• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 29 janvier 2011

Évolution du concept de « bibliothécaire de liaison »

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Academic Liaison Librarianship: Curatorial Pedagogy or Pedagogical Curation?

(source: Allan Parsons, Ariadne, n° 65, oct. 2010)

Extraits de l’introduction:

When reflecting on a methodological approach and set of research practices with which he was closely associated, Bruno Latour suggested that, « there are four things that do not work with actor-network theory; the word actor, the word network, the word theory and the hyphen! » [1]. In a similar vein, it could be suggested that, « there are three things that do not work with academic liaison librarianship: the word academic, the word liaison and the word librarianship ». Why so?

// [...] on pourrait dire, pour paraphraser Bruno Latour, qu’il y a trois choses qui ne vont pas dans l’expression bibliothécaire de liaison universitaire(quelle affreuse traduction, mais bon, je vois rien d’autre dans l’immédiat): le terme universitaire, le terme liaison et le terme bibliothécaire. Pourquoi? //

Whatley [2] defines academic liaison in the 1990s and early 2000s as being built around three roles: reference services (emanating from the reference desk), instructional services (e.g. library, bibliographic and database instruction) and collection development (print and, increasingly, electronic). Garnes and Smith [3] provide a similar description of the liaison role, with the liaison librarian being responsible for understanding an academic department’s needs for collections, information services and instruction. These three roles characterise the liaison model. Thull and Hansen [4], in discussing the Reference and User Services Association definition of liaison work, point out the centrality of the collection to liaison, since both reference and instructional services orient the reader/library user to the collection, as conventionally understood, i.e. print with an emerging subscription-based electronic dimension.

// Whatley indique que cette notion de « liaison » s’est construite, dans les années 1990 et 2000, autour des trois rôles suivants: les services de référence, les services de formation et le développement des collections. Garnes et Smith fournissent les mêmes ingrédients: un bibliothécaire responsable des besoins d’un département en matière de collections, d’aide et de formation. Ces trois rôles caractérisent le modèle. Thull et Hansen mettent en évidence l’importance des collections (puisque, d’après eux, l’aide et la formation orientent de toute façon les utilisateurs vers les collections). //

However, these explicit functional roles mask a further implicit interpersonal, communicational or phatic role, harnessing a capability that, in the near future, may be of greater importance, relationship building: « Building relationships is becoming the essence of what it is to be a liaison librarian… ». [2] Relationship building, it is argued here, will play a crucial role in the re-articulation of academic liaison librarianship, as it moves from the liaison model, with its collection-centred approach, towards what Williams [5] calls an engagement-centred model.

Lire la suite :

http://pintiniblog.wordpress.com/2011/01/29/a-propos-des-bibliothecaires-de-liaison/

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

David Rosenblum, Artisan gainier

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

David Rosenblum (né à Paris en 1977) est un Artisan Gainier Doreur d’Art et Restaurateur, est un ancien fonctionnaire duMinistère de l’Intérieur. Après le décès de son père, Bernard Rosenblum, il devient le successeur de l’atelier de GainerieBettenfeld-Rosenblum.

 fichierdavidrosenblum.jpeg

Dès son plus jeune âge, il sera immergé dans l’atelier familialBettenfeld-Rosenblum et se découvrira une passion immodérée pour le métier de gainier, l’histoire de ce métier d’art, ayant également de forte attirance pour la peinture et la sculpture.

A l’origine de la découverte des passions et des talents de son fils, alors âgé de 8 ans, Bernard Rosenblum, décide de l’initier au métier de gainierdoreur d’art, à la peinture et à la sculpture.

En 1989, scolarisé, alors qu’il n’a que 12 ans, il entre officiellement au sein de l’atelier pour y être formé par son père. Perfectionniste de nature, il lui enseigne l’excellence.

Quelques années plus tard, devenu son maître et mentor, Bernard Rosenblum, ancien élève d’Alberto Giacometti et d’Emmanuel Mané-Katz, lui enseigne la peinture et la sculpture. Durant cette période, David Rosenblum se révèle être un élève attentif sachant développer avec talent les techniques de son métier. En 1996, sa formation est acquise. Il a ainsi pu acquérir les compétences du savoir faire technique et historique à l’exercice du métier de gainier doreur d’art de tradition.

Lire la suite : http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Rosenblum


Publié dans Arts et métiers du livre et de l'édition, Reliure, relieur, restauration, entretien | Commentaires fermés

Préservation et sauvegarde des manuscrits francophones d’Afrique

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Par Yvan Amar

Jean-Joseph Rabearivelo. Cet écrivain malgache du début du siècle (1903-1937) est encore peu connu et peu édité. Une équipe de linguistes et d’universitaires a entrepris de classer et d’éditer les manuscrits qui appartiennent à sa famille. Une malle entière, pleine de documents, surtout en français, mais aussi en malgache, avec notamment des versions bilingues de sa poésie, a été inventoriée. 
Le premier volume – Les calepins bleus, son journal intime – vient d’être publié par le CNRS, avec le soutien de l’Agence Universitaire de la Francophonie et des éditions Présence Africaine.

 

Entretien avec Serge Meitinger (responsable du projet), Pierre-Marc de Biasi, directeur de l’Institut des textes et manuscrits du CNRS), Claire Riffard et Laurence Ink.

Lire la suite :

http://www.rfi.fr/emission/20110131-preservation-sauvegarde-manuscrits-francophones-afrique

Publié dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Francophonie, langue française, Patrimoine culturel, patrimoine écrit | Commentaires fermés

Madagascar – Parole d’artiste : « Un café littéraire pour redonner l’envie de débattre sérieusement et sereinement »

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Elle fut lors de son séjour en France une participante assidue des cafés littéraires qui se tenaient aux « Murs Blancs », la maison du grand philosophe français Emmanuel Mounier. Michèle Rakotoson garde de cette époque la passion des débats d’idées qui permettent à la société d’évoluer. En organisant aujourd’hui ce genre de réunions informelles ayant pour point de départ la littérature, elle veut déclencher des prises de conscience qui toucheront tôt ou tard cette majorité dite « silencieuse ». Le rendez-vous qu’elle instaure sera mensuel et elle espère s’effacer et laisser l’initiative du choix des thèmes aux autres. Elle aura alors pleinement rempli son rôle, en permettant aux esprits de sortir de leur léthargie. Interview.

Le café littéraire est un genre auquel les Malgaches n’ont pas été habitués.  Ne pensez-vous pas que le côté « intellectuel » auquel on l’assimile va rebuter les gens?

C’est en effet une grande première à Madagascar, mais je ne crois pas qu’il faille tout de suite poser ce genre d’«a priori ». Mon objectif est de permettre aux gens de se réunir pour débattre calmement dans un endroit agréable et de mettre en perspective certains problèmes qui se posent à notre société. En fait, je veux instaurer une habitude: celle de la confrontation des idées sans polémique et aborder des sujets sortant du cadre politique. Lorsque j’étais en France, je fréquentais assidûment les cafés littéraires qui se tenaient aux « murs blancs », la maison du grand philosophe français Emmanuel Mounier. Tous les grands intellectuels français et étrangers s’y sont rencontrés. Je me souviens d’y être allé avec Jacques Rabemananjara qui m’avait dit que Leopold Sedar Senghor y avait tenu un café littéraire de la négritude.

Lire la suite :

http://www.midi-madagasikara.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=8878:parole-dartiste–l-un-cafe-litteraire-pour-redonner-lenvie-de-debattre-serieusement-et-sereinement-r&catid=5:culture

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Plouigneau (29) – Bibliothèque : 3 000 livres attendent les lecteurs

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

jeudi 27 janvier 2011


Bénévoles de la bibliothèque municipale et élus se sont retrouvés pour les voeux. Françoise Nedellec, adjointe et responsable de la bibliothèque, a rappelé que, l’année dernière, 2 697 € ont été investis dans l’achat de nouveaux livres : 91 livres pour adulte, 15 pour ados et 126 pour enfants. La bibliothèque a par ailleurs fait place nette. De vieux ouvrages ont quitté les rayonnages, permettant de renouveler le fond. Avec la volonté de se tenir à la page, et d’offrir les nouveautés des éditeurs aux lecteurs ignaciens. Actuellement, plus de 3 000 ouvrages sont répertoriés.

Le bibliobus de la bibliothèque de Quimper élargit encore ce choix, en déposant, deux fois par an, 350 livres. Bernard le Vaillant, premier adjoint, a également salué de nouveaux bénévoles pour l’accueil du public.

Lire la suite :

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Bibliotheque-3-000-livres-attendent-les-lecteurs-_29191-avd-20110127-59788335_actuLocale.Htm

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Angola – Maria Celestina Fernandes nommée pour le Prix Littéraire Suedois “Astrid Lindgren”

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Luanda – L’écrivain angolais Maria Celestina Fernandes a été nommée pour le Prix Littéraire Suedois “Astrid Lindgren” 2011, a informé vendredi , à Luanda l’auteure.

Selon cette femme des lettres, ce choix porte sur son ouvrage “União Arco Íris”, (union arc-en-ciel), ce prix est évalué à cinq millions de couronnes suedoises. Le grand vainqueur sera annoncé en mars prochain.

C’est la seconde nomination de Maria Celestina Fernandes au prix littéraire suedois “Astrid Lindgreen”, institué en 2002, en hommage à l’écrivain suedois, avec le même nom..

Le livre “União Arco Íris”, a-t-elle expliqué l’auteure, a été traduit en suedois et présenté à la Foire de Sotemburg, en 2010, où l’écrivain avait participé à la Semaine de la littérature Infanto-Juvenile de Stockholm.

Maria Celestina Fernandes a déjà sorti plusieurs des ouvrages, nhotamment  “A Árvore dos Gingogos”, “A Borboleta Côr de Ouro”, Kalimba”, “A Rainha Tartaruga”, A Filha do Soba”, “O Presente”, “A Estrela que Sorri”, poesia, “É Preciso Prevenir”, “As Três Aventureiras no Parque“, “União Arco íris”, “Colectânea de Contos”, “Jardim do Livro”, poesia, et “As Amigas em Kalandula”.

Elle prévoit publier bientôt “Os Dois Amigos”(les deux amis) , ouvrage qui cultive les valeurs morales, civiques, la fraternité, la fraternité et l’amour du prochain.

Source :

http://www.portalangop.co.ao/motix/fr_fr/noticias/lazer-e-cultura/2011/0/4/Ecrivain-Maria-Celestina-Fernandes-nommee-pour-prix-litteraire-2011-Suede,8c6f6499-9d03-4f7c-97a4-a3c5458d7b9c.html

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

« Millenium », les hostilités reprennent

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Le Point.fr – Publié le 28/01/2011 à 18:03 – Modifié le 28/01/2011 à 18:37

La famille de Stieg Larsson riposte au livre d’Eva Gabrielsson, veuve déshéritée de l’auteur. Elle leur répond à son tour.

milleniumleshostilitsreprennent.jpeg

Par MARC DE BONI ET MARION COCQUET

Joakim Larsson ne décolère pas. Six ans qu’il bataille avec Eva Gabrielsson, la compagne de son frère Stieg, autour des droits somptueux de la saga Millenium. Six ans qu’elle revendique la propriété intellectuelle de l’oeuvre, dénonce la disposition juridique suédoise qui veut qu’une concubine n’ait droit à aucune miette d’héritage, et s’entête à refuser un accord monnayé. Six ans, enfin, qu’elle assure que Stieg Larsson n’avait pratiquement pas de lien avec son père et son frère.

La publication de Millenium, Stieg et moi (sorti chez Actes Sud le 19 janvier), où la veuve la plus célèbre de Suède revient sur l’affaire, est un nouveau coup de boutoir. Et qui porte, à en croire l’excellent accueil du livre dans la presse française. Joakim Larsson, qui, en juin 2010, avait annoncé que les négociations étaient rompues avec Eva, lui a répondu par voie de presse, et en deux coups. Vendredi, il a mis en ligne un communiqué sur le site officiel de feu son frère. La veille, il publiait, dans la presse suédoise, le dernier mail reçu de lui, fin octobre 2004, avant sa mort brutale le 9 novembre.

Lire la suite : http://www.lepoint.fr/culture/millenium-les-hostilites-reprennent-28-01-2011-133149_3.php


Publié dans Actualité - Événement, Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira, Droit, législation, contentieux, conflits, procès | Commentaires fermés

Le livre papier est en sursis, les générations à venir s’en passeront

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Ou quand un auteur raconte sa relation directe à l’expérience numérique

 

Rédigé par Hieronymus Donnovan, le jeudi 27 janvier 2011 à 12h28

 

Nous publions depuis hier un feuilleton-réflexion, d’un auteur sur le rapport au texte, au format et plus globalement à l’écriture. Précédemment, quelques remarques liminaires sur l’oeuvre numérique de cet auteur. (voir notre actualitté)

Quand StoryLab a pris contact avec moi pour me proposer une publication sur iPhone, je dois reconnaître que je suis resté un temps dubitatif. C’était en septembre 2009 et le livre numérique, ça ne me parlait pas plus que ça. Et si le « succès » de Real TV sur le blog, me faisait penser à une possible publication, c’était sur papier. Et puis, j’y ai réfléchi. L’avantage de mon aventure sur le blog était ce rapprochement avec les lecteurs, j’avais la chance de connaître les personnes qui m’avaient lu (grâce aux profils sur Myspace) et je me suis rendu compte que les lecteurs les plus susceptibles d’apprécier et de se reconnaître dans mon univers possédaient un iPhone. 

Le livre papier est en sursis, les générations à venir s'en passeront dans Livre, histoire, bibliographie v-17312Si ce n’était pas le cas, ils n’allaient pas tarder à le faire (personnellement, j’y pensais sérieusement). Ce n’était pas suffisant, il fallait aussi avoir l’assurance que l’application développée par StoryLab garantirait un plaisir de lecture équivalent à celui d’un livre poche. Ce fut le cas. Rassuré, j’étais prêt à m’engager dans cette aventure et à devenir, involontairement au départ, un représentant du livre numérique.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/23948-lecture-creation-numerique-livre-ebook.htm


 

Publié dans Livre, histoire, bibliographie, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Toronto – Des livres « à l’index »

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011



Le droit à l’information est une liberté fondamentale qui inclut la liberté de lire, d’écrire et de diffuser des œuvres littéraires ou textuelles qui ne devrait jamais être tenu pour acquis. Même au Canada, un pays libre selon les normes mondiales, certains livres et magazines sont retirés des rayons des bibliothèques, des écoles et des librairies tous les jours.La « Freedom to Read Week », c’est-à-dire la semaine de la liberté pour la lecture, est un événement annuel qui se donne pour mission d’encourager les citoyens canadiens à réfléchir à leur liberté intellectuelle.Cette semaine se tiendra du 20 au 26 février, mais déjà des employés de la bibliothèque publique de Toronto dénoncent certaines contraintes à la lecture imposée par leur comité d’évaluation d’œuvres en circulation. 

Le comité a la responsabilité d’étudier les plaintes déposées dans les bibliothèques par les consommateurs de livres et de DVD. Une liste d’ouvrages jugés inappropriés a été rendue publique et soulève les inquiétudes de quelques bibliothécaires.

Selon les autorités, le roman pour adolescents Swans in the Mistde D.E Athkins (qui a fait paraître plusieurs romans d’épouvantes en français, dans la collection populaire Frissons) contient des scènes de sadisme qui pourraient donner des idées violentes aux jeunes lecteurs.

Un autre livre pour la jeunesse, l’album intitulé The Waiting Dog de Carolyn et Andrea Beck, a été qualifié d’obscène et d’inapproprié pour les enfants qui ont peur des chiens.

Parmi les autres titres présumés impropres à la lecture se trouve également la bande dessinée d’Hergé Tintin au Congo, qui a été retirée de la section jeunesse en raison des stéréotypes inacceptables qu’elle véhicule.

Ces désapprobations permettent de relancer le débat concernant le droit des Canadiens de décider pour eux-mêmes ce qu’ils ou non choisissent de lire.

Source : http://www.lelibraire.org/detail_actualites.asp?cat=1#3414


 

Publié dans Actualité - Événement, Bibliothèques du monde, Censure, autodafés, emprisonnements, crimes, exils | Commentaires fermés

Chine – La dame de Shanghai

Posté par Serge Bénard le 29 janvier 2011

Bannie sous Mao, morte aux États-Unis dans l’anonymat et la solitude, redécouverte il y a peu, Ailing Zhang est aujourd’hui l’un des auteurs les plus populaires de Chine.

Le Livre : Petites réunions

 

xiao tuan yuan

 

par Ailing Zhang

Huang Guan

Ailing Zhang, disparue en 1995, est au¬jour¬d’hui l’un des cinq auteurs chinois les plus lus dans son pays. Aux États-Unis, où elle a passé près de la moitié de sa vie et écrit – en anglais – une bonne partie de son œuvre, elle est aussi considérée comme une gloire littéraire nationale. L’un de ses récits a d’ailleurs inspiré le film torride d’Ang Lee, Lust, Caution (2007). Dans la nécrologie de l’écrivain publiée par leNew York Times, le sinologue américain Dominic Cheung n’hésite pas à écrire que « seules des considérations purement politiques ont empêché la romancière d’obtenir le Nobel de littérature ».

Aujourd’hui, la publication posthume de plusieurs de ses romans inédits fait l’événement en Chine. « Petites réunions », un texte de 1976, s’est vendu, depuis sa parution à Pékin en 2009, à près d’un million d’exemplaires. Quant au roman autobiographique « Le livre du changement », il a été lancé en grande pompe à l’automne dernier.

Lire la suite : http://www.booksmag.fr/best-seller/chine-la-dame-de-shanghai-/qualification_id=9/

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Best-sellers, classements, ventes et meilleures ventes, | Commentaires fermés

12345
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar