• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 février 2011

La Fnac inaugure son premier espace FnacKids

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Y’en a toujours que pour les enfants …

Rédigé par Mathilde Levêque, le mercredi 09 février 2011 à 16h18

La Fnac a inauguré ce matin son premier espace « FnacKids » : au dernier étage du magasin de l’avenue des Ternes, ce sont 550 m² qui sont entièrement dédiés aux 0-14 ans. Avec 12.200 références de livres, 1700 de DVDs, 900 pour les CDs et 400 pour les jeux et jouets, mais aussi une billetterie et un espace créatif. 

Imaginé dans le cadre des Espaces Passion déjà existant pour la photo ou le Hi-fi, cet étage se veut un lieu où les enfants peuvent consulter, tester, expérimenter et jouer avec les produits. Ainsi, au centre de l’espace se dresse un « arbre à malices » qui permet aux plus jeunes de lire, d’écouter de la musique et des histoires, mais aussi de découvrir le livre numérique via le Fnacbook ou l’iPad mis à disposition.

« il faut associer la lecture à ce qu’elle a de nouveau », affirme Marie-Pierre Sangouard, directrice du livre de la Fnac.Aménagé à l’image d’une ruche, le lieu recèle de « petits coins » où les enfants peuvent se nicher. 
Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24213-fnackids-espace-jeunesse-fnac-lecture.htm

La Fnac inaugure son premier espace FnacKids dans Grandes surfaces spécialisées (culture/livre), clubs v-21815

 

Publié dans Grandes surfaces spécialisées (culture/livre), clubs | Commentaires fermés

Donner aux traducteurs la place qu’ils méritent

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Le Salon du livre de Paris inaugure cette année les Rencontres de la traduction  

Rédigé par Nicolas Gary, le mercredi 09 février 2011 à 12h38

Par que la traduction d’oeuvre représente 40 % du marché des nouveautés publiées en France, le Salon du livre de Paris a décidé de consacrer une journée entière à leur travail, en instaurant les Rencontres de la traduction. Le communiqué diffusé ne manque ni de panache, ni de bravoure : « Le Salon du livre de Paris juge prioritaire de pallier ce manquement et se considère comme l’espace naturel pour le faire : parce qu’il est le premier Salon du livre de France et en tout état de cause le plus visible, parce qu’il rassemble toute la “chaîne” du livre, et surtout parce qu’il est délibérément axé sur la mise en valeur de la littérature étrangère traduite, comme en atteste l’invitation annuelle de lettres d’un pays ou d’une zone géographique, voire de plusieurs (cette année les lettres nordiques, les auteurs ultramarins et Buenos Aires), et l’accueil de nombreux auteurs originaires de tous les pays du monde. »
v21619.jpg

Et bim. Ici, on n’invite pas n’importe qui et on ne fait pas n’importe quoi ! Pour un peu, on dirait du Cyrano de Bergerac.

Six tables rondes sont prévues pour aborder, du côté professionnel tout à la fois le travail de traduction, les méthodes de subventions, les statuts de ces travailleurs, travailleuses, on vous ment, on vous spo… Pardon. En outre, le domaine numérique ne devrait pas être oublié, puisqu’à l’heure de l’ebook, le secteur, comme tous les autres est nécessairement remis en question.

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24202-traduire-livres-edition-france-salon.htm

Publié dans Foires et salons du livre, Journées, rencontres, événements, voyages, Traductions, traducteurs | Commentaires fermés

Un booker prize posthume pour Beryl Bainbridge

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Cinq fois nommée mais jamais lauréate du Booker Prize, le plus prestigieux des prix littéraires anglais, la romancière Beryl Bainbridge, décédée en juillet 2010 sera finalement récompensée en avril prochain.

Classée vingt-sixième par The Times sur sa liste des «50 plus grands écrivains britanniques depuis 1945», Beryl Bainbridge a légué une œuvre riche de dix-sept romans (Ce très cher William, Georgie), deux carnets de voyages et cinq pièces pour le théâtre et la télévision. Malgré la qualité de ses travaux et deux Whitbread Awards (anciens Costa Awards, en 1977 et 1996), la romancière anglaise n’a jamais obtenu l’équivalent du Goncourt en Grande-Bretagne. Après cinq nominations, elle était devenue l’éternelle «demoiselle d’honneur», jamais «mariée», comme le tourne amicalement Ian Trewin, le directeur du prix littéraire. Soulignant «l’élégance» avec laquelle Bainbridge acceptait ses «défaites», ce dernier a annoncé que cette année, la romancière serait enfin la «mariée». Un prix exceptionnel, le «Man Booker Best of Beryl», vient d’être créé et permettra aux lecteurs de couronner l’un des cinq romans précédemment sélectionnés. En allant sur le site du prix littéraire, le public peut choisir lequel de Dressmaker (1973 ; La Couturière, éd. Flammarion, 1980), The Bottle Factory Outing (1974 ; Sombre Dimanche, éd. Flammarion, 1981), An Awfully Big Adventure (1990), Every Man For Himself (1996) et Master Georgie (1998 ; Georgie, éd. Payot, 2000) mérite le plus le prix Booker.

Source : http://www.magazine-litteraire.com/content/breves/article?id=18383

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

La Grande Librairie spéciale Céline

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011


A l’occasion du cinquantenaire de la mort de Louis-Ferdinand Céline, “La Grande Librairie” lui consacrera une émission spéciale.
L’équipe de l’émission a décidé de “rebondir sur l’actualité, mais sans entrer dans la polémique” (voir bibliobs) avec une émission spéciale qui a pour but “d’apporter un regard complémentaire en abordant à la fois l’œuvre et la vie de l’auteur”, explique Benjamin François, rédacteur en chef adjoint du magazine.
François Busnel recevra ainsi sur son plateau biographes et écrivains qui, ensemble, reviendront sur la vie et l’œuvre de l’auteur de “Voyages au bout de la nuit”.
Diffusion jeudi 3 mars à 20h35 sur France 5
Source : http://teleobs.nouvelobs.com/articles/la-grande-librairie-speciale-celine

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Anniversaires, fêtes, commémorations, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Radio/Télé - Voir et/ou entendre | Commentaires fermés

La bibliothèque de Charles Le Goux de la Berchère (1649-1719)

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

La bibliothèque de Charles Le Goux de la Berchère (1649-1719)

La bibliothèque de Charles Le Goux de la Berchère (1649-1719) dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables reliure

L’acquisition de nouveaux ouvrages est pour moi, et doit l’être certainement pour la plupart des bibliophiles et des libraires, l’occasion de faire l’historique de tel ou tel exemplaire. C’est ce qui est arrivé avant hier lorsque j’ai reçu un colis contenant trois grands volumes reliés en veau aux armes, achetés, je dois bien le dire, à l’aveugle, c’est à dire en sachant que les volumes étaient armoriés, sans autre information. D’ailleurs le vendeur ne signalait même pas que les volumes étaient reliés aux armes, il fallait regarder les photographies qui étaient à la disposition de tous, mais pas suffisamment nettes pour s’en faire une idée précise. Il y a des moments où il faut risquer… tout dépend du niveau de risque qu’on prend.

Il s’agit de trois forts volumes in-4 (voir photo), reliés en veau brun, dos ornées aux petits fers. Voici le titre de l’ouvrage : « Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la monarchie. Par le Père d’Orléans de la Compagnie de Jésus. » … Encore un jésuite me direz-vous ! Oui… mais bon… apparement cette histoire des révolutions d’Angleterre est estimée pour l’exactitude avec laquelle le Père d’Orléans a été puiser aux sources manuscrites les plus diverses et les plus inédites. Pour ce qui est de l’édition, il s’agit de l’édition originale publiée chez Claude Barbin à Paris, en 1693 pour les deux premiers volumes et en 1694 pour le troisième et dernier. D’ailleurs en passant, un détail curieux à noter concernant le premier volume. La permission est datée du 22 juin 1689 et le privilège du roi du 4 mai 1689. Rien de bien exceptionnel me direz-vous ! Là où cela se corse c’est que l’achevé d’imprimer pour la première fois est daté du 23 septembre 1689 ! Ah ? Alors le titre porte la date de 1693 et l’achevé d’imprimer date de quatre années auparavant !?? On en déduirait donc que ce volume n’est pas l’édition originale mais que la première édition date de 1689 … ce qui est faux ! Ce volume daté 1693 est bien celui de l’édition originale, il n’y en a pas eu d’autre avant cette date. Le dernier volume, quant à lui, porte la date de 1694 et un achevé d’imprimer en date du 14 août 1694. Voilà qui est plus simple à comprendre. A priori personne dans les catalogues de bibliothèque que j’ai pu consulté n’avait à ce jour relevé cette incohérence entre la date du titre et celle de l’achevé d’imprimer au premier volume … si quelqu’un a une idée ?

Lire la suite : http://le-bibliomane.blogspot.com/2011/02/la-bibliotheque-de-charles-le-goux-de.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

Repyramidage des cadres des bibliothèques

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011


Par Christelle Di Pietro, le 08 février 2011

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR) vient de publier le nombre de postes ouverts au concours d’Etat 2011 pour le recrutement des conservateurs et des bibliothécaires, avec une nette différence en faveur de ces derniers, contrairement aux années précédentes. Le nombre de postes pour la Ville de Paris, tous grades confondus, est lui aussi en nette augmentation :

  • Nombre de postes offerts aux concours externe et interne pour le recrutement de conservateurs stagiaires, au titre de l’année 2011 : concours externe : 16 postes, dont 6 sont à pourvoir à la ville de Paris ; concours interne : 8 postes.
  • Nombre de postes offerts aux concours externe et interne pour le recrutement de bibliothécaires au titre de l’année 2011 : concours externe : 20 postes, dont 7 sont à pourvoir à la ville de Paris ; concours interne : 10 postes.

Lire la suite : Postes offerts à chaque concours des bibliothèques session 2011, MESR, 4 février 2011

Image de prévisualisation YouTube

The adventures of Super Librarian – vidéo publicitaire des Bibliothèques publiques du Comté de McCracken

Pour aller plus loin :

 Politiques locales, Le monde des bibliothèques

concours, métiers des bibliothèques, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

 

Source : http://www.enssib.fr/breves/2011/02/08/repyramidage-des-cadres-des-bibliotheques

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

137ème anniversaire de la mort de la Comtesse de Ségur

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, née Sofia Fiodorovna Rostoptchina (en russe : Софья Фёдоровна Ростопчина) le 1er août 1799 à Saint-Pétersbourg et morte le 9 février 1874 à Paris, est une femme de lettres française de naissance russe.

 unknown4.jpeg

Romans
1855 La Santé des enfants, un livre de pédiatrie de conseils médicaux, édité à compte d’auteur, réédité dès 1857
1857 Livre de messe des petits enfants (chez Douniol éd.)
Tous les livres suivants ont été publiés chez Hachette (LSDE : prépublication dans les colonnes de la Semaine des enfants) :
1856 : Les Nouveaux Contes de fées (décembre) : recueil de contes dont « Histoire de Blondine, de Bonne-Biche et de Beau-Minon » , « Le bon petit Henri », « La petite souris grise » et « Ourson ».
1858 : Les Malheurs de Sophie. Ce livre a été adapté au cinéma par Jean-Claude Brialy en 1980. Il a été aussi adapté dans une série de dessins animés sous la direction de Bernard Deyriès.
1858 : Les Petites Filles modèles (12 octobre). Ce livre, qui est présenté par l’auteur comme la suite des Malheurs de Sophie, a été adapté dans un court métrage par Eric Rohmer en 1952.
1859 : Les Vacances. Ce livre est également présenté par l’auteur comme la suite des Malheurs de Sophie.
1860 : Mémoires d’un âne (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 17 décembre 1859)
1861 : Pauvre Blaise (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 13 juillet 1861)
1862 : La Sœur de Gribouille (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 22 mars 1862)
1862 : Les Bons Enfants (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 13 août 1862)
1863 : Les Deux Nigauds (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 4 octobre 1862). Ce livre a été adapté à la télévision (Théâtre de la jeunesse) par René Lucot en 1966.
1863 : L’Auberge de l’Ange gardien (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 8 avril 1863). Ce livre a été adapté à la télévision (Théâtre de la jeunesse) par Marcel Cravenne en 1962.
1863 : Le Général Dourakine (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 14 novembre 1863). Ce livre a été adapté à la télévision (Théâtre de la jeunesse) par Yves-André Hubert en 1963.
1864 : François le bossu (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 4 mai 1864)
1865 : L’Évangile d’une grand-mère
1865 : Un bon petit Diable (prépublié en feuilleton, LSDE, à partir du 14 décembre 1864). Ce livre a été adapté au cinéma par Jean-Claude Brialy en 1983.
1866 : Comédies et proverbes : recueil de nouvelles dont « Les caprices de Gizelle», « Le dîner de Mademoiselle Justine », « On ne prend pas les mouches avec du vinaigre », « Le forçat, ou à tout péché miséricorde » et « Le petit De Crac ».
1865 : Jean qui grogne et Jean qui rit
1866 : La Fortune de Gaspard, un roman avec des accents balzaciens, contrairement aux autres romans de la comtesse de Ségur
1867 : Quel amour d’enfant !
1867 : Le Mauvais Génie
1867 : Les Actes des Apôtres (du nom d’un chapitre de la Bible : Actes des Apôtres)
1868 : Le Chemineau, ultérieurement re-titré Diloy le chemineau (11 avril)
1869 : La Bible d’une grand-mère
1871 : Après la pluie, le beau temps

D’après Wikipédia.

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations | Commentaires fermés

Contrat d’agence : l’enquête autour des ebooks

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Alors, on triche ?

 

Rédigé par Mathilde Levêque, le mardi 08 février 2011 à 18h31

L’Office of Fair Trading (OFT) l’autorité de la concurrence britannique, a annoncé l’ouverture d’une enquête sur le modèle de fixation des prix pratiqués par les éditeurs d’ebooks. Une annonce accueillie avec enthousiasme par les utilisateurs de Kindle sur les forums d’Amazon, premiers concernés.

L’absence de loi sur le prix unique en Grande-Bretagne a entraîné, ces dernières années, une multiplication d’accords entre éditeurs et revendeurs, empêchant ces derniers de proposer leurs propres tarifications sur les livres. L’OFT considère désormais que ces accords peuvent potentiellement entrer en contradiction avec le principe de libre concurrence. 

Contrat d'agence : l'enquête autour des ebooks dans ebooks, livres numériques, livrels, etc. v-19819

Amazon s’était jusqu’à présent élevé contre ce système, fixant unilatéralement les prix des ouvrages disponibles sur son catalogue en ligne. Mais le cyber marchand était revenu ces dernières semaines sur sa position, par des ententes avec Hachette, HarpersCollins et Penguin. Pas étonnant alors que les détenteurs d’un Kindle crient d’ores et déjà victoire à l’annonce de l’ouverture de l’enquête, malgré le soin pris par l’OFT de préciser le caractère encore informel de la procédure.

L’avenir des ebooks à très bas prix au Royaume-Uni suspendu aux lèvres de l’autorité de la concurrence britannique.

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24182-ebooks-arrangements-vente-kindle-commerce.htm

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc., Economie du livre, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Suisse : Orell Füssli 2010: chif. affaires 318 mio CHF (+4%) – bén. 10 mio CHF (-32%)

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Orell Füssli 2010: chif. affaires 318 mio CHF (+4%) – bén. 10 mio CHF (-32%)

Zurich (awp) – Le groupe sous Orell Füssli Holding AG a, selon des chiffres encore provisoires, enregistré, en 2010, une baisse de 32% à 10 (14,7) mio CHF de son bénéfice. Le chiffre d’affaires a en revanche augmenté de 4% à 318 mio CHF, a indiqué l’entreprise, mercredi dans un communiqué.

Orell Füssli parle de progrès à l’opérationnel: en 2009, des recettes extraordinaires et des correctifs sur amortissements avaient favorisé les résultats. Avant postes extraordinaires, l’EBITDA a atteint 31,0 mio CHF en 2010, après 21,8 mio CHF en 2009.

Le secteur de construction de machines Atlantic Zeiser a augmenté son chiffre d’affaires et amélioré son résultat opérationnel l’an dernier. Les progrès se sont toutefois révélés plus lents que prévu. La vente de machines numériques pour l’impression de billets de banque et de modules d’impression pour des applications industrielles ont évolué positivement. En 2009, Atlantic Zeiser avait inscrit des chiffres rouges.

Dans le secteur librairie, Orell Füssli a réagi au recul des ventes en prenant de rigoureuses mesures de management des frais, si bien que le résultat opérationnel s’est même amélioré. Le transfert de la demande de librairie classique vers internet s’est poursuivi. Indépendamment de la question de la fixation des prix des livres, les librairies suisses ont encaissé une baisse de prix de 5% environ à cause de la baisse de l’euro. Orell Füssli a fermé quelques filiales et développé un nouveau canal online dans le domaine discount.

Dans l’impression de sécurité, l’entreprise a poursuivi son implantation sur les marchés internationaux. Les surcapacités et des transferts de monnaies ont pesé sur les prix, ce qui a eu un effet négatif sur le résultat opérationnel. Orell Füssli prévoit de lancer la production des nouvelles séries de billets de banque suisses au dernier trimestre 2011.

Orell Füssli s’attend, dans le secteur industriel, à une poursuite de la reprise du marché en 2011. Pour l’impression de sécurité, l’exercice en cours sera encore un exercice de transition. Dans la librairie, les changements vont se poursuivre, avec des risques, mais aussi des opportunités.

Orell Füssli publiera ses résultats 2010 détaillés le 12 avril prochain.

tp/cc/rp

(AWP/09 février 2011 08h05)


Publié dans Economie du livre, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Une librairie lyonnaise lance le livrocrédit

Posté par Serge Bénard le 9 février 2011

Les librairies lyonnaises Coquillettes résistent au numérique et lancent une opération de sauvegarde du livre et de la lecture. Il s’agit d’une carte prépayée annuelle qui permet d’accéder à de nombreux avantages. Plus qu’un symbole, cette carte est une arme….

Une librairie lyonnaise lance le livrocrédit dans Actualité - Événement M110208_coquillette

© Olivier Chassignole

« Amateurs de livres et de littérature, il nous faudra toujours combattre et demeurer vigilants (…) lorsque les mastodontes bancaires ou les tyrannosaures de la distribution éditoriale cherchent à imposer leurs diktats aux librairies indépendantes ». C’est en ces termes que les librairies Coquillettes (l’une d’elles se situe à Lyon 1er, place Fernand Rey) veulent relancer la vente de livres et protéger les « petits revendeurs ». Au-delà des grands discours, certes justifiés, les Coquillettes veulent mettre en place un système (parallèle) d’autofinancement appelé « livrocrédit ». Le principe est simple : faire des lecteurs le principal établissement financier de la librairie. Comment ? En achetant une carte prépayée à hauteur de 100, 200 ou 300 € par an, qui donne droit à de nombreux avantages comme 5% de remise sur chaque achat, la livraison gratuite des livres à domicile et l’accès gratuit au magazine Page des librairies. La somme investie peut être restituée à tout moment. Après l’abonnement téléphonique, voici venir l’abonnement au livre…

Publié dans Actualité - Événement, Librairies, libraires | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar