• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 mai 2011

Lu pour vous – Monstres, merveilles et créatures fantastiques, Martial Guédron

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

 

monstres merveilles et créatures fantastiquesVoici le dernier né de la collection Guides des arts édité chez Hazan.

Loin d’être un répertoire exhaustif des montres et compagnie comme on pourrait le penser, cet ouvrage est un guide iconographique des êtres fabuleux représentés dans l’art occidental. Une classification davantage thématique que chronologique découpée en 5 chapitres principaux. Une première partie est consacrée aux monstres issus de la mythologie tandis que la seconde s’intéresse plus aux créatures maléfiques , notamment représentées dans l’imaginaire médiéval. Les trois autres chapitres aborde la question sous un jour intéressant. Les auteurs se demandent en effet comment ces monstres et créatures ont été intégrés à l’Histoire, leur perception, notamment au siècle des Lumières avec l’avènement des cabinets de curiosités. Il est ainsi montré la frontière et le mélange entre créatures fantastiques et « monstres biologiques ». Le livre aborde alors la perception et la fascination des hommes pour ces êtres hors normes, très souvent mal considérés.

Le support de représentations de ces créatures est très varié, de la mosaïque à la peinture en passant par la sculpture, la gravure et même l’art numérique. Chaque illustration possède une fiche personnalisée où nous est rappelé l’étymologie de la créature, son iconographie et les sources existantes dans les écrits la concernant. De la classique chimère aux êtres plus méconnus comme le Léviathan, le livre est riche d’exemple » monstrueux » et même le monstre politique est abordé par le biais des caricatures de Daumier.

Que ce soit pour approfondir ces connaissances en la matière ou découvrir un univers fantasmagorique, cet ouvrage vous comblera.

Posté par Caroline Epinette Mionskiewicz

Source : http://www.enversdulivre.com/monstres-merveilles-et-creatures-fantastiques/

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

L’année littéraire (20) – Maurice Nadeau a cent ans

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

SAMEDI 21 MAI 2011

L'année littéraire (20) - Maurice Nadeau a cent ans dans Anniversaires, fêtes, commémorations nadeauOn lui souhaite, de grand cœur, même si le souhait est un peu irrationnel, de vivre encore cent ans dans les livres. De toute manière son œuvre d’éditeur, car on peut dire qu’il a fait une œuvre de son travail, restera encore très longtemps présente pour les lecteurs. Il a même écrit lui-même quelques livres qui comptent. Pour un survol de sa carrière, je vous renvoie à un article que j’ai publié récemment dans Le Soir, Une maîtresse nommée littérature, au moment où paraissaient ses entretiens avec Laure Adler, Le chemin de la vie.
Il y a plus longtemps – c’était en 1990 -, j’avais interrogé, séparément mais avec les mêmes questions, Maurice Nadeau qui venait de publierGrâces leur soient rendues et Françoise Verny pour Le plus beau métier du monde. Deux éditeurs grand format, avec des conceptions assez différentes de la profession.
La preuve par la réédition de ce double entretien.

Ils n’ont rien en commun, sinon la passion des livres. Mais pas de la même manière. Tout sépare d’ailleurs Maurice Nadeau, qui a œuvré longtemps dans l’ombre de maisons d’édition où il développait sans fracas sa collection des «Lettres Nouvelles» avant de créer, contraint et forcé, sa propre structure – minuscule, faut-il le dire? -, de Françoise Verny, grande prêtresse de Grasset avant de passer bruyamment, avec armes et bagages (dans ceux-ci, elle emportait notamment sa fidèle Françoise Mallet-Joris), chez Gallimard où, pendant quatre ans, elle ne fut pas vraiment à sa place. C’est chez Flammarion qu’elle l’a apparemment trouvée maintenant, mais la manière est restée la même: une politique d’auteurs, certes, mais avec le spectaculaire en plus.
Leurs livres sont aussi différents qu’eux. Françoise Verny raconte sagement sa vie, de sa formation à ce qu’elle est devenue maintenant, égrenant les rencontres au fil des livres édités, manifestant une grande fidélité même aux auteurs qui ne l’ont pas suivie dans ses pérégrinations germanopratines. Maurice Nadeau, au contraire, égrène ses souvenirs des écrivains qui ont fait ses catalogues sans cesse recommencés et auxquels il a permis de trouver un public francophone, mais dénonce avec amertume les infidélités dont il a été la victime.
Il fallait bien les confronter, même si les rencontres se sont faites séparément. Pour le pugilat, rendez-vous ce vendredi soir sur le plateau de «Caractères». Car si, comme on le verra, Françoise Verny a pour Maurice Nadeau une grande estime, celle-ci n’est pas réciproque. Et cependant – ils ne le savaient pas encore en répondant à nos questions -, ils se rejoignent sur bien des points. Alors, d’où viennent les divergences? Du fait que Françoise Verny, à neuf heures du matin, a choisi de nous inviter à boire un café au bistrot d’en face en grillant ses premières (?) Gitanes de la journée alors que Maurice Nadeau, à quatre heures de l’après-midi, buvait de l’eau dans une pièce – débordant de livres – des minuscules bureaux qui lui servent de repaire à la fois pour «La Quinzaine littéraire» et sa maison d’édition?
Quoi qu’il en soit, il fallait d’abord chercher à apprendre auprès d’eux comment on devient éditeur.

Lire la suite : http://journallecteur.blogspot.com/2011/05/lannee-litteraire-20-maurice-nadeau.html

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Quand la reliure faisait la Une des journaux

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

 Ou une reliure aux armes de Catherine de Médicis dénichée en brocante… O tempora, o mores

DIMANCHE 22 MAI 2011

Amis Bibliophiles bonjour,

Il faut avouer qu’on ne croise pas tous les jours une reliure aux armes de Catherine de Médicis, même au Grand Palais. Aussi quand mon oeil endormi se posa sur l’étal de cette brocante, je franchis en un temps record les quelques mètres qui me séparaien du stand. Mon jour était venu, effacé le Lycosthènes de Montaigne, oublié le tome de la Bible de Gutenberg retrouvé dans un presbytère, à moi la gloire, ou au moins la joie de dénicher ce petit trésor… dont je devinais qu’il était de format in-folio.

Quand la reliure faisait la Une des journaux dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables

Las, plus je m’approchais, plus la joie s’estompait. Ce que j’avais déniché était en fait le numéro de Noêl 1929 de l’Illustration (L’Illustration est un magazine hebdomadaire français publié de 1843 à 1944. Il connut 5 293 numéros, soit 180 000 pages environ), dont une partie est consacrée aux « Belles reliures de la Bibliothèque Nationale ». Je fis contre mauvaise fortune bon coeur et m’acquittais le coeur léger de la modique somme demandée, aussi bien pour ne pas rentrer bredouille (ce qui est l’habitude du bibliophile en brocante, vous le savez tous) que pour me plonger avec délice dans l’article proposé par Emile Dacier (1876 – 1952, archiviste paléographe, conservateur adjoint à la bibliothèque nationale, inspecteur général des bibliothèques et des archives; Secrétaire de rédaction de la « Revue de l’art ancien et moderne).

 dans Reliure, relieur, restauration, entretien

Celui-ci nous invite à découvrir cet « art mineur » qu’est la reliure au travers d’une douzaine de reliures anciennes conservées dans la Réserve de la Bibliothèque Nationale, d’un superbe évangéliaire de Metz (or, ivoire, pierres précieuses et émaux cloisonnés) aux reliures aux armes du XVIIIème siècle. 

Ce qui frappe, en dehors de l’évidente qualité des reliures présentées, qui ne surprendra personne, c’est la beauté des planches proposées par l’Illustration qui méritait parfaitement son nom. 

Lire la suite : http://bibliophilie.blogspot.com/2011/05/quand-la-reliure-faisait-la-une-des.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Reliure, relieur, restauration, entretien | Commentaires fermés

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011


Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Lu pour vous – Les trente ans qui ont changé la Chine : 1980-2010, par Caroline Puel

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Shanghai au fil des pages…

Paru le : 21 mai 2011 / Dernière mise à jour : 6 mai 2011

Quelles ont été les étapes et les hommes qui ont permis cette renaissance ? Ce livre très « pédagogique » retrace année par année les événements-clés qui expliquent cette transformation progressive de la Chine. L’auteur nous fait partager sa connaissance du pays en mêlant histoire politique, économique, sociale et culturelle et réfléchit aux conséquences de « l’émergence pacifique » de ce géant sur l’échiquier mondial.

JPEG - 47.1 ko
Les trente ans qui ont changé la Chine – 1980-2010

En l’espace de trente ans, le visage de la Chine s’est totalement modifié. De l’Empire communiste exsangue qui pansait ses plaies à la mort de Mao, après un siècle et demi de troubles, elle est devenue en 2010 la deuxième puissance économique mondiale. Elle retrouve de ce fait un rang qui fut le sien dans le passé, cette fois dans le contexte nouveau de la mondialisation. Mais cette grande puissance, qui paraît si bien ancrée dans le XXIe siècle, reste encore un pays émergent parcouru de nombreuses tensions, où les inégalités sont de plus en plus criantes.

Caroline Puel, née en 1963, est correspondante du Point en Chine. Diplômée de Sciences Po et Langues Orientales, elle est arrivée à Pékin en 1984 pour un stage à l’Ambassade de France. Elle a décidé d’approfondir ses connaissances de chinois à l’Institut de diplomatie de Pékin. Après un poste au service de presse de l’Ambassade de France, elle est revenue en Chine comme journaliste et écrivain, après quelques années de correspondance de guerre sous d’autres horizons. Après avoir dirigé leur bureau de Hong-Kong, elle a fondé le bureau de Libération en Chine, en 1995 et celui du Point, dont elle est toujours la correspondante pour le monde chinois et l’Asie du Nord. Entre 2003 et 2008, elle a assuré des chroniques régulières pour France Info, France Inter et France Culture, ainsi que la correspondance de la Radio Suisse Romande. Elle a reçu le Prix Albert Londres (1997) pour ses reportages sur la Chine et enseigne depuis 2004 à Sciences-Po.

Source :

http://www.consulfrance-shanghai.org/Shanghai-au-fil-des-pages-Les-trente-ans-qui-ont-change-la-Chine-1980-2010-par-Caroline-Puel.html

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

Mel B au pays de la traduction (1)

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Mélanie intervient sur nos blogs depuis quelques années, et j’ai beaucoup de chance : elle a accepté de partager avec moi (et, partant, avec vous) son expérience au merveilleux pays de la traduction. Je pourrais reproduire in extenso le contenu de ses mails, tant ce qu’elle y raconte est passionnant et narré d’une plume alerte. Mais je choisis de m’attarder sur quelques points précis, en espérant ne jamais dénaturer ou affaiblir son propos.

Comment devient-on traductrice littéraire ? Entre mille chemins possibles, celui de Mélanie n’est pas banal, mais commence comme tous les contes de fées : Il était une fois.

Il était une fois une enfant qui baignait dans les langues étrangères : chansons des Beatles, des Doors, des Stones, de Bob Dylan, de Bob Marley etc., parents qui utilisent l’anglais quand ils ne veulent pas que les enfants les comprennent, goût du voyage, liitérature, cinéma (en VO)… En mettant les pieds pour la première fois au Royaume-Uni à quatorze ans, Mélanie comprend que l’anglais est sa langue d’adoption.

« Mon ambition était d’apprendre dix langues étrangères, mais je me suis hélas arrêtée bien avant. J’ai quand même fait du grec ancien par amour de la mythologie et de l’étymologie, et de l’espagnol dans l’idée de voyager en Amérique latine, cependant mon goût pour la version n’est né qu’avec l’apprentissage du latin. C’est vraiment à ce moment-là que j’ai découvert le plaisir de la traduction.« 

La première fois que Mélanie séjourne en Angleterre, en classe de 3°, c’est en grande banlieue londonienne, et si tout se passe bien sur place, le séjour-retour de sa correspondante est plus aléatoire : « … même si les deux semaines que « ma corres » a passées avec nous en France ont été compliquées (euphémisme, je me souviens qu’on s’est tous embrassés en riant de soulagement quand l’avion qui la ramenait chez elle a enfin décollé.) »

L’expérience suivante, en classe de première,  est une réussite sur tous les plans : elle tombe amoureuse du Derbyshire et émet le voeu de vivre « plus tard » au Pays de Galles dans une vieille maison en pierre pleine de livres et de chats et de ne jamais avoir ni mari ni enfant (raté :) ).   »C’est là je crois que j’ai acheté mes premiers bouquins en anglais (que du très sérieux, des pièces d’Arthur 

Miller, un livre de Thomas Hardy que je n’ai toujours pas lu…) et que Sharon m’a initiée aux Harlequins anglais, les romances de chez Mills and Boon : on se lisait des passages à voix haute et on se tordait de rire. »

C’est alors un mois d’hypokhâgne et la réussite du concours Science Po Paris, un DESS en ressources humaines et six ans d’expérience en entreprise. Mais la traduction titille toujours Mélanie. Elle passe alors (et réussit) les tests Harlequin, pour figurer dans leur fichier de traducteurs.

« Le test Harlequin consistait à traduire un extrait de roman H. bien pourri (avec toutes les difficultés du genre, à savoir bourré de clichés, d’incohérences, mal écrit, etc.) d’une dizaine de pages et d’en faire une bonne traduction-adaptation.« 

En 1999, alors qu’elle traduisait à plein temps depuis deux ou trois mois (Harlequin ne paye pas forcément bien, et en plus c’est au forfait, pas au feuillet), elle tombe par hasard sur un article du Monde des livres concernant le DESS de l’institut Charles V, rattaché à Paris 7 (Diderot) – aujourd’hui devenu master pro de traduction littéraire de Paris 7, et décide de se renseigner davantage…

A suivre…

« Tout m’intéresse, it’s both a blessing and a curse.« 

Source : http://www.cuneipage.com/archive/2011/05/20/mel-b-au-pays-de-la-traduction-1.html

Publié dans Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

Le roman suédois Les dépossédés sera-t-il Les bienveillantes de la prochaine rentrée littéraire ?

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Le roman suédois Les dépossédés sera-t-il Les bienveillantes de la prochaine rentrée littéraire ? dans Rentrée littéraire automne 2011 les_depossedesMême si le livre n’est annoncé aux éditions Robert Laffont que 18 août, le buzz a déjà commencé sur le web. Le premier roman traduit en français de l’auteur suédois Steve Sem-Sandberg, Les dépossédés, promet en effet de mobiliser les pages livres pendant plusieurs semaines.
Odyssée de près de 600 pages, le livre revient sur le président du comité juif Mordechai Chaim Rumkowski, un homme d’affaires juif de 63 ans, qui dirigeait pendant la seconde guerre mondiale le ghetto de la ville polonaise de Lódz. Ayant transformé le lieu en un immense camp de travail qui, selon lui, permettrait aux Juifs ayant participé à l’effort de guerre allemand d’être épargnés, il exhorta les parents à livrer leurs enfants de moins de neuf ans inaptes au travail.
Après plusieurs années de recherche dans les archives même du camp, Sem-Sandberg livre un texte ample, dans lequel il analyse en profondeur la personnalité complexe de Rumkowski. Était-il un fou imbu de pouvoir ? Un opportuniste sans âme ? Ou peut-être un stratège pragmatique qui espérait sauver des Juifs en les convertissant à un effort collaborationniste ?
Lauréat en 2009 du prix August-Strinberg, le Goncourt danois, Les dépossédés fut l’événement de la foire aux droits littéraires de Francfort un an plus tôt. Il est actuellement en cours de traduction dans 25 pays, Il paraîtra quasi-simultanément à la rentrée en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en France.

Les dépossédés de Steve Sem-Sandberg
Présentation de l’éditeur


De 1940 à 1944, le ghetto de Lódz est placé sous la direction de Mordechai Chaim Rumkowski, président du Conseil juif. Contrôlé strictement par l’administration allemande, le Conseil juif dirige tous les aspects de la vie quotidienne dans le ghetto : police, justice, santé, travail, alimentation. Convaincu que, si les juifs se rendent indispensables à l’effort de guerre allemand, ils seront épargnés, Rumkowski transforme le ghetto en un immense atelier super productif. Pris au piège de sa logique, il sacrifie les inadaptés et les indésirables. Il se mue ainsi, consciemment ou non, en un très efficace rouage de la machine d’extermination nazie. En septembre 1942, il prononce un discours insoutenable pour exhorter les parents à livrer leurs enfants de moins de neuf ans, incapables de travailler. Les trahisons et les efforts de Rumkowski furent vains : en 1944, Himmler donna l’ordre de « liquider » le ghetto. Il ne restera qu’un peu plus de 800 survivants sur une population ayant dépassé les 250 000 habitants. Traître pour certains, héros pour d’autres, le personnage très controversé de Rumkowski suscite de nombreuses interrogations sur la dignité, l’abjection et la survie.

© Éditions Robert Laffont, 2011

Source : http://www.culture-cafe.fr/site/?p=2158

« Les dépossédés » de Steve Sem-Sandberg, traduit du suédois par Johanna Chatellard-Schapira, Éditions Robert Laffont, 592 pages, 22 €. Parution le 18 août 2011.

Publié dans Rentrée littéraire automne 2011 | Commentaires fermés

Grande-Bretagne – PBFA London International Juin 2011 salons du livre

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Salon international 1
5 juin 2011
Hôtel Russell,
Russell Square, WC1

Salon International 2
10 juin 2011 et 11
Novotel London West,
Hammersmith, W6

 

pbfainternationallondonbookfair.gif

Grande-Bretagne - PBFA London International Juin 2011 salons du livre dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies home-main-books

Le PBFA met en scène deux salons du livre international en 2011, la première aura lieu à l’Hôtel Russell, le 5 Juin, et le seconde au Novotel London West les 10 et 11 Juin.

Entre ces deux événements quelque 200 de nos membres seront présentant des milliers de livres, cartes et estampes.

Parcourir ce site pour plus de détails des exposants, les directions à des foires, les heures d’ouverture et met en évidence. Vous pouvez aussi commander un catalogue Foires Juin. Vous cherchez quelque chose de spécial? Profitez de l’occasion pour communiquer avec tous les exposants avec un simple email.

Source : http://pbfalondonbookfair.co.uk/

 

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Allemagne – 28-29 mai : MonaLibri

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

Catégorie: Salons du livre
Organisateur: Loidl & Osthoff
Localisation: Künstlerhaus am Lenbachplatz
Adresse: Lenbachplatz 8
Ville: Munich
Heures d’ouverture: Saturday 1 – 8 pm, Sunday 11 am – 6 pm
Site web: www.antiquariatsmesse-muenchen.de

The Munich Antiquarian Book Fair Mona Libri will take place for the second time in 2011, with exhibitors from Germany and Europe and an exhibition « Faszination Kinderbücher – von Aesop bis Harry Potter ».

MonaLibri

 

Source : http://www.ilab.org/fre/news/697-monalibri.html


Publié dans Foires et salons du livre | Commentaires fermés

16e Prix de Bibliographie LILA – Breslauer 2014

Posté par Serge Bénard le 22 mai 2011

 

Ce Prix international de 10.000$ US est décerné tous les quatre ans à l’auteur (ou aux auteurs) du plus remarquable ouvrage à avoir été publié dans le vaste domaine de la bibliographie. Le but de ce Prix est d’attirer l’attention sur la meilleure œuvre académique publiée dans ce domaine, de la récompenser de manière appropriée, et de promouvoir le soutien de la Ligue aux travaux d’érudition qui sont si essentiels pour notre métier. Le premier prix de Bibliographie fut décerné en 1967 à Jean Peeters-Fontainas, et par la suite à des universitaires de renom tels que Claus Nissen, Wytze Hellinga, I. C. Koeman, Francois Weil, Gerhard Dünnhaupt, Anthony Hobson, et Lucas Heinrich Wüthrich.  

16e Prix de Bibliographie LILA - Breslauer 2014 dans Bouquineries, bouquinistes image2

Sept livres suivants ont déjà été soumis pour le 16e Prix. Le Prix sera décerné en 2014 à une ou à des bibliographies publiées entre 2009 et 2012. Un ouvrage peut être présenté par l’éditeur, l’auteur ou une tierce partie jusqu’à Avril 2013.

Oeuvres déposées

Les livres suivants ont déjà été soumis pour le prochain prix. Tous les livres dont un exemplaire sera adressé au Secrétaire du Prix avant avril 2013 seront rajoutés à cette liste.
image3 dans Conservateur, bibliographie

ARON, Paul and Jacques ESPAGNON

Répertoire des Pastiches et Parodies Littéraires des XIXe et Xxe siècles. Paris, PU Paris Sorbonne, 2009. (Collection “Histoire de l’Imprimé”).

>>> PU Paris Sorbonne

 

image4 dans Librairies, libraires

CANTELE, G. and R. SBIROLI

Roberto Ridolfi. Bibliografia. Firenze, Leo S. Olschki, 2010. (Biblioteca di Bibliografia Italiana CLXXXIX. Diretta da Luigi Balsamo).

>>> Leo S. Olschki

 

 

image5

FISCHER, Ernst

Verleger, Buchhändler & Antiquare aus Deutschland und Österreich in der Emigration nach 1933. Ein biographisches Handbuch. Elbingen, Verband Deutscher Antiquare, 2011.

>>> Verband Deutscher Antiquare

 

image6

GAUZ, Valeria

Portuguese and Brazilian Books in the John Carter Brown Library 1537 to 1839. With a Selection of Braziliana Printed in Countries Other than Portugal and Brazil Complied and edited by Valeria Gauz. Published by the John Carter Brown Library, Providence, Rhode Island, 2009.

>>> John Carter Brown Library

 

image7

KRISTENSEN, M.

Bogbindernes bla Bog. Kunstfaerdige danske bogbind ca 1880-2000. Dansk Forening for Bogbind, 2010.

>>> Dansk Forening for Bogbind

 

image8

ORR, G. and B. TORREY

Jim Harrison, A Comprehensive Bibliography, 1964-2008. Lincoln & London, Univeristy of Nebraska Press, 2009.

>>> Univeristy of Nebraska Press

 

image9

PITTIE, A.

Birds in Books. Three hundred years of South Asian Ornithology. A Bibliography. With a foreword by Edward C. Dickinson. Ranikhet, Permanent Black, 2010.

>>> Permanent Black

 

image10

SHEFRIN, J

The Dartons. Pblishers of Educational Aids, Pastimes & Juvenile Ephemera 1787-1876. Los Angeles, Cotsen Occasional Press, 2009.

>>> Cotsen Occasional Press

 

image11

WAGNER, B. & M. REED (Eds.)

Early Printed Books as Material Objects. Proceedings of the Conference Organized by the IFLA Rare Books and Manuscript Section, Munich, 19-21 August 2009. De Gruyter, Saur, 2010. (IFLA Publications 149).

>>> De Gruyter, Saur

Source : http://www.ilabprize.org/

Publié dans Bouquineries, bouquinistes, Conservateur, bibliographie, Librairies, libraires | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar