Accueil Arts graphiques, BD, illustrateurs Les premières planches de L’Appel des origines

Les premières planches de L’Appel des origines

Commentaires fermés
0
8

Par Vincent Éjarque

Harlem, à la fin des années 1920. Le décor du premier volume de la nouvelle saga BD de Vents d’Ouest est planté. Mais la jeune Anna, héroïne attachante, quitte bientôt la fumée des clubs de jazz pour mettre au clair ses origines. Le trait précis de Gael Séjourné s’anime dans l’ambiance très ‘Ragtime’ du scénariste Joël Callède. En exclusivité, découvrez les premières planches d’une série très prometteuse.

 

Les premières planches de L'Appel des origines dans Arts graphiques, BD, illustrateurs g3110

Quels progrès depuis leur précédente série commune ! Si Joël Callède avait fait ses preuves (multiples) de scénariste chez différents éditeurs (Delcourt, Dupuis, Vents d’Ouest), Gael Séjourné passe réellement un cap avec cette nouvelle création. Ce dessinateur chevronné (il a 45 ans), très tôt marqué par ses lectures (Gotlib,Franquin, Maester et Binet) a longtemps tenté sa chance en développant un style humoristique qui n’avait, à l’époque de ses débuts, pas vraiment séduit les éditeurs. Après plusieurs refus, il finit par s’orienter vers le style réaliste en créant une série policière sur un scénario de Serge Perrotin : Lance Crow Dog. Un sang mêlé moitié sioux, moitié irlandais y promène sa mélancolie dans les grands espaces du sud des Etats-Unis en compagnie d’une agent du FBI. En retrouvant son compère Callède – ils ont signé ensemble Tatanka chez Delcourt – pour dessiner cette autre histoire de métissage, Gael Séjourné hisse son dessin et sa palette de couleurs au niveau des meilleurs illustrateurs BD. Son trait a gagné en précision et en souplesse sans perdre sa rondeur initiale et sa clarté parfaite. L’histoire mise en place par Callède emprunte aux ambiances du ‘Cotton Club’ de Coppola père et du ‘Ragtime’ de Milos Forman (le second film ayant mieux vieilli que le premier) et plonge le lecteur immédiatement au cœur de l’intrigue. Tourmentée par ses origines, l’héroïne, Anna, masque son mal-être en s’abrutissant de travail dans le restaurant de son oncle et sa tante. Elle recherche ses origines, celles qui teintent sa peau. La nuit, elle fait le mur et vibre au son du jazz, couvant des yeux les débuts d’un pianiste virtuose, un certain Duke Ellington. Elle découvre par hasard l’existence de son père, cet inconnu à qui elle doit la moitié de son sang : un Blanc, mystérieusement disparu en Afrique. La jeune femme réussit à se joindre aux membres d’une expédition anthropologique pour gagner le continent d’où ont été arrachés ses ancêtres… L’aventure peut débuter. Et cet ‘Appel des origines’ semble parti pour un long voyage, en trois volumes au moins. Il mérite qu’on l’accompagne un bon bout.

3110_3 dans Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres

Source: http://www.evene.fr/livres/actualite/appel-des-origines-premieres-planches-exclusivite-bd-sejournee-3110.php

Page 1/8


  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Arts graphiques, BD, illustrateurs
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Citation du 30 octobre

Tout a été dit. Sans doute. Si les mots n’avaient changé de sens ; et les sens, de m…