Accueil Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs Paris – Le « désherbage » en question

Paris – Le « désherbage » en question

Commentaires fermés
0
10

L’article consacré à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris qui a envoyé à la poubelle au moins deux bennes d’ouvrages et de revue à l’état neuf fait couler beaucoup d’encre. Nous avons reçu de nombreuses réactions allant toutes dans le même sens, c’est-à-dire se scandalisant de ce procédé (vous pouvez en lire des extraits ici), à l’exception d’une, envoyée par Juliette Jestaz, conservatrice des imprimés et des manuscrits à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts à Paris, que nous publions in extenso ici (ainsi que quelques éléments de réponse). 

En essayant de calmer le jeu, nous souhaiterions organiser un véritable débat sur la manière dont doivent être gérées les bibliothèques spécialisées réservées aux chercheurs.

En effet, Juliette Jestaz regrette en préambule que nous ayons : « cru bon d’agiter la communauté des historiens de l’art pour un point technique, qui ne les intéresse pas, et ne relève absolument pas de la défense du patrimoine (des bibliothèques ou d’autres organes). » Il est regrettable de penser que la manière dont sont gérées les collections d’une bibliothèque d’histoire et d’histoire de l’art ne concerne pas les chercheurs eux-mêmes, c’est-à-dire les utilisateurs de la bibliothèque. Au contraire, il nous semble parfaitement légitime, et même nécessaire, que les bibliothécaires comprennent que leur métier doit se faire au service des lecteurs et donc dans le cas précis des historiens et historiens de l’art. 

Justifier ce qui s’est passé à la BHVP en affirmant qu’il s’agit d’une opération normale, conforme aux pratiques de la profession appelle au moins deux remarques. D’abord que tous les conservateurs de bibliothèques ne pensent pas la même chose, notamment ceux que nous avons contactés lors de la préparation de l’article. L’une d’elle s’est même déclarée scandalisée. Les règles du désherbage et de la mise au pilon à la Ville de Paris, dont des extraits nous ont été envoyés par Jean-Claude Utard, précise d’ailleurs que :

« le pilon consiste à éliminer des documents abîmés et obsolètes et à les remplacer par des titres en bon état ou plus actuels. Il ne peut s’appliquer, concernant une bibliothèque spécialisée, que sur des titres n’appartenant pas au cœur des collections mais destinés à fournir un appoint à des usagers et à un usage purement ponctuel (un annuaire par exemple). Il peut éventuellement s’appliquer à un titre commun, possédé en multiples exemplaires (une collection des journaux officiels). »

Lire la suite : http://www.latribunedelart.com/le-a-desherbage-a-en-question-article002162.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

32e anniversaire de la mort de Marcel Jouhandeau

Marcel Jouhandeau, né à Guéret (Creuse) le 26 juillet 1888 et mort à Rueil-Malmaison (Haut…