• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 5 juin 2011

Le livre du jour – Le nazi et le barbier, de Edgar Hilsenrath

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

prod82053image3d.jpg

Satire politiquement incorrecte d’un bourreau nazi jouant les victimes juives, Le Nazi et le barbier a fait scandale à sa publication en Allemagne, dans les années 70. Le voici superbement traduit en français, pour notre plus grand plaisir.

• par Johanna Luyssen

Il faut beaucoup de culot pour écrire une satire sur la Shoah du point de vue du bourreau, une sorte de Bienveillantes à la sauce kafkaïenne, quand on est Juif, Allemand, et ancien déporté. Edgar Hilsenrath l’a fait. Et c’est drôle à en pleurer. C’est l’histoire de Max Schulz, «profession : génocidaire», qui décide, une fois la guerre finie, de prendre l’identité d’un ami d’enfance juif qu’il a lui-même tué, afin d’échapper aux chasseurs de nazis. Il faut donc fuir… Problème : Max n’appartient pas à l’élite nazie. Pour lui, se réfugier en Amérique latine sera difficile. Alors pourquoi pas émigrer en Palestine ? Après tout, plus c’est gros, plus ça passe ! Max Schulz le meurtrier devient donc Itzig Finkelstein – la victime. Il embarque sur l’Exodus, participe à la Guerre de 48, et, surtout, devient l’un des piliers du sionisme.

Outrageusement sioniste, devrait-on écrire. Alors que l’Allemagne, dans les années 60, s’apprête à verser de l’argent afin de “réparer” les préjudices faits aux Juifs, Schulz/Finkelstein va même jusqu’à fonder une ligue “anti-réparations” en refusant de telles indemnisations. Question de principe. “Comment voulez-vous convertir la peur de mourir en deustchmarks ?” s’indigne-t-il. C’est si gonflé qu’on éclate de rire. Edgar Hilsenrath ose tout. Et son humour, à la fois hénaurme, formidable et grotesque, ne fait pas oublier l’horreur de la Shoah. Au contraire. Il décrit fabuleusement son absurdité et sa cruauté. On referme ce roman dans un rire-exutoire, un rire salvateur.

Source : http://www.nabbu.com/chronique/nazi-barbier,71.html?PHPSESSID=hrhee7imo09of4kt2ts3rdc4q0

Publié dans Le livre du jour | Commentaires fermés

Régis Jauffret a 56 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Régis Jauffret, né le 5 juin 1955 à Marseille, est un écrivain français. Il est l’auteur de nombreux romans, dont Univers, univers (2003) pour lequel il a reçu le prix Décembre et Asiles de fous (2005) pour lequel il a obtenu le prix Femina. En 2007, son ouvrage Microfictions est récompensé par le prix France Culture/Télérama et le grand prix de l’humour noir Xavier Forneret.
En 2010, la famille du banquier Edouard Stern a poursuivi Jauffret pour son roman Sévère qui met en scène le meurtre du banquier par sa maîtresse, Cécile Brossard. Plusieurs écrivains se sont portés à sa défense par le biais d’une pétition dont les signataires étaient Michel Houellebecq, Virginie Despentes, Christine Angot, Philippe Djian, Philippe Sollers, Frédéric Beigbeder, Yann Moix et Bernard-Henri Lévy.

 unknown10.jpeg

Œuvres

1985 : Les Gouttes (Denoël), pièce de théâtre en un acte – ISBN 978-2-207-23193-7
1985 : Seule au milieu d’elle (Denoël) – ISBN 978-2-207-23146-3
1986 : Cet extrême amour (Denoël) – ISBN 978-2-207-23291-0
1993 : Sur un tableau noir (Gallimard) – ISBN 978-2-07-072973-9
1996 : Stricte intimité (Julliard) – ISBN 978-2-260-01421-8
1998 : Histoire d’amour (Éditions Verticales) – ISBN 978-2-84335-099-3
1999 : Clémence Picot (éd. Verticales) – ISBN 978-2-84335-034-4
2000 : Fragments de la vie des gens (éd. Verticales) – ISBN 978-2-84335-052-8
2001 : Promenade (éd. Verticales) – (ISBN 978-2843351006)
2002 : Les Jeux de plage (éd. Verticales, coll. minimales) – (ISBN 978-2843351457)
2003 : Univers, univers (éd. Verticales), Prix Décembre 2003 – (ISBN 978-2843351761)
2004 : L’enfance est un rêve d’enfant (éd. Verticales) – (ISBN 978-2843352126)
2005 : Asiles de fous (Gallimard, collection « Blanche »), Prix Femina 2005 – (ISBN 978-2070775347)
2005 : Autobiographie (Gallimard, collection Verticales) (ISBN 978-2070308642)
2007 : Microfictions (Gallimard, collection « Blanche »), Prix France Culture/Télérama 2007 – (ISBN 978-2070783175)
2008 : Lacrimosa (éd. Gallimard) – (ISBN 978-2070122042)
2009 : Ce que c’est que l’amour (éd.Gallimard, collection Folio) – ISBN 978-2-07-038774-8
2010 : Sévère (Le Seuil, collection « Cadre rouge ») – (ISBN 978-2021022483)
2010 : Tibère et Marjorie (Le Seuil, collection « Cadre rouge ») – (ISBN 978-2021022506)
2010 : La tentation du clitoris (Publie.net) – (ISBN 978-2814503717)
2010 : Vivre encore, encore (Publie.net) – (ISBN 978-2814503724)
2010 : Week-end familial à Clichy-sur-Mer (Publie.net) – (ISBN 978-2814503731)
défense par le biais d’une pétition dont les signataires étaient Michel Houellebecq, Virginie Despentes, Christine Angot, Philippe Djian, Philippe Sollers, Frédéric Beigbeder, Yann Moix et Bernard-Henri Lévy.

 D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Régis_Jauffret

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Federico Garcia Lorca a été assassiné voici 75 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Federico García Lorca est un poète et dramaturge espagnol, également peintre, pianiste et compositeur, né le 5 juin 1898 à Fuente Vaqueros près de Grenade et mort le 19 août 1936 à Víznar. Il est l’un des membres de la génération de 27.

 unknown9.jpeg

Ce ne fut qu’avec la mort de Franco en 1975 que la vie et le décès de Lorca purent être discutés librement en Espagne. De nos jours, une statue de Lorca est en évidence sur la Plaza de Santa Ana à Madrid. En 2008, la justice espagnole a accepté que la fosse commune dans laquelle est enterré le poète soit ouverte dans l’intimité, en présence de la seule famille. Toutefois, de nombreuses controverses existent sur la présence de la dépouille du poète dans cette fosse commune. En effet, des recherches, effectuées pendant plusieurs semaines, en vue d’une exhumation, ont été abandonnées le 18 décembre 2009. On ignore si le poète a effectivement été assassiné dans le champ d’Alfacar ou s’il a été transféré dans un lieu inconnu.
Poésie
Impresiones y paisajes (« Impressions et paysages », 1918) : prose.
Chant funèbre pour Ignacio Sánchez Mejías (Llanto por Ignacio Sánchez Mejías) publié en espagnol en 1935, traduit en français par R. Simon en 1945, réédition Actes Sud, 1992, (ISBN 2868698646). Ce poème a rendu célèbre le vers A las cinco de la tarde le poème figure parmi les plus connus de la poésie contemporaine1.
Canciones (« Chansons », 1922)
Romancero gitano (« Romancero gitan », 1928)
Libro de poemas (« Livre de poèmes », 1931)
Poema del cante jondo (« Poème du cante jondo », 1921)
Primeras canciones (« Premières chansons », 1936)
Poeta en Nueva York (« Poète à New York », publié en 1940)
Capricho
Théâtre
El Maleficio de la mariposa (« Le Maléfice du papillon » : écrit en 1919-20, création en 1920)
Mariana Pineda (écrit en 1923-25, création en 1927)
La Zapatera prodigiosa (« La Savetière prodigieuse » : écrit en 1926-30, création en 1930)
Amor de Don Perlimpín con Belisa en su jardín (« Les Amours de Don Perlimpín avec Belise en son jardin » : écrit en 1928, création en 1933)
Bodas de sangre (« Noces de sang » : écrit en 1932, création en 1933)
Yerma (écrit en 1934, création en 1934)
Doña Rosita la soltera (« Doña Rosita, la célibataire » : écrit en 1935, création en 1935)
Retablillo de Don Cristóbal (« Le Jeu de Don Cristóbal » : écrit en 1931, création en 1935)
Los títeres de Cachiporra (« Le Guignol au gourdin » : écrit en 1928, création en 1937)
Así que pasen cinco años (« Lorsque cinq ans seront passés » : écrit en 1931, création en 1945)
La casa de Bernarda Alba (« La Maison de Bernarda Alba » : écrit en 1936, création en 1945)
El público (« Le Public » : écrit en 1930-1936, création en 1972)
Le Songe de la Vie (écrit en 1936, création en 1986)
Courtes pièces de théâtre
El paseo de Buster Keaton (« La balade de Buster Keaton », 1928)
La doncella, el marinero y el estudiante (« La demoiselle, le marin et l’étudiant », 1928)

D’après  http://fr.wikipedia.org/wiki/Federico_Garc%C3%ADa_Lorca

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

William O’Henry est mort voici 101 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

William O’Henry est le pseudonyme de l’écrivain américain William Sydney Porter (11 septembre 1862 – 5 juin 1910).

 unknown13.jpeg

Œuvres

Près d’une vingtaine d’œuvres de cet auteur ont été traduites en France, notamment New York tic tac, Les flibustiers de l’Andchourie, les quatre millions, La chasse au trésor.
Derniers recueils réédités en date :
Contes du Far West (1998) (Heart of the west)
La Théorie du chien (2006)
Un peu de couleur locale (2007)
La Loi de Georgia (2009)

D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/O._Henry

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Hélène Cixous a 74 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Hélène Cixous, née le 5 juin 1937 à Oran en Algérie, d’une mère ashkénaze et d’un père sépharade, est une féministe française. Professeur, écrivain, auteur dramatique, et critique littéraire, elle s’est fait connaître en France comme essayiste avec L’Exil de James Joyce ou l’art du remplacement (Grasset, 1968) puis, l’année suivante, comme romancière avec Dedans (Grasset, 1969), un roman autobiographique qui obtint le Prix Médicis.

 unknown8.jpeg

Œuvres

Fiction

Le Prénom de Dieu (Grasset, 1967)
Dedans (Grasset, 1969)
Le Troisième Corps (Grasset, 1970)
Les Commencements (Grasset, 1970)
Neutre (Grasset, 1972)
Tombe (Seuil, 1973, 2008)
Portrait du Soleil (Denoël, 1974)
Révolutions pour plus d’un Faust (Seuil, 1975)
Souffles (Des femmes, 1975)
La (Gallimard, 1976)
Angst (Des Femmes, 1977)
Anankè (Des femmes, 1979)
Illa (Des femmes, 1980)
Le Livre de Prométhéa (Gallimard, 1983)
Déluge (Des femmes, 1992)
Beethoven à jamais ou l’Existence de Dieu (Des femmes, 1993)
La Fiancée juive de la tentation (Des femmes, 1995)
Osnabrück (Des femmes, 1999)
Le Jour où je n’étais pas là (Galilée, 2000)
Les Rêveries de la femme sauvage (Galilée, 2000)
Manhattan (Galilée, 2002)
Tours promises (Galilée, 2004)
Rencontre terrestre (avec Frédéric-Yves Jeannet, Galilée, 2005)
L’amour même : dans la boîte aux lettres (Galilée, 2005)
Hyperrêve (Galilée, 2006)
Si près (Galilée, 2007)
Cigüe : vieilles femmes en fleurs (Galilée, 2008)
Philippines : prédelles (Galilée, 2009)
Ève s’évade : la ruine et la vie (Galilée, 2009)2
Double Oubli de l’Orang-Outang (Galilée, 2010)3
Essais
L’Exil de James Joyce ou l’art du remplacement (Grasset, 1968)
Prénoms de Personne (le Seuil, 1974)
La Jeune Née (U.G.E., 1975)
Le Rire de la Méduse (L’Arc, 1975 – rééd. Galilée, 2010)
La Venue à l’écriture (U.G.E., 1977)
Entre l’écriture (Des femmes, 1986)
L’Heure de Clarisse Lispector (Des femmes, 1989)
Hélène Cixous, photos de racines (avec Mireille Calle-Gruber, Des femmes, 1994)
Voiles (avec Jacques Derrida, Galilée, 1998)
Portrait de Jacques Derrida en jeune saint juif (Galilée, 2001)
Le Voisin de zéro : Sam Beckett (Galilée, 2007)
Théâtre
La Pupille (Cahiers Renaud-Barrault, 1971)
Portrait de Dora (Des femmes, 1975)
La Prise de l’école de Madhubaï (Avant-Scène, 1984)
L’Histoire terrible mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge (Théâtre du Soleil, 1985; nouvelle édition corrigée 1987)
L’Indiade, ou l’Inde de leurs rêves, et quelques écrits sur le théâtre (Théâtre du Soleil, 1987)
Les Euménides d’Eschyle (traduction, Théâtre du Soleil, 1992)
La Ville parjure ou le réveil des Erinyes (Théâtre du Soleil, 1994)
Et soudain, des nuits d’éveil (Théâtre du Soleil, 1997)
Tambours sur la digue, sous forme de pièce ancienne pour marionnettes jouée par des acteurs (Théâtre du Soleil, 1999)
Rouen, la Trentième Nuit de Mai ’31 (Galilée, 2001)
Les naufragés du fol espoir (Théâtre du soleil, 2010)


Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Eleanor Farjeon est morte voici 46 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Eleanor Farjeon (13 février 1881 – 5 juin 1965) est une poétesse anglaise.

Bercée dans l’amour des livres dès son enfance, Eleanor Farjeon grandit dans une famille d’écrivains. Ses parents contribuent grandement à sa vocation : son père, Benjamin Leopold, est lui-même écrivain et romancier populaire. Il l’encourage d’ailleurs très tôt dans cette voie, et à l’âge de 18 ans, elle écrit les paroles d’une opérette composée par son frère. Eleanor Farjeon est une collaboratrice régulière de Punch Magazine. Elle rédige des vers – sous le pseudonyme de Tomfool – pour le Daily Herald de Londres et fait aussi partie du personnel du Time and Tide dans les années 1920. Eleanor Farjeon reçoit tout au long de sa carrière plusieurs prix et distinctions honorifiques comme le Library Association Carnegie Medal of Great Britain (1956), le Hans Christian Anderson International Medal (1956), ou encore le Catholic Library Regina Medal of America (1959).

 unknown12.jpeg

Quelques œuvres

Martin Pippin in the Apple Orchard
Cats sleep on tables, chairs, sofas, in closets, in shoeboxes–all around the house.
Elsie Piddock Skips in Her Sleep
Morning Has Broken
Gypsy And Ginger
Blackbird Has Spoken
Pan-worship
And Other Poems
Trees
Little Bookroom, New York Review Children’s Collection
Martin Pippin in the Apple Orchard
Dream Songs for the Beloved
Blackbird Has Spoken

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Stephen Crane est mort voici 111 ans

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Stephen Crane est un écrivain américain né le 1er novembre 1871 à Newark dans le New Jersey et est décédé le 5 juin 1900 à Badenweiler.

unknown7.jpeg

Œuvre

Romans

Maggie: A Girl of the Streets, New York, sn, 1893
The Red Badge of Courage, New York, D. Appleton & Company, 1895
George’s Mother, New York, Edward Arnold, 1896
The Third Violet, New York, D. Appleton and Company, 1897
Active Service, New York, Frederick A. Stokes Company, 1899
avec Robert Barr, The O’Ruddy. New York: Frederick A. Stokes Company, 1903
recueil de nouvelles
The Open Boat and Other Tales of Adventure, New York, Doubleday & McClure, 1898
The Monster and Other Stories, New York, Harper & Brothers Publishers, 1899
Wounds in the Rain: War Stories, New York, Frederick A. Stokes Company, 1900
Recueils de poèmes
The Black Riders and Other Lines, Boston, Copeland and Day, 1895
War is Kind, New York, Frederick A. Stokes Company, 1899
Références
R. W. Stallman, Stephen Crane: A Critical Bibliography, Iowa State University, 1972 (ISBN 0813803578)
Ames William Williams, Stephen Crane: A Bibliography, New York, Ayer Publishing, 1970 (ISBN 0833738070)


Traductions françaises
Romans
La Conquête du courage (The Red Badge of Courage), traduction Francis Viellé-Griffin et Henry D. Davray, Mercure de France, 1911 ; Folio ; Sillage, traduction de Dominique Aury, 2006
Maggie, fille des rues, Paris, Aubier-Montaigne, traduction de Jeanne-Marie Santraud, 1993 (bilingue)
Recueils de nouvelles
L’Hôtel bleu, Paris, Seghers, 1963
Le Bateau ouvert, Paris, Mercure de France, 1966
Le Visage incendié, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991
Un mystérieux héroïsme, Éditions Autrement, 1995 (trad. Daniel Depland – 11 nouvelles tirées de 4 recueils ; préface et postface par Yves Carlet)
L’Arpent du diable et autres choses vues, Paris, Mercure de France, 1996
Le Monstre, Paris, Michel Houdiard, 1998
Blue Hotel, Paris, Liana Levi, 2003
Le Bateau ouvert, trad. Pierre Leyris, Sillage, 2005 (longue nouvelle reprise, dans une nouvelle traduction, dans le recueil Un mystérieux héroïsme)
Recueil de poèmes
Les Cavaliers noirs, Paris, La Différence, 1993

D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Crane

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Ricardo Piglia le « Nobel » de l’Amérique Latine

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011


L’écrivain argentin Ricardo Piglia remporte le prix Romulo Gallegos, considéré par plusieurs comme le Nobel latino-américain, pour son roman Blanco nocturno. La récompense, attribuée tous les deux ans par le gouvernement vénézuélien à un ouvrage de langue espagnole, est sertie d’une bourse de près de 100 000 $.

Lire la suite : http://www.lelibraire.org/detail_actualites.asp#3192

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Quel manga recevra le Prix Asie-ACBD

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

Les finalistes au Prix Asie-ACBD sont dévoilés. L’Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée (ACBD) tranchera parmi les cinq titres en nomination, lors du Japan Expo Awards qui se tiendra le 30 juin prochain.

Lequel de ces mangas sera considéré comme le meilleur ouvrage asiatique, adapté en français, de l’année : Elmer de Gerry Alanguilan (Çà et là), Kamui Den de Sanpei Shirato (Kana), La Plaine du Kantô de Kazuo Kamimura (Kana), Le Voyage de Ryu de Shôtarô Ishinomori (Glénat) ou Vinland saga de Makoto Yukimura (Kurokawa)?

L’an dernier, c’est l’excellente série « Pluto », de Naoki Urasawa (Kana) qui a remporté les honneurs. Pour lire le commentaire critique d’un libraire écrit au sujet de ce titre, cliquez ici !

Source : http://www.lelibraire.org/detail_actualites.asp#3192

Publié dans Arts graphiques, BD, illustrateurs, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Leonard Cohen remporte le prix Prince des Asturies des lettres

Posté par Serge Bénard le 5 juin 2011

2 juin 2011 par Lilou

Il avait quitté la scène au début des années 90, pour aller vivre dans un monastère bouddhiste en Californie, où il devint moine et pris le nom de Jikan, qui signifie « silence ».
Le chanteur-compositeur canadien Leonard Cohen a remporté le prix Prince des Asturies des Lettres 2011, a annoncé mercredi la fondation qui décerne cette prestigieuse récompense espagnole.

L’artiste canadien de 77 ans, surtout connu en tant que chanteur mais qui est également parolier et auteur d’ouvrages de poésie, a été préféré par le jury espagnol au romancier britannique Ian McEwan et à la canadienne Alice Munro.

Ce prix avait été attribué l’an passé à l’écrivain franco-libanais Amin Maalouf et en 2009 à l’écrivain albanais Ismail Kadaré.

La fondation Prince des Asturies décerne chaque année huit prix parmi les plus prestigieux d’Espagne: communication et humanités, recherche scientifique et technique, sciences sociales, arts, lettres, coopération internationale, concorde et sports, dotés chacun de 50.000 euros.

Le jury dit avoir décidé à la majorité de récompenser « le poète et romancier Leonard Cohen pour l’ensemble de son travail littéraire, qui a influencé trois générations à travers le monde entier, grâce à la création d’images et d’émotions où poésie et musique se fondent, en une œuvre d’une valeur immuable. Le passage du temps, les relations sentimentales, les traditions mystiques orientales et occidentales, et la vie chantée comme une ballade sans fin nourrissent l’ensemble d’un travail qui reste associé à certains changements décisifs de la fin du XXème et du début de XXIe siècles ».

Source : http://booknode.com/actus/

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar