• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 19 janvier 2011

États-Unis – La NYU fête le centenaire de Gallimard

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

Lundi 24 Janvier au soir, Olivier Barrot accueillera l’éditeur Antoine Gallimard, à l’occasion des 100 ans de la maison d’édition.

Dans le cadre du cycle de conférences de la Maison Française de NYU, “French Literature in the Making”, Antoine Gallimard sera de passage à New York lundi soir pour une édition spéciale intitulée “Les 100 ans des Editions Gallimard”.

Petit-fils de Gaston Gallimard, qui fonda la maison en 1911, il a pris la succession de son père à la tête des Editions Gallimard en 1988. Il est aussi président du Syndicat national de l’édition (SNE) qui regroupe près de 575 maisons d’édition.

La conférence, en français, prendra la forme d’une conversation avec Olivier Barrot, écrivain et journaliste pour l’émission littéraire de France 3 Un Livre un jour.

Où ? Maison Française de NYU, 16 Washington Mews, New York, NY 10003

Quand ? Lundi 24 Janvier à 19h

Combien ? La conférence est gratuite et ouverte à tous.

Source : http://frenchmorning.com/ny/2011/01/18/la-nyu-fete-le-centenaire-de-gallimard/

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Dis-moi ton livre, lancement de la nouvelle édition – Tréméven (22)

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

 

lundi 17 janvier 2011


Les enfants ont découvert les livres sélectionnés pour l'édition 2010 de l'opération, Dis-moi ton livre.< /> » /> </font> </p>
<p><font face=Pour la 3 e année consécutive, le projet de lecture initié par la Cocopaq embarque les enfants… dans les bibliothèques. Cette année encore, c’est le cas des dix classes de l’école de Tréméven, des tout-petits de maternelle aux plus grands de CM2. Ce projet suscite beaucoup d’intérêt chez l’ensemble des partenaires : bibliothécaires, enseignants et jeunes lecteurs. Il concernera cette année 182 classes sur l’ensemble du territoire de la Cocopaq.

Toute la semaine, des classes ont défilé à la bibliothèque pour y découvrir les six livres de leur sélection et repartir avec un pack de livres, dotation de la Cocopaq. L’intérêt pour les livres et les histoires n’a pas disparu chez les enfants. La qualité du silence pendant les moments de lecture en est une preuve évidente. L’envie de lire très vite tel ou tel livre en est une autre.

Vendredi après-midi, les CM1 et CM2 découvraient les livres de leur sélection. La vivacité de leurs réactions devant les couvertures colorées ou des passages de lecture était réjouissante.

Tous avaient bien compris l’intérêt de l’opération : l’importance de l’avis personnel dans le choix du livre pour lequel ils voteront au mois de mai, la nécessité absolue de respecter le choix différent de ses camarades. Une occasion d’apprendre à respecter l’autre…

Source :

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Dis-moi-ton-livre-lancement-de-la-nouvelle-edition-_29297-avd-20110117-59721098_actuLocale.Htm

Publié dans Lecture, lecteur, lectorat, Promotion du livre et de la lecture, dons de livres | Commentaires fermés

24 Janvier – Histoire des bibliothèques à la période moderne…

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

MERCREDI 19 JANVIER 2011

24 Janvier - Histoire des bibliothèques à la période moderne… dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs Ave+de+France

Lundi 24 janvier 2011

14h-16h
Histoire des bibliothèques à la période moderne (2).
Les bibliothèques dans la ville (2) : les institutions scientifiques

par
Madame Emmanuelle Chapron,
maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille
chargée de conférences à l’EPHE

16h-18h
De l’étude à la tribune, les bibliothécaires à la période moderne: l’exemple de l’abbaye Sainte-Geneviève (fin)
par
Monsieur Frédéric Barbier, directeur d’études
Nota: La conférence d’Histoire et civilisation du livre a lieu tous les lundis à l’École pratique des hautes études, de 16h à 18h. Pendant la fermeture de la Sorbonne, la conférence a lieu au 190 avenue de France, 75013 Paris (1er étage, salle 123).
Le secrétariat de la IVe Section se situe dans les mêmes locaux, où l’on peut notamment s’informer et se procurer les livrets du Programme des conférences 2010-2011.

Accès les plus proches (250 m. à pied): Métro: ligne 6 (Nation-Pte Dauphine), station Quai de la Gare. Bus 89, arrêt Quai de la Gare (cette ligne dessert notamment la Gare Montparnasse, puis elle passe rue de Rennes et place du Luxembourg).
Accès un petit peu plus éloignés: Métro: ligne 14, station Bibliothèque François Mitterand. RER ligne C, station Bibliothèque François Mitterand. Bus: 62 (arrêt Bibliothèque François Mitterand Avenue de France) et 64 (arrêt Bibliothèque François Mitterand).

Calendrier des conférences (attention: les sujets à jour des conférences et les éventuelles modifications sont régulièrement annoncés sur ce blog).

Cliché: immeuble du 190 ave de France, intérieur du bâtiment (cliché FB).

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Enseignement, séminaire, conférences, formation, atelie, Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

Québec – «Claquer des mots» à la biblio

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

Michel Lacoursière, Naïd et Johanne Gaudreau. Photo, Marie-Eve Alarie.

Michel Lacoursière, Naïd et Johanne Gaudreau. Photo, Marie-Eve Alarie.

Marie-Ève Bourgoing-Alarie
Publié le 18 Janvier 2011
Marie-Ève Bourgoing-Alarie RSS Feed

Click here to find out more!

Les adolescents de la région auront l’occasion de slamer dans leur bibliothèque locale grâce à l’activité d’animation «Claquer des mots».

L’activité consiste en un atelier de slam d’une durée d’environ une heure trente animé par Naïd, alias Dany Carpentier. Les adolescents y commencent un texte ensemble, puis le poursuivent de façon individuelle.

Les participants ont ensuite l’occasion de dévoiler leur savoir-faire en présentant au groupe leur création.

«Il s’agit de la première expérience de slam que l’on tente dans les bibliothèques. On veut qu’ils y découvrent un lieu de découvertes et d’exploration. Ils y rencontrent même Naïd, un artiste slameur de la Mauricie», indique Michel Lacoursière, président du Regroupement des bibliothèques publiques de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«Claquer des mots» se tiendra dans plusieurs bibliothèques publiques de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de Lanaudière. Une animation a déjà eu lieu à Trois-Rivières en novembre dernier. Une autre date viendra en 2011.

«En milieu rural, les bibliothèques n’ont pas souvent de budgets d’animation et on veut que les choses bougent. C’est que la clientèle adulte est déjà acquise et les enfants ont leurs programmes dans les bibliothèques. Il reste les ados et ils sont extrêmement difficiles à aller chercher», ajoute Johanne Gaudreau, responsable des animations et de la promotion au Réseau Biblio.

Tous les détails au www.claquerdesmots.com.

Source : http://www.lhebdojournal.com/Culture/Activites-culturelles/2011-01-18/article-2127301/%26laquo;Claquer-des-mots%26raquo;-a-la-biblio/1

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

Abidjan – La BN : Un patrimoine culturel qui se meurt

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

Publié le mercredi 19 janvier 2011   |  Le Mandat

Située dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, précisément à Abidjan-Plateau, la bibliothèque nationale, temple du savoir et de recherche par excellence, de par sa richesse en documentation, est confrontée à diverses difficultés depuis la crise politique, devenue une véritable gangrène pour la Côte d’Ivoire. 

Définition du mot bibliothèque
’Biblio’’& ‘’Theque,’’ vient du grecque biblion qui signifie livre et du suffixe Theque qui veut dire, classement. La bibliothèque nationale est, un édifice public où sont reçus, rangés et conservés des ouvrages de tous genres. Notamment, des livres, revues, dictionnaires, etc. Les bibliothèques et les services d’informations jouent un rôle important dans l’accès aux ressources documentaires. Contrairement à la bibliothèque municipale qui est un service communal placé sous l’autorité du Maire et de son conseil, à l’exemple du ‘’bibliobus’’ que le premier Magistrat de la commune de Treichville, M. François Amichia, a offert à ses administrés, la bibliothèque nationale est sous tutelle du ministère de la Culture et de la Francophonie. 

La Bibliothèque comme creuset d’informations

Son rôle est principalement axé sur la diffusion de multiples sources d’informations dans le seul but de faciliter l’apprentissage des élèves et autres populations en quête de documentation. Entres autres rôle, celui des bibliothèques est d’accompagner et de soutenir les activités d’enseignement et de recherche. Les livres étant des symboles de connaissance, l’on se rend tout de suite compte de l’importance de la lecture. La Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire est une institution sous-tutelle du ministère de la Culture et de la Francophonie. Elle est un creuset d’informations pour toute personne assoiffée de connaissances et de culture. Pour ce faire, des opérateurs économiques dans leur souci de positionnement, ont investi dans la promotion de la culture. La bibliothèque nationale est un temple du savoir et de culture grâce à son inestimable richesse en documentation. Pour des promoteurs de spectacles et de manifestations, la Bibliothèque Nationale de Côte d’Ivoire est un partenaire incontournable dans la réalisation de tout idéal, pour une jeunesse en quête d’informations et de connaissances. Ce patrimoine, grâce aux alliances franco-ivoiriennes considérées comme un havre de paix est fourni en documentation. Aussi malgré les événements de novembre 2004, cet édifice n’a subi aucun dégât. Il continue bien au contraire, d’être fréquenté par les populations qui s’intéressent à la chose culturelle. Vue le fort taux de fréquentation.

Lire la suite :

http://news.abidjan.net/h/387892.html

Publié dans Bibliothèques du monde, Francophonie, langue française | Commentaires fermés

André Kertész : L’intime plaisir de lire

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

             

PHOTO

Fils de libraire, passionné par l’écrit, André Kertész a multiplié les photographies de personnes plongées dans la lecture d’un livre ou d’un journal. Ce fut un thème récurrent tout au long de sa vie, et la sélection de soixante images de cette exposition permet de le suivre à la trace. Depuis ce compagnon d’armes dans les tranchées austro-hongroises qui s’extirpe de la boueuse réalité en s’abîmant dans la bible, jusqu’à cet homme mûr prenant le soleil sur un toit de New York que Kertész observe au téléobjectif depuis la fenêtre de son appartement. Devenu célèbre dans le Paris de l’entre-deux-guerres, le Hongrois impose un ton bucolique à la capitale avec ce lecteur sur les berges de la Seine ou cet autre sur un banc en bois au jardin du Luxembourg. A la façon d’un jazzman qui improvise sans jamais oublier son thème principal, Kertész joue sur une grande variété de cadrages pour rendre palpable le territoire invisible qui se dessine autour de tout lecteur, à l’abri du monde extérieur. Comme dans une bulle.
Contrepoint de l’admirable rétrospective parisienne de Kertész (1), cet hommage à la civilisation de l’écrit serait totalement enthousiasmant si, une fois encore, le château de Tours ne proposait pas de frustrants tirages modernes, faute d’avoir les installations thermiques et hygrométriques pour présenter les originaux. Quel gâchis!

(1) « André Kertész », jusqu’au 6 février à la Galerie nationale du Jeu de paume, Paris 8e. Tél. : 01-47-03-12-50

Jusqu’au 1er mai au château de Tours (37). Tél. : 02-47-61-02-95.

Source : http://www.telerama.fr/art/andr-kert-sz,64624.php

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Genève – Enluminures médiévales

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

19.01.2011 | 00:16

Les jeudis midi de l’histoire du livre de la Bibliothèque de Genève accueillent Brigitte Roux, à l’Espace Ami Lullin, pour la conférence «L’ordre des Savoirs: le Livre du Trésor de Brunetto Latini». Brigitte Roux, spécialisée dans l’histoire de l’art médiéval et maître-assistante à l’Université de Genève, parlera d’un point de vue iconographique de l’œuvre de cet auteur florentin du XIIIe siècle. Brunetto Latini a été exilé en France en 1260 où il a écrit Li livre dou trésor, une des premières encyclopédies rédigées en langue d’oïl (ancien français). La conférence portera sur la présentation et l’analyse des enluminures de cet ouvrage, dont la Bibliothèque de Genève possède deux exemplaires manuscrits.

Promenade des Bastions 1, 1211 Genève. Tél. 022 418 28 00.

De 12 h 15 à 13 h 15. Entrée libre.

Source :

http://www.tdg.ch/enluminures-medievales-2011-01-19

Publié dans Livre, histoire, bibliographie | Commentaires fermés

L’origine des cafés (littéraires) en Fance

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

Les premiers cafés ouvrent à Paris en même temps que les fèves de café et la boisson que l’on fabrique avec arrivèrent dans l’hexagone. C’est assez logique et cela se passait au XVIIème siècle. Tout se suite, on opposa les buveurs de vin aux buveurs de cafés, les premiers fréquentaient à cette époque les cabarets, les seconds « les maisons de café » qui raccourcirent leur nom en « Café » et l’on y boit maintenant autant de petit noir que de ballon de rouge.  

Les cafés à Paris

1644, les premières fèves de café firent leur apparition en France, cinquante ans plus tard le café a conquis les palais des français ainsi que leur esprit grâce à quelques voyageurs audacieux dont un certain Sieur de la Roque qui, de manière fort opportune,  ne se contenta pas de vendre les grains de café mais avaient également rapporté les ustensiles indispensables à la confection et à la dégustation de ce breuvage à des fins d’éducation de sa clientèle. Les aristocrates qui voulaient épater leurs amies se disputaient les « faiseurs de café » italiens. Les italiens étaient déjà célèbres pour leur café !

La folie du café et les premières maisons de café

Le café faisait fureur il était de bon ton de boire le Kavé ou Kaw. Il faut dire que les émissaires de la Sublime Porte avaient répandu l’usage du café en séduisant tous les sens des consommateurs. Pour cela « de jeunes et beaux esclaves, habillés d’un riche costume turc, présentaient aux dames des petites serviettes damassées garnies de franges d’or et servaient le café dans des tasses de porcelaine fabriquées au Japon » relate Lefèvre d’Ormesson. On se sait si les dames en question succombaient au café ou aux charmes virils des beaux esclaves, mais avec de tels arguments, ce fut un engouement, une vraie folie et très vite la mode se répandit dans la « bonne » société d’offrir du café lors des réceptions. Car il fallait dépenser des sommes plutôt élevées pour boire son café, imaginez que la livre se vendait 80 francs dans la maison de café que Jean de Thévenot  avait ouvert à Paris.

Les bourgeois récupérèrent à leur profit cette nouvelle mode en ouvrant des boutiques où ils vendaient du café. Le café était vendu en grain et utilisé aussi comme une drogue, dans le sens de médication.  Car des médecins s’étaient penchés sur le café, considérant les avantages et les inconvénients de la consommation de café dans un savant « Traité de l’usage du Caphé, du Thé et du Chocolate » (on était pas encore vraiment fixé sur l’orthographe), certains poètes avait décidé de ses qualités, tel  Subligny qui versifia sur le Kavé
« Qui guérit en moins d’un avé
Quand le reste ne peut guérir en une année
 »

C’est à Marseille en 1671 que l’on vit la première boutique de liqueur de café ouvrit et à Paris les maisons de café ouvrirent leurs portes sur la rive gauche, dans le quartier de la foire St Germain et du carrefour de Buci.

Jean Leclant écrit dans un article publié en 1951 dans l’AESC : « L’usage habituel de servir à l’intérieur de Paris du vin frelaté a été une des causes dans le dernier quart de XVIIème siècle, du succès des cafés à Paris. La consommation de café n’a pu se faire qu’au dépens de celle du vin […] A Paris même, on ne peut attribuer au hasard le fait que vers 1672-86, les premières maisons de café dont la clientèle est d’abord populaire, se soient trouvées sur la rive gauche de la Seine, à la foire St germain et aux abords du carrefour de Buci, dans une partie de la ville où il était le moins facile d’atteindre, à cause de la distance, et du détour à faire pour franchir l’eau, les guinguettes dont le nombre s’accroissait rapidement dans les quartiers périphériques de la rive droite…. »

Procope et Grégoire inventent « Le Café »

Maliban, un arménien, ouvrit une « maison de café » rue de Bussy dans laquelle, outre le café, il vendait d’autres nouveautés tels du tabac et des pipes pour fumer à la mode orientale. Pour d’obscures raisons, il quitta la France et son commis, Grigor reprit l’affaire et eut une idée de génie. En 1680,  il transporta la maison de café à côté de la Comédie Française, située rue des Fossés St Germain,  dans laquelle les serveurs, jeunes et beaux, étaient vêtus de costumes orientaux.

Lire la suite :

http://segolene.ampelogos.com/news/l-origine-des-cafes-en-fance

Publié dans Cafés et salons littéraires, communautés de lecteurs | Commentaires fermés

Pleins feux sur les lettres tunisiennes

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011


19 Janvier 2011 Pleins feux sur les lettres tunisiennes dans Edition, éditeurs TP110119-02

Gageons que la manifestation qui aura lieu les 5 et 6 février prochain à l’Hôtel de ville de Paris, aura un cachet bien particulier, cette année.

Pour la 17e année consécutive l’association Coup de soleil organise «le Maghreb des livres» dont la 17e édition est dédiée aux lettres tunisiennes, la nouvelle année 2011, étant proclamée Année nationale du livre en Tunisie.
Cette année, «le Maghreb des livres» aura lieu les 5 et 6 février prochain à l’Hôtel de ville de Paris. Cette manifestation annuelle vise à mettre en valeur l’ensemble de la production relative au Maghreb, qu’il s’agisse de littérature (roman et poésie), d’essais, bande dessinée, ou beaux livres parus dans le courant de l’année 2010 en France, en Algérie, au Maroc et en Tunisie.
Les éditions tunisiennes orneront les rayons de la librairie qui sera installée à cette occasion, et proposeront plus de 500 titres d’ouvrages parus en 2010, chez les éditeurs de France et du Maghreb. 130 auteurs seront conviés à cette fête du livre afin de dialoguer avec leurs lecteurs et dédicacer leurs livres.
Des Cafés littéraires, des tables rondes, des rencontres, ainsi que des lectures de textes par de jeunes comédiens, rythmeront également ces deux journées. En raison de l’actualité brûlante chez nos amis tunisiens, gageons que ces deux journées seront riches en débats et auront un cachet bien particulier.
L’Algérie, comme à l’accoutumée, prend part activement à cet antre de l’expression littéraire.

Lire la suite :

http://www.lexpressiondz.com/article/3/2011-01-19/85097.html

Publié dans Edition, éditeurs, Foires et salons du livre, Rencontres auteurs, signatures, conférences | Commentaires fermés

Code de la propriété intellectuelle – 2011

Posté par Serge Bénard le 19 janvier 2011

mercredi 19 janvier 2011

Code de la propriété intellectuelle - 2011 dans Actualité - Événement 2011-01-19-19-livre2Michel Vivant , Jean-Louis Navarro
Litec – JurisClasseur (LexisNexis)
2170 pages
12e édition

Destiné aux professionnels comme aux étudiants, ce code contient, outre les textes codifiés, les textes nationaux non codifiés ; les textes européens et internationaux dont le corpus est encore enrichi, avec leurs considérants ; les textes fiscaux, y inclus l’intégralité des conventions fiscales auxquelles la France est partie ; la jurisprudence nationale et européenne, avec les inédits JurisData ; les décisions de l’Office européen des brevets (OEB) et de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur (OHMI).

Parmi les nouveautés :
- Le décret n°2010-872 du 26 juill. 2010 relatif à la procédure devant la commission de protection des droits de la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet ;
- Le décret n°2010-236 du 5 mars 2010 relatif au traitement automatisé de données à caractère personnel autorisé par l’article L. 331-29 du Code de la propriété intellectuelle dénommé Système de gestion des mesures pour la protection des oeuvres sur internet ;
- La loi n°2009-669 du 12 juin 2009 favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet. La loi n°2009-1311 du 28 octobre 2009 relative à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur internet
- La Convention de Munich sur le brevet européen.

Source :

http://www.itrmanager.com/articles/114163/code-propriete-intellectuelle-2011.html

Publié dans Actualité - Événement, Actualité éditoriale, vient de paraître, Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar