• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 11 janvier 2011

100 milliards pour numériser le patrimoine de l’UE

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Les experts sont clairs : les entreprises privées, comme Google, doivent mettre au pot de la numérisation des œuvres européennes, vu qu’une telle opération coûterait quelque 100 milliards d’euros au total en Europe. Mais pour protéger les institutions culturelles, ces partenariats devront se faire sous certaines conditions, selon un rapport remis à la Commission européenne le 10 janvier à Bruxelles. En outre, Google, qui a déjà ficelé plusieurs accords en Europe, ne doit pas être le seul collaborateur.
Alors que le débat agite les milieux culturels et intellectuels en Europe, le groupe des sages a tranché : des «partenariats public-privé pour la numérisation doivent être encouragés », mais avec « un certain nombre de conditions », a indiqué Maurice Lévy (membre du groupe rédacteur et PDG de Publicis).
Surtout, dit le rapport, « la période d’exclusivité ou d’usage préférentiel des œuvres numérisées » octroyé au partenaire privé « ne doit pas dépasser une durée de 7 ans ».

Lire la suite : L’aide du privé est nécessaire, mais selon certaines conditions, Europolitique, 10 janvier 2011.

The New Renaissance

Pour aller plus loin :

Publié dans Actualité - Événement, Numérique, Patrimoine culturel, patrimoine écrit | Commentaires fermés

Bibliothèques Universitaires rennaises : les personnels ne se laissent pas faire !

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Extensions horaires, primes : les personnels ne se laissent pas faire !

lundi 10 janvier 2011, par rennes info

SNPREES-FO 35, syndicat FO de l’enseignement supérieur et la recherche

Communiqué

Deux conflits ont eu lieu ces derniers temps dans les bibliothèques universitaires rennaises. Dans le cadre du plan « NoctamBU » de la ministre Valérie Pécresse, qui prévoit l’élargissement massif des horaires d’ouverture, la direction de l’Université Rennes 2 a cherché à imposer des extensions horaires qui menaçaient les conditions de travail et de vie des personnels.

Avec l’appui du SNPREES-FO, la résistance s’est organisée, en particulier lors d’une réunion d’une quarantaine de personnes une pétition a été décidée et signée massivement : elle demandait le retrait du projet et indiquait que le personnel ne participerait pas aux réunions de travail organisées par la direction sur le projet des extensions. Suite à quoi la direction de l’Université a décidé de suspendre le projet pour l’instant.

Quelques semaines plus tard, ce sont les magasiniers des bibliothèques de l’Université Rennes 1 qui protestent car ils n’acceptent pas que la prime spécifique à leur métier et liée à ses contraintes particulières, leur soit de fait supprimée par la politique de globalisation des primes décidée par la direction. Ils ont adressé une lettre au Président et le SNPREES-FO a soutenu leur demande au Comité Technique Paritaire (CTP) mais cela n’a pas fait reculer la direction.

Lire la suite : 

http://rennes-info.org/Bibliotheques-Universitaires

 

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

Le Dictionnaire du diable ne tient pas ses promesses

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

11/01/2011

par Lully

Le Dictionnaire du diable ne tient pas ses promesses dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateursEn effet le mail de teasing que j’ai reçu ce week-end parlait d’une nouvelle définition par jour. Or ce matin j’en découvre deux (Amazon et Adjoint à la culture) !
Notons que la page de présentation, elle, est correctement renseignée. C’est donc le publiciste qui était mal renseigné, ce qui prouve que la communication en bibliothèque a encore de l’avenir (j’attends d’ailleurs la lettre C avec frémissement).

Le Dictionnaire [du diable] des bibliothèques, c’est un projet émanant d’on ne sait pas trop qui (de toute façon, je ne vais pas conspuer des pseudos) de dictionnaire professionnel à peine décalé, et qui s’avère un brin délicieux.

Très bêtement, j’apprécie en particulier la fin de la définition de ADBGV (on a l’humour qu’on peut). L’invocation de la sobre pureté de Telnet (entrée Amazon) résonne également à mes oreilles et dans mon coeur.

Remercions le BBF qui l’a refusé : il est bien mieux à sa place sous cette forme de publication progressive.

En parlant de forme, je déplore que les nouvelles définitions quotidiennes (deux, donc) ne s’intègrent pas dans un flux RSS + compte Twitter.

Faudrait-y donc que je fasse un pype pour les récupérer !?!?

Source :

http://bibliotheques.wordpress.com/2011/01/11/le-dictionnaire-du-diable-ne-tient-pas-ses-promesses/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Les Archives littéraires suisses ont 20 ans

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Berne, 11.01.2011 – Le 11 janvier 2011, les Archives littéraires suisses de la Bibliothèque nationale suisse ont fêté leurs 20 ans. Cet anniversaire est marqué par une série de manifestations publiques, une pré-sence au Salon du livre de Genève et un colloque international.

A l’occasion de leur 20e anniversaire, les Archives littéraires suisses (ALS) organisent toute une série de lectures et de conversations avec des auteurs à la Bibliothèque nationale suisse (BN) à Berne. Le programme de manifestations publiques 2011 de la BN est d’ailleurs tout entier placé sous le signe de ce 20e anniversaire. En guise d’aperçu : Klaus Merz s’entretiendra de la sonorité des mots avec Melinda Nadj Abonji (2 mars) ; Eveline Hasler parlera du traitement du passé dans les romans historiques (30 mars) ; Felix Philipp Ingold et Raphael Urweider (27 avril), puis Donata Berra et Alberto Nessi (11 mai, en italien) parleront de poésie. Le 8 juin Andreas Neeser rencontrera Jürg Amann.

Une nuit de la lecture

A la BN, la Nuit des musées de Berne du 18 mars sera dédiée à la lecture. Hanna Johansen et Franz Hohler liront tour à tour pour les enfants, puis pour les adultes. Les visiteurs auront également le plaisir d’entendre Isolde Schaad, Verena Stefan, Adolf Muschg et Beat Sterchi (avec Michael Pfeuti). A l’occasion de cette Nuit des musées, le public pourra en outre découvrir la rétrospective des 20 ans d’histoire des ALS présentée dans la salle d’exposition de la BN.

Lire la suite :

http://www.news.admin.ch/dokumentation/00002/00015/?lang=fr&msg-id=37092

Publié dans Anniversaires, fêtes, commémorations, Archives, archivistes, Bibliothèques du monde, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées | Commentaires fermés

Washington, capitale de la lecture aux États-Unis

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Mis à jour le 11.01.11 à 08h48

Des chercheurs de la Central Connecticut State University ont cherché à savoir quelle ville américaine était championne de la lecture. Et la gagnante est… Washington, la capitale fédérale des Etats-Unis.

Les chercheurs  ont établi un classement prenant en compte les chiffres de vente des journaux, les fonds bibliothécaires, les acquisitions des écoles, le nombre de librairies, les ressources d’internet et des publications périodiques.

D’après eux, Washington se place au premier rang devant Seattle, Minneapolis, Atlanta et Pittsburgh. Les chercheurs ont constaté une baisse du nombre de librairies depuis le début de leur enquête sur le sujet en 2003, mais signalent aussi une hausse des achats de livres en ligne. Ils soulignent par ailleurs que les bibliothèques publiques restent un bastion de la lecture.

Source :

http://www.20minutes.fr/ledirect/650764/monde-washington-capitale-lecture-etats-unis

Avec Reuters

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Lecture, lecteur, lectorat, Librairies, libraires | Commentaires fermés

« Vivre livre » : l’emballage durable

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

10/01/2011 | Fil des lettres

«Chez mon libraire, le prix du livre est unique, mon libraire aussi ! », «Lire plus pour penser plus», «Cerveau disponible chez mon libraire»… Ce sont les messages amusés et concernés que véhiculent les sacs de la nouvelle collection «vivre livre».

La marque du même nom s’est associée à une agence graphique et commerciale pour créer une gamme de sacs entièrement recyclés, recyclables et biodégradables. Ils sont disponibles, à la place des sacs en plastique traditionnels, chez 300 libraires qui peuvent, à leur guise, y faire inscrire leur logo et leur adresse.

Lire la suite :

http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=18136

Publié dans Librairies, libraires | Commentaires fermés

BU US : Comment économiser 2M $..

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Jean-Daniel Zeller, merci à lui, m’a signalé la sortie d’un nouveau rapport de l’OCLC qui mérite en effet qu’on s’y arrête :

Constance Malpas, Cloud-sourcing Research Collections: Managing Print in the Mass-digitized Library Environment (OCLC, Janvier 2011) ici.

L’ensemble est une étude chiffrée sur la possibilité d’externaliser la fourniture de documents pour les bibliothèques universitaires américaines dans le nouveau contexte issu de Google Book et lHathiTrust. Extraits (les passages en italiques sont une traduction directe du résumé, le reste une synthèse rapide et très schématique de mon cru) :

L’objectif du projet était d’examiner la faisabilité de l’externalisation de la gestion des livres imprimés à faible utilisation dans les bibliothèques universitaires vers des fournisseurs de services partagés, y compris les larges collections d’imprimé et les dépôts numériques.

L’hypothèse suivante a fourni un cadre global pour notre enquête :

* L’émergence d’un corpus de masse de livres numérisés doit transformer l’activité de la bibliothèque universitaire, permettant une optimisation des collections imprimées patrimoniales qui augmentera sensiblement l’efficacité des activités des bibliothèques et facilitant une réorientation des ressources de la bibliothèque vers un portefeuille de services rénovés.

L’idée des responsables de bibliothèques universitaires nord-Américaines était de combiner 1) le dépôt géant de documents numérisés, HathiTrust, mutualisation des livres numérisés des bibliothèques par Google et récupérés par celles-là 2) avec des réseaux de fournitures de documents imprimés. Le premier permet de naviguer dans les livres et de repérer des éléments, sinon toujours d’avoir accès à l’ensemble du texte du fait du copyright, le second de se procurer le document imprimé si le besoin s’en fait sentir. De là, un certain nombre de questions de recherche ont émergé :

  • Quelle est la portée du corpus de la masse de livres numérisés dans la bibliothèque numérique HathiTrust et jusqu’à quel degré recouvre-t-il les collections imprimées conservés dans les bibliothèques de recherche universitaire ?
  • Le contenu du domaine public dans la bibliothèque numérique HathiTrust fournit-il un substitut approprié pour les collections imprimées à faible utilisation des bibliothèques universitaires ?
  • Y a-t-il recouvrement suffisant entre les collections partagées d’imprimés et la Bibliothèque numérique HathiTrust pour permettre à un nombre important de bibliothèques universitaires d’optimiser et de réduire les dépenses des opérations locales des imprimés ?
  • Quels gains opérationnels pourraient être obtenus par une externalisation sélective des activités de gestion des collections ?

Lire la suite :

http://blogues.ebsi.umontreal.ca/jms/index.php/post/2011/01/07/BU-US-:-Comment-%C3%A9conomiser-2M-$..

Publié dans Bibliothèques du monde, Economie du livre | Commentaires fermés

Tribune – Fonctionnaires : Zoé Shepard, la « coconne » de l’UMP ?

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Par MICHAËL MOGLIA | Membre du conseil national du PS | 10/01/2011 | 18H03

 

Tribune - Fonctionnaires : Zoé Shepard, la « coconne » de l'UMP ? dans Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes zoe_shepart_fonctionnaires_vignetteAurélie Boullet serait-elle masochiste ? On est en droit de se poser la question depuis que l’auteure d’« Absolument dé-bor-dée ! », devenue célèbre sous le pseudonyme de Zoé Shepard, a repris le travail à la région Aquitaine.

Après une brève suspension de quatre mois, celle qui avait dressé un portrait cruel de ses collègues surnommés « Coconne » et « Simplet » (entre autres amabilités) revient profiter de la soupe dans laquelle on l’avait prise à cracher.

Bénéficiant d’une indulgence qu’en pareilles circonstances aucun employeur privé ne lui aurait accordée, oubliant ses velléités maintes fois exprimées de démission, Aurélie Boullet replonge dans l’enfer exquis de la fonction publique territoriale. Son supplice sera quelque peu adouci par la perception de ses droits d’auteur -près de 300 000 euros soit, pour une fonctionnaire de son rang, l’équivalent de huit années de salaire- et la vente des droits d’adaptation cinématographique de son roman au groupe UGC.

On ne doute pas que le film à venir est voué à l’effervescence médiatique et au succès qui, trop souvent, récompensent la démagogie et la facilité. C’est justement ce retentissement populaire (populiste ? ) qui fait d’« Absolument dé-bor-dée ! » bien plus que l’« innocente plaisanterie » évoquée sur le site littéraire du Nouvel Observateur.

Suppressions massives de postes

Dans un contexte politique de défiance vis-à-vis de l’administration, la publication d’un pamphlet anti-fonctionnaires n’est pas un geste anodin. Bien au contraire, le livre d’Aurélie Boullet vient, de façon indirecte mais puissante, conforter la droite dans sa politique de démantèlement du secteur public.

Il n’est pas inutile de rappeler l’empilement des mesures par lesquelles les gouvernements UMP successifs s’en sont pris aux services publics et aux fonctionnaires. La réduction des effectifs de la fonction publique, entamée par les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin et de Dominique de Villepin, s’est systématisée avec la révision générale des politiques publiques voulue par Nicolas Sarkozy.

Loin d’avoir permis une réduction de la dette publique (évaluée à 63,9% fin 2007, elle s’élève aujourd’hui à 81,5% du PIB), le principe du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux a surtout conduit à un dégraissage qui remet aujourd’hui en cause les missions-clés de notre République.

Au total, ce sont plus de 100 000 postes de fonctionnaires qui ont été supprimés par l’Etat depuis 2005.

Lire la suite :

http://www.rue89.com/2011/01/10/fonctionnaires-zoe-shepard-la-coconne-de-lump-184860

Publié dans Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

Sélection finale pour le GRAND PRIX RTL LIRE 2011

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Ce lundi 10 janvier, les deux rédactions de « Lire » et de RTL, sous la co-présidence de Philippe Labro et de François Busnel, ont désigné les 5 romans finalistes qui concourront pour le Grand Prix RTL-Lire 2011. Quatre auteurs sont rescapés parmi les dix ouvrages de la première sélection, alors que Michel Rostain apparaît dans cette ultime sélection :

Commandez ce livre

Commandez ce livre

Commandez ce livre

Alexandre Jardin 
Des gens très bien 
Grasset

Fabrice Humbert 
La fortune de Sila 
Le Passage

Dominique Sylvain 
Guerre sale 
Viviane Hamy




Commandez ce livre

Commandez ce livre

Michel Rostain 
Le fils 
Oh Editions

Christian Garcin 
Des femmes disparaissent 
Verdier



Le Grand Prix RTL-Lire sera décerné le 17 mars, jour de l’inauguration du Salon du Livre de Paris par un jury composé de cent lecteurs, de tous âges et de toutes catégories socioprofessionnelles.

Source : Communiqué de presse

Publié dans Prix, récompenses, palmarès, célébrations, hommages, mé | Commentaires fermés

Saint Tin, une suite de Tintin ? C’est tellement stupide

Posté par Serge Bénard le 11 janvier 2011

Et pourtant, c’est bien ce que Moulinsart a tenté de faire valoir

Rédigé par Nicolas Gary, le lundi 10 janvier 2011 à 19h17

 

Le 6 janvier dernier se tenait au Tribunal de Grande Instance de Paris une petite séance de sport : Moulinsart SA tentait une fois de plus de museler l’éditeur Artconsil, qui publie les romans de Gordon Zola, Saint Tin. 

Et si, contrairement à la première instance, l’attitude de l’avocate de Moulinsart, Me Vatrin, était nettement moins policière, Gordon Zola, contacté par ActuaLitté sort de cette épreuve avec un certain soulagement. L’affaire est encore loin d’être gagnée, puisqu’il faudra attendre le 11 février pour le délibéré. Simplement…

Saint Tin, une suite de Tintin ? C'est tellement stupide dans Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira v-15994

Gordon Zola, en cravate, durant le Salon du livre 2010

Simplement, l’écrivain, revenant sur les plaidoiries, souffle un peu. «La partie adverse s’engluait tellement, que c’en était presque drôle. Ne pas voir la parodie dans Saint Tin, c’est incroyable. » (notre actualitté) 

Parodie, et non pastiche, comme cela avait été soulevé par le président. « Le pastiche, c’est faire “à la manière de”, et Saint Tin n’est pas une BD. Or, les romans sont bien des explorations de la psychologie des personnages, tout en leur donnant une tournure boursouflée, décalée », estime Gordon Zola.

 

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/23619-tintin-herge-proces-parodie-moulinsart.htm 

Publié dans Droit d'auteur, propriété intellectuelle, plagiat, pira, Droit, législation, contentieux, conflits, procès | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar