Accueil Traductions, traducteurs Maroc – De l’art de la poésie à l’art de la traduction

Maroc – De l’art de la poésie à l’art de la traduction

Commentaires fermés
0
9


Le recueil « Imi n’Ifri », du poète Mustapha Daou, traduit par Mustapha Kouara de l’arabe en français, a été dernièrement présenté à l’Espace Balzac à Kénitra.

Publié le : 24.04.2011 | 15h17
   
 
Dans le domaine de la traduction littéraire, rares sont ceux qui arrivent à percer les mystères du texte original, notamment quand il s’agit du texte poétique. Grâce à sa parfaite maîtrise des subtilités de la langue de Molière et à son âme de poète, Mustapha Kouara a réussi le bel exploit de traduire de l’arabe en français le dernier recueil du poète Mustapha Daou « Imi n’Ifri », paru aux Editions Boukili. Après avoir été présentée à la bibliothèque régionale de Kénitra, les passionnés de la magie du verbe ont pu assister à l’Espace Balzac à une rencontre consacrée à cette seconde naissance d’« Imi n’Ifri ». En présence de l’auteur du recueil original et devant un parterre d’intellectuels et d’artistes, le critique littéraire Rachid Souidi a procédé à une décortication de l’oeuvre traduite. Il a révélé à cette occasion que la poésie du XIXe et du XXe siècles avait cette particularité qu’il n’existe pas de poète qui ne soit pas traducteur à commencer par Baudelaire. Selon l’intervenant, agrégé de Lettres par ailleurs, la poésie est dans les langues et en même temps en dehors de toute langue. Il estime, en outre, que traduire n’est pas trahir mais négocier comme dirait Umberto Ecco, ce n’est pas reprendre mot à mot, mais monde à monde. « Dans cette perspective, souligne-t-il, il n’est pas bien de considérer les traducteurs, de la poésie surtout, comme des penseurs de mots, ce sont plutôt des penseurs d’âmes. La négociation du traducteur ne se fait pas avec le mot.  

Il négocie avec les exigences du monde de départ pour arriver à un monde plus fidèle, donc loin de la lettre et de l’esprit. » S’agissant du recueil « Imi n’Ifri », Rachid Souidi qualifie le poète Mustapha Daou de Baudelairien et d’anti-platonicien, à complexité qui révèle son ouverture, d’où l’usage de l’informe, du désordre, de l’indéterminé et du nouveau. C’est le cadre, estime-t-il, de toutes les possibilités de déstructuration et de création. Le directeur de l’Espace Balzac de l’Institut français, Jean-Jacques Gatein a, pour sa part, rappelé que la poésie transmet plus d’émotions qu’elle ne fait passer des messages. A cet égard, il estime que le traducteur a réussi à garder le rythme et la musicalité de l’oeuvre origi¬nale, tout en entretenant le mystère. Une manière d’inviter le lecteur à réinventer avec le poète le sens.En traduisant « Imi’n Ifri », Mustapha Kouara s’est approprié, en quelque sorte le recueil, pour le présenter au lecteur, non pas sous forme de textes froidement traduits. 

Lire la suite : http://www.lematin.ma/Actualite/Journal/Article.asp?idr=115&id=150136

          Maroc - De l'art de la poésie à l'art de la traduction dans Traductions, traducteurs pixel  

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Traductions, traducteurs
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Ann Heberlein : Je ne veux pas mourir, je veux en finir avec la vie

Je ne veux pas mourir, je veux en finir avec la vie : expérience bipolaire et suicide &laq…