• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 mai 2011

Lu pour vous – Un silence de clairière, de David Thomas

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

 Par Alexandre Fillon (Lire), publié le 14/05/2011 à 08:00


unsilencedeclairiere286569.jpeg
Un écrivain en crise existentielle

David Thomas raconte la quête d’un écrivain qui pense être arrivé au bout de lui même, et qui cherche à réinventer sa vie.

David Thomas est un semi-débutant. Il compte déjà à son actif une pièce de théâtre et un recueil de nouvelles préfacé par Jean-Paul Dubois, La patience des buffles sous la pluie (Bernard Pascuito Editeur, 2009), qui lui a valu d’obtenir la très chic et bien rémunérée Bourse de la découverte de la Fondation Prince Pierre de Monaco. Le voici, cette fois, qui s’essaie avec succès au roman. Adrien Lipnitsky, le héros d’Un silence de clairière, ne semble pas être au mieux de sa forme. C’est un écrivain de 42 ans qui n’a jamais cherché à marquer la littérature. Juste un type « qui aligne des phrases les unes derrière les autres pour en faire des livres ». Depuis un moment, Adrien n’a plus de désirs et n’arrive pas à écrire. Pire, il a la sensation d’être arrivé au bout de lui-même. Qu’une pièce est prête à céder dans le mécanisme de son existence pourtant confortable. Comment interpréter le fait qu’il a décidé de se raser intégralement le corps, « du crâne aux orteils » ?

Sa femme lui conseille fortement d’aller voir « quelqu’un ». Chez un psy qu’il paye quatre-vingts euros la séance, Adrien s’endort immanquablement et rêve à son frère Paul, son aîné de cinq ans. Un rebelle épris de blues et de liberté qui a quitté la famille il y a vingt ans pour s’en aller bourlinguer à travers le monde… De plus en plus étrange à mesure qu’on y chemine, le premier roman de David Thomas entraîne le lecteur à Copenhague. Puis au nord de la Suède, dans l’Angermanlan

Lire la suite : http://www.lexpress.fr/culture/livre/un-ecrivain-en-crise-existentielle_992502.html

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

Canada – Pizzo free: une pratique qui traverse l’Atlantique

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Claudette Samson

Claudette Samson
Le Soleil

(Québec) C’est loin, la Sicile et l’Italie? Peut-être pas autant que vous le pensez. L’enquête antimafia Colisée menée par la police de Montréal a révélé en 2006 qu’au moins 600 commerçants de l’est de Montréal, presque exclusivement d’origine italienne, payaient le pizzo au clan Rizzuto.

Le fonctionnement de ce système est expliqué dans le livre des journalistes André Cédilot et André Noël Mafia inc., paru en octobre.

Les policiers ont été les premiers surpris par ce constat, expliquait jeudi M. Cédilot en entrevue téléphonique. «Tout le monde pensait qu’au Québec, la mafia faisait son argent avec le prêt usuraire et le trafic de drogue, pas avec le pizzo.»

Mais de fait, cette taxe obligatoire est la base de l’économie mafieuse, dit-il, et pas seulement en raison de l’argent qu’elle permet de récolter. D’abord, elle permet d’établir la loi du silence. «Tu paies la taxe, tu ne me dénonces pas, et je te protège.» Car plusieurs commerçants paient la taxe de bon gré, sachant qu’ils seront protégés. Si, par exemple, ils ont un client récalcitrant à payer, la mafia s’en occupera.

Lire la suite : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/affaires/agro-alimentaire/201105/13/01-4399349-pizzo-free-une-pratique-qui-traverse-latlantique.php

Publié dans On en parle | Commentaires fermés

Madagascar – Des livres pour les écoles de Morarano Gara

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

La rencontre franco-malgache qui a lieu à Saint-Georges-de-Reintembault

La rencontre franco-malgache qui a lieu à Saint-Georges-de-Reintembault

24 écoles vont bénéficier de six malles de livres, fruit de la collaboration de la Commune de Morarano Gara avec celle de Saint-Georges-de-Reintembault.

Après le don de 990 livres et de 100 planches pédagogiques en février dernier par la Commune de Saint-Georges-de-Reintembault (Département Ille-et-Vilaine), six malles de livres sont en préparation pour circuler dans les 24 écoles primaires de la Commune de Morarano Gara. Douze titres malgaches à 20 exemplaires de chaque constituent chaque malle.

Il s’agit de Imaitsoanala et Zazavavindrano de Geneviève Ramakavelo, I Kinga sy i Bota d’Esther Randriamamonjy, I Tita sy ny boky de l’édition Tsipika.

Encourager la lecture

L’Édition Jeunes Malgaches propose six titres dont Maria, Soza Le Pêcheur, Les aventures de Mila Loza, Maria nahita ranomasina voalohany, Risika sy Rahitsikitsika et Any am-pianarana, un album illustré sans textes. Deux titres Anganon’i Dadatoa et Voankazo an’ala pour la librairie Mixte.

« Au début, le projet consiste à la fourniture de livres aux enfants. Mais l’expérience nous a appris qu’il faut une sorte d’accompagnement pour encourager la lecture et augmenter la fréquentation de la bibliothèque. D’où la mise en place des rencontres d’auteurs et d’animations diverses autour du livre dans les mêmes écoles », explique Marie-Michèle Razafintsalama, gérante de la maison d’édition Prediff et présidente d’Afrilivres.

Lire la suite : http://www.lexpressmada.com/education-madagascar/23481-des-livres-pour-les-ecoles-de-morarano-gara.html

Publié dans Lecture, lecteur, lectorat, Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

‘Je suis tombé dans la science-fiction tout petit’

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Rédigé par Adrien Aszerman, le samedi 14 mai 2011 à 15h48

Auteur prolixe de science-fiction, avec plus d’une vingtaine d’ouvrages à son actif, Johan Heliot sera aux Imaginales du 26 au 29 mai prochain (cf. notre actualitte)

Depuis combien de temps participez-vous à ce festival des mondes imaginaires ?


Je m’y suis trouvé invité dès la première édition, il y a déjà dix ans, alors que je débutai. J’y suis depuis revenu à chaque édition sans exception, par une sorte de fidélité mutuelle. J’y trouve une ambiance vraiment particulière, sans compter la prise de marques sur place et la liaison d’amitiés solides. 

Avec une moyenne de deux ouvrages par an vous avez pour le moins un bon rythme ! D’où vous vient l’inspiration? 
Je n’écris que de la fiction, et l’inspiration me vient du monde qui m’entoure. Je pars de phénomènes évoqués dans l’actualité pour en faire un roman d’anticipation. Ancien professeur d’Histoire, j’affectionne particulièrement l’uchronie.

'Je suis tombé dans la science-fiction tout petit' dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. v-23706

Comment renouvelez votre style ?
J’ai certains thèmes de prédilection. Je travaille beaucoup sur la mémoire, sur les répétitions du passé. Je n’ai pas une manière de faire. Les sujets s’imposent, ce n’est pas calculé. 

Pourquoi le choix de la science-fiction ?
Je suis tombé dedans petit, à l’entrée au collège. Grace à une professeur de français ces ouvrages me sont tombés dans les mains. Donc très vite, dès la fin d’adolescence, je me suis mis à écrire mes propres histoires.

 

Lire la suite : http://www.actualitte.com/dossiers/1445-johan-heliot-imaginales-science-fiction.htm

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Frédéric Lenormand, Prix Arsène Lupin 2011

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

 

 

Posted: 14 May 2011 09:48 AM PDT

La baronne meurt a cinq heures

Le 6ème Prix Arsène Lupin a été remis vendredi 13 mai à Etretat au Clos Lupin, ancienne maison de vacances du romancier, à Frédéric Lenormand, pour son roman La baronne meurt à cinq heures, publié aux éditions Jean-Claude Lattès. Son roman a été élu au 2ème tour par un jury que présidait cette année l’écrivain, historien et conférencier Jean des Cars, et composé de lupinophiles convaincus.

La baronne meurt à cinq heures est le premier épisode d’une série où l’on découvre un Voltaire détective, entrainé dans de sombres intrigues qui ne trouvent pas toujours de réponses dans la philosophie. Dans ce roman historique à la fois rigoureux et très amusant, Voltaire, bientôt rejoint dans sa quête par Emilie du Châtelet, enquête sur l’assassinat de sa protectrice, la baronne de Fontaine-Martel.

> Revoir la Sélection du 6ème Prix Arsène Lupin de littérature policière
> 
arsene-lupin.com


Le blog des prix littéraires. Un blog de Prix-litteraires.net.Frédéric Lenormand, Prix Arsène Lupin 2011 dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.


Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Lu pour vous – Là où j’irai, de Gayle Forman

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Amour et musique au coeur de New York

Marie-France Bornais

14-05-2011 | 07h48

 gayleformanla768ou768jiraiamouretmusiqueaucoeurdenewyork.jpeg

Lu pour vous - Là où j'irai, de Gayle Forman dans Lu pour vous pointillier

En dépit du succès fou de Si je reste, best-seller, traduit en 18 langues, qui sera bientôt porté à l’écran par les producteurs de Twilight, Gayle Forman n’avait pas pensé écrire une suite.

Comme Adam et Mia lui «parlaient» toujours, elle s’est remise au travail pour offrir Là où j’irai à ses lecteurs, une très belle histoire d’amour où se mêlent la musique rock et classique.

Là où j’irai alterne entre le présent des retrouvailles entre Mia et Adam et les retours en arrière. Adam a maintenant 21 ans. Il est devenu une star du rock, pourchassé par les paparazzis, hanté par le souvenir de Mia. Celle-ci est devenue violoncelliste virtuose. Le hasard a voulu que, trois ans après son coma et l’accident qui a coûté la vie à ses parents et à son petit frère, elle retrouve Adam, à New York, le jour de son concert à Carnegie Hall.

Ils n’ont qu’une nuit pour tenter de se retrouver, pour décider s’ils continueront ou non.

«Quand j’ai fini d’écrire Si je reste, je pensais que c’était terminé, avec l’histoire de Mia et Adam. Je n’avais jamais pensé à une suite et j’avais déjà entamé l’écriture d’un autre livre. De là, je me suis mise à penser à Mia et Adam; je savais qu’ils avaient quelques années difficiles à traverser et je me demandais ce qui allait leur arriver. Je n’ai pu m’arrêter d’y penser. Ce sont eux qui m’ont parlé, qui m’ont crié de ne pas les laisser en plan…», raconte Gayle Forman, journaliste réputée, devenue écrivaine, en entrevue téléphonique, de sa résidence de Brooklyn.

«Je me réveillais en pleine nuit en pensant à ce qui allait leur arriver. L’histoire s’est mise en place, et j’ai rapidement écrit un brouillon, puis je l’ai mis de côté, en pensant y revenir dans quelques années. Je suis retournée au livre déjà entamé; je l’ai terminé. Pendant tout ce temps, Mia et Adam étaient toujours là, en train de crier dans ma tête… et je ne pouvais plus les ignorer! Il fallait que j’écrive la suite. Je me suis finalement pliée à leurs demandes», raconte-t-elle avec humour.

Lire la suite : http://fr.canoe.ca/divertissement/livres/nouvelles/2011/05/13/18143141-qmi.html

Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

20 histoires inédites de Burgess retrouvées

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Au moins 20 nouvelles inédites d’Anthony Burgess, l’auteur de L’orange mécanique (Robert Laffont), ont été découvertes par des chercheurs chargés de faire le tri d’archives d’un centre de recherche de Manchester, la ville natale de l’écrivain.Les histoires courtes, quelques scénarios de film et de théâtre et des centaines de compositions musicales proviendraient d’un lègue à la Fondation internationale Anthony Burgess de sa veuve, Liana, décédée il ya quatre ans.Parmi les documents se trouvent également 50 000 livres et 20 000 photos, des symphonies, des poèmes et des scripts inachevés ou rejetés pour des projets de télévision et de cinéma.Burgess a publié 33 romans durant sa carrière d’écrivain, en plus d’avoir été animateur, diffuseur, scénariste et compositeur.L’année 2012 marquera le 50e anniversaire de la publication de son œuvre la plus célèbre, L’orange mécanique, adaptée au cinéma par Stanley Kubrick.

Source : http://www.lelibraire.org/detail_actualites.asp#

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. | Commentaires fermés

Canada – Diffusion Dimedia accueille Prise de parole

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011


——————————————————————————————————————
Tous les livres publiés par les Éditions Prise de parole seront désormais diffusés par le groupe de diffusion et de distribution francophone Dimedia.
Les Éditions Prise de parole ont été fondées en 1973 à Sudbury, en Ontario. La maison privilégie des auteurs contemporains d’expression française. Romans, récits, contes, poésie, théâtre et essais, cet éditeur profondément attaché à la littérature possède plus de 200 titres dans son catalogue.
Parmi ses dernières parutions se trouvent L’enfanCement de Maurice Henrie, La Machine à beauté de Robert Bellefeuille et Le Soleil se lève au Nord de Doric Germain.

Source : http://www.lelibraire.org/detail_actualites.asp#

Publié dans Distribution, plateformes et VRP | Commentaires fermés

Rénovation d’une reliure à la Bradel

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Par admin • 14 mai, 2011 • Catégorie: Conservation et entretien des livres

Une question reçue récemment par courriel, concernant la restauration de reliures de périodiques nous a donné l’idée de rédiger une réponse « en ligne » qui pourra être utile à tous ceux dont l’entretien et les soins sur ce type de reliure intéressent.

Question : « Je vous transmets une photo des livres que je souhaite restaurer, il y a deux éditions : une, la plus abimée, avec la couverture cartonnée rouge et l’autre avec une couverture cartonnée bleue. Que me conseillez-vous de faire pour redonner à l’ensemble un meilleur aspect ? »

Rénovation d’une reliure à la Bradel dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables dos-abime1

QUEL TYPE DE SOINS POUR QUEL TYPE DE RELIURE ?

On voit bien sur la photographie, les dégradations typiques des reliures fin XIXè, début XXè, avec des cuirs très fins et de mauvaise qualité. Généralement constitués en peau de mouton (basane), on devine un effet « mille feuilles » ou « pelure d’oignon » du derme : le cuir s’émiette en couche. Ce phénomène se rencontre aussi sur des cuirs plus anciens avec la peau d’un mouton trop gras.

En général, ces reliures abritent des périodiques, des journaux, des « livraisons », elles assemblent et protègent mais n’ont pas vocation à « sublimer » une édition. Plus économiques, elles se présentent souvent avec un dos lisse, brisé, c’est à dire non collé aux cahiers intérieurs ; un vide se crée entre le dos et le bloc livre à chaque ouverture de l’ouvrage, ce qui facilite les fréquentes consultations (photo ci-dessous). Les plats sont couverts de papier, quelques fois les coins sont renforcés avec du cuir.

dos-brise dans Reliure, relieur, restauration, entretien

Nous sommes donc devant une reliure fin XIXè siècle, dite à la « bradel », constituée de cuir sur le dos et de papier sur les plats.

1) RENOVATION DU DOS

Pour améliorer l’aspect des dos, je commence par un nettoyage du cuir :

  • savonnage au brecknel en 2 temps, d’abord à sec, car l’humidité risque de rougir ou noircir les zones claires. Selon le résultat et après séchage, un second passage avec l’éponge très essorée. (voir notre article sur le nettoyage du cuir au savon).
  • collage des petites peaux prêtes à tomber (avec une colle réversible)
  • ré-encollage du cuir, c’est-à-dire passage au pinceau d’une solution d’alcool à 98° + Hydroxypropylcellulose sur tout le dos, ce qui redonnera une consistance à la fleur du cuir.
  • pour finir, application de notre cire.

Selon la nature et les dégradations du cuir, les résultats peuvent varier d’un livre à l’autre, mais en règle générale,l’aspect est considérablement amélioré.

Lire la suite : http://www.essentiam.fr/livres-anciens/2011/05/renovation-dune-reliure-a-la-bradel/


Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Reliure, relieur, restauration, entretien | Commentaires fermés

Livre audio – Le Parapluie de l’escouade (Sélection 2), Alphone Allais

Posté par Serge Bénard le 15 mai 2011

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 30min | Genre : Nouvelles

Le parapluie de l escouade

« Il y avait une fois une petite femme rudement gentille et qui avait oublié d’être bête, je vous en fiche mon billet.

Son mari, lui, était laid comme un pou, et bête comme un cochon.

Les sentiments que la petite femme nourrissait à l’égard de son mari n’auraient pas suffi (pour ce qui est de la température) à faire fondre seulement deux liards de beurre, cependant que lui se serait, pour sa petite femme, précipité dans les flammes ou dans l’eau, sur un signe d’icelle.

Des faits de telle nature sont, d’ailleurs, fréquemment constatables en maint ménage contemporain. » (Une petite femme bien moderne.)

> Écouter un extrait : Une petite femme bien moderne.

> Télécharger ce livre audio par chapitres [Aide] :

Une petite femme bien moderne.mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)
Une excellente affaire.mp3
Un miracle de l’amour.mp3
Toto au Luxembourg.mp3
Léon Gandillot.mp3

> Consulter la version texte de ce livre audio.

Fenêtre externe

Source audio originale (Allais_-_Leon_Gandillot.mp3)

Source : http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/allais-alphonse-le-parapluie-de-lescouade-selection-2.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+litteratureaudio+%28Litterature+audio.com+-+Livres+audio+gratuits%29

Publié dans Audiolecture, livre audio | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar