• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 14 mai 2011

Le Pouliguen (44) – Petit-déjeuner à Lecture Gourmande

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

Ouverts depuis à peine trois semaines, Lecture Gourmande et son propriétaire Yvonnick Le Lorec commencent à se faire une réputation et une clientèle. Rencontre avec le restaurateur pouliguennais.

 

Le Pouliguen  (44) - Petit-déjeuner à Lecture Gourmande dans Librairie-restaurant petit-dejeuner-a-lecture-gourmande--515

De l’Irlande au Canada avec un petit crochet par La Baule, Yvonnick Le Lorec a roulé sa bosse dans l’hôtellerie internationale. Ce Nantais de 27 ans  exerce depuis une dizaine d’années et n’est rentré en France qu’à la fin de l’année 2009 suite à un problème de visa. « J’ai fait une saison en Haute-Savoie et c’est en travaillant l’été dernier au Pouliguen que j’ai compris le potentiel de la Promenade », commence le restaurateur. Il ajoute avoir saisi une occasion, « j’ai vu que des locaux se sont libérés, j’ai monté un dossier et rencontré de gens de la mairie qui m’ont proposé un projet culturel ». C’est ainsi qu’est née l’idée d’un « starbuck » à la française : les gens peuvent lire (livres, BD et journaux) sur place et même emprunter l’un des 1 200 ouvrages présents à Lecture Gourmande. Une bibliothèque vivante, enrichie par des vide-greniers et des dons de la famille ou de clients.

Lire la suite : http://www.lepouliguen-infos.net/petit-dejeuner-a-lecture-gourmande-26-31-409.html

Publié dans Librairie-restaurant | Commentaires fermés

Lu pour vous – Luis Ansa, Le quatrième royaume

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

jpeg23.jpegLes éditions du Relié réeditent en « Poche » un livre fondamental du peintre et chamane Luis Ansa : Le quatrième royaume. Voici en bonnes feuilles la préface d’Henri Gougaud et l’introduction.

Préface

L’art de vivre est sans doute, de tous les arts, le plus précieux, le plus nécessaire et le plus difficile à servir, tant Pour l’instructeur que pour l’élève, car il exige un amour constamment attentif et ne tolère ni tricherie, ni faux-semblant. On appelle « éveilleurs » OU « maîtres » ceux qui l’enseignent. Certains apprentis, sur les Hauts Plateaux des Andes, nomment ces hommes rares « benefactors » – bienfaiteurs. Ce dernier terme me paraît plus qu’un autre convenir à Luis Ansa.

Le chemin qui l’a conduit jusqu’à ce « Quatrième Royaume » n’a guère connu de halte. Il commence par ce refus, celui de la mort de sa mère, qui le pousse aussitôt à la recherche éperdue de cet essentiel inexprimable, amour, raison de vivre et sens mêlés ensemble,« épice » inaccessible sans laquelle on ne saurait vivre à la hauteur des exigences de l’âme. Qu’arrive-t-il à ces héros qui osent mettre sous leurs pas la longue route des mystères ? Dans les contes, ils rencontrent autant d’imprévisibles obstacles que d’inattendus bienfaiteurs. Les premiers les aguerrissent, les deuxièmes les guident. Dans la vie aussi. El Chura et quelques autres chamanes amérindiens apprennent au jeune Luis les secrets de la voie du sentir, et ceux des sept plumes de l’Aigle. Ils ensemencent sa terre intime. ils l’éveillent assez pour qu’il ne puisse plus jamais renoncer au voyage et s’abandonner à l’ordinaire pesanteur du monde. Il chemine donc, tant en lui-même qu’au dehors. Il va, de rencontres en épreuves, où le veulent ces impérieuses nécessités de la vie que les esprits carrés appellent « le hasard ». Luis sait déjà que le hasard n’existe pas. Ceux qui l’ont instruit ont fait de lui un esprit rond, aussi rond qu’un ventre fécond.

Il franchit l’océan. Le voici en Europe où l’attendent de nouveaux « Churas ». A Paris, une bouillonnante jeunesse vit les premières années de l’après-guerre. Si l’on est artiste en ce temps-là, on est pauvre et l’on est assez affamé de vie pour estimer qu’aucune découverte n’est impossible, qu’aucun sommet n’est inaccessible. Luis est peintre et démuni de tout, sauf d’espérance. Il rencontre Véra Daumal, qui le fait entrer dans le cercle des élèves de Gurdjieff. Il y découvre de nouvelles techniques d’approche du secret de l’être. Elles ne contredisent en rien celles qu’il a apprises sur les Hauts Plateaux Andins ; au contraire, elles les complètent. Le maître soufi Omar Ali Shah vient bientôt sur sa route. Il le suit, se fait auprès de lui disciple et apprenti, devient enfin maître attentif de sa propre créature, et apprenti de l’Être qui l’anime.

Luis Ansa n’a jamais dissimulé ce qu’il doit à ceux qui l’ont instruit. Cette gratitude sans cesse renouvelée, son joyeux amour de la vie, l’attention infatigable qu’il porte à ceux qu’il accueille, son pouvoir d’éveil enfin font de cet homme ce que ses guides furent pour lui : un bienfaiteur.


Publié dans Lu pour vous | Commentaires fermés

Piratage, quel coût pour les écrivains ?

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

Un éditeur australien propose de jouer sur la corde sensible, plutôt que de toucher au porte-monnaie, en présentant le coût humain du téléchargement illégal.

Quelques semaines seulement après avoir organisé son salon annuel du livre, Londres accueillait le premier forum mondial sur la lecture numérique. Il a notamment été question des ouvrages piratés, dont Pirate Bay publiait un top ten – surprenant – récemment, et des moyens d’action possibles pour endiguer le phénomène.

Et dans le domaine, certains ont des idées plutôt originales, comme Sara Lloyd par exemple. Constatant que le message de lutte contre le téléchargement illégal passe mal quand il vient des éditeurs, la directrice des éditions numériques chez Pan Macmillan a proposé d’utiliser… les écrivains. « Quand nous, éditeurs, nous exprimons sur le sujet, les gens ont l’impression que nous cherchons juste à défendre nos intérêts corporatistes. Alors pourquoi ne pas plutôt leur parler des auteurs ? a-t-elle suggéré. Cela donnerait un visage humain à notre combat. »

Bientôt une étude sur le piratage ?

« Mais, avant de vouloir contrer le piratage, peut-être faudrait-il déjà avoir une idée plus précise de son impact, a rappelé Huw Alexander, directeur des droits aux éditions Sage. Car les mises en demeure envoyées jusqu’à présent ne touchent qu’une infime partie des sites de téléchargement illégal qu’on peut trouver sur la toile. »

Huw Alexander propose donc de lancer une étude, financée par les éditeurs, sur le piratage, son étendue, ses conséquences. Il y voit aussi une manière de répondre à une autre étude, menée par Brian O’Leary, qui soutient que le piratage, loin de faire chuter les ventes, les fait au contraire augmenter.

Source : http://www.enviedecrire.com/piratage-de-livres-quel-cout-pour-les-ecrivains/ (d’après The Bookseller)

Publié dans Téléchargement, piratage | Commentaires fermés

La Propagande dans la Bande dessinée, un siècle de manipulation en images

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

La Propagande dans la Bande dessinée, un siècle de manipulation en images dans Propagande, manipulation

Le 9ème art… un art pas si innocent
 

Dans la partie supérieure de la couverture de cet ouvrage, un super-héros de la taille d’un Lilliputien tente d’asséner des coups au maître du IIIème Reich. Il s’agit de Doll Man qui rapetisse tout en conservant ses forces et finit par mettre K.O ses adversaires. Lors de la Seconde Guerre mondiale, la bande dessinée américaine a vu exploser le nombre de super-héros. Pas moins de 700 super-patriotes ! Une petite armée au service de l’ Oncle Sam pour combattre l’Allemagne et le Japon. Un racisme anti-japonais se déchaîne alors dans les différents comic books.

Tout comme le cinéma, la bande dessinée n’aura échappé aux récits de propagande. Le 9ème art étant un médium de masse, il a été également instrumentalisé par les pouvoirs politique et économique, ainsi que par les tenants d’une morale bien-pensante. Ecrit par Fredrik Strömberg, cet ouvrage traduit de l’anglais et édité chez Eyrolles, aborde cette question épineuse en plusieurs thématiques. La propagande de guerre, mais également l’anti-communisme dans le contexte de la guerre froide, le racisme et l’antisémitisme, la religion et les sujets de société touchant à la morale (Le sexe y tient une place non négligeable). Petit bémol,  L’accent est mis sur la production américaine, laissant peu de place à la bande dessinée franco-belge et au manga.

Un essai instructif et abondamment illustré qui permet de découvrir une facette sombre du 9ème art.

Source : http://le68faitdesbulles.wordpress.com/2011/05/13/la-propagande-dans-la-bande-dessinee-un-siecle-de-manipulation-en-images/

Publié dans Propagande, manipulation | Commentaires fermés

16 mai – Saint-Pol-Roux revient à Saint-Brieuc…

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

 

En août 1938, Saint-Pol-Roux s’était rendu en pays briochin pour rendre hommage à son maître, l’un des premiers, le hautain et magnifique Comte Villiers de l’Isle-Adam, dont on célébrait alors le centenaire. Lundi prochain, 16 mai, Saint-Pol-Roux reviendra, en belle compagnie, à Saint-Brieuc, et c’est à lui, cette fois-ci, qu’on rendra hommage. La Compagnie du Théâtre de la Folle Pensée, au nom si heureux, a eu, en effet, la belle idée de consacrer une soirée au poète de La Dame à la Faulx. Notre ami Patrick Besnier y jouera, avec la talent et l’érudition qu’on lui connaît, le maître de cérémonie. Puisse-t-il trouver le temps, la soirée achevée, de nous donner le récit de cette manifestation, l’une des rares – persévérons dans notre amertume – du cent-cinquantenairemagnifique. On trouvera ci-dessous les informations nécessaires pour s’y précipiter.

16 mai - Saint-Pol-Roux revient à Saint-Brieuc... dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir Saint-Pol-Roux+%252820-30+ans%252C+Rougerie%2529

LES LUNDIS DE ROSENGART

#14 – SAINT-POL-ROUX

RENCONTRE AVEC « LE MAGNIFIQUE »

EN PRÉSENCE DE PATRICK BESNIER

Lundi 16 Mai 2011

(19 h à 21 h)

Port du Légué

Carré Rosengart

16, quai Armez

Saint-Brieuc

entrée gratuite

réservation souhaitable (mais pas obligatoire) au 02 96 33 62 41

possibilité d’apporter son casse-croûte

collation légère prévue sur place

Dédicace d’André Breton à Saint-Pol-Roux : « Au grand poète SAINT-POL-ROUX, à ceux qui comme lui s’offrent le MAGNIFIQUE plaisir de se faire oublier ». Saint-Pol-Roux est en effet l’archétype du poète maudit, exilé volontaire pendant 40 ans à Camaret, à la pointe du Finistère.

Saint-Pol-Roux est à Marseille en 1861, il est mort à Brest en 1940. Il consacrera plusieurs années de sa vie à l’écriture d’un drame réputé injouable « La Dame à la faulx ».

Pour ce parcours dans l’œuvre et la vie de Saint-Pol-Roux, Patrick Besnier, écrivain, professeur de littérature, sera notre invité et notre guide.

Des extraits des textes de Saint-Pol-Roux seront lus par des comédiens et des élèves du Conservatoire.

Lire la suite : http://lesfeeriesinterieures.blogspot.com/2011/05/saint-pol-roux-revient-saint-brieuc.html

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Lectures publiques, promenades et tourisme littéraires, théâtre | Commentaires fermés

Nuit des musées 2011

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

Pour la 7e édition de la Nuit européenne des musées, plus de 1.400 musées français vont ouvrir leurs portes ce soir.

Dans une quarantaine de pays du continent 3.200 musées européens vont accueillir leurs visiteurs dans une ambiance de découverte ludique. 

Nuit des musées 2011 dans Actualité - Événement v-23704

A voir notamment : 

Les archives nationales, où les petits pourront confectionner leur propre marque-page 

La bibliothèque nationale de France, avec une exposition dédiée à l’Egypte

La maison du livre de Nouvelle-Calédonie, qui fera revivre l’Histoire

La bibliothèque polonaise de Paris, où l’on verra les collections de William Gronkowsky

La maison Victor Hugo, où la correspondance du grand homme avec Victor Schoelcher sera mise à l’honneur

Le musée des lettres et manuscrits, avec une opération spéciale organisée par le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES)

La Pinacothèque de Paris, où seront organisées – entre autres – des activités pour les enfants autour d’Hugo Pratt.

Plus de renseignements ici

Source : http://www.actualitte.com/actualite/26094-nuit-europeenne-des-musees-edition.htm

Publié dans Actualité - Événement, Archives, archivistes, Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Maisons d'écrivains, résidences d'auteurs, maisons du l, Patrimoine culturel, patrimoine écrit | Commentaires fermés

10 juin BnF à Paris – 6e Journée nationale d’information RAMEAU

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

Vendredi 10 juin 2011 – 9h30 – 17hBnF, site François Mitterrand – Petit auditorium (hall Est)

La sixième Journée nationale d’information RAMEAU s’ouvrira par un tour d’horizon de l’activité et des projets intéressant RAMEAU.  
Le reste de la journée sera consacré à la façon dont les données qui constituent le langage RAMEAU sont ou peuvent être exploitées techniquement dans deux contextes particuliers : 

  • d’une part, dans l’environnement du Web sémantique, à travers un exemple présenté par la société Mondeca ; 
  • d’autre part, dans les réseaux (SUDOC) et les SIGB de bibliothèques, à travers notamment une table ronde qui se prolongera par un temps de discussion et d’échange avec la salle.

Inscriptions gratuites et obligatoires. 

Lire la suite : http://www.bnf.fr/fr/professionnels/autres_journees_professionnelles/a.journee_rameau_110610.html

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Journées, rencontres, événements, voyages | Commentaires fermés

L’Inaperçu 2011: le palmarès!

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

La tension nerveuse qui étreint nos sélectionnés et leurs fans s’estompe enfin. Le jury est de retour, sa présidente, Anne-Sophie Demonchy annonce les résultats : Le quatrième Prix de l’Inaperçu est attribué à Stéphane Fière pour son roman taquin et sinophile Double bonheur, aux éditions Métailié, dans la catégorie francophone. Vient le tour du roman étranger et les lauréats sont Marcel Théroux, pour son âpre et palpitant Au Nord du Monde aux éditions Plon, et son traducteur Stéphane Roques.

Félicitations à eux !

Source :  http://www.prixdelinapercu.fr/


Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Olivier Todd, le passe-muraille

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

13/05/11 à 12:16

Le biographe de Camus et Malraux donne sur la guerre un livre magnifique, «J’ai vécu en ces temps», qui mêle la fiction aux souvenirs en compagnie de Sartre, Nizan, Desnos…

Olivier Todd est né en 1929. Biographe de Camus et de Malraux, il publie «J'ai vécu en ces temps», son 8e roman. SIPA

Olivier Todd est né en 1929. Biographe de Camus et de Malraux, il publie «J’ai vécu en ces temps», son 8e roman. SIPA

Dans une prochaine vie, c’est décidé, Olivier Todd sera italien. Il oubliera ses fantômes et ses tourments, s’arrachera aux séductions de son quartier sorbonnard, se transportera dans les murs rouges de Lucques, en Toscane, s’y choisira une maison de prince sybarite, parlera la plus belle langue du monde et se délectera de glaces au chocolat en répandant autour de lui de chantants «Grazie tante, grazie mille».

A découvrir cette confession, au coin d’une page de son nouveau roman, on comprend même qu’il l’aura mérité. D’ailleurs, pour décourager les fantômes d’y revenir voir, éloigner de lui toute hypothèse d’éternel retour, il a aussi prévu d’être espagnol à sa troisième réincarnation. 

Humour de gentleman harcelé par les malédictions, la faute aux équivoques d’une naissance mal ou trop bien accordée à l’Histoire. Quand le destin, par une manière d’indécision tragique, vous a fait fils d’un «quasi-Allemand» et d’une Anglaise, dans un siècle aussi querelleur, il ne saurait être question d’en terminer jamais avec soi.


Lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/romans/20110511.OBS2897/olivier-todd-le-passe-muraille.html

97822467487171.gif

Publié dans Critiques, notes de lecture, feuilletons, analyses, présentations | Commentaires fermés

Modiano veut qu’on l’oublie

Posté par Serge Bénard le 14 mai 2011

13/05/11 à 12:34

De la part de Patrick Modiano, ça surprend. L’auteur de «Dora Bruder» s’est indigné, par l’intermédiaire de son avocat, contre la parution d’un livre de Marie Lebey intitulé «Oublier Modiano». Explications.

Patrick Modiano (Sipa)Patrick Modiano (Sipa)

 

Personne n’imaginait que Patrick Modiano, l’écrivain discret qui sort aussi rarement de son silence que de son quartier, fût capable d’un geste aussi bruyant. «Le Point» le révélait hier: l’auteur de «la Place de l’étoile» a violemment réagi, par l’intermédiaire de son avocat, à l’hommage littéraire que lui a consacré Marie Lebey dans «Oublier Modiano», paru ces jours-ci chez Léo Scheer.

Modiano veut qu'on l'oublie dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. 1777561A priori, il n’y a pourtant pas de quoi.Marie Lebey (photo), que l’on connaît pour avoir publié quelques romans dans les années 1980 et pour avoir été l’épouse de Dominique Rocheteau, y raconte comment sa dévotion pour Modiano l’a aidée à surmonter son passé tumultueux [=> voir l’article de Jérôme Garcin paru dans «l’Obs»]. Elle a envoyé le livre chez son idole. Les éditions Léo Scheer n’ont pas tardé à recevoir une lettre, signée par l’avocat Laurent Merlet. Elle affirme que Patrick Modiano est «profondément choqué» par ce livre que Marie Lebey a eu«l’impudence» de lui adresser. L’auteur de «la Ronde de nuit» reproche à son admiratrice la manière dont elle évoque la disparition de son frère Rudy, mort à l’âge de dix ans.

Lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110513.OBS3026/modiano-veut-qu-on-l-oublie.html
 

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Droit, législation, contentieux, conflits, procès | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar