• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 mai 2011

26 au 28 mai – 24e édition du Festival du premier roman de Chambéry (73)

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Festival du Premier Roman

26 au 28 mai - 24e édition du Festival du premier roman de Chambéry (73) dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées FestivalPremierRoman-2011La 24e édition du Festival du premier roman de Chambéry (73), du 26 au 28 mai 2011, offre à nouveau l’occasion de montrer que Chambéry est une magnifique scène littéraire, où s’écrit année après année l’émergence d’une nouvelle génération d’auteurs.
.
Invités pour leur premier roman, les auteurs présents à Chambéry, prendront part à des rendez-vous de toutes sortes, en dialogue avec d’autres auteurs et avec d’autres arts, pour que la littérature devienne vivante et collective.
.
Quatorze auteurs francophones et six auteurs européens venus de France, de Belgique, du Canada, d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne et pour la première fois cette année de Grande-Bretagne et de Roumanie interviendront en VO ! Pour que la littérature élargisse nos frontières Tout le programme

Association Festival du premier roman  de Chambéry-Savoie – 237 Carré Curial – 73000 Chambéry – 04 79 60 04 48

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Leur premier livre | Commentaires fermés

5e Assises Internationales du Roman du 23 au 29 mai à Lyon (69)

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

5e Assises Internationales du Roman du 23 au 29 mai à Lyon (69) dans Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp villa_gillet_assises

 

 

Retrouver le programme complet sur : www.villagillet.net

 

 

 

 

 

 

   

Mardi 24 mai

21h-22h30 : Table ronde « Partir »  avec Srdjan Valjarević / Olivier Adam / Audur Ava Ólafsdóttir / Olga Tokarczuk

Les Subsistances (Verrière) - Lyon - entrée : 5 euros

 

Mercredi 25 mai

15h-16h30 : Rencontre avec Hanan el-Cheikh et lecture par le comédien Jean-Luc Epalle

L’Autre Lieu - La Ricamarie - gratuit

21h-22h30 : Table ronde « L’humour » avec  Hanan el-Cheikh / Philippe Djian / Goran Petrović / Alan Warner

Les Subsistances (Verrière) - Lyon - entrée : 5 euros

 

Jeudi 26 mai

15h-16h30 : Rencontre avec Percival Everett et lecture par la comédienne Anne Rauturier

Médiathèque Pierre-Mendès-France - Villefranche sur Saône - gratuit

21h-23h : Table ronde « Présence animale » avec Yiğit Bener / Marcel Beyer / Olivia Rosenthal

Les Subsistances (Verrière) - Lyon - entrée : 5 euros

 

Vendredi 27 mai

10h30-11h30 : « Les liaisons heureuses » de Colombe Schneck sur France Inter avec Alberto Manguel

Les Subsistances (Quai des Arts) - Lyon  gratuit (sur réservation)

12h30-14h : Yiğit Bener lit Autres cauchemars (Actes Sud, 2010)

Librairie « Passages » - Lyon 2ème  - gratuit

18h30-20h : Rencontre avec Percival Everett

Bibliothèque du Centre Ville - Grenoble - gratuit

22h30-24h : « Et vous, Alberto Manguel ? Petite conversation avec des revenants »

avec  Alberto Manguel (soirée animée par Francesca Isidori en partenariat avec l’INA)

Les Subsistances (Verrière) - Lyon - entrée : 5 euros

 

Dimanche 29 mai

10h-11h30 : Petit déjeuner « Rendez-vous au musée » avec Yiğit Bener

Musée des Beaux-Arts de Lyon - Lyon 1er - gratuit

16h30-18h : Table ronde « L’expérience de l’isolement et le l’enfermement » avec Percival Everett / Claudie Haigneré / Jean-Pierre Haigneré / Carlos Liscano

Les Subsistances (Verrière) - Lyon - entrée : 5 euros

 

villagilletcouv

Villa Gillet

parc de la Ceriseraie – 25 rue Chazière

69004 Lyon

04 78 27 02 48

http://www.villagillet.net/

Publié dans Colloques, conférences, assises, forums, congrès, symp, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Tennis et érotisme : si Georges Bataille contait Roland-Garros

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Il avait écrit une « Erotique des lunettes » (éd. Imago, 2003). Franck Evrard revient avec une « Erotique du tennis » (éd. Hermann, 2011) qui nous permet de raconter Roland-Garros pour la chorégraphie, pour l’érotisme du jeu de jambes et des vêtements, pour le voyeurisme qu’il peut provoquer, pour la symbolique du filets et des objets fétichistes.

Quand il regarde le tennis, l’universitaire pense aussi bien à Gabriela Sabatini, Tatiana Golovin ou McEnroe qu’à Marguerite Duras, Nabokov, Proust, Jacques Tati ou Benacquista. C’est de cette activité sportive et philosophique dont il nous parle. Entretien.

erotiquedutennisdefranckevrarde769dhermann2011.jpeg

Rue89 : Quels matchs préférez-vous regarder dans les tribunes ou à la télévision : un simple ou double-messieurs, un simple ou double-femmes, un double mixte ?

Franck Evrard : Sans hésiter, le simple féminin, pour des raisons qui excèdent l’érotisme. De nombreux simples masculins, où la force et la vitesse l’emportent sur le toucher, sont pour moi complètement illisibles.

En revanche, étant joueur et tout petit classé, je parviens à lire les matchs féminins, je comprends les coups qui tracent des lignes, inventent des diagonales, je perçois les différences de vitesse et d’intensité dans les échanges.

Lire la suite : http://www.rue89.com/cabinet-de-lecture/2011/05/21/tennis-et-erotisme-si-georges-bataille-contait-roland-garros-205029

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

Bientôt du temps pour lire ! Mais quoi ?

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011


MERCREDI 18 MAI 2011

Je l’ai attendu, il va venir : le temps de lire ce livre vers lequel j’exerce une attention flottante ! Serait-ce le « dernier Fred Vargas » ? J’ai lu un article à ce sujet… Peut-être.

Mais qu’est-ce que ça pourrait être d’autre ?

Direction Amazon.fr, livres, colonne de gauche « livres nos rubriques » thématiques, 6 grandes rubriques, je me lâche, je clique sur « Sciences, Techniques et Médecine », j’enchaîne sur « Sciences de l’information », mes chers.

Le texte de la quatrième de couverture est repris, l’auteur situé. La table des matières, la bibliographie, quelques pages sont numérisées. Je ne sais pas s’il en est de même pour tous les livres. Oui. Quelques titres surprenants à cet endroit, dont un ouvrage sur la technique de tricot !

Tout cela est bel et bon, mais je dois commander le livre, soit, et risquer d’attendre : qui n’a pas vécu la déception d’un livre tant attendu, mais dont le revendeur se dédouane de l’engagement de le fournir… Et vers qui alors se tourner ? Vers le mail, vers Amazon, qui se sent responsable en partie…

Je suis mauvaise langue, cela n’arrive jamais -ou presque, alors oublions-le. Et je me tiens informée des derniers titres publiés sur un thème, des nouveautés d’un éditeur. Le fameux « Kit du chef de projet » n’est pas le même que celui présenté par Nadia, je le trouve sur Eyrolles.fr.

Et si je me trouvais un bon e-book ? Le choix e-book par rubrique n’y est pas encore en ligne. Allez FNAC.fr me propose de consulter sa librairie de 80 000 titres numérisés.

Nous sommes dans un tournant historique : le 17 mai 2011 le Parlement a définitivement voté une loi qui prévoit une définition du livre numérique, et qui oblige « tout éditeur diffusant un livre numérique en France de fixer un prix de vente » modulable « en fonction du contenu, de l’accès et de l’usage de l’offre ». Il est prévu que l’éditeur français fixe un prix valable pour les diffuseurs non seulement en France mais aussi à l’étranger.

BUT la Communauté européenne n’est pas tout à fait dans la même ligne que ce texte. En un mot le sujet du prix du livre numérique demeure un sujet.

Et quid des libraires ? Ces passionnés de lecture, dans nos quartiers, qui peuvent nous proposer un choix. Le tout est de trouver quelqu’un qui soit capable de capter nos intérêts. A Alfortville, la libraire est associée à une offre relationnelle : on s’y retrouve , on peut y prendre le thé le dimanche. Des ateliers sont animés au collège, en bonne intelligence avec la médiathèque…

En tout cas, on entend parler d’eux, le rapport Gallimard en 2007 prônait la création d’un label « librairie indépendante » en écho au label art et essais. Moyennement Optimiste.

Bien sûr je pense aussi aux librairies regroupées qui vendent sur le net les livres.

Bon. Je ne vais pas lire de roman pour le moment. J’ai envie de me plonger dans l’enjeu du livre numérique.

Sauf si j’entendais parler du livre essentiel…

Publié dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne, Lecture, lecteur, lectorat, Librairies, libraires, Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc. | Commentaires fermés

Le livre du jour – Un été sans les hommes, de Siri Hustvedt

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

04.05.2011

cefutrapidelaviejeveuxdireronpadgetthai776ku.jpeg

Je pris cela comme une femme. Je pleurai.

 

 

 

Sur la mélancolline,

Je file des jours enfligés.

Siri Hustvedt est ma nouvelle meilleure amie. « Un été sans les hommes » est une merveille, une pépite, un de ces romans chérissables, entre tous distingué, digne des élans les plus fougueux et les plus sincères. Ecoutez Mia nous raconter son été 2009, celui où elle va se reconstruire dans le Minnesota. Entendez-la quand elle crée pour nous un monde si palpable et si vivant, sa mère et ses copines à la maison de retraite, sa petite voisine perruquée et ses parents malheureux, ses adolescentes terrifiantes et pourtant attachantes en cours de poésie, son correspondant philosophique anonyme (« Certains d’entre nous sont destinés à vivre dans une case dont il n’est de libération que temporaire » : son dernier mail est magnifique), sa fille, et Boris, bien sûr, son mari.

« Toute l’histoire est dans ma tête, n’est-ce pas ? Je ne suis pas philosophiquement naïve au point de croire que l’on peut établir une quelconque réalité empirique de L’HISTOIRE. Nous n’arrivons même pas à nous mettre d’accord sur ce dont nous nous souvenons, bon sang. Nous étions dans un taxi quand Daisy, alors âgée de dix ans, nous a fait part de ses ambitions théâtrales. Non, nous étions dans le métro. Taxi. Métro. Taxi ! Le problème, c’était que toutes sortes de Boris se trouvaient DANS MA TETE. Il y tournait en rond absolument partout. Même si je ne le voyais plus jamais en chair et en os, Boris en tant que mécanisme de pensée restait inévitable. Combien de fois m’avait-il massé les pieds pendant que nous regardions un film ensemble, en pétrissant et caressant patiemment les plantes et les orteils et la cheville autrefois victime d’une mauvaise fracture et souffrant d’arthrose ? Combien de fois avait-il levé les yeux vers moi avec une expression d’enfant heureux après que je lui avais lavé les cheveux dans la baignoire ? Combien de fois m’avait-il embrassée et bercée après l’arrivée d’une lettre de refus ? Ça aussi, c’était Boris, vous voyez ? Ça aussi, c’était Boris. »

Trente ans que Mia et Boris sont ensemble, trente ans que leur connivence est totale et fusionnelle. Ils sont très différents, lui le scientifique mondialement reconnu, elle la poétesse à la vie intérieure sans répit. A cinquante-cinq ans, Boris, cédant là à une réalité physique que Mia comprend parfaitement intellectuellement, s’octroie une « pause ». Une collaboratrice, une jeune française. Comprendre ne veut pas dire être capable de l’accepter, et c’est à l’asile que cela envoie Mia. Folle, tarée, plombs pétés, hurlante, déchirée. Épisode psychotique.

« Ma tête à moi était un entrepôt de polyphonies verbales, les flux de mots de contradicteurs innombrables qui, avec des arguments mordants, se disputaient, débattaient et s’enferraient les uns les autres, et puis recommençaient de plus belle. Quelquefois, ce bavardage intérieur m’épuisait. Lola n’était pas fade, toutefois. J’avais connu des gens qui m’ennuyaient à mourir parce qu’aucun colloque ni aucune délibération ne semblaient se tenir dans leur tête (les STUPIDES ET CONTENTS DE L’ETRE) et d’autres qui, quelle que fût leur capacité de cognition complexe, vivaient dans une bulle impénétrable, inaccessible au dialogue (les INTELLIGENTS MAIS MORTS). »

Elle se réfugie alors auprès de sa mère, petite jeunette de 55 ans au milieu d’une bande de copines qui frise le double. Et à tâtons, mais avec panache, classe, finesse, humour (tellement spirituelle, Mia !) et bienveillance (avec intelligence, surtout, mais en aucun cas la froide et détachée, la mauvaise, la cynique ou méprisante), sans une once de pathos ou de sensiblerie, et en ne se fermant jamais aux autres, Mia va s’adapter à la nouvelle situation.

La 4° a raison de parler de roman solaire et plaisamment subversif, je ne ferais que paraphraser mollement si j’essayais de développer. C’est un roman profond (et féministe, même si le mot peut effrayer), qui vient nous chercher avec beaucoup de délicatesse, qui nous parle de nous, vraiment, en de nombreux et variés endroits, qui nous parle à nous, même, directement, de temps à autre, et qui fait un bien fou. Christine Le Boeuf cisèle comme toujours sa traduction, c’est plein de musicalité, c’est soyeux et chamarré.

C’est un coup de coeur, un vrai.

 

Un été sans les hommes - Siri Hustvedt

Actes sud, 2011, 216 p.

Traduit de l’américain par Christine Le Boeuf

The Summer without Men (2011)

 

« Un livre est une collaboration entre celui ou celle qui lit et ce qui est lu et, dans le meilleur des cas, cette rencontre est une histoire d’amour comme une autre. »

 Le magnifique billet de Fashion.

Source : http://www.cuneipage.com/archive/2011/05/04/je-pris-cela-comme-une-femme-je-pleurai.html
 

Publié dans Le livre du jour | Commentaires fermés

Bibliophilie et Sciences: et pourtant elle tourne… ou les ouvrages de Galilée

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

MERCREDI 18 MAI 2011

Amis Bibliophiles bonsoir,

Inutile de vous présenter Galileo Galilei (1564-1642), contemporain de Pascal et de Descartes. Je me contenterai de vous présenter deux ouvrages de ce physicien exeptionnel.

Bibliophilie et Sciences: et pourtant elle tourne... ou les ouvrages de Galilée dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables

Systema Cosmicum.

Lugduni, J.A. Huguetan. 1641. 2ème édition latine.

1 volume in-4 ; frontispice, (4), portrait, (8), 377, (23) pp.

La première édition latine sous le titre Systema cosmicum, par Math. Bernegger, parut à Strasbourg en 1635

 dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables


Les adversaires de Copernic prétendaient que « la Terre ne peut pas tourner autour du Soleil car la Lune ne pourrait pas suivre la Terre dans sa course ». Or le 7 Janvier 1610, avec une lunette qui grossit 30 fois, Galilée observe que quatre satellites tournent autour de Jupiter. Cette planète est donc  

suivie dans son mouvement par ses satellites qui tournent autour d’elle.  Dès le mois de mars 1610, Galilée fait paraître ses observations dans un livre,  Le messager des étoiles . Le succès est immédiat parmi les savants, mais l’Église  n’admet pas que la Terre ne soit pas immobile. En 1611, le cardinal qui a fait brûler Giordano Bruno, ordonne une enquête sur Galilée par l’Inquisition. Les 25 et 26 février 1616, la censure est ratifiée par l’Inquisition et par le pape Paul V et la théorie copernicienne est condamnée. Galilée  est prié de n’enseigner sa thèse qu’en la présentant comme une hypothèse. Cet arrêté s’étend à tous les pays catholiques. Dès 1616, l’inquisition fait confisquer le livre de Galilée dans toutes les librairies d’Europe sauf en France.

Lire la suite : http://bibliophilie.blogspot.com/2011/05/bibliophilie-et-sciences-et-pourtant.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

DirectGroup France : Bertelsmann prêt à financer la vente

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Mais oui, on va vous prêter de l’argent, pour racheter notre propre groupe…

 

Rédigé par Nicolas Gary, le samedi 21 mai 2011 à 17h29

 

Exclusif : La vente, attendue depuis plusieurs mois, de DirectGroup France, filiale de Bertelsmann, s’est résolue hier. Le fond d’investissement Najafi Companies, société américaine, devient le nouveau propriétaire, au terme d’un accord qui n’a pas fini de surprendre.

Le montant de la vente reste encore un grand mystère, quasiment aussi opaque que les conditions dans lesquelles a pu se faire la vente. «Les responsables sont restés particulièrement vagues, concernant ce rachat », nous précisait hier un membre du syndicat CGT, quand un autre déplorait le manque de communication « sinon pour que Jörg Hagen atteste dans une note interne sa satisfaction de voir la vente concrétisée ». (notre actualitté) 

DirectGroup France : Bertelsmann prêt à financer la vente dans Economie du livre v-23804Néanmoins, personne n’est dupe. D’abord, côté CGT, on rappelle que la situation, pour Chapitre.com, concernant la convention collective. « OUI ! LES ORGANISATIONS SYNDICALES ONT REFUSÉ DE SIGNER L’accord collectif de classification mis au point UNILATERALEMENT par notre DRH, dans l’illégalité et le non-respect de la nouvelle convention collective signée par les syndicats en septembre 2009. »

On n’est pas à une convention près 

C’est du côté de la vente elle-même que l’on découvre combien le groupe Bertelsmann semblait désireux d’en finir avec DirectGroup France. Ainsi que nous l’avions compris, le fonds d’investissement Najafi ne compte pas injecter le moindre dollar dans ce rachat, pour développer l’activité. 

Mieux – ou pire, cela dépendra du point de vue – le financement permettant ce rachat, qui reste dans un flou complet, nous confirmait le syndicat, aurait lui-même été aidé par Bertelsmann, directement.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/26225-bertelsmann-najafi-directgroup-france-financer.htm

Publié dans Economie du livre | Commentaires fermés

61e anniversaire d’Irène Frain

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Irène Frain, née Le Pohon à Lorient (Morbihan) le 22 mai 1950, est une femme de lettres française d’origine bretonne, romancière et historienne parmi les plus lues du grand public.
Elle est membre fondateur du Women’s Forum for the Economy and Society.

 images49.jpeg

Œuvres
1979 : Quand les Bretons peuplaient les mers
1980 : Les Contes du cheval bleu les jours de grand vent
1982 : Le Nabab (d’après la vie de René Madec)
1984 : Modern Style
1986 : Désirs
1989 : Secret de famille
1990 : Histoire de Lou
1991 : La Guirlande de Julie
1992 : Devi
1992 : Quai des Indes
1993 : Vive la Mariée
1994 : La vallée des hommes perdus , illustré par André Juillard
1995 : L’Homme fatal
1995 : La Fée chocolat
1996 : Le Roi des chats
1997 : Le Fleuve bâtisseur
1998 : L’inimitable
1999 : À jamais
2000 : La Maison de la source
2000 : Julien Gracq et la Bretagne
2001 : La Côte d’amour
2002 : Pour que refleurisse le Monde (en collaboration avec Jetsun Pema) Ed Presse de la Renaissance, ISBN 978-2-85616-835-6
2003 : Les Hommes etc.
2004 : Le Bonheur de faire l’amour dans sa cuisine et vice et versa
2007 : Au Royaume des Femmes
2007 : A la Recherche du Royaume
2007 : Gandhi, la liberté en marche
2009 : Les Naufragés de l’île Tromelin. Grand Prix de l’Académie de Marine 2010 et Grand Prix Palatine du roman historique 2009
2010 : Le Navire de l’homme triste et autres contes marins
2011 : La forêt des 29

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

101e anniversaire de la mort de Jules Renard

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Pierre-Jules Renard, dit Jules Renard, né à Châlons-du-Maine (Mayenne) le 22 février 1864 et décédé le 22 mai 1910 à Paris , est un écrivain français.Homonymie et confusions Il faut se garder de confondre cet auteur avec le Jules Renard vaudevilliste (1813-1877), auteur de La Clarinette postale, Le musée d’Anatole, Même maison, Un coup de vent, Un tailleur pour dames, Une noce sur le carré. Différents guides et manuels bibliographiques ayant commis cette erreur, la précision n’est pas inutile.

 unknown38.jpeg

Œuvres romanesques
Crime de village (1888)
Sourires pincés (1890) Texte en ligne
L’Écornifleur (1892) texte en ligne
La Lanterne sourde (1893) Texte en ligne
Coquecigrues (1893)
Deux fables sans morale (1893)
Le Coureur de filles (1894)
Histoires naturelles (1894) texte en ligne
Poil de carotte (1894) >texte en ligne
Le Vigneron dans sa vigne (1894) Texte en ligne
La Maîtresse (1896) Texte en ligne
Bucoliques (1898)
Les Philippe (1907) texte en ligne
Patrie (1907) texte en ligne
Mots d’écrit (1908)
Ragotte (1909)
Nos frères farouches (1909)
Causeries (1910)
L’Œil clair (1913)
Les Cloportes (1919)
Théâtre
Le Plaisir de rompre (1897) Texte en ligne
Le Pain de ménage (1898)
Poil de Carotte (1900)
Monsieur Vernet (1903)
La Bigote (1909)
Huit jours à la campagne (1912) Texte en ligne
Le Cousin de Rose
Journal
Journal, 1887-1910 (1925) Texte en ligne
Leçons d’écriture, Les Éditions du Sonneur (2008)
Éditions de bibliophilie
L’Écornifleur (1892), gravures originales de Jacques Boullaire, Les Bibliophiles de France, Paris (1955)
Les Philippe (1907), lithographies originales d’André Minaux, Les Francs Bibliophiles, Paris (1958)

D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Renard

 

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

126e anniversaire de la mort de Victor Hugo

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Victor Hugo (inscription complète sur son acte de naissance : Victor, Marie Hugo), né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a compté dans l’Histoire du XIXe siècle.

 unknown37.jpeg

L’ensemble des écrits de Victor Hugo (triés et organisés par ses exécuteurs testamentaires Paul Meurice et Auguste Vacquerie63) a été publié chez Jean-Jacques Pauvert et représente presque quarante millions de caractères réunis en 53 volumes.
«  L’ensemble de mon œuvre fera un jour un tout indivisible. [...] Un livre multiple résumant un siècle, voilà ce que je laisserai derrière moi [...] »
— Lettre du 9 décembre 1859

Victor Hugo a pratiqué tous les genres : roman, poésie, théâtre, essai, etc. — avec une passion du Verbe, un sens de l’épique et une imagination féconde. Écrivain et homme politique, Victor Hugo n’a jamais cherché à opérer une distinction entre son activité d’écrivain et son engagement ainsi mélange-t-il intimement, dans ses œuvres de fiction, développement romanesque et réflexion politique.

Liste des œuvres

Théâtre
1819 ou 1820 : Inez de Castro
1827 : Cromwell
1828 : Amy Robsart
1830 : Hernani
1831 : Marion de Lorme
1832 : Le roi s’amuse
1833 : Lucrèce Borgia
1833 : Marie Tudor
1835 : Angelo, tyran de Padoue
1838 : Ruy Blas
1843 : Les Burgraves
1882 : Torquemada
1886 : Théâtre en liberté (à titre posthume)
Romans
1818 : Bug-Jargal
1823 : Han d’Islande
1829 : Le Dernier Jour d’un condamné
1831 : Notre-Dame de Paris
1834 : Claude Gueux
1862 : Les Misérables
1866 : Les Travailleurs de la mer
1869 : L’Homme qui rit
1874 : Quatrevingt-treize
Poésies
1822 : Odes et poésies diverses
1824 : Nouvelles Odes
1826 : Odes et Ballades
1829 : Les Orientales
1831 : Les Feuilles d’automne
1835 : Les Chants du crépuscule
1837 : Les Voix intérieures
1840 : Les Rayons et les Ombres
1853 : Les Châtiments
1856 : Les Contemplations
1859 : Première série de la Légende des siècles
1865 : Les Chansons des rues et des bois
1872 : L’Année terrible
1877 : L’Art d’être grand-père
1877 : Nouvelle série de la Légende des siècles
1878 : Le Pape
1879 : La Pitié suprême
1880 : L’Âne
1880 : Religions et religion
1881 : Les Quatre Vents de l’esprit
1883 : Série complémentaire de la Légende des siècles
Recueils posthumes :
1886 : La Fin de Satan
1891 : Dieu et 1941
Choix de poèmes parmi les manuscrits de Victor Hugo, effectués par Paul Maurice :
1888 : Toute la Lyre (1893, 1893, 1835-1937),
1893 : Nouvelle série de Toute la Lyre
1898 : Les Années funestes
1902 : Dernière Gerbe et 1941 (le titre n’est pas de Victor Hugo)
1942 : Océan. Tas de pierres
Autres textes
1834 : Étude sur Mirabeau
1834 : Littérature et philosophie mêlées
1842 : Le Rhin, éd. J. Hetzel-A. Quantin (Paris), 1884, tome 1 disponible sur Gallica et tome 2 disponible sur Gallica
1852 : Napoléon le Petit (pamphlet) éd. J. Hetzel (Paris), 1877 disponible sur Gallica
1855 : Lettres à Louis Bonaparte
1864 : William Shakespeare
1867 : Paris-Guide
1874 : Mes Fils
1875 : Actes et paroles – Avant l’exil
1875 : Actes et paroles – Pendant l’exil (1875)* 1876 : Actes et paroles – Depuis l’exil
1877 : Histoire d’un crime – 1re partie
1878 : Histoire d’un crime – 2e partie
1883 : L’Archipel de la Manche

D’après http://fr.wikipedia.org/wiki/Victor_Hugo

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar