Accueil Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. Jonathan Coe: « Londres est en proie à l’obsession du nouveau »

Jonathan Coe: « Londres est en proie à l’obsession du nouveau »

Commentaires fermés
0
5

Par Jean-Michel Demetz, publié le 07/04/2011 à 14:00

Jonathan Coe:

Jonathan Coe dans son atelier de travail, à Londres, le 30 mars 2011.

J.P. Guilloteau/L’Express

 

C’est un petit studio dans Chelsea, l’ancien quartier des artistes de Londres, aujourd’hui prisé par les acteurs fortunés de la finance. L’aménagement y est spartiate. Un bureau, une table, trois chaises, un divan défoncé. Seule note d’originalité : deux guitares et un petit piano. C’est ici que Jonathan Coe s’est installé, il y a vingt-deux ans, et c’est ici qu’il travaille. Cet écrivain ancré à gauche s’est inscrit dans la veine du roman social critique, qui s’est épanouie, outre-Manche, en réaction à la révolution thatchérienne. Son ton caustique, son habileté à jongler avec des rebondissements loufoques, sa peinture sarcastique du nouveau Royaume-Uni lui ont ouvert une place dans le monde des lettres britanniques. D’emblée, l’homme apparaît tel qu’on l’imaginait à la lecture de ses romans (traduits en français, chez Gallimard) : mélancolique, un brin désabusé, à l’occasion drolatique. Dans ses grands yeux d’un bleu délavé, on lit aussi tout le spleen de Londres

Londres, où vous vivez, est-elle une source d’inspiration pour l’écriture de vos romans ?

 

Nombre de romanciers britanniques vivent dans cette ville, peut-être huit sur dix. Aussi la tentation est forte de croire que Londres est le centre de l’univers ou même du Royaume-Uni. C’est à dessein, dans mon dernier roman, La Vie très privée de Mr Sim, que le héros vit à l’extérieur de la capitale, même s’il y fait des incursions. Cela dit, il est incontestable que Londres donne le pouls de la nation. J’étais à New York récemment. Je me souvenais de cette ville comme de la plus frénétique et la plus débordante d’énergie de l’Occident. Cette fois-ci, au contraire, la vie au quotidien m’y a paru plus relax, plus paisible. Je suis rentré en Grande-Bretagne avec l’impression renforcée que Londres est l’endroit où tout va plus vite : parmi toutes les villes que je connais, c’est la plus agressivement ouverte à la concurrence.

 

Lire la suite : http://www.lexpress.fr/styles/voyage/jonathan-coe-londres-est-en-proie-a-l-obsession-du-nouveau_980460.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Les ouvrages de l’époque victorienne au spectre numérique

Comprendre les enjeux de langage de toute une période…   Par Clément S. L’époq…