Accueil Arts et métiers du livre et de l'édition Coulisses : J’étais juré à Angoulême

Coulisses : J’étais juré à Angoulême

Commentaires fermés
0
40

Le 31 janvier 2011 à 16h00

LE FIL LIVRES – Dimanche a été révélé le palmarès du Festival de bande dessinée d’Angoulême. Parmi toutes les œuvres en compétition, comment choisir celles qui méritaient vraiment un prix ? Notre critique, Jean-Claude Loiseau, qui faisait partie du jury présidé par Baru, nous raconte les délibérations côté coulisses.

jetaisjureaangoulemem48404.jpg

Samedi 16 heures. Après trois heures de discussions à huis (très) clos, le grand jury a fini de déjeuner. Et de délibérer. Repas avalé sans y penser pour cause de débats passionnants, forcément passionnants, entre jurés qui avaient à apprendre à se connaître, fédérés par leur amitié/respect/admiration/curiosité pour le président Baru. Dans la rue, le juré que je suis est tenu à un absolu silence pendant les 24 heures à venir, jusqu’à la proclamation officielle des résultats. Mais il affronte illico les premières questions, aux arrière-pensées très affichées, « Le choix a-t-il été difficile ? » Oui, très. « Y a-t-il eu affrontements ? » Non. « Et Baru ? » Très bien. Sans oublier le sous-entendu, incontournable depuis l’ouverture du festival : « Les jeux étaient faits, non ? » Ben non. On parlait bien d’un super-favori et d’un quasi-incontournable. L’un est au palmarès, mais pas à la place qu’on lui attribuait d’avance (Astérios Polyp), l’autre n’y est pas (Quai d’Orsay, voir la vidéo et lire la critique) et cela alimentera, bien entendu, la machine à rumeurs et quelques réactions de mauvaise humeur, visible quoique passagère…

Cinquante-huit titres pré-selectionnés en compétition, pour huit récompenses à attribuer (les quatre autres figurant au palmarès officiel échappent au Grand Jury (1)), c’était la certitude quasi mathématique, pour chaque juré, d’avoir à abandonner, la mort dans l’âme, tel ou tel « chouchou » en route, éliminé par la loi du vote majoritaire, la seule – parole de juré – qui ait été appliquée de bout en bout des discussions. On amorce le débat avec le Prix du patrimoine. Deux titres dominent, au coude à coude, Bab-el-Mandeb, d’Attilio Micheluzzi, l’emporte. J’ai défendu l’autre (L’Intégrale Jerry Spring), mais je me rallie de très bonne grâce au travail d’un « petit » éditeur, Mosquito, une maison animée par des bénévoles, qui, depuis vingt ans, exhume, réhabilite et rend justice à des auteurs d’exception, tous plus ou moins oubliés. Micheluzzi, un Italien aujourd’hui disparu : à redécouvrir absolument.

Lire la suite :

http://www.telerama.fr/livre/j-etais-jure-a-angouleme,65139.php

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Arts et métiers du livre et de l'édition
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Au sommet, les dix livres les plus chers de l’Histoire: n°1, Le Codex Leicester

      Amis Bibliophiles bonjour,   Les commentaires suscités par mon post sur la bible de …