Accueil Livres Le livre du jour Le livre du jour – Les Hommes de Napoléon. Témoignages, 1805-1815, présenté par Christophe Bourachot

Le livre du jour – Les Hommes de Napoléon. Témoignages, 1805-1815, présenté par Christophe Bourachot

Commentaires fermés
0
10

Grognards et cauchemars

08/05/11 à 09:58

On avait presque oublié le carnage qui accompagna l’épopée de Napoléon. Les soldats inconnus de sa Grande Armée témoignent. Et c’est un vrai choc.

Napoléon à la bataille d'Eylau, le 8 février 1807. Par Antoine Jean Gros. (c)The Art Archive / Musée du Louvre Paris / Alfredo Dagli Orti / AFP

Napoléon à la bataille d’Eylau, le 8 février 1807. Par Antoine Jean Gros. (c)The Art Archive / Musée du Louvre Paris / Alfredo Dagli Orti / AFP

«Il n’y a pas en Europe une plus belle armée que celle que j’ai aujourd’hui.» Napoléon est fier de cette Grande Armée créée en 1805. Pendant près de huit ans, des dizaines puis des centaines de milliers d’hommes vont suivre l’Empereur dans ses victoires et dans ses défaites.

Christophe Bourachot nous propose de revoir le film de l’intérieur, en se plaçant au centre de cette gigantesque machine de guerre où se côtoient une douzaine de nationalités, Belges, Suisses, Italiens, Croates, Polonais… Au fil des campagnes, cette confrérie «de feu, de sang et de courage» ne cesse de grossir. A la veille de la campagne de Russie, elle compte 700.000 hommes.

Cette anthologie nous fait entendre des voix inconnues, venues des douleurs de la guerre. Pas des penseurs, pas des généraux, mais des grognards qui grognent, de jeunes officiers qui officient, des soldats qui bavardent, des hommes qui marchent près de 40 kilomètres par jour et qui, harassés mais portés par un dessein et un destin qui leur échappent, semblent toujours prêts à crier «Vive l’Empereur!».

Nous avons tellement lu les témoignages des poilus de 14-18 sur la violence des tranchées que nous en avons presque oublié le carnage derrière la grande geste napoléonienne, les convois qui roulent sur les cadavres et font craquer les corps des cuirassiers, les mares de sang et de boue mêlés, les mutilés qui continuent de ramper sous le tonnerre des canons, le jeune chirurgien qui résume Eylau à «une vraie boucherie» ou cet officier qui avoue avoir tué 242 ennemis à l’arme blanche.

Lors de la campagne de Russie, qui fit 200.000 morts côté français, les grognards mangèrent pour la première fois du cheval. En Espagne, où le typhus s’invita, ce fut pire. Sur l’île de Cabrera, dans l’archipel des Baléares, quelques prisonniers français tirèrent au sort des «volontaires» qui acceptèrent de mourir pour servir de nourriture aux autres. «On enlevait à ceux désignés par le sort, les cuisses, jambes et bras que l’on faisait rôtir sur un feu avec du bois de sapin.»

Tous ces textes ont été publiés, dans des livres, dans des revues, puis oubliés depuis la fin du XIXe siècle. Au terme de dix ans de recherche, Christophe Bourachot leur redonne vie en montrant la permanence de la bravoure et de la mort dans cette conquête impériale. D’Austerlitz à Waterloo, tout cela est raconté par ceux qui ont vécu et souffert pour le Petit Caporal, dans une dévotion quasi sacrificielle. Une épopée que l’on reçoit comme un vrai choc.

Laurent Lemire

Les Hommes de Napoléon. Témoignages, 1805-1815, 
présenté par Christophe Bourachot, Omnibus, 950 p., 26 euros.

Source : http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20110429.OBS2086/grognards-et-cauchemars.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Le livre du jour
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

L’or des fous éditions

L’or des fous met toute sa passion de vouloir-vivre en œuvre, dans un parfait dédain de ré…