Hénin-Baumont (62) – Une maison d’édition baptisée Le Téetras Magic

Posté par Serge Bénard le 27 février 2011

Fred Lardemer, amatrice « d’accidents photographiques » et d’univers oniriques

samedi 26.02.2011, 05:12 - PAR HERVÉ NAUDOT

 «Jamais sans mon Lomo», telle est la devise de Frédérique Lardemer, l'oeil et le doigt aux aguets... PHOTO « LA VOIX »«Jamais sans mon Lomo», telle est la devise de Frédérique Lardemer, l’oeil et le doigt aux aguets… PHOTO « LA VOIX »

Dans le « civil », Frédérique Lardemer travaille à la médiathèque d’Hénin-Beaumont. Mais, dans son jardin secret poussent des photos étonnantes, où le fantastique, le bizarre, ou le rigolo, prennent leurs aises. Photographe aimant les expérimentations, Fred est venue à l’image en 2003, à la naissance de sa fille.

Les bidouillages en tous genres sur logiciel photo, le top du dernier cri technologique, très peu pour elle. Pour Frédérique Lardemer la photo est un art aussi majeur que rudimentaire. Le numérique, elle n’aime pas car « c’est trop net !« Je travaille essentiellement en argentique, j’aime les expérimentations, les accidents photographiques… », dit celle qui ne se sépare jamais de son « Lomo », un appareil en plastique des plus spartiates et dont elle tire des prouesses.

Hénin-Baumont (62) - Une maison d'édition baptisée Le Téetras Magic dans Edition, éditeurs

Kezaco, un accident photographique ? C’est par exemple une pellicule grillée ou montée à l’envers qui donne à l’image une étonnante teinte rougeâtre (voir photo ci-dessous), c’est encore mettre un cache sur l’objectif pour obtenir deux images en surimpression. Au départ, la photo, elle en avait l’usage de madame tout le monde : immortaliser des moments en famille ou entre amis, mais la naissance de sa fille Eléonore, en 2003, va constituer un déclic : « Les photos numériques ne me satisfaisaient pas, j’avais envie de retrouver l’atmosphère de mon enfance. C’est pour ça que je me suis lancée.

» Prise au jeu, elle répond alors à l’appel du collectif Incarnat,qui lui propose d’exposer à l’office culturel d’Arras. Ce qu’elle fera en mars 2010, avec un projet fantastico-rigolo baptiséLe paradis des radis perdus. Une série de photos humano-animalières où l’on voit sa fille avec une tête de chameau, un homme à la tête de citrouille…« Le réel ne m’intéresse pas, confie-t-elle. Ce que j’aime, c’est créer des univers oniriques, un peu surréalistes. » Au final, ce qu’elle attend d’une photo, c’est l’effet de surprise. C’est aussi, comme Proust et sa madeleine, retrouver la saveur de l’enfance évanouie. Son jardin, source de trouvailles inépuisable, est souvent le théâtre de ses clichés.

Lire la suite :

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lens/actualite/Autour_de_Lens/Henin_et_Alentours/2011/02/26/article_fred-lardemer-amatrice-d-accidents-photo.shtml

 

Les travaux de Frérérique Lardemer sont à retrouver sur le site de sa maison d’édition http://www.teetrasmagic.com.


 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar