Accueil Livres Lu pour vous Lu pour vous – Parrot et Olivier en Amérique de Peter Carey

Lu pour vous – Parrot et Olivier en Amérique de Peter Carey

Commentaires fermés
0
4

Le maître australien, double lauréat du Man Booker Prize et prix du meilleur livre étranger en 2003 (La Véritable Histoire du gang Kelly), continue de sautiller insolemment de siècle en siècle et de continent en continent pour nous livrer cette relecture picaresque et philosophique du voyage d’Alexis de Tocqueville.

Olivier-Jean-Baptiste de Clarel de Garmont, comte de Barfleur, est français, fils d’ultraroyalistes normands, et «enfant de l’horrible guillotine». Parrot, anglais, fils d’imprimeur, se rêve artiste, mais, à la suite d’un déclassement, se retrouve à torcher les riches. C’est alors qu’Olivier, objet de méfiance pour les révolutionnaires comme pour les légitimistes, est envoyé aux États-Unis, officiellement comme ambassadeur pour y rédiger un mémoire sur les prisons américaines ; en fait, pour se préserver d’une nouvelle révolution tandis que s’élèvent les barricades de 1830. Parrot se voit dépêché à ses côtés en tant que secrétaire par la mère angoissée du jeune aristocrate. Voilà les deux narrateurs successifs du nouveau roman de Peter Carey embarqués pour le Nouveau Monde, loin de la vieille Europe. Là-bas, toujours liés l’un à l’autre par la présence d’un inquiétant marquis manchot, ils feront l’expérience de la démocratie naissante sur fond d’intrigues amoureuses, politiques et financières.

Le maître australien, double lauréat du Man Booker Prize et prix du meilleur livre étranger en 2003 (La Véritable Histoire du gang Kelly), continue de sautiller insolemment de siècle en siècle et de continent en continent pour nous livrer cette relecture picaresque et philosophique du voyage d’Alexis de Tocqueville. Mais, comme un avertissement, le romancier tue, avant son embarquement, Blacqueville, frère jumeau par la consonance du penseur politique et meilleur ami d’Olivier. Le lecteur devra y voir le présage d’une variation cynique du périple ayant donné naissance aux brillantes théories de l’historien sur l’évolution des démocraties. Cette équipée insolite d’un fils à maman «snob, splénétique et anxieux» et de son chaperon malicieux qui, malgré tout, «voudrait être Olivier» rejoue la comédie du maître et du valet, avec en filigrane les figures de Figaro, de Scapin, ou encore d’Arlequin.

Lire la suite : http://www.magazine-litteraire.com/content/critique-fiction/article?id=18989

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Lu pour vous
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Littérature québécoise

La littérature québécoise est essentiellement une littérature en langue française (comme l…