Accueil Livres Actualité éditoriale, vient de paraître Stendhal :”Ne pas me gêner et ne m’effacer jamais”

Stendhal :”Ne pas me gêner et ne m’effacer jamais”

Commentaires fermés
0
5

avt_stendhal_2673.1303977330.jpg       L’événement devrait agiter bien au delà des rives de la stendhalie et de ses happy few : pour la première fois, le Journal(13,50 euros, Folio) de Stendhal paraît en édition de poche. Un seul volume de 1263 pages qui ne doit pas être loin du record détenu dans la même collection par La Foire aux vanités de W.M. Thackeray. Celui ci s’autorise même un minimum de notes savantes et un précieux index des noms cités. « J’entreprends d’écrire l’histoire de ma vie jour par jour ». L’incipit doit figurer dans l’anthologie des plus fameux débuts, encore que celui ci se distingue par ce qu’il annonce deux lignes plus loin : il y aura des fautes de français car l’auteur aura pour principe de « ne pas me gêner et de n’effacer jamais ». Ce qui résonne déjà comme un règle de vie et pas seulement d’écriture. Le fait est que pour lui, pour lui aussi devrait-on préciser, lire, écrire et vivre, c’est tout un. Un écrivain écrit comme un coureur cour, risquent certainslecteurs familiers de l’analogie sportive.

Ce Journal est une leçon de liberté qu’il s’agisse du ton, du style, des idées. Jamais à la pose, bien qu’il ait toujours été son principal sujet, il s’y saisit lui même dans le vif de l’instant, empoigne ses sensations et nous les offre en partage, dans son intimité et peu lui chaut qu’une certaine désinvolture émerge de ce chaos. Fidèle à son principe, il ne corrige pas les répétitions, les redondances, les erreurs, les contradictions, les lieux communs et le galimatias. Il ne s’embarrasse pas non plus d’être compris par ceux qui n’entendent rien aux langues étrangères, et truffe allègrement ses phrases de mots anglais ou italiens sans se soucier de les traduire ; Jean Goldzink, auteur d’une étude sur Stendhal en Italie, parle même d’ « un sabir franglais et crypté ». C’est direct et cru, notamment lorsqu’il évoque l’amour (le sujet de sa vie), les femmes qu’il a aimées, caressées, branlées, enfilées. L’intérêt est forcément inégal pour tout lecteur de bonne foi (ce qui exclut les stendhalonâtres) ; ce n’est pas là que l’historien fera son miel d’observations originales sur l’Europe agitée, celle ci n’étant que le théâtre de sa conquête des femmes ; mais l’ensemble dégage un parfum si enivrant, au plus près de la sensibilité de l’artiste, que sa sincérité désarme, serait-il roué en bien des circonstances.

Lire la suite : http://passouline.blog.lemonde.fr/2011/04/28/stendhal-ne-pas-me-gener-et-ne-meffacer-jamais/#xtor=RSS-32280322

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Actualité éditoriale, vient de paraître
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Spécial flash – 10 h 28 – Marché de la Poésie d’automne

Le salon de la poésie (19-21 novembre) innove avec une 1ère édition automnale. Au programm…