On en parle – Tu n’as rien vu à Fukushima, de Daniel de Roulet

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

 

 L’horreur nucléaire

Fukushima inquiète. Par le cas d’école que le drame de la centrale nucléaire en péril propose sur les limites de l’aventure scientifique comme par la tragédie humaine qu’il a déjà déclenchée. Projection et compassion. Mais que peut cet élan de solidarité comme cette réflexion sur le piège que la technologie peut tendre à l’homme qui la conçoit pour les Japonais, confrontés seuls à l’impensable ?

Rien sans doute. Comme est vaine la quête de la jeune actrice française, éprise d’un architecte japonais, dans Hiroshima mon amour, film qu’Alain Resnais réalisa à partir du scénario de Marguerite Duras (1959). Alors qu’Elle (Emmanuelle Riva) s’interroge sur l’événement qui bouleversa le monde en août 1945, Lui (Eiji Okada) lui répète :  » Tu n’as rien vu à Hiroshima. « 

Aujourd’hui, le romancier Daniel de Roulet bute sur le même obstacle, confesse la même infirmité. Et contre le désarroi qui le gagne, sans nouvelles de ses amis nippons, il riposte par la plume. Pour leur écrire son attachement comme sa conscience d’un secours inefficient.  » Les Japonais n’aiment pas qu’un étranger leur parle de leur histoire.  » Cette remarque de son agent littéraire, quand il a publié Kamikaze Mozart (Buchet-Chastel, 2007), Daniel de Roulet ne l’a pas oubliée.

Pire, elle a réactivé la gêne qu’il avait ressentie, huit ans plus tôt lorsqu’il avait lu devant des étudiants japonais un extrait d’un précédent roman (Gris-bleu, Seuil, 1999). Mais l’histoire de Tsutsui, jeune ingénieur dont la grand-mère a été irradiée lors des bombardements atomiques, sonnait à l’oreille des auditeurs comme, plus qu’une faute de goût, une inexcusable indécence.

 Lire la suite : lemonde.fr/livres/article/2011/04/29/tu-n-as-rien-vu-a-fukushima-de-daniel-de-roulet_1514639_3260.html

TU N’AS RIEN VU À FUKUSHIMA de Daniel de Roulet. Buchet-Chastel, 32 p., 2 €.

 

Publié dans On en parle | Commentaires fermés

On a prédit l’avenir du livre…

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

Le futur du livre est l’objet de nombreuses discussions dernièrement.Certains en parlent avec des chiffres. D’autres avec humour.

En 2020, tous les livres seront interactifs et plurimédias.

On y trouvera de la musique, des images en 3D et des vidéos en streaming. Ils seront enrichis par différentes applications : site de réseau social, site de rencontres en ligne et géolocalisation (des alertes vous seront envoyées quand un habitant de votre ville achète le même livre que vous). Bref, le livre comportera tout et n’importe quoi, et surtout ce qui est inutile. Les auteurs feront leur propre promotion, les lecteurs seront responsables de leur distribution. La sagesse populaire sera chargée de la publication, et la main invisible du marché sera la plume qui écrit les livres. Il y aura deux catégories d’écrivains : les « résauteurs » et les électrons « livres ».

En 2030, tous les livres seront écrits de manière collaborative, à partir des nuages de tags.

Les romanciers commenceront par créer leurs personnages sous forme de figurines en vynil. Si celles-ci font le buzz, ce sont les fans qui écriront le roman tous ensemble. Quand vous lirez le livre, des caméras thermiques mesureront vos signaux physiologiques (vos battements de cil, votre fréquence cardiaque et les contractions des muscles de votre visage). Ceux-ci permettront de déterminer quel tour vous souhaitez que l’intrigue prenne. Le livre vous fera la lecture. Vous pourrez aussi choisir l’apparence physique des personnages, leur tirer dessus ou… tirer un cyber-coup avec eux. Si un romancier est découvert après sa mort, ses figurines en vynil deviendront peut-être des objets collector.

En 2040, les auteurs seront comme des Tamagotchis.

Lire la suite :  http://www.enviedecrire.com/on-a-predit-l%E2%80%99avenir-du-livre/

Publié dans Livre, histoire, bibliographie, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Le livre du jour – L’ami de toujours, Xavier Mauméjean

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

Le livre du jour - L'ami de toujours, Xavier Mauméjean dans Le livre du jour LamidetoujoursPremier roman que je lis de l’auteur. Celui-ci m’a attiré pour son histoire, même si j’en avais lu un minimum à son sujet pour ne pas trop en savoir en démarrant cette lecture.

Nous suivons sur un peu moins de trois cents pages le quotidien et la lente descente aux enfers de David, un geek à la vie sociale proche du néant. 
Le récit débute avec l’annonce d’une promesse d’embauche pour le jeune homme dans une société spécialisée dans les jeux vidéos. Le roman est en fait le journal de David dans lequel il nous fait part au fur et à mesure des évènements qui ponctuent ses journées et des terribles sentiments de doute et de peur qui l’envahissent progressivement. Alors qu’il s’apprête à changer de vie, il retrouve par hasard un ami de longue date, Richard. Des retrouvailles qui vont semer le trouble en lui et tourner au cauchemar.
Impossible d’en dire davantage sous peine de dévoiler le noeud de l’intrigue.

L’ami de toujours est un roman prenant qui vient cueillir le lecteur dans son fauteuil pour lui imposer son rythme. On a envie de savoir où tout cela nous mène, on tourne les pages avec fièvre, redoutant de connaître la suite mais avide d’explications.  David est l’archétype du jeune qui passe ses journées enfermé devant son écran d’ordinateur, multipliant les avatars sur le réseau, mais incapable de tisser des liens avec autrui dans la vraie vie. Il est mal dans sa peau, peine à exister avec un physique ordinaire qui le fait passer inaperçu. Dès lors, la perspective d’être embauché dans une firme à la renommée internationale apparaît comme la solution à toute son existence. Il va déménager, rencontrer des gens, travailler dans un secteur qu’il aime et exceller dans son art. La chance a fini par lui sourire et la chrysalide est enfin prête à éclore. Seulement c’était sans compter avec la mystérieuse apparition de Richard. Qui est ce compagnon de longue date, quel sont ses liens avec notre héros, et pourquoi refait-il surface après ce silence prolongé ?
Une atmosphère oppressante, une écriture percutante et un anti-héros malmené, voilà la combinaison gagnante pour ce roman glaçant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. 
Seul bémol, la fin ouverte qui m’a laissée perplexe. Etre manipulée, baladée d’indice en indice, voir mes hypothèses mises à mal, douter, avoir la sensation d’être perdue, tout cela je l’accepte volontiers pendant une lecture. Mais à la fin, j’aime que l’auteur prenne parti et propose une conclusion qui ne laisse pas de doute au lecteur. Ici ce n’est pas le cas et cela m’a gênée. Ceci dit, c’est une appréciation très personnelle, d’autres lecteurs trouveront cette fin parfaitement appropriée, je n’en doute pas.

Ce qu’en ont pensé Faelys et Clarabel

Flammarion (Tribal), 281 pages, 2011

Source :  http://oceanicus-in-folio.fr/lire/index.php?post/2011/04/28/L-ami-de-toujours-%28Xavier-Maum%C3%A9jean%29

Publié dans Le livre du jour | Commentaires fermés

« Pour une économie plus humaine », de Muhammad Yunus : l’économie humaine LEMONDE

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

LEMONDE | 28.04.11 | 16h33  •  Mis à jour le 28.04.11 | 16h33

La tempête judiciaire dans laquelle est plongé le Prix Nobel de la paix 2006 et inventeur du microcrédit, Muhammad Yunus, connaît de nouveaux rebondissements. Une enquête du Bangladesh, dont les résultats ont été rendus publics lundi 25 avril, a d’abord blanchi la Grameen Bank – organisme de microcrédit créé au début des années 1980 – et son fondateur du soupçon de détournement d’argent.

Il est toutefois reproché à la banque de s’être transformée en un « énorme conglomérat » ayant « violé à maintes reprises ses propres législations ». Le fondateur, évincé de la direction au mois de mars, ne semble donc pas totalement sorti d’affaires.

Ces déclarations interviennent quelques jours après la sortie en France de son dernier ouvrage, et alors qu’il est actuellement en Europe. Intitulé Pour une économie plus humaine – Construire le social-business, son dernier ouvrage aurait toutefois pu s’appeler : « Social business, mode d’emploi.

Lire la suite : lemonde.fr/livres/article/2011/04/28/pour-une-economie-plus-humaine-de-muhammad-yunus_1514049_3260.html

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

Stendhal :”Ne pas me gêner et ne m’effacer jamais”

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

avt_stendhal_2673.1303977330.jpg       L’événement devrait agiter bien au delà des rives de la stendhalie et de ses happy few : pour la première fois, le Journal(13,50 euros, Folio) de Stendhal paraît en édition de poche. Un seul volume de 1263 pages qui ne doit pas être loin du record détenu dans la même collection par La Foire aux vanités de W.M. Thackeray. Celui ci s’autorise même un minimum de notes savantes et un précieux index des noms cités. « J’entreprends d’écrire l’histoire de ma vie jour par jour ». L’incipit doit figurer dans l’anthologie des plus fameux débuts, encore que celui ci se distingue par ce qu’il annonce deux lignes plus loin : il y aura des fautes de français car l’auteur aura pour principe de « ne pas me gêner et de n’effacer jamais ». Ce qui résonne déjà comme un règle de vie et pas seulement d’écriture. Le fait est que pour lui, pour lui aussi devrait-on préciser, lire, écrire et vivre, c’est tout un. Un écrivain écrit comme un coureur cour, risquent certainslecteurs familiers de l’analogie sportive.

Ce Journal est une leçon de liberté qu’il s’agisse du ton, du style, des idées. Jamais à la pose, bien qu’il ait toujours été son principal sujet, il s’y saisit lui même dans le vif de l’instant, empoigne ses sensations et nous les offre en partage, dans son intimité et peu lui chaut qu’une certaine désinvolture émerge de ce chaos. Fidèle à son principe, il ne corrige pas les répétitions, les redondances, les erreurs, les contradictions, les lieux communs et le galimatias. Il ne s’embarrasse pas non plus d’être compris par ceux qui n’entendent rien aux langues étrangères, et truffe allègrement ses phrases de mots anglais ou italiens sans se soucier de les traduire ; Jean Goldzink, auteur d’une étude sur Stendhal en Italie, parle même d’ « un sabir franglais et crypté ». C’est direct et cru, notamment lorsqu’il évoque l’amour (le sujet de sa vie), les femmes qu’il a aimées, caressées, branlées, enfilées. L’intérêt est forcément inégal pour tout lecteur de bonne foi (ce qui exclut les stendhalonâtres) ; ce n’est pas là que l’historien fera son miel d’observations originales sur l’Europe agitée, celle ci n’étant que le théâtre de sa conquête des femmes ; mais l’ensemble dégage un parfum si enivrant, au plus près de la sensibilité de l’artiste, que sa sincérité désarme, serait-il roué en bien des circonstances.

Lire la suite : http://passouline.blog.lemonde.fr/2011/04/28/stendhal-ne-pas-me-gener-et-ne-meffacer-jamais/#xtor=RSS-32280322

Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

Livre audio – Lettre à la France, Zola, Émile

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

Donneur de voix : Iamnot | Durée : 24min | Genre : Essais

Emile Zola age

Fin 1897. L’affaire Dreyfus déchire la France. S’opposent avec violence les défenseurs de la révision du procès et les ligues patriotes ou antisémites. C’est dans ce contexte que Zola écrit sa Lettre à la France – « aux petits, aux humbles, à ceux qu’on empoisonne et qu’on fait délirer » – et sa Lettre à la jeunesse – à l’occasion de l’agression d’un grand dreyfusard par les ligueurs étudiants. « Des jeunes gens antisémites, ça existe donc, cela ? s’interroge Zola. Il y a donc des cerveaux neufs, des âmes neuves que cet imbécile poison a déjà déséquilibrés ? Quelle tristesse, quelle inquiétude, pour le XXe siècle qui va s’ouvrir ! »

Source : Senscritique.com.

Lettre à la France.

> Télécharger le mp3 (Clic-droit, « Enregistrer sous… »)

> Consulter la version texte de ce livre audio.

Fenêtre externe

Source audio originale (Emile_Zola_-_Lettre_a_la_France.mp3)

Source :

http://www.litteratureaudio.com/livre-audio-gratuit-mp3/zola-emile-lettre-a-la-france.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+litteratureaudio+%28Litterature+audio.com+-+Livres+audio+gratuits%29

Publié dans Audiolecture, livre audio | Commentaires fermés

La saga Apple

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

de 

Une petite planche de bande-dessinée absolument géniale due à Michel Rabagliatiqui en dit plus que de longs discours confus sur le sujet (non, je dirais pas lesquels). Bon, il force un peu le trait, mais pas mal de choses assez justes. Notamment, à tous mes amis graphistes qui se sont fait épongés en 25 ans. Ils se reconnaitront, les pauvres. Et le pire, c’est que la saga risque bien de continuer! :) (via Graphism).

Mac_apple

Source : http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/2011/04/la-saga-apple.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+typepad%2FOEkF+%28Aldus+-+2006%29

Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Arts graphiques, BD, illustrateurs, Métiers du numérique | Commentaires fermés

Lire, une compétence plastique du cerveau

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

Par Christelle Di Pietro, le 29 avril 2011

Laurent Cohen, professeur de neurologie à l’Hôpital de Salpêtrière à Paris, travaille sur le cerveau depuis près de 15 ans. Ce qui l‘a rendu célèbre, ce sont ses découvertes sur la lecture, une aptitude que l’on doit au lobe temporal gauche, une région cérébrale qui sert à reconnaître les lettres. Mais la lecture ne fait pas que solliciter des régions spécifiques du cerveau, elle le modifie. C’est ce qu’ont pu constater Laurent Cohen et ses collègues dans une expérience menée au Brésil et dont les résultats ont été publiés fin 2010 dans la revue «Science» [How learning to read changes the cortical networks for vision and language. Stanislas Dehaene, et al., Science, online, 2010].
Ils ont mesuré, par IRM fonctionnelle l’activité cérébrale d’adultes volontaires diversement alphabétisés devant des situations de lecture. Les résultats démontrent que la lecture influence fortement le développement du cerveau : apprendre à lire augmente les réponses des aires visuelles du cortex ; la lecture augmente les réponses au langage parlé dans le cortex auditif ; et la lecture induit une extension des aires du langage et une communication bidirectionnelle entre les réseaux du langage parlé et écrit : chez un bon lecteur, voir une phrase écrite active l’ensemble des aires du langage parlé, et inversement. Enfin les modifications cérébrales liées à l’alphabétisation peuvent se produire à l’âge adulte, les circuits de lecture demeurant plastiques tout au long de la vie.

Lire la suite : Lire modifie votre cerveau, Aline Jaccottet pour l’Express, 28 avril 2011 & Impact de l’apprentissage de la lecture sur le cerveau, CEA – Direction des sciences du vivant, 15 novembre 2010.

Cerveau IRM et lecture chez illétrés et lettrés

Pour aller plus loin :

Source : http://www.enssib.fr/breves/2011/04/29/lire-une-competence-plastique-du-cerveau

Publié dans Lecture, lecteur, lectorat | Commentaires fermés

Industrie du livre : du rêve de l’édition au cauchemar salarial

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

Ou comment apprendre à fermer les yeux

Rédigé par Nicolas Gary, le vendredi 29 avril 2011 à 14h22

Près d’un mois après la fin du Salon du livre de Paris, Force Ouvrière vient de faire part de ses multiples inquiétudes dans le domaine de l’édition. Avec 14.000 salariés dans le secteur, « parmi les plus mal payés de France », le mouvement d’humeur fait grincer des dents.

Au cours du Salon, cela a commencé par un quizz à l’humour jaune, dont Jacqueline Becker se félicite de la réussite. La secrétaire générale du syndicat de l’édition SNEP-FO et les représentants vont « enfin être reçus au ministère de la Culture et nous espérons que le ministère du Travail fera pression sur les employeurs pour qu’ils relancent les négociations ». 

Un vif soulagement, alors que les négociations avec le SNE étaient pour l’heure au point mort. 

Parlons d’argent…

Industrie du livre : du rêve de l'édition au cauchemar salarial dans Economie du livre v-22592C’est que 13 niveaux sur les 27 de la grille salariale « se situent sous le SMIC », ajoute-t-elle. Et ce, alors même que le niveau de qualification est de Bac+3 ou +4, dans les recrutements. Pour donner un exemple, le SMIC est fixé à 1365 € bruts mensuels, là où l’on peut démarrer à 1163 € pour des employés et 1655 € pour les cadres. 

Et d’ajouter : « C’est le chantage permanent, les patrons dépècent la convention collective. En 2010 nous avions espéré une amélioration avec l’arrivée d’Antoine Gallimard à la tête du SNE, mais il n’est qu’arrogance et mépris. » Alors évidemment, les salaires sont en première ligne des revendications, mais la discrimination n’est pas loin. 74 % des effectifs de l’édition sont des femmes, aux salaires plus bas, plus souvent en CDD et dans des emp:ois à temps partiel. 

… et de recrutements

Le SNE ne ressent manifestement pas le besoin de mettre en place un accord, pas plus que sur la précarité ou les séniors. C’est qu’en parallèle, le ratio embauches / départs ne serait pas non plus à la fête. Pour 2009, 1214 départs, contre 575 arrivées. 

On remplace par des autoentrepreneurs, des indépendants, ou des stagiaires, avec un parcours loin de faire rêver : « Dans l’édition, on rentre en stage et on y reste des mois. Les candidats ont un niveau bac+4, mais commencent en bas de l’échelle avec des travaux de secrétariat On nous demande aussi de lire les manuscrits et de donner un avis, sans être payés ou pas beaucoup II faut avoir le soutien de sa famille pour tenir Les gens acceptent ensuite le SMIC, car ils adorent ce qu’ils font », confirme une employée. 

Comment comprendre dans ce cas : le chiffre d’affaires stable tendant à la hausse, le bénéfice d’une TVA réduite pour l’ebook dès 2012, et finalement l’ensemble du secteur ?

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/25792-edition-salaires-employes-numerique-negocier.htm

Publié dans Economie du livre, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Libourne (33) – Gilbert Badia en dédicace

Posté par Serge Bénard le 29 avril 2011

 Gilbert Badia présente samedi son dernier roman, « Sarajevo en Quercy ».  photo i. l.

Gilbert Badia présente samedi son dernier roman, « Sarajevo en Quercy ». PHOTO I. L.

« La haute tour de verre qui dominait Sarajevo abritait maintenant une partie du gouvernement de la jeune république de Bosnie-Herzégovine… Songeuse, la jeune Eléna semblait contempler la grande ville qui s’étalait devant elle. »

Ces quelques lignes sont issues du dernier roman de Gilbert Badia, « Sarajevo en Quercy », où l’on retrouve la jeune héroïne bosnienne, Eléna, qui avait déjà connu des aventures dans ses deux premiers romans, « L’Ange des cavernes » et « Eléna, le mystère de l’ange des cavernes ».

Si les trois romans forment une trilogie, chaque roman peut être lu indépendamment les uns des autres. « C’est une nouvelle trajectoire de certains héros, dont Eléna, qui connaît une aventure romanesque et qui accomplit son travail de justicière, à savoir rechercher des criminels de guerre ».

Ses aventures l’amènent de Sarajevo en Quercy, à travers un roman qui se veut un polar. « Je me suis attaché à ce personnage d’Eléna et j’ai senti qu’il devait y avoir une suite… qui n’en est pas vraiment une », explique l’auteur.

Le mystère de Sainte-Foy

« Chaque livre est une œuvre à part entière mais c’est un plaisir de retrouver certains personnages déjà connus, associés à d’autres comme ces « sales types » qu’Eléna met un point d’honneur à rechercher pour faire justice ».

Si Gilbert Badia dit arrêter là cette trilogie, il n’en continue pas moins à écrire « à 90 % pendant la nuit, selon l’inspiration, quand tout est calme ». Dans ses manches, se prépare un autre projet d’écriture avec une histoire autour du mystère de Sainte-Foy « qui m’est venue en allant un jour dans l’Aveyron visiter la basilique où sont gardées ses reliques ». Affaire à suivre.

Pour l’heure, Gilbert Badia dédicacera « Sarajevo en Quercy » au Point Presse du Gestas, ce samedi toute la journée.

Source : http://www.sudouest.fr/2011/04/29/gilbert-badia-en-dedicace-384077-2966.php 

  

Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Rencontres auteurs, signatures, conférences | Commentaires fermés

1...34567...125
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar