• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 janvier 2011

Livres électroniques : où acheter les ouvrages ?

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

 

 

Livres électroniques : où acheter les ouvrages ? dans ebooks, livres numériques, livrels, etc. dot

ico_loupe dans ebooks, livres numériques, livrels, etc.agrandir la photo

L’histoire se répète… Comme la musique au début de sa dématérialisation, l’édition numérique de livres souffre de deux défauts. D’abord, le choix demeure restreint par rapport aux sorties papier­. Exemple ? La version numérique du Goncourt 2010, La Carte et le Territoire de Michel Houellebecq n’est pas disponible en ligne, dans l’immédiat. Ensuite, le prix du livre numérique est peu intéressant comparé à celui du livre imprimé. Dégoter L’Homme qui voulait vivre sa vie, de Douglas Kennedy, dont l’adaptation au cinéma­ vient de sortir, est aisé. Mais sa version numérique­ coûte 15,60 euros alors que le livre au format poche, est à 7,30 euros. Cherchez l’erreur ! 7 euros, un prix que les internautes jugent raisonnable pour un livre dématérialisé, d’après l’étude de GfK révélée lors des assises professionnelles du livre en octobre. Libraires en ligne… Chiche !

Source :

http://www.01net.com/editorial/526371/livres-electroniques-ou-acheter-les-ouvrages/

 

Publié dans ebooks, livres numériques, livrels, etc. | Commentaires fermés

La valeur de la critique

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

par Pierre TESTARD

« Tout critique digne de ce nom écrira à partir d’une lutte profonde entre ce qui a été et ce qui doit être, les valeurs auxquelles il est habitué et celles qui existent actuellement,  une lutte entre le passé et le présent à partir duquel l’avenir doit naître. Cette lutte avec soi-même comme avec l’époque, à partir de laquelle quelque chose doit être écrit et donc lu- voilà comment j’évalue un critique. » [Any critic who is any good is going to write out of a profound inner struggle between what has been and what must be, the values he is used to and those which presently exist, between the past and the present out of which the future must be born. This struggle with oneself as well as with the age, out of which something must be written and which therefore can be read- this is my test for a critic.] Cette définition d’Alfred Kazin, écrite en 1960, nous remet en mémoire le crédit intellectuel dont jouissaient les critiques littéraires d’après-guerre. LeNew York Times a pris l’occasion de la réédition dans le magazine Commentary du texte de Kazin, « The Function of Criticism Today« , pour demander à six critiques contemporains ce qu’ils pensent de leur rôle.

Parmi ce florilège critique sur la critique, l’avis de Pankaj Mishra n’est pas le plus complaisant. Ce jeune auteur indien refuse de rejoindre le cortège des déclinologues de la critique, car il considère précisément qu’un tel débat est dépassé. La critique littéraire n’aurait de sens que si elle dépasse l’analyse des textes et de leurs critères esthétiques pour éclairer leur place dans l’histoire des idées et dans une représentation particulière du monde.

Pankaj Mishra admet sa dette envers nombre de critiques américains qui voyaient la littérature comme sujet de l’histoire et de la politique. Pour des auteurs comme Edmund Wilson, Dwight Macdonald, Lionel Trilling, F. W. Dupee and Irving Howe, les idées avaient un caractère d’urgence parce qu’elles avaient le pouvoir de refaçonner des sociétés en ébullition. De plus, ils appartenaient pour la plupart à une classe bourgeoise déstabilisée par des conflits socioéconomiques majeurs. Pour cette génération, la politique cessait d’être l’affaire de quelques élites mandatées par le peuple ou légitimées par leur capital culturel.

Aujourd’hui, cette ère des passions politiques s’est transformée jusqu’à détacher les intellectuels de la sphère publique, selon Pankaj Mishra. La plupart des écrivains contemporains en Occident cultiveraient leur jardin, à l’abri des grandes lames de fond qui bouleversent le temps présent. Ils rejoindraient trop vite les catégories privilégiées de la société pour en demeurer les contempteurs. Cela expliquerait les multiples sentiments de vulnérabilité et de crainte qui se seraient exprimés parmi les intellectuels occidentaux après le 11 septembre : le milieu artistique protégé et tranquille se sentait menacé par la violence d’un événement symbolique d’un monde instable et incertain.

Lire la suite :

http://www.nonfiction.fr/article-4101-la_valeur_de_la_critique.htm

Publié dans Critique, journaliste, faiseur d'articles, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes | Commentaires fermés

11 au 20 février à Casablanca – Salon du livre avec l’Italie en vedette

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

QODS CHABA | 7 JANVIER 2011 À 8 H 41 MIN

 


 

Le Salon international de l’édition et du livre aura lieu du 11 au 20 février. Les spectacles qui étaient prévus à la fermeture du Salon sont cette année supprimés. Les détails.

L’édition 2011 du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) est prévue du 11 au 20 février. D’ores et déjà, les préparatifs vont bon train. Le programme de ce cru est actuellement en train d’être finalisé et le ministère de la Culture met les bouchées doubles pour avancer avant de l’annoncer publiquement. Mais quelques informations commencent déjà à circuler. L’Italie sera l’invité d’honneur de cette édition. Le plus grand stand sera donc octroyé à ce pays de la Méditerranée. Cet événement coïncide avec les 40 ans de l’Institut culturel italien au Maroc. Après l’hommage aux Marocains du monde l’année dernière, organisé en collaboration avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, c’est au tour du pays de la grande botte d’avoir la part belle lors de ce SIEL. Environ 270 éditeurs seront présents cette année, ce qui représente la même moyenne que les précédentes éditions.

Lire la suite :

http://www.lesoir-echos.com/2011/01/07/salon-du-livre-de-casablanca-l%E2%80%99italie-vedette-du-siel/

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Foires et salons du livre | Commentaires fermés

Natalie Galustian, collectionneuse de livres et amoureuse du poker

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Créé le 07.01.11 à 16h57 — Mis à jour le 07.01.11 à 17h03

Natalie Galustian, collectionneuse de livres rares sur le poker, dans sa boutique de Londres.Natalie Galustian, collectionneuse de livres rares sur le poker, dans sa boutique de Londres.NATALIEGALUSTIAN.COM

Établie à Londres, elle vient de vendre sa collection de livres anciens sur le poker. Elle en a tiré 200.000 dollars…

Passionnée par l’univers du jeu, Natalie Galustian (son site est à découvrir par ici) s’est lancée dans le commerce des livres anciens par accident. «J’ai toujours été très intéressée par le jeu et la visite des casinos. J’ai commencé à acheter des livres sur le jeu et puis je me suis rendue compte que personne n’avait vraiment mis en place une bibliographie sur le sujet. Personne n’a étudié l’évolution de la littérature liée au poker donc j’ai commencé à aller dans les ventes, à faire des recherches… Cela m’a pris six années pour assembler cette collection», déclare-t-elle, alors qu’elle vient de vendre 250 pièces rares ou uniques.

Des pièces qui représentent l’histoire du jeu et qui ont fait ce qu’est le poker aujourd’hui. «Ces livres nous survivront tous», explique-t-elle. Qui est l’acheteur? Mystère. La collectionneuse refuse de révéler son nom, mais précise que Phil Ivey et Andy Bloch sont récemment venus visiter sa boutique londonienne de Cecil Court, à quelques minutes du casino où se déroule depuis quatre ans les World Series of Poker Europe.

Lire la suite :

http://www.20minutes.fr/article/649294/poker-natalie-galustian-collectionneuse-livres-amoureuse-poker

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables | Commentaires fermés

Club de lecture de la Librairie Le Divan à Paris – Palmarès 2009-2010

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

De façon régulière et aléatoire, un sympathique Club de lecture se réunit (autour de quelques bouteilles) le soir au Divan. Composé de lectrices et de lecteurs enthousiastes et exigeants 
Si vous souhaitez rejoindre le club de lecture pour la saison 2010-2011, ecrivez nous un mail avec vos goûts et vos attentes à « ledivan@ledivan.com ». Il ne reste que quelques places.

Actualité:

 

Un peu, beaucoup de retard mais voici enfin le palmarès 2009-2010 !
Ce fut un grand cru, avec de l’enthousiasme et une pléthore de nouvelles participantes que nous espérons retrouver à la rentrée.

Lire la suite : http://www.librairie-ledivan.com/selections.php?oid=4463&ALIS=fa0552f312d3252555f83730e91d9131

Les photos de la soirée :
Club de lecture de la Librairie Le Divan à Paris - Palmarès 2009-2010  dans Clubs et comités de lecture
 dans Librairies, libraires

palmarès 2009-2010

Publié dans Clubs et comités de lecture, Librairies, libraires | Commentaires fermés

Citation du 8 janvier

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Une formule de Samuel Johnson mérite également qu’on la garde à l’esprit : « La connaissance est de deux sortes : soit on connaît son sujet, soit on sait où trouver des informations dessus . » Cette distinction est particulièrement pertinente pour les bibliothécaires.

Maurice B. Line, in « Bibliothécaire, quel métier ?», publié sous la direction de Bertrand Calenge, 2004.

Publié dans Citation, note, pensée du jour | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar