volvestre.fr/spip.php?article114

Ces objets sont visibles à Emmaüs Volvestre (Carbonne)

Galerie de femmes célèbres 

tirée des causeries du lundi 
Sainte-Beuve (Charles Augustin)
Paris, Garnier. 1859. 470 p. Douze portraits gravés au burin (par Gouttière, Outhwaite, Geoffroy, Girardet, Delannoy, Gervais…, d’après les dessins de M. G. Staal). Reliure d’époque avec titre doré. Nombreuses rousseurs, mais bon état général.

  Galerie de femmes célèbres

Le Livre des Comptes-Faits, ou Tarif general des monnoyes. Avec lequel on peut faire toute sorte de Comptes des Monnoyes tant anciennes que nouvelles, & autres Comptes de Multiplication par entier & par fraction, quelques difficiles qu’ils soient. Barreme Nicolas

In-12 Carré. Relié plein cuir. Plats abîmés. Env. 500 pages. Dos et plats très abîmés. Dos des plats et pages de garde abîmés. Annotations d’époque en pages de garde. Ce livre est un composé de multiplications résolues. Etat passable.

  Le Livre des Comptes-Faits, ou Tarif general des monnoyes - 1   Le Livre des Comptes-Faits, ou Tarif general des monnoyes - 2

Dictionnaire géographique portatif, ou Description de tous les royaumes, provinces, villes, patriarchats, évéchés, duchés, comtés, marquisats, villes impériales et anséatiques. (etc., etc.). Avec leur longitude, leur latitude, selon les meilleures cartes, les sieges que les villes ont soutenus, les grands hommes qu’elles ont produits, &c., les lieux où se sont données les principales batailles. Traduit de l’anglois, sur la 13e édition de Laurent Echard, avec des additions & des corrections considérables par Monsieur Vosgien, chanoine de Vaucouleurs. Nouvelle édition, revue, corrigée & augmentée de la géographie ancienne. 
M. Vosgien & Laurent Echard.

Paris, Les libraires associés, 1776. In-8°, texte sur 2 colonnes, 804 p. reliure en cuir à nerfs. Ouvrage abimé.

  Dictionnaire géographique portatif - 1   Dictionnaire géographique portatif - 2

Le POINT DU JOUR, nouveau journal des États-Généraux ou résultat de ce qui s’est passé la veille à l’Assemblée Nationale. 
Tome troisième 
N° CLI. Du 4 décembre 1789 au n° CCX du 10 février 1790.

Paris, Cussac et Toulouse, J.B. Broulhiet, 1789-1790. Pleine basane de l’époque, très abimé, mais pages intérieures en bon état. Le titre dit bien la nature de cet ouvrage : « c’est une sorte de procès-verbal des séances des États Généraux ; ce n’est ni plus ni moins, que ceux qui résultent des débats législatifs… C’est une des feuilles, qui méritent le plus d’être consultées pour l’histoire de notre première Assemblée nationale… » (Hatin). « Cette feuille fut très vite l’une des plus lues et des plus influentes. » (Soboul, Dict. historique de la Révolution fr., p. 75).

  Le Point du Jour - 1   Le Point du Jour - 2


Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Petites annonces | Commentaires fermés

Livre audio – Les Trois Gabelous, de Marcel Schwob

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 25min | Genre : Nouvelles

Cote bretonne peinture

En Bretagne… La côte sauvage…
« Les trois gabelous, debout sur le sentier sinueux qui court tout le long de la côte, tendirent l’oreille et essayèrent de percer des yeux la nuit épaisse.

« Pour sûr, j’entends nager, murmura la Vieux après un silence ; mais c’est drôle – on dirait que les rames sont emmitouflées… c’est du velours – ça ne clapote pas sec. »

La nuit couvrait tout cela. Du haut de la falaise on pouvait suivre la longue frange d’écume qui bordait la côte, les laines courtes coiffées d’aigrettes lumineuses. Rien ne tranchait sur la mer brune que le bris de la houle. Épaulant leurs fusils, les trois gabelous dévalèrent le long du sentier pierreux qui descend du haut de la falaise au fond de la plage noire. Leurs godillots s’attachaient dans la boue ; les canons bronzés de leurs flingots dégouttaient d’eau ; et ils marchaient à la file, trois cabans sombres. À mi-chemin ils s’arrêtèrent, penchés sur le bord – et restèrent pétrifiés de surprise, les yeux fixes. »

Les Trois Gabelous.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)

> Consulter la version texte de ce livre audio.

 

Fenêtre externe

Source audio originale (Schwob_-_Les_trois_gabelous.mp3)

 

Source : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/schwob-marcel-les-trois-gabelous.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+litteratureaudio+%28Litterature+audio.com+-+Livres+audio+gratuits%29

Publié dans Audiolecture, livre audio | Commentaires fermés

« Personne », les masques du moi, par Gwenaëlle Aubry

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

logo oiseau-livre - Guillaume Schneider
logo oiseau-livre - Guillaume Schneider

« Personne », Prix Femina 2009, récit autobiographique de Gwenaëlle Aubry : un abécédaire du souvenir, les 26 facettes d’un homme multiple : son père.

Un abécédaire pour tenter de reconstruire le souvenir d’un être cher

Personne reprend, comme d’autres romans contemporains, le découpage des chapitres selon un ordre alphabétique, non selon un ordre numérique ou thématique. Ce choix révèle la volonté de classer les éléments du monde, de définir la personne qui vit à-travers ces lignes, comme dans un dictionnaire, en commençant par son personnage en A jusqu’à son personnage en Z, ici d’Antonin Artaud à Zelig.

Read more at Suite101: « Personne », les masques du moi, par Gwenaëlle Aubry | Suite101.fr http://www.suite101.fr/content/personne-les-masques-du-moi-par-gwenaelle-aubry-a30486#ixzz1UAWNIRYH

Références

Aubry Gwenaëlle, Personne, Gallimard, Folio, 2009.

Michaux Henri, La Nuit remue, Gallimard, NRF Poésies, 1935.


 

Publié dans Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations | Commentaires fermés

Permis de lire

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

Publié 27/07/2011

)

 

Permis de lire dans ebooks, livres numériques, livrels, etc. 914441359_f509440169_m

A la base, le problème est que prêter des e-books, c’est absurde. Un e-book est juste un fichier électronique. Il n’a pas besoin d’être prêté ou emprunté – il peut juste être copié, à l’identique, sans aucun dommage pour l’original. Le sale petit secret des éditeurs, c’est que les e-books les terrifient.

Lire l’article : http://marlenescorner.net/2011/07/27/permis-de-lire/

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Lecture, lecteur, lectorat | Commentaires fermés

Lire et relire – Louise Michel, L’ère nouvelle

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

 

CHAPITRE I

Pareil à la sève d’avril, le sang monte au renouveau séculaire dans le vieil arbre humain ( le vieil arbre de misère ).

Sous l’humus des erreurs qui tombent pour s’entasser pareilles à des feuilles mortes, voici les perce-neige et les jonquilles d’or, et le vieil arbre frissonne aux souffles printaniers.

Les fleurs rouges du joli bois sortent saignantes des branches ; les bourgeons gonflés éclatent : voici les feuilles et les fleurs nouvelles.

C’est une étape de la nature.

Cela deviendra les fourrés profonds où s’appelleront les nids, où mûriront les fruits ; et tout retournera au creuset de la vie universelle.

Ainsi souffle la brise matinière à la vermeille aurore du Monde nouveau.

Les religions et les États sont encore là, devant nos yeux, mais les cadavres n’ont-ils pas gardé l’apparence humaine quand on les ensevelit pour les confier à la terre ?

La pâleur, la rigidité des morts, l’odeur de la décomposition, n’indiquent-elles pas que tout est fini pour l’être qui a cessé de vivre ?

Soyez tranquille, elle va finir.

Elle se meurt la vieille ogresse qui boit le sang humain depuis les commencements pour faire durer son existence maudite.

Ses provocations, ses cruautés incessantes, ses complots usés, tout cela n’y fera rien ; c’est l’hiver séculaire, il faut que ce monde maudit s’en aille : voici le printemps où la race humaine préparera le nid de ses petits, plus malheureux jusqu’à présent que ceux des bêtes.

Il faut bien qu’il meure ce vieux monde, puisque nul n’y est plus en sûreté, puisque l’instinct de conservation de la race s’éveille, et que chacun, pris d’inquiétude et ne respirant plus dans la ruine pestilentielle, jette un regard désespéré vers l’horizon.

On a brûlé les étapes ; hier encore, beaucoup croyaient tout cela solide ; aujourd’hui, personne autre que des dupes ou des fripons ne nie l’évidence des faits. — La Révolution s’impose. L’intérêt de tous exige la fin du parasitisme.

Quand un essaim d’abeilles, pillé par les frelons, n’a plus de miel dans sa ruche, il fait une guerre à mort aux bandits avant de recommencer le travail.

Nous, nous parlementons avec les frelons humains, leur demandant humblement de laisser un peu de miel au fond de l’alvéole, afin que la ruche puisse recommencer à se remplir pour eux.

Les animaux s’unissent contre le danger commun ; les boeufs sauvages s’en vont par bandes chercher des pâtures plus fertiles : ensemble, ils font tête aux loups.

Les hommes, seuls, ne s’uniraient pas pour traverser l’époque terrible où nous sommes ! Serions-nous moins intelligents que la bête ?

Que fera-t-on des milliers et des milliers de travailleurs qui s’en vont affamés par les pays noirs dont ils ont déjà tiré tant de richesses pour leurs exploiteurs ? Cette pâleur, cette décomposition, la vieille société les a déjà dans les affres de son agonie.


Vont-ils se laisser abattre comme des bandes de loup ?

Les Romains, quand ils n’étaient pas assez riches pour envoyer le trop-plein de leurs esclaves à Carthage, les enfouissaient vivants ; une hécatombe eût fait trop de bruit ; le linceul du sable est muet. Est-ce ainsi que procédera la séquelle capitaliste?

Emplira-t-on les prisons avec tous les crève-de-faim? Elles regorgeraient bientôt jusqu’à la gueule.

En bâtira-t-on de nouvelles ? Il n’y a plus assez d’argent même pour le mal : les folies tonkinoises et autres ont absorbé les millions, les fonds secrets sont épuisés pour tendre des traquenards aux révolutionnaires.

Essaiera-t-on de bercer, d’endormir encore les peuples avec des promesses ?

Cela est devenu difficile. Les Don Quichotte revanchards qui soufflent dans leurs clairons au moindre signe des Bismarck ( pour les protéger en donnant l’illusion qu’ils les menacent ) ne trompent heureusement pas la jeunesse entière : l’esprit de l’Internationale a survécu aux fusillades versaillaises.

Plus hauts et plus puissants que le cuivre tonnent de cime en cime les appels de la Liberté, de l’Égalité, dont la légende éveille des sens nouveaux.

Il faut maintenant la réalité de ces mots partout inscrits, et qui, nulle part, ne sont en pratique.

La chrysalide humaine évolue : on ne fera plus rentrer ses ailes dans l’enveloppe crevée.

Il faut que tout s’en aille à l’Océan commun, sollicité par des besoins de renouveau, par des sens jusqu’ici inconnus et dont rien ne peut arrêter le développement fatal. 

Lire la suite : http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?erenouv1,21,40

Texte produit par A. et P. Oudet (ichnusa@guetali.fr)

Publié dans Lire et relire | Commentaires fermés

Dernières lettres. Hiver 1887-hiver 1889, de Friedrich Nietzsche

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011


03/08/2011 | Critique | Non-Fiction

Les lettres de Nietzsche, envoyées dans les années 1887 à 1889, tandis qu’il voyageait en Europe, montre  le philosophe sombrer dans la folie.

Les dernières années de la vie du philosophe posent de nombreuses questions. Emporté par ce qui semble avoir été une infection syphilitique, atteignant d’abord ses facultés mentales puis ses capacités motrices, Nietzsche passa les années 1887-1889 de sa vie d’écrivain à voyager, à mettre en ordre ses trois derniers ouvrages (Crépuscule des idoles, Ecce homo et L’Antéchrist) et à envoyer des lettres, témoignant d’un équilibre de plus en plus fragile, à ses proches.

Lire l’article : http://www.magazine-litteraire.com/content/critique-non-fiction/article?id=19709

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations | Commentaires fermés

Rentrée littéraire 2011 – les baptêmes du feu

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

05/08/2011 | Enquête

Tour d’horizon des premiers romans français et étrangers qui tenteront de faire entendre leurs voix singulières dans le brouhaha de la rentrée. Les voies qu’ils explorent sont bien loin des clichés autofictionnels.

À qui ressemblera-t-il ? Quels seront ses premiers mots ? Sera-t-il béni des dieux dès le berceau ? Parmi les nombreux rituels du journaliste, l’un des plus réjouissants, avant chaque rentrée de septembre, consiste à se faufiler dans la salle d’attente de la maternité littéraire pour guetter les nouveau-nés, dévisager les «jeunes» romanciers, discerner les premiers prix aux premiers cris.

Lire l’article : http://www.magazine-litteraire.com/content/homepage/article?id=19711

Publié dans Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Tarnac, un acte préparatoire

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

Par Dominique Conil

Aujourd’hui, à 17 heures, on va lire des textes de Jean-Marie Gleize. Il pleuvra peut-être. Cela se passera à Peyrelevade, bourg voisin de Tarnac, plateau de Millevaches, où l’on arrive d’un peu partout, de France et bien sûr d’ailleurs. Là, pendant trois jours et trois nuits, en hommage à cette nuit du 4 août et à l’abolition des privilèges «que la Révolution proclama, et qu’il nous reste à réaliser», dit le texte du programme.

Tarnac, un acte préparatoire dans Actualité - Événement

Lire l’article : http://blogs.mediapart.fr/edition/bookclub/article/050811/tarnac-un-acte-preparatoire
Tarnac, un acte préparatoire de Jean-Marie Gleize, 163 pages, éditions du Seuil, collection Fiction et cie,18 euros.

Publié dans Actualité - Événement, Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre | Commentaires fermés

« Simetierre », le roman de Stephen King, reviendra au cinéma

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011

04/08/2011 15:38 (Par Etienne Jean de la PERLE)

Relaxnews

imagephp.jpeg
Stephen King est l’un des écrivains les plus chanceux au monde. En effet, depuis quelque temps, les cinéastes semblent porter une attention particulière à ses romans. Quelques-uns de ces livres ont eu droit à des adaptations cinématographiques. Nous avons pu voir plusieurs films basés sur les œuvres du romancier comme « Cujo », « Dreamcatcher » et « Carrie ». Les cinéphiles devraient bientôt voir débarquer au grand écran une autre création de Stephen King, « Simetierre ».

Lire la suite : http://www.referencement-internet-web.com/27540-simetierre-le-roman-de-stephen-king-reviendra-au-cinema.html

Publié dans Actualité - Événement, Adaptations, préquelles, cinéma, télévision, etc., Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

L’Europe buissonnière de Kenneth White

Posté par Serge Bénard le 5 août 2011


L’Europe buissonnière de Kenneth White, prix Maurice Genevoix 2010

arton697277x120.jpg
La carte de Guido et autres pèlerinages européens, une balade poétique et savoureuse.


Le poète, écrivain et essayiste Kenneth White présente son livre La Carte de Guido, et autres pèlerinages européens : les balades poétiques et savoureuses d’un routard géographe, philosophe et malicieux. Le lauréat du prix Maurice Genevoix, de l’Académie française, en 2010, nous entraîne dans un voyage lyrique au micro d’Anne Jouffroy.

Lire et écouter la suite : http://www.canalacademie.com/ida6972-L-Europe-buissonniere-de-Kenneth-White-prix-Maurice-Genevoix-2010.html

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar