Accueil Numérique ebooks, livres numériques, livrels, etc. L’Apologie du livre par Robert Darnton : non le livre papier n’est pas mort !

L’Apologie du livre par Robert Darnton : non le livre papier n’est pas mort !

Commentaires fermés
0
3

 

 

Bonjour,

L’Apologie du livre par Robert Darnton : non le livre papier n’est pas mort ! dans ebooks, livres numériques, livrels, etc.

Apologie du livre : demain, aujourd’hui, hier / Robert Darnton ; traduit de l’anglais par Jean-François Sené. Paris : Gallimard, 2011. ISBN 978-2-07-012846-4. 19 €

Vu les nombreux articles, émissions et autres comptes-rendus (par exemple ici, iciencore ou ) du petit dernier de Robert Darnton qui vient de paraître en NRF Essais chez Gallimard, je préfère prélever quelques extraits, propres à réfléchir ou non de ce recueil. Et qui dit recueil dit à boire et à manger. Deux essais ont particulièrement retenu mon attention : celui consacré au paysage de l’information et l’instabilité des textes où l’on aborde la question de la bibliographie matérielle (étude des différentes variantes publiées du premier folio de Shakespeare) et celui intitulé « Mort du livre ou mort du papier ? »  où l’auteur s’appuie sur le livre de Nicholson Baker « Double fold : libraries and the assault on Paper » à travers l’exemple des revues microfichées et de la propagande de désacidification des documents. Un regret dans la fabrication : des pages qui ne sentent pas la rose (humez donc le livre) et un dos carré collé sans coutures. Gallimard pourrait faire mieux !

Extraits :

« Si vous lisez des réclames pour des livres dans les journaux du 18e siècle, vous serez frappé par l’accent mis sur le matériau fondamental de la littérature : « imprimé sur le meilleur papier d’Angoulême. » Cette accroche commerciale serait impensable aujourd’hui où les lecteurs prêtent rarement attention à la qualité du papier dans les livres (page 52). » (sic !)

« [en parlant de l'Islande] : pendant trois siècles et demi, elle eut une population très instruite qui s’adonnait à la lecture de livres, mais qui n’avait quasiment pas de presses d’imprimerie, de librairies, de bibliothèques ni d’écoles. Aberration ? (page 64). »

« Je me méfie à présent des journaux et je suis souvent étonné que des historiens les considèrent comme des sources de première main pour savoir ce qui s’est réellement passé. Je crois que les journaux doivent être lus pour s’informer sur la façon dont les contemporains ont interprété les événements plutôt que comme une connaissance fiable de ces mêmes événements (page 77). »

« Les collections de livres rares ne sont-elles pas condamnées à l’obsolescence à présent que tout est disponible sur internet ? (page 80). »

« Google emploie des milliers d’informaticiens mais, pour autant que je le sache, pas un seul bibliographe (p. 105) ».

Lire la suite : http://bibliomab.wordpress.com/2011/02/03/lapologie-du-livre-par-robert-darnton-non-le-livre-papier-nest-pas-mort/

 

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans ebooks, livres numériques, livrels, etc.
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Web social : de nouveaux usagers en bibliothèque ?

  Par Lionel Dujol J’ai eu le plaisir de participer en août dernier à la conférence satell…