Accueil Arts et métiers du livre et de l'édition Vignettes et caractères de Pierre-Simon Fournier, dit le Jeune

Vignettes et caractères de Pierre-Simon Fournier, dit le Jeune

Commentaires fermés
0
12

janvier 3, 2011 par bibliomab

Bonsoir,

Vignettes et caractères de Pierre-Simon Fournier, dit le Jeune dans Arts et métiers du livre et de l'édition

Page de titre composée de vignettes simples et des caractères de Fournier

Pour la personne intéressée par la typographie, Pierre-Simon Fournier (1712-1768) est un incontournable. C’est l’un des plus grand typographe français du 18e siècle (je dirais même le plus important), célèbre pour son Manuel typographique et comme graveur et fondeur de caractères typographiques. La technique au 18e siècle reste la même (à peu près) mais les caractères évoluent. Etabli en 1739 comme graveur et fondeur Pierre-Simon Fournier crée et innove en matière de caractères typographiques, ce qui le rendra célèbre mais aussi copié. Il rationalise l’échelle des corps (les dimensions des caractères) qui avaient alors des dimensions aléatoires en établissant une unité de longeur (le « point Fournier« ). Innovation nous dit Yves Perrousseaux (références à la fin) qui sera reprise par François-Ambroise Didot et donnera naissance au « point Didot ». Théoricien, historien et créateur infatigable il édite (entre autre) avec l’aide de l’imprimeur Barbou un Manuel typographique utile aux gens de lettres (1764-1766). La première partie est un état des lieux et des connaissances des caractères typographiques, de la gravure et de la fonderie. La deuxième présente ses spécimens de caractères (et quelques-uns repris chez d’autres) qui nous intéressent ici.

Yves Perrousseaux (je vous recommande chaudement ses ouvrages) indique que Pierre-Simon Fournier a crée « 15 capitales de très grands corps (…), 137 alphabets de diverses langues, 377 vignettes et autres figures dont les notes de plain-chant et les notes de musique » (il est le premier en France à introduire les notes rondes pour l’écriture musicale). Ce qui fait 60000 poinçons à graver (à raison de 3 ou 4 par jour pour 3h à 4h  de travail pour un seul poinçon). On a de lui le caractère Le Fournier(exemple ci-dessous) mais surtout ses fameuses capitales ornées et ses vignettes très caractéristiques.

Lire la suite :

http://bibliomab.wordpress.com/2011/01/03/vignettes-et-caracteres-de-pierre-simon-fournier-dit-le-jeune/

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Arts et métiers du livre et de l'édition
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Spécial flash – 14 h 19 – « Conversations »

 Samedi 4 décembre. Les « Conversations » proposées par l’ARL Haute-Normandie sont des ren…