Accueil Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. Québec – Yvon Brochu: la piqûre de la lecture grâce à Bob Morane

Québec – Yvon Brochu: la piqûre de la lecture grâce à Bob Morane

Commentaires fermés
0
7

 Publié le 14 avril 2011 à 05h00 | Mis à jour le 14 avril 2011 à 05h00

Québec - Yvon Brochu: la piqûre de la lecture grâce à Bob Morane dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. 9036

Didier Fessou
Le Soleil

(Québec) Parallèlement à son engagement professionnel au ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, Yvon Brochu écrit des romans pour les jeunes. Le personnage de la série Alexis, dont les exemplaires se vendent par milliers, l’a fait connaître auprès du grand public. Au début des années 2000, il a fondé Foulire, sa propre maison d’édition.

Aujourd’hui, Yvon Brochu est l’invité d’honneur du Salon international du livre de Québec.

Q Yvon Brochu, quel est le premier roman que vous avez lu?

R L’ombre jaune de Henri Vernes, après une multitude de bandes dessinées.

 «L'idiot de Dostoïevski est le... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Yvon Brochu : «L’idiot de Dostoïevski est le roman qui m’a le plus influencé.»

PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL

 

Q Qu’en pensez-vous, aujourd’hui?

R Seulement des brumes et des ombres angoissantes, je dois l’avouer. Par ailleurs, ce dont je suis absolument certain, c’est que la piqûre pour la lecture, je la dois vraiment à ce bon vieux Bob Morane, dont j’ai dévoré toutes les aventures ou presque. Un jour, je suis tombé sur Pieds nus dans l’aube de Félix Leclerc. Il s’agissait de mes premiers pas véritables dans mon humble aventure littéraire, je crois bien.

Q Y a-t-il un roman qui vous a incité à être écrivain?

R Pas que je me souvienne. Si ce n’est, peut-être, par la bande russe, cet immense Dostoïevski avec son fragile et si dérangeant L’idiot. L’adolescent que j’étais alors avait succombé aux charmes de la belle, ambiguë et enflammée héroïne Nastasia Filippovna, jetant au feu des paquets et des paquets de roubles par amour, devant un Rogojine sidéré. Une scène parmi tant d’autres qui m’avait époustouflé. Et je me rappelle m’être dit que si je prenais la plume un jour pour écrire du roman, ce serait pour créer ce genre d’univers et de personnages puissants qui te restent toujours en tête. Et que dire du mystérieux et envoûtant prince Mychkine !

Lire la suite :  http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/livres/201104/13/01-4389613-yvon-brochu-la-piqure-de-la-lecture-grace-a-bob-morane.php


  

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le club de lecture évoque l’écrivain Jean Christophe Rufin – Quessoy (22)

lundi 24 octobre 2011 Le club de lecture s’est réuni vendredi 21 octobre dans la nou…