Accueil Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. Comment s’explique la vitalité de la littérature norvégienne en France ?

Comment s’explique la vitalité de la littérature norvégienne en France ?

Commentaires fermés
0
1

Dernière mise à jour: 10/03/2011 //

 Le Salon du livre de Paris (18-21 mars) s’apprête à recevoir 14 auteurs norvégiens. L’intérêt que la littérature norvégienne contemporaine suscite en France s’est significativement accru depuis le début des années 2000.

 

Pendant de nombreuses années, les pays nordiques et l’Allemagne constituaient les principaux marchés pour la littérature norvégienne contemporaine. Aujourd’hui les librairies françaises proposent autant de titres que leurs voisines allemandes. En une dizaine d’années le nombre de traductions et d’éditions françaises a considérablement augmenté : depuis 2004, 262 titres ont été traduits en français et pour la seule année 2010 on comptait 84 parutions (source : NORLA).

 

Ainsi, on parle aujourd’hui d’« âge d’or » ou encore de « miracle littéraire » lorsqu’on évoque le succès populaire et la vitalité des lettres norvégiennes en France. Cet essor s’explique bien entendu par la qualité des productions mais aussi par l’inlassable travail d’information, de promotion et d’aides à la traduction mené par NORLA (Norwegian Literature Abroad – Centre pour la littérature norvégienne à l’étranger) depuis la fin des années 1970. Si le lectorat français s’est attaché aux auteurs norvégiens, c’est d’abord parce qu’on lui a permis de découvrir une littérature jusque-là méconnue. À ce titre, des traducteurs passionnés et des éditeurs comme Gaïa ont joué un rôle déterminant.

 

Aussi, la mise à disposition des œuvres a-t-elle permis au lectorat français de se familiariser avec cette littérature et de briser un certain nombre de clichés qui freinait sa réception. En effet, les fantasmes sur le « grand nord » ont longtemps véhiculé l’image d’une Norvège sombre, terre de mythes et de mystères. Or, la popularité de cette littérature s’explique bien plus par une possible connivence entre le lectorat et les thèmes développés dans ces œuvres que par un goût pour l’exotisme.

 

Dans un entretien au Magazine littéraire, Susanne Juul, directrice des éditions Gaïa, explique que l’intérêt croissant pour les lettres nordiques vient, pour une grande part, d’un goût pour la manière dont les récits sont menés, « on est plus souvent dans le concret que dans l’analyse. On nous raconte des histoires, sans forcément nous dire ce que nous devons en penser, le lecteur suit un déroulement, une série d’événements, un groupe de personnages auxquels il peut s’attacher ». Ce à quoi il faut ajouter une grande diversité de genres et la curiosité suscitée par l’humour décalé dont font preuve nombre d’auteurs norvégiens : « cette douce ironie qui vous permet de dire des atrocités sans en avoir l’air », selon Susanne Juul.

 

Source : http://www.norvege.no/News_and_events/culture/literature/Salon-du-Livre-de-Paris-2011/Comment-sexplique-la-vitalite-de-la-litterature-norvegienne-en-France-/

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

La littérature africaine et la question de l’altérité

La littérature africaine et la question de l’altérité Abdoulaye Imorou Bernard Mouralis, L…