Accueil Livres Lu pour vous Lu pour vous – 36 quai des Orfèvres, des hommes, un mythe, de Mathieu Frachon

Lu pour vous – 36 quai des Orfèvres, des hommes, un mythe, de Mathieu Frachon

Commentaires fermés
0
63

 Marcel Petiot : la clinique de la mort

L’affaire Marcel Petiot constitue le dossier criminel le plus important de l’après-guerre. Dans son livre, « 36 quai des Orfèvres, des hommes, un mythe » dont Atlantico publie les bonnes feuilles, Mathieu Frachon s’intéresse à ce macabre docteur. Episode 1, la découverte du sinistre cabinet de la mort.

Depuis toujours, il y a un personnage central dans toutes les enquêtes criminelles, un homme en blouse blanche. Celui rattaché au 36 travaille sur un autre quai, le Quai de la Rapée, siège de la morgue, de l’IML, l’Institut médico-légal. L’endroit est dédié aux autopsies ; ici, les morts parlent. Durant l’Occupation, le Dr Paul reçoit d’étranges clients. La brigade fluviale repêche dans la seine, depuis 1942, des restes humains parfaitement découpés. Un fait trouble le célèbre légiste : une marque, une entaille dans la cuisse.

« Beau travail, c’est un confrère qui a fait ça. Cette entaille, c’est la marque d’un bistouri. Il l’a planté là pour ne pas le perdre pendant qu’il découpe le corps, c’est un réflexe, je fais pareil durant certaines autopsies. »

Charles Paul n’affirme rien à la légère. C’est un praticien reconnu, il a travaillé sur l’affaire Landru. Il a notamment brûlé dans une cuisinière semblable à celle du tueur des têtes de moutons pour démontrer qu’il est parfaitement possible de réduire une femme en cendres en quelques heures. Le Dr Paul a été dépeint par Simenon, encore lui, dans ses Maigret, tel quel avec son sens de l’humour. Il adore raconter des histoires cochonnes durant ses autopsies ; il tonne à la barre du tribunal ; vocifère quand l’avocat de la défense met en doute son expertise. Ce dimanche 12 mars 1944, il est appelé en urgence au 21, rue Le sueur dans le chic XVIe arrondissement, près de la place de l’Étoile. Il y découvre un charnier :

« D’où vient ce merdier ? »

Un agent lui répond:

« Deux collègues sont venus pour un feu de cheminée, les pompiers sont rentrés, c’était l’horreur ! Il y en a partout au sous-sol. C’est comme un abattoir. »

Lire la suite : http://www.atlantico.fr/decryptage/maurice-petiot-charnier-clinique-mort-decouverte-123273.html
 
 

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Lu pour vous
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Congo-Kinshasa : Littérature congolaise – De nouvelles publications chez L’Harmattan

Les Éditions L’Harmattan mettent à partir du mois d’octobre dans les librairie…