Accueil Livres Livre, histoire, bibliographie Histoire du livre et histoire de la langue: en revenant d’un séminaire

Histoire du livre et histoire de la langue: en revenant d’un séminaire

Commentaires fermés
0
6

 

 

 

 

Le séminaire qui vient de se tenir à Munich (dans le cadre d’un programme Eurolab Lille/Munich) envisageait une problématique très originale: il s’agissait de voir dans quelle mesure le changement de média, en l’occurrence le passage du manuscrit à l’imprimé aux XVe et XVIe siècles, a pu jouer un rôle sur la plan de la fixation de la langue écrite, et pour la promotion des langues vernaculaires. Part ailleurs, la perspective comparatiste, surtout franco-allemande, dominait les débats. Si la thématique de la «langue imprimée» a été prise en compte par un certain nombre de contributions, c’est donc la philologie qui, à Munich, était à la base du travail.
S’agissant de fixation et de normalisation, les constatations sont tangibles: le discours imprimé est effectivement peu à peu normalisé quelques générations après l’apparition de l’imprimerie. Nous savons le très grand nombre de textes et de publications qui, par exemple en France dans les premières décennies du XVIe siècle, abordent la question de la fixation de la langue vernaculaire, réfléchissent sur son enrichissement et sur son statut, traitent de son orthographe et de sa «mise en texte», etc. Mais il reste, à notre sens, à développer réellement l’approche comparatiste, ainsi qu’à construire le lien qui serait susceptible, par hypothèse, d’articuler le basculement d’un média à l’autre (du manuscrit à l’imprimé) avec le changement de rapport à la langue écrite –et désormais imprimée.
Histoire du livre et histoire de la langue: en revenant d'un séminaire dans Livre, histoire, bibliographie BSBM%25C3%25BCnchenComme au colloque du Mans, l’attention a été portée de manière privilégiée sur l’atelier d’imprimerie et sur son fonctionnement. Laissons de côté la question, abordée à plusieurs reprises, de la distinction fonctionnelle entre l’imprimeur, le libraire de fonds et éventuellement le capitaliste négociant. Le cas de Bâle, tout comme ceux de Strasbourg et de Lyon, illustre plus particulièrement des exemples de villes dans lesquelles certaines officines publient en plusieurs langues, latin, allemand, français, voire dans d’autres langues «modernes», notamment italien et espagnol.

 

Cliché: la Bibliothèque de l’État de Bavière (Bayerische Staatsbibliothek), cliché F. Barbier.

 

 

 

Lire la suite :  http://histoire-du-livre.blogspot.com/2011/01/histoire-du-livre-et-histoire-de-la.html

 

2797786292509106690-4709253831591688078?l=histoire-du-livre.blogspot dans Livre, histoire, bibliographie

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Livre, histoire, bibliographie
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Google s’offre le savoir-faire d’eBook Technologies

Google a racheté eBook Technologies, un spécialiste du livre électronique (conception d’e-…