Accueil Bibliophilie, imprimés anciens, incunables Les Oeuvres de Moncrif (1768). Superbe exemplaire relié en maroquin rouge de l’époque.

Les Oeuvres de Moncrif (1768). Superbe exemplaire relié en maroquin rouge de l’époque.

Commentaires fermés
0
17

moncrif.png

Reliure plein maroquin rouge, dos à nerfs richement orné, pièces de titres et tomaison de maroquin vert, triple-filet doré en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, roulette dorée en encadrement intérieur des plats, tranches dorées, gardes de papier peigne (reliure de l’époque). Superbe et curieux exemplaire en maroquin de l’époque. En effet le premier volume a quelques différences de décor (lire nos explications ci-dessous). Cependant l’ensemble reste parfaitement homogène et d’une grande qualité. Les volumes sont à l’état proche du neuf, parfaitement conservés, quelques rousseurs ou feuillets légèrement teintés, sans gravité. Les gravures sont légèrement plus courtes. Le titre du tome I a été réenmargé en marge basse.

NOUVELLE EDITION.

« Issu d’une famille d’origine anglaise, François-Augustin de Paradis de Moncrif (1687-1770) offrait le type achevé de l’homme du monde du XVIIIe siècle : de figure avenante, de manières agréables et de beaucoup d’esprit, il fut d’emblée recherché dans les cercles les plus aristocratiques, où l’introduisirent ses qualités d’escrimeur, et où il se fit une place par ses multiples talents. A la fois poète, musicien et bon acteur, on le prisait notamment pour ces divertissements de société qui étaient alors à la mode. Courtisan accompli, il savait se montrer dévôt avec la Reine à Versailles et enjoué et plein d’entrain à la ville. Mais il avait aussi du cœur et le montra à son ancien protecteur, le comte d’Argenson, lorsque celui-ci fut disgrâcié en février 1757, ainsi qu’aux membres pauvres de sa famille, qu’il soutint généreusement. Protégé du Grand Prieur d’Orléans, du duc de La Vallière et du comte de Maurepas, il fut d’abord secrétaire du comte d’Argenson, puis secrétaire des commandements du comte-abbé de Clermont, lecteur de la reine Marie Leszczyńska (1734) et enfin secrétaire général de l’administration des Postes, fonctions qu’il occupa jusqu’à sa mort en 1770. L’ouvrage le plus célèbre de Moncrif est son Histoire des Chats (1727). Il y prend la défense du chat à travers des références historiques, notamment à l’ancienne Égypte, qui se veulent érudites et constituent en réalité un pastiche de la pédanterie. Un certain nombre de lecteurs et de critiques ne discernèrent pas l’intention satirique et l’ouvrage, obscur et maniéré, fut très violemment attaqué. Un plaisant lâcha un chat dans la salle des séances de l’Académie française le jour de la réception de Moncrif, et Voltaire appela ce dernier l’« historiogriffe ». En définitive, l’auteur renia son ouvrage en disant que : « Dans cet écrit, mauvais en soi, l’esprit n’était qu’un tort de plus. » Moncrif a, par ailleurs, collaboré au Journal des Savants (1739-1743). Il a composé des poésies fugitives, qui sont parmi ses meilleures œuvres, ainsi que des chansons et des romances genre dans lequel, selon Grimm, il eût été le premier s’il s’y était consacré exclusivement. Moncrif fut imposé à l’Académie française par le duc d’Orléans et le comte de Clermont en 1733. L’Académie fut très critiquée pour l’avoir élu. Moncrif soutint notamment l’élection de Voltaire. Il fut également membre de l’Académie de Berlin. » (Source Wikipedia)

Cette édition reprend les mêmes figures que pour l’édition de 1751. Elle contient les Essais sur la nécessité de plaire, la Lettre au roi de Pologne, Discours à l’Académie, Les âmes rivales, divers Discours et Lettres, desPoésies chrétiennes, diverses Comédies, Poésies, Airs chantés, Ballets, Chansons, etc.

Provenance : curieusement ces volumes ne possèdent aucune marque de provenance (ex libris imprimé ou manuscrit), son histoire à travers les deux derniers siècles reste à faire. Les exemplaires en maroquin desŒuvres de Moncrif 

sont très rares sur le marché de la bibliophilie. On connait un exemplaire de cette édition en maroquin rouge aux armes de Louis XV, provenant de son cabinet (Bulletin du Bibliophile, n°784, année 1842).« Moncrif remit en vogue parmi nous un genre dans lequel il n’a pas de rivaux : quelques-unes de ses romances sont vraiment dignes du bon vieux temps, dont il a imité le langage avec beaucoup d’art et de talent ; on y trouve autant de finesse que de sentiment, de délicatesse et de naïveté. » Michaud, Biographie universelle.

Particularités de la reliure : Pour être le plus précis concernant cette superbe reliure en maroquin de l’époque, il convient d’indiquer les points suivants : On note que les pièces de titre et de tomaison sont strictement identiques pour les 4 volumes. Le premier volume est orné au centre des caissons au dos d’un fleuron doré en forme d’étoile très caractéristique et l’on retrouve ce fleuron au dos des 3 volumes suivants mais on distingue nettement (bien que ce soit très discret et peu visible au premier regard) que ce même fleuron a été mosaïqué au dos des trois derniers volumes et ce de manière à ce que le décor de ces volumes soit presque identique au premier. les filets dorés sur les nerfs sont différents au tome I et aux trois suivants, ainsi que la roulette dorée intérieure et le papier peigne de la doublure et des gardes. La taille des 4 volumes est strictement identique. Les tranches des 4 volumes sont dorées mais seul le premier volume n’est pas doré sur marbrure. En conclusion et de toute évidence, cet exemplaire, curieusement « assorti » dès le XVIIIe siècle, sans doute pour un amateur, laisse planer le mystère sur les causes qui ont précédé à cette « manipulation » ?! Nous ne comprenons pas pourquoi avoir modifié trois volumes plutôt qu’un seul ?? Quoi qu’il en soit l’ensemble est très décoratif, tout à fait cohérent et parfaitement conservé, ce qui en fait une pièce bibliophilique rare.

Référence : Cohen col. 722 (édition 1912).

Les Oeuvres de Moncrif (1768). Superbe exemplaire relié en maroquin rouge de l'époque. dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables moncrif
SUPERBE EXEMPLAIRE DES ŒUVRES DE MONCRIF EN MAROQUIN DE L’ÉPOQUE. TRÈS RARE DANS CETTE CONDITION.

Prix : 4.000 euros

Lire la suite :

http://livres-anciens-rares.blogspot.com/2011/01/les-oeuvres-de-moncrif-1768-superbe.html

6851999934853960543-4948036382220604831?l=livres-anciens-rares.blogspot dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables


  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Première édition du Festival international du livre d’art et du film

Un nouveau festival, le Filaf, sera organisé du 30 juin au 3 juillet à Perpignan.   Placé …