Accueil Livres On en parle A lire : l’immersion d’Anne Soëtemondt au coeur de la propagande chinoise

A lire : l’immersion d’Anne Soëtemondt au coeur de la propagande chinoise

Commentaires fermés
0
40

post non vérifié par la rédaction

Lorsque j’ai rencontré l’an dernier Anne Soëtemondt, chez les djiins, les journalistes de la génération internet, je n’imaginais pas un instant écrire ce papier.

J’ignorais simplement tout d’elle. Je ne savais pas encore que, jeune journaliste passionnée et idéaliste, Anne Soëtemondt avait accepté l’idée incroyable de se transformer en « petite télégraphiste », en propagandiste au service de Radio Chine Internationale, pour mieux découvrir la Chine éternelle. Je n’imaginais pas un instant l’intensité de ce que Anne  avait vécu à Pékin, entre situations burlesques, questionnements éthiques, angoisses de la vie sous la dictature chinoise et découvertes des « Chines » multiples, déroutantes et bien éloignées du modèle occidental.

Anne Soëtemondt : j'ai travaillé pour la propagande chinoise - © RichardTrois
Anne Soëtemondt, aux Enfants Terribles du web – © RichardTrois

De cette expérience de vie et de cette belle immersion journalistique, à la manière d’une Florence Aubenas ou d’un Günter Wallraff, Anne Soëtemondt a tiré un livre passionnant, un livre qui fourmille de détails, de ces détails qui font les excellents papiers comme les meilleurs scénarios de cinéma.

Anne Soëtemondt :

Difficile pour des citoyens occidentaux abreuvés d’information de comprendre ce qu’est la vie quotidienne dans un système orwellien où « l’information » est réduite à la propagande du gouvernement et du parti communiste, où tout est surveillance et la parole si contrôlée et si peu libre. « J’ai travaillé pour la propagande chinoise » a le grand mérite de donner à toucher cette réalité là.

A la manière aussi d’un son radio, l’écriture d’Anne Soëtemondt laisse entendre à ses lecteurs une voix rieuse et enthousiaste. Ses courts chapitres sont autant de rapports d’étonnements, pleins d’enseignements au moment où nous avons les yeux rivés vers un autre pays d’Asie, le Japon, victime d’un terrible terriblement de terre et surtout au moment où les révolutions arabes réveillent la Chine qui veut aller vers la démocratie, celle qui utilise internet pour monter des rasssemblements du Jasmin, défiant le régime de Pékin.

Ainsi dans quelques uns de ses chapitres, Anne Soëtemondt raconte la couverture par les médias chinois des tremblements de terre d’Haïti ou du Qinghaï. Entre propagande, valorisation des secours chinois en Haïti et bilan sous-évalués du nombre de victimes au Qinghaï quand au même moment les journalistes étrangers étaient tenus à l’écart de cette région de la Chine, on réalise que l’importance d’une information libre et indépendante même lorsqu’il s’agit d’une catastrophe naturelle.

Lire la suite : http://www.lepost.fr/article/2011/03/14/2433641_a-lire-l-immersion-d-anne-soetemondt-au-coeur-de-la-propagande-chinoise.html

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans On en parle
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

«Le Système Victoria», un roman noir et très actuel

22-08-11 à 15:07 par Le Nouvel Observateur De la liaison torride entre une puissante femme…