Accueil Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies L’éphémère, l’occasionnel et le non livre par Nicolas Petit

L’éphémère, l’occasionnel et le non livre par Nicolas Petit

Commentaires fermés
0
2

Bonjour,

L’éphémère, l’occasionnel et le non livre par Nicolas Petit dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies

L’Éphémère, l’occasionnel et le non-livre à la bibliothèque Sainte-Geneviève (XVe-XVIIIe siècles) / Nicolas Petit. Paris : Klincksieck, 1997. 256 p.  (Corpus iconographique de l’histoire du livre). ISBN 2-252-03157-3. 29,5 €

Plusieurs articles du BiblioMab ont été consacrés aux publications éphémères, notamment « Vieux papiers ! les imprimés éphémères » et plus récemment « Images pieuses, images de dévotion » où l’on se demande si la feuille que je vous présente est bien un éphémère ou non. La réponse est dans les commentaires et provient en grande partie de cet indispensable ouvrage de Nicolas Petit, ex-conservateur à la Bibliothèque Sainte-Geneviève et intitulé « L’éphémère, l’occasionnel et le non livre à la bibliothèque Sainte-Geneviève (XVe-XVIIIe siècles). Paru aux éditions Klincksieck il y’a déjà un petit moment, il a notamment été chroniqué par le Bulletin des Bibliothèques de France (l’article est en ligne).

Pour rappel les imprimés éphémères qui composent encore aujourd’hui une part très importante de la production imprimée (songez aux prospectus publicitaires) peuvent être très variés : faire-part, invitations, cartes de visite, circulaires, factures, publicités, travaux de ville, prospectus et flyers, images pieuses, tarifs, cartes postales, monnaie, affiches, étiquettes diverses, sous-bocks, brochures… Leur caractéristique : une production de masse, une destruction de masse puisque l’imprimé éphémère est rarement conservé.

Nicolas Petit dans son introduction précise que les imprimés éphémères ont deux points en commun : leur gratuité et le fait qu’ils concernent des événements mineurs. Qui songerait à conserver les prospectus publicitaires qui inondent sa boite aux lettres ? Si l’éphémère fait l’objet d’une diffusion commerciale il s’agit alors d’un « occasionnel » comme les livrets de colportage (Bibliothèque Bleue), les chansons, les journaux… Les premiers éphémères sont les indulgences sorties des presses de Gutenberg et diffusées en 1454-1455.

Lire la suite :

http://bibliomab.wordpress.com/2011/01/10/lephemere-loccasionnel-et-le-non-livre-par-nicolas-petit/

  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
Charger d'autres articles liés
  • Lecures plus

  • Zoom, le magazine de l’image

    Pour les collectionneurs Des numéros de Zoom, la revue des fans des années 70/80 Voir sur …
  • Filière L

    Nouveau

    Amateur, vous pouvez en savoir plus sur Flaubert, l’écrivain, l’œuvre et l&rsq…
Charger d'autres écrits par Serge Bénard
Charger d'autres écrits dans Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Lu pour vous – Little boy lost de Marghanita Laski

de L’Ogresse       Que The Guardian ait récemment répertorié Little Boy Lost(Un peti…