• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 6 février 2011

Maroc – Temps durs pour les bouquinistes

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

 En  marge du Salon du livre de Casablanca

Maroc - Temps durs pour les bouquinistes   dans Bouquineries, bouquinistes 125201162526PM1

Le Salon du livre de Casablanca qui se tient dans quelques jours remet au devant de la scène l’intérêt public pour le livre et la lecture. A nouveau l’occasion d’en palabrer. Tournée parmi des agents particuliers du livre : les bouquinistes. 
Parler des bouquinistes au Maroc c’est comme parler des librairies : partout où il s’agit de livres c’est la crise, répète-t-on. Si des librairies ferment, vivotent et que des bouquinistes disparaissent, c’est que les beaux jours du livre se situent, à ne pas douter, dans le passé, annoncent les nouveaux Cassandres. Il n’y aurait que les passéistes pour rêver mordicus du livre en papier dont les années à survivre seraient bel et bien comptées. Les boutiques de bouquinistes disparaissent avec la disparition du maître de céans.

« Avec l’Internet, la vidéo, l’informatique, il est difficile de penser à une relève pour les bouquinistes» affirme Mohamed El Azizi, bouquiniste, rue el-Gza à Rabat siégeant dans sa petite boutique depuis près d’une trentaine d’années. A preuve, beaucoup de boutiques de bouquinistes ont disparu à Bab El Had à la suite du décès du patron, donnant l’exemple d’un constat répété et donc sans appel. 
« Les enfants ne parviennent pas à prendre la relève et la clientèle se rétrécit, on ne gagne plus beaucoup d’argent comme dans le passé, pour survivre, il faut se serrer la ceinture, vivre chichement et être patient, toute l’année on attend la rentrée scolaire comme les librairies, pendant toute l’année on attend. Et c’est un métier dur, il faut connaître aussi, par conséquent, moi-même je ne vois pas l’un des mes enfants me succéder…».
Les propos pessimistes tenus ne manquent pas de logique car dans la jouteya de Bab el Had à Rabat, en effet, la plupart des anciens bouquinistes ont cédé la place aux vendeurs de téléphones portables et films DVD. La victoire de l’électronique et de l’image face au traditionnel livre semble totale et définitive, dirait-on pour schématiser.

Lire la suite :

http://www.lopinion.ma/def.asp?codelangue=23&id_info=18964&date_ar=2011-2-5%2018:24:00

Publié dans Bouquineries, bouquinistes | Commentaires fermés

La place Tahrir de la bibliosphère française

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

 

Le titre de ce billet ne veut en aucune façon mettre en parallèle de la situation des bibliothèques universitaires françaises avec celle de l’Egypte ou de la Tunisie.

Il semble que ça se calme depuis hier mais pendant quelques jours le blogue de Daniel Bourrion, » Face Ecran », a abrité, dans la zone de commentaires de son billet « Grand corps malade » une sorte de mini place Tahrir où ne manquait pas même« Dégage! » (Nicolas, je crains que l’explication par la fracture générationnelle soit aussi spécieuse quant au management des BU que s’agissant des pratiques informationnelles – cf. après le saut).

Je n’ai pu m’empêcher d’y rajouter mon grain de sel pour l’heure en cours de modération et que je reporte ici pour mémoire:

Les arguments échangés ici me rappellent la malédiction chinoise: “Puissiez-vous vivre en des temps intéressants!”. Semble bien que nous y sommes.

Cette malédiction ouvre l’article de “Reciprocal Space” sur l’état de la recherche au Royaume-Uni, qui nous rappelle que la crise des BU en France n’est que la manifestation régionale d’une crise autrement plus fondamentale.

http://occamstypewriter.org/scurry/2011/02/01/interesting-times/

Un autre métaphore après le saut…

Olivier Tacheau et Aurélie B ont remarqué, sur Twitter, que, comparaison plus modérée et pertinente, sans doute, que la mienne, que le blogue de DB a fonctionné là comme un substitut au défunt biblio-fr et du coup je me dis que de l’eau a coulé sous les ponts depuis la grande époque de biblio-fr et en particulier les conditions institutionnelles qui, à mon sens, expliquent beaucoup de ce que dénonce le billet de DB, ce fossé dans les BU entre le monde des décideurs et celui des bibliothécaires webactifs, ces conditions institutionnelles ont radicalement changé avec la suppression de la sous-direction et la LRU. En quelque sorte et de ce point de vue au moins  le « grand corps malade » des BU est semblable à un lourd navire qui continue sur son erre moteurs éteints – pas le Titanic, espérons-le!

Source :

http://bibliothecaire.wordpress.com/2011/02/02/la-place-tahrir-de-la-bibliosphere-francaise/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Inde – Le piratage de livres atteint des niveaux alarmants

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

Et les éditeurs sont les premiers atteints.

 

Rédigé par Adrien Aszerman, le samedi 05 février 2011 à 09h53

 

Le piratage est à ce point banalisé dans le pays qu’un quart des ouvrages disponibles en sont issus, selon les éditeurs et les libraires. Un coup porté directement au marché local de l’édition qui force les grands du secteur à réagir de concert.

Ainsi Tradus.in – la librairie en ligne ayant connu la plus forte croissance en Inde – Harpen Collins, Peason Education, Penguin Books India et consorts entendent promouvoir la vente de copies originales pour contrer la tendance, avec des traductions massives dans les dialectes locaux.

Inde - Le piratage de livres atteint des niveaux alarmants dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne v-20379

Rahul Sethi, vice-président du site de e-commerce ibibo Web, dont l’une des filiales, Tradus.in représente la plus forte croissance en Inde dans l’univers du livre en fait le constat : « Le piratage de livres a atteint des niveaux alarmants. Environ 25 % du chiffre d’affaires des éditeurs indiens s’envolent, à cause du piratage. Et par-dessus le marché, les éditeurs souffrent également d’une importante baisse des prix, toujours pour la même raison. »

La vente de livres en ligne est également une solution privilégiée par les principaux acteurs pour lutter contre le piratage. Alors que le nombre total de titres disponibles sur le marché indien est estimé entre 50 et 70 milliards, « seulement » 70 millions d’ouvrages sont actuellement disponibles en ligne dont 10 000 vendus par jour.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/24116-piratage-livres-inde-numerique-edition.htm

Publié dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne, ebooks, livres numériques, livrels, etc., Numérique | Commentaires fermés

Comment trouver un livre à l’aide des librairies en ligne

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

La recherche pour améliorer vos compétences de jeu par certains des meilleurs livres sur le jeu professionnel qui sont autour de lecture ? C’est une bonne idée, mais et en tant que plus vous avez peut-être déjà remarqué, il est facile à dire qu’à faire. Une fois que vous allez en ligne à l’un des nombreuses librairies en ligne comme Amazon et Barnes et rouble et pouvez taper dans une phrase, vous obtenez une longue liste (si vous êtes chanceux) de livres potentiels.

Que faire alors ? Comment savoir quel livre vous convient ? Et si vous pourrait comprendre même pas cela out, comment savez-vous que le livre est une valeur de quelque chose ? La plupart des auteurs sont des pros, mais, alors, vous aussi facilement pouvez atterrir sur les écrivains amateurs qui sont juste essayer de faire un buck. Exactement pour cette raison, nous avons compilé une liste de cinq des suggestions pratiques pour vous aider.

Les examens

1) et question d’Opinions.

Une des méthodes plus intéressants de dépistage des auteurs et des livres est en lisant ce que les autres lecteurs ont à dire au sujet de ces objets littéraires. Rechercher un des nombreux forums en ligne qui mettent l’accent sur les livres et soit poser directement la question ou de lire ce que d’autres ont dit. Une autre option consiste à rechercher le livre à différentes librairies en ligne tels que Barnes et Noble et Amazon mais aussi d’autres tels que The Guild littéraire et Pickabook. (Les regarder cette liste compilée par la bibliothèque virtuelle du World Wide Web : http://archive.museophile.org/bookstores) Les raisons pour cela est que pour chaque livre vous pouvez lire des revues de différents sites. Pour ce faire, et vous permettent de réduire les chances de lecture uniquement le matériel promotionnel. Il va sans dire qu’opter pour ces livres qui reçoivent les bonnes critiques. Généralement, un livre sera recevoir quelques critiques de mauvaises, mais regardez le point de vue de majorité. Notez que si le livre que vous souhaitez acheter est nouvel, vous ne trouverez pas critiques. Dans un tel cas, vous aurez juste à prendre un risque.

2) Être spécifique.

Une des méthodes de recherche pour un livre qui vous intéresse est par rétrécissement en bas de la recherche en tapant un long terme de recherche et pas seulement un nom. Par exemple, tapez down comment jouer au Texas holdem dans un tournoi en ligne au lieu de juste de Texas holdem. Une telle recherche donnera lieu à seulement quelques options de livre. Tout d’abord, rechercher des examens et des vues sur elle et examinons ensuite de sa taille et son centre d’intérêt.

Lire la suite :

http://4speedy-vehicles-blog.blogspot.com/2011/02/comment-trouver-un-livre-l-des.html

Publié dans Cyber-librairies, lib. numériques, ventes en ligne, Lecture, lecteur, lectorat | Commentaires fermés

Les écrits cachés d’un best-seller du 18e siècle

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

De petites surprises avec…   

Rédigé par Mathilde Levêque, le samedi 05 février 2011 à 10h15

S’il avait été en vie, le comte de Rochester aurait probablement laissé échapper un petit rire lascif. L’austère comte de Roscommon ? Consterné, probablement.

Une universitaire d’Oxford a découvert que le succès phénoménal d’un recueil de poèmes écrit par les deux protagonistes a été agrémenté d’un assortiment de sinistres rimes pornographiques, cachées au dos du livre. L’œuvre des comtes de Rochester et de Roscommon a été l’une des meilleures ventes de recueils de poésie du 18e siècle de la poésie best-seller, publié pas moins de fois. Auparavant, sa popularité avait été mise à mal par la réputation de débauche et l’amour du sensationnel de Rochester, ou par les rêveries de haute société de Roscommon. Jusqu’à ce que le Dr Claudine Van Hensbergen trouve un tableau de poèmes situé à l’arrière du livre, avec des numéros de pages séparés. Intitulé Le Cabinet de l’Amour, il y avait peu d’indications quant au contenu de l’ouvrage. « À ma grande surprise, Le Cabinet de l’Amour s’est avéré être une collection de versets pornographiques sur des godemichés », a déclaré le Dr Van Hensbergen.«Les poèmes concernés sont Dildoides, un poème attribué à Samuel Butler sur les bûchers publics de godemichés importés de France, Les Délices de Vénus, un poème dans lequel une femme mariée récite à son jeune ami un compte explicite sur les joies du sexe, et La Découverte, un poème au sujet d’un homme qui se cache dans la chambre d’une femme pour la regarder se masturber dans son lit.»

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/24120-cabinet-ministre-rochester-roscommon-livre.htm

Publié dans Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Canada – Les créateurs, victimes d’un droit d’auteur modernisé

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011


L’ère numérique, d’accord, mais pas sans respecter ceux qui font les oeuvres…

Rédigé par Nicolas Gary, le samedi 05 février 2011 à 13h43


Le projet de loi canadien C-32 jouit maintenant d’un nouvel opposant, alors que l’Association des Libraires du Québec vient d’apporter son plein soutien aux partenaires de Culture équitable, pour la protection des droits d’auteurs.
Rappelons que ce projet vise à une modernisation du droit d’auteur sur le territoire, afin de le rendre plus conforme à l’ère numérique. Intention certes louable, mais qui, pour l’ALQ, « une atteinte aux droits des créateurs et qu’il entraînera des impacts négatifs sur la création éditoriale ». (notre actualitté)
Parmi les concepts révoqués par l’Association, celui d’utilisation équitable à des fins éducatives, dont l’absence de cadre laisse redouter une multiplication des poursuites judiciaires. Une série d’altercations entre ayants droit et utilisateurs qui s’accompagnerait de la violation des accords internationaux dont le Canada est signataire. Dans les faits, cette solution permettrait l’utilisation d’oeuvres sans avoir à verser de droits « sur la seule argumentation d’une utilisation à des fins éducatives. Les créateurs méritent eux aussi une juste rétribution de leur travail ».
Et l’ALQ de souligner combien les acteurs du livre se sont engagés dans une politique numérique, avec « des efforts considérables ». « Si les nouvelles technologies permettront aux auteurs de bénéficier d’un plus grand rayonnement, le projet de loi C-32 les priverait d’une partie importante de leurs revenus. » Les créateurs seraient alors particulièrement frappés par une telle ‘avancée’.

Moderniser sans trahir
Dès lors, il convient plutôt de réfléchir à une modernisation de la loi sur le droit d’auteur qui s’accorde avec les nouvelles technologies, sans pour autant mépriser les auteurs et professionnels. En attendant le fameux G20 promis par Nicolas Sarkozy et qui doit se consacrer au droit d’auteur, l’ALQ préconise d’avoir recours à des moyens efficaces pour « civiliser les pratiques de l’internet ».

Lire la suite : http://www.actualitte.com/actualite/24124-droits-auteurs-canada-moderniser-libraires.htm

Publié dans Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira | Commentaires fermés

Le Café Livres à Lille

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

Concept innovant, le Café Livres réunit un café dans une petite librairie.

On peut agréablement y prendre un café dans une ambiance particulière, un peu « comme chez soi’’, les livres sur les étagères donnent au café un air de petite maison de campagne où l’on s’y sent bien.

Le Café Livres à Lille dans Librairies, libraires cafe_livres-a8803La librairie quand à elle offre des collections françaises, anglaises, et quelques livres allemands, italiens et japonais.

Le café livre organise souvent des rencontres avec les auteurs, des lectures et des concerts, ainsi que des soirées à thème. Par exemple, les vendredis soirs, un petit groupe de personnes se retrouvent pour parler Russe. Les samedis, ils parlent anglais.

Site du Café Livres

Horaires d’ouverture : Mardi : 11h45 à 21h Mercredi, jeudi, vendredi : 11h45 à 22h30 Samedi : 12h15 à 21h Dimanche : 12h15 à 19h

Source :

http://www.evous.fr/Le-Cafe-Livres-a-Lille,1146357.html

Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

Citation du 6 février

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

Reçu Durendal, revue belge d’une sottise excellente, qui publie à mon insu un de mes inédits dont j’avais autrefois donné le manuscrit à un jeune homme que je croyais mon ami.

Léon Bloy

Journal, 1897, p. 259.

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

SOMMAIRE DU 6 FÉVRIER

Posté par Serge Bénard le 6 février 2011

Publié dans SOMMAIRES DE FILIÈRE LIVRE | Commentaires fermés

123
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar