Accueil Livres Le livre du jour Le livre du jour – Façons de lire, manières d’être de Marielle Macé

Le livre du jour – Façons de lire, manières d’être de Marielle Macé

Commentaires fermés
0
18

13/05/2011 | Critique | Non-Fiction

couvlire.jpg
«Faire rayonner les livres dans sa vie», c’est une formule qui pourrait résumer cet «art de lire». Un art de lire, comme un art de penser, n’est pas intemporel : il se construit en fonction des problématiques historiques du faire, du penser et du soi. Une problématique actuelle de l’individu consiste à le définir non comme un sujet pur ou un moi psychanalytique, mais comme un opérateur anonyme de techniques de soi, orientées vers des devenirs exploratoires. Ce livre de Marielle Macé entend repenser la pratique de la lecture à la lumière de cette manière d’envisager l’individu qui s’est fait jour dans la littérature du début du siècle (avec Proust, Kafka, Michaux) et a été conceptualisée dans les philosophies de la subjectivation foucaldienne et du devenir deleuzien. «Lire en levant les yeux» devient alors le modèle de la lecture, qui injecte les visions littéraires jusque dans les choses.

Il y a beaucoup de fantômes dans ce livre, qui apparaissent par transparence : Barthes, qui hante chaque chapitre, Baudelaire à travers Barthes, Proust à travers Deleuze, Sartre derrière Bourdieu ; tous apportent une contribution au long flux de conscience, quasi non séquencé, qui est le livre même. Puisque cet essai nécessaire se risque dans le champ philosophique, on remarquera que, parfois, le sens esthétique de la formule s’y substitue à la vraie mise en forme conceptuelle, altérant la clarté de certaines thèses. Néanmoins, ces thèses sont précieuses, explicitant un invisible art de lire qui est probablement le nôtre. On notera aussi la virtuosité de l’auteur à suivre une idée dans les méandres des références et à imposer comme un leitmotiv docile une pensée insaisissable. On pointera une seule limite potentielle à ce livre : à plusieurs reprises, Marielle Macé se réfère à une conception pragmatique de la lecture, et de là à son effectivité sur les pratiques. Ce fait est bien montré, mais en isolant un sens de « pratique » qui est bien plus restreint que celui du pragmatisme américain : ce sont les pratiques du soi lisant, interprétant, du soi introspectif choisissant sa gestuelle. C’est bien sûr une part cruciale de l’individu ; mais, justement, si le pragmatisme met l’accent sur les pratiques, c’est pour défaire cette assimilation de l’individu au soi : la pratique, c’est l’activité, le sentir et le faire, la vita activa.

On voit certes ici comment de grands lecteurs comme Barthes stylisent leur existence dans un «dandysme des signes» ; mais le champ du faire au sens pragmatique, c’est celui où il faut lutter et penser ensemble, mettre les mains dans le cambouis des choses. Ce sont ces pratiques dont on aurait pu montrer qu’elles sont aussi nourries et transformées par la lecture. Ce livre plusieurs fois le laisse entrevoir, avant de se focaliser sur le dandy comme emblème ; or les dandys font rarement de grands hommes d’action.

Par Baptiste Morizot

Source : http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=19218

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Le livre du jour
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Librairie Cordeliers à Romans-sur-Isère (26)

Librairie des Cordeliers 13 côte des Cordeliers 26100 Romans sur Isère Tél : 04 75 05 15 5…