Accueil Economie du livre Industrie du livre : du rêve de l’édition au cauchemar salarial

Industrie du livre : du rêve de l’édition au cauchemar salarial

Commentaires fermés
0
14

Ou comment apprendre à fermer les yeux

Rédigé par Nicolas Gary, le vendredi 29 avril 2011 à 14h22

Près d’un mois après la fin du Salon du livre de Paris, Force Ouvrière vient de faire part de ses multiples inquiétudes dans le domaine de l’édition. Avec 14.000 salariés dans le secteur, « parmi les plus mal payés de France », le mouvement d’humeur fait grincer des dents.

Au cours du Salon, cela a commencé par un quizz à l’humour jaune, dont Jacqueline Becker se félicite de la réussite. La secrétaire générale du syndicat de l’édition SNEP-FO et les représentants vont « enfin être reçus au ministère de la Culture et nous espérons que le ministère du Travail fera pression sur les employeurs pour qu’ils relancent les négociations ». 

Un vif soulagement, alors que les négociations avec le SNE étaient pour l’heure au point mort. 

Parlons d’argent…

Industrie du livre : du rêve de l'édition au cauchemar salarial dans Economie du livre v-22592C’est que 13 niveaux sur les 27 de la grille salariale « se situent sous le SMIC », ajoute-t-elle. Et ce, alors même que le niveau de qualification est de Bac+3 ou +4, dans les recrutements. Pour donner un exemple, le SMIC est fixé à 1365 € bruts mensuels, là où l’on peut démarrer à 1163 € pour des employés et 1655 € pour les cadres. 

Et d’ajouter : « C’est le chantage permanent, les patrons dépècent la convention collective. En 2010 nous avions espéré une amélioration avec l’arrivée d’Antoine Gallimard à la tête du SNE, mais il n’est qu’arrogance et mépris. » Alors évidemment, les salaires sont en première ligne des revendications, mais la discrimination n’est pas loin. 74 % des effectifs de l’édition sont des femmes, aux salaires plus bas, plus souvent en CDD et dans des emp:ois à temps partiel. 

… et de recrutements

Le SNE ne ressent manifestement pas le besoin de mettre en place un accord, pas plus que sur la précarité ou les séniors. C’est qu’en parallèle, le ratio embauches / départs ne serait pas non plus à la fête. Pour 2009, 1214 départs, contre 575 arrivées. 

On remplace par des autoentrepreneurs, des indépendants, ou des stagiaires, avec un parcours loin de faire rêver : « Dans l’édition, on rentre en stage et on y reste des mois. Les candidats ont un niveau bac+4, mais commencent en bas de l’échelle avec des travaux de secrétariat On nous demande aussi de lire les manuscrits et de donner un avis, sans être payés ou pas beaucoup II faut avoir le soutien de sa famille pour tenir Les gens acceptent ensuite le SMIC, car ils adorent ce qu’ils font », confirme une employée. 

Comment comprendre dans ce cas : le chiffre d’affaires stable tendant à la hausse, le bénéfice d’une TVA réduite pour l’ebook dès 2012, et finalement l’ensemble du secteur ?

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/25792-edition-salaires-employes-numerique-negocier.htm

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Economie du livre
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

SOMMAIRE DU 23 JUIN

Dole : un imprimeur de la fin du XVIe siècle Reliure Jotau 1739. Géographie universelle pa…