• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 8 janvier 2011

Médiathèques en mutation

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Médiathèques en mutation : les pieds sur terre, la tête dans les nuages

8 JANVIER 2011 - BY XAVIER GALAU

Revue de l'Observatoire des politiques Culturelles n°37La revue de l’Observatoire des Politiques Culturelles publie ces jours-ci un numéro intitulé « L’ère numérique: un nouvel âge pour le développement culturel territorial« , L’observatoire n°37, hiver 2010, 112 pages, http://www.observatoire-culture.net

. Voici le sommaire:

  • L’ère numérique : un nouvel âge pour le développement culturel territorial
  • Les pratiques culturelles à l’ère numérique
  • Du consumérisme à l’autonomie : le numérique vient d’entrouvrir une porte
  • Regard économique sur les promesses du numérique
  • Une culture des TIC comme méthode de gouvernance des territoires
  • Vers une culture de l’expérimentation
  • Quelle urbanité pour les non-lieux de la ville contemporaine ?
  • Vers un service public culturel numérique
  • Créer à l’ère numérique
  • Arts, sciences et territoires : un croisement fertile
  • Une plateforme d’intermédiation entre Territoires, Communautés et TIC
  • La société des arts technologiques (sat)
  • Médiathèques en mutation : les pieds sur terre, la tête dans les nuages
  • La Bibliothèque numérique de Roubaix
  • Les réseaux sociaux en ligne et l’espace public
  • Grigny et sa M@ison : l’internet pour tous
  • Géoculture : le Limousin vu par les artistes

C’est votre serviteur qui a commis l’article sur l’impact du numérique pour les médiathèques: Médiathèques en mutation, les pieds sur terre, la tête dans les nuages.

Lire la suite :

http://www.xaviergalaup.fr/blog/2011/01/08/mediatheques-en-mutation-les-pieds-sur-terre-la-tete-dans-les-nuages/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs | Commentaires fermés

On ne connaît jamais assez bien ses livres

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Miscellanées de Monsieur H.: on ne connaît jamais assez bien ses livres, quelques informations sur le blog, la folie des e-books

Amis Bibliophiles bonjour,

Il y a quelques semaines, je vous interrogeais sur le chiffre ci-dessous, en imaginant, compte-tenu des informations dont je disposais que c’était peut-être la marque d’un relieur du 19ème: j’avais sous les yeux un ouvrage 16ème, très élégamment réhabillé au 19ème mais dont la reliure ne portait aucune signature. Je franchissais allègrement le pas, évidemment à tort, en imaginant pouvoir l’attribuer à un relieur… 

En effet, on ne connaît jamais assez bien ses livres: alors que je parcourai un autre ouvrage issu du même lot et que je n’avais pas encore eu le temps d’ausculter longuement, je suis tombé au même endroit (coin supérieur du contreplat), sur le même chiffre. 

On ne connaît jamais assez bien ses livres dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables

Une nouvelle fois l’ouvrage est 16ème, une nouvelle fois la reliure est une reliure de luxe du 19ème… sauf que… En effet, alors que la reliure n’était pas signée sur le 1er ouvrage, ce qui m’avait induit dans cette (impardonnable) erreur, elle est bien signée sur le second ouvrage. Celui-ci porte le minuscule chiffre en haut à gauche et la signature de Cuzin au centre de la dentelle intérieure, comme d’usage.

Lire la suite :

http://bibliophilie.blogspot.com/2011/01/miscellanees-de-monsieur-h-on-ne.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Reliure, relieur, restauration, entretien | Commentaires fermés

27 au 30 janvier – Festival international de la BD d’Angoulême

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

 

 

 

27 au 30 janvier - Festival international de la BD d’Angoulême dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées arton2505-a44b4

Le Grand public et les professionnels se donnent chaque année rendez-vous à Angoulême pour rencontrer les meilleurs auteurs de bande dessinée français et étrangers. Cet évènement unique permet de découvrir les meilleurs albums publiés dans l’année et reste attentif à l’émergence des nouveaux talents qui explorent de nouvelles formes d’expression.

http://www.bdangouleme.com

 

Publié dans Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Genres (romans, essais, poésie, polar, BD, etc.) collections, beaux livres | Commentaires fermés

Canada : mauvaise passe pour Key Porter Books, éditeur majeur

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

L’éditeur canadien Key Porter Books, principale maison dans le domaine non-fiction du pays, avec plus de 100 titres annuellement, vient de cesser son activité. Finito les bouquins.

De mauvaises nouvelles, évidemment, particulièrement en ce qu’aucun éditeur dans le pays ne semblerait en mesure de pallier le manque dans le domaine. Et surtout parce qu’en regard de la taille de cette maison, la situation en devient désastreuse.

Canada : mauvaise passe pour Key Porter Books, éditeur majeur dans Edition, éditeurs v-21340Début octobre, plusieurs auteurs avaient vu leur contrat de publication annulé, même si Mark Bourrie, historien, et d’autres, avaient reçu l’assurance de la bonne conduite du leur. Plusieurs d’entre eux ont trouvé un autre éditeur entre temps, mais pour Key Porter Books, la situation laissait présager une vilaine passe. 

En septembre dernier, souligne The Star, la maison s’était déjà séparée de 11 de ses 17 employés et avait déplacé son siège social de Toronto à Bolton, dans l’Ontario. 

Pour remonter encore le cours du temps, en 2009, l’éditeur avait perdu 35 % de ses revenus lorsque la société Hachette Book Group décida de lancer son propre réseau de distribution. Coup dur qui allait entraîner le licenciement de plus de 50 salariés.

Lire la suite :

http://www.actualitte.com/actualite/23590-editeur-canada-key-porter-books.htm

Publié dans Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates…en poche

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Quelque chose en eux d’Elisabeth

« Peut être les livres  possèdent-ils un instinct  de  préservation secret qui les  guide jusqu’au lecteur idéal.  Comme il serait délicieux que ce soit  le cas. » Ainsi s’exprime  Juliet , romancière en mal d’inspiration , que le destin va mener sur les traces du Cercle  littéraire des amateurs de patates et par la  même occasion sur cellles de son inspiratrice, Elisabeth.51Xrp7k-omL._SL500_AA300_.jpg
Nous sommes en Grande-Bretagne, dans l’immédiat après guerre . Le pays panse ses paies et Juliet, qui a su remonter le moral de ses concitoyens grâce à ses chroniques pleines d’humour va découvrir quelle  était la vie de la petite ïle de Guernesey durant l’occupation allemande.
Les lettres qu’elle échange, tant avec son éditeur qu’avec les  difffrents membres, fort pittoresques,  de ce cercle littéraire sont tantôt graves, tantôt émouvantes mais surtout pleines de vivacité.  Ce roman épistolaire  arrive très rapidement à nous faire oublier l’aspect répétitif qu’ont trop souvent les romans empruntant cette forme.
Les personnages sont croqués  avec saveur , l’histoire est fertile en rebondissemnt, on y trouve cette excentricité si délicieusement anglaise  qui fait valser les théières dans les airs ou fabriquer des brouets de sorcière, le  tout avec  avec un flegme imperturbable. Concentrer l’action  dans ce microcosme insulaire confère densité et profondeur à  ce qui  n’aurait pu être qu’une bluette.
Seul regret:  que  Mary Anna  Shaffer  (qui a reçu l’aided’Annie  Barrows) n’ait pas vu le succès que son livre ne saurait manquer d’obtenir. On espère cependnat que son éditeur ait pu lui écrire ce ci : « Très chère, je  ne peux te  promettre ni l’opulence , ni la prospérité, ni même du beurre, mais tu sais que tu es l’auteur le plus cher au coeur de Stephens & Stark. »

Source :

http://www.cathulu.com/archive/2011/01/08/le-cercle-litteraire-des-amtaeurs-d-epluchures-de-patates-en.html


Publié dans Actualité éditoriale, vient de paraître | Commentaires fermés

Connaissance de la reliure par l’image

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Connaissance de la reliure par l’image : Une reliure en daim sur une impression parisienne de 1574.

Connaissance de la reliure par l'image  dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables daim_1

Quelques mots seulement. Tout est dans les images ce soir. Voici une reliure sobre, on pourrait dire fruste. Il s’agit d’une reliure en daim sur une impression parisienne de la fin du XVIe siècle, 1574 pour être précis. Ce type de reliure est aujourd’hui assez difficile à rencontrer en bon état, de par sa fragilité évidente lorsqu’on l’a en mains. Et pourtant il arrive comme ici d’en voir quelques unes qui ont réussi à traverser les siècles sans trop d’encombres. Quelques petits trous de vers sans gravité, quelques taches. Le titre au dos se trouve ici à l’état de lambeaux, anciennement écrit à la plume sur un morceau de papier collé. On voit clairement que la couture des cahiers sur nerfs s’est faite sur quatre nerfs, deux nerfs en haut du dos, rapprochés, et deux nerfs en bas du dos, rapprochés également. A noter que deux nerfs (les plus au centre du dos) sont plus apparents et plus saillants. On distingue l’emplacement des lacets (en daim également), qui ont ici disparu. La doublure à l’intérieur des plats et la garde blanche (formée par un seul feuillet plié) est de papier blanc tout à fait ordinaire. On notera la présence de tranchefiles, ici de couleurs unie, ton beige. L’ouvrage est complet mais les cahiers sont tous plus ou moins partiellement déboités ou mal alignés. Le temps a fait son œuvre… Le papier a subi quelques outrages (taches grasses en marge et débordant sur le texte sur une bonne partie de l’ouvrage), sans endommager l’intégrité physique (solidité) de ce dernier cependant. Voilà pour la présentation et le diagnostic du malade.

daim dans Reliure, relieur, restauration, entretien
Cette reliure est la première reliure qu’a reçu l’ouvrage comme en témoigne des notes et des cotes sur les gardes blanches, d’une écriture totalement encore de la fin du XVIe siècle. Le volume est de format in-8 (env. 17 x 11 cm).

daim2
Au delà de l’aspect esthétique de cette reliure, ce volume pose une véritable question fondamentale à tous les bibliophiles (normalement) : Un volume ancien peut-il être dignement conservé par un bibliophile malgré des imperfections notoires du support, ici en l’occurrence le papier ? Sachant que l’ouvrage est bien complet de tous ses feuillets, que la reliure est intègre et d’époque, que l’ouvrage est un ouvrage qu’on peut sans hésiter qualifier de rare voire très rare. Je crois qu’il faut sans hésiter répondre : oui ! deux fois oui ! peut-être même trois fois oui !

Lire la suite :

http://le-bibliomane.blogspot.com/2011/01/connaissance-de-la-reliure-par-limage.html

Publié dans Bibliophilie, imprimés anciens, incunables, Reliure, relieur, restauration, entretien | Commentaires fermés

Les barèmes annuels de l’édition revalorisés, promet Gallimard

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

 

Rédigé par Antoine Gallimard, le vendredi 07 janvier 2011 à 19h14

 

Le président du Syndicat National de l’Édition, Antoine Gallimard, répond aux syndicats qui l’avaient interpellé

Lettre ouverte aux organisations syndicales

Madame, Monsieur,
J’ai bien reçu votre courrier daté du 5 janvier dernier par lequel vous me faites part de votre profonde déception sur l’évolution récente des négociations dans la branche édition.

Permettez-moi de ne pas partager votre analyse et votre conclusion.

En effet en ce qui concerne la revalorisation des minima de très nombreuses réunions ont eu lieu en 2010 et le SNE a fait des propositions.

Celles-ci n’ont pas recueilli l’adhésion de l’intersyndicale sachant que cette négociation s’est déroulée dans un contexte législatif évolutif qui a interféré sur les discussions.

Par ailleurs, contrairement à vos allégations, un accord sur les classifications a été conclu le 26 février 2010, et un projet d’accord sur la formation professionnelle est en phase de finalisation. Il est regrettable de ne pas en avoir informé les membres de vos organisations.

Lors de notre rencontre le 22 septembre 2010 je vous ai informés qu’une nouvelle étude serait menée au sein de la profession afin de faire une nouvelle proposition concernant les minima conventionnels de la Branche de l’Édition.

Cette nouvelle proposition a été finalisée en décembre et sans entrer dans le détail, elle permettrait de revaloriser fortement les barèmes annuels de l’édition, de 17 % en moyenne pour les employés et 11 % pour les techniciens, agents de maîtrise et cadres, à échéance du calendrier de revalorisation envisagé.

Il est donc indispensable que la commission mixte paritaire sur les salaires se réunisse rapidement et que le dialogue social puisse reprendre sur l’ensemble des sujets intéressant la profession.

Vous souhaitez un dialogue social loyal. Le SNE aussi. Faisons donc en sorte que les termes du dialogue s’appuient sur des réalités et non sur des mots d’ordre.

Dans cette attente, je vous présente tous mes voeux pour 2011 et vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Paris, le 7 janvier 2011


Publié dans Edition, éditeurs | Commentaires fermés

Passer un marché avec Electre

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

Vendredi 7 janvier 2011

Electre est le fournisseur historique des bibliothèques en matière de données bibliographiques.

Il est un peu en situation monopolistique, et la plupart des bibliothèques doivent y être abonnées depuis des années, sur un budget « d’abonnement », vaguement contractualisé.

1. Faire un marché

Depuis qq temps, vu les coûts en jeu, plusieurs établissements ont commencé à passer des marchés avec Electre, malgré le fait que ce sont les seuls, en gros, à pouvoir y répondre.

Chez nous, on avait un vague contrat d’une page ; tous les ans, on recevait une facture, avec une simple ligne du genre : « fourniture de données ». Pas de stats, pas de définition du service, pas de recours…

Je peux vous fournir ici un exemple du marché à bons de commande proposé par une grosse BM :

  1. Le CCP : electre_ccp
  2. Le BPU : electre_bpu

2. Pourquoi faire ?

Avec un marché :

  1. Vous savez ce que vous achetez
  2. Vous pouvez contractualiser certaines fonctionnalités attendues
  3. Vous pouvez demander le développement de certaines fonctionnalités
  4. Vous pouvez acheter des prestations et donc exiger qu’elles se fassent.

C’est du boulot administratif, c’est sûr, mais je viens de vous en mâcher la moitié ! 

Source :

http://bibliotheque20.wordpress.com/2011/01/07/passer-un-marche-avec-electre/

Publié dans Agenda, rendez-vous, dates à retenir, Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Economie du livre | Commentaires fermés

Au cœur du patrimoine écrit

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

 
Au cœur du patrimoine écrit dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc. couv_catalogue_gary_595x842
notre rubrique: au Musée des lettres et manuscrits
Posté par: Patrick Bonnevey



Depuis le 3 décembre dernier, le musée des lettres et manuscrits propose à ses visiteurs une exposition autour de Romain Gary. Gary- Ajar, l’homme du double concours écrivain énigmatique du XX éme siècle.

Ce musée situé au 222 bd st germain  est un concept unique, seul musée privé en France. Il dispose d’un fonds permanent de plusieurs milliers de documents, certains exceptionnels comme les calculs préliminaires de la relativité d’Einstein,  exposés dans des espaces aménagés d’après les dernières techniques de conservation  autour de l’histoire, la littérature la science, la peinture ou la musique.Il est devenu un acteur complémentaire mais incontournable des institutions publiques dans le domaine de la conservation du  patrimoine culturel historique. Ainsi, avant Gary a été présenté au public une collection unique de lettres d’académiciens depuis la création de l’académie française ou encore des écrits et correspondances de Proust.

Le MLM présente bien sur ses collections propres mais aussi celles de collectionneurs privés partenaires d’un dynamisme culturel nouveau. Le musée s’appuie sur la compétence et les experts d’une société d’achats de manuscrits et de conseil en constitution de patrimoine et sur un  trimestriel de référence de l’écrit le magazine Plume. 

C’est ce savoir faire et cette synergie qui a permis le retour en France d’une extraordinaire collection  concernant napoléon qui était aux Usa ou encore le testament politique de louis XVI écrit par le roi avant ce que l histoire a appelé un peu vite «  La fuite à Varennes »

Ce texte capital pour les historiens était connu mais avait disparu dans les tourmentes de l’histoire. Il a été retrouvé, racheté et rapatrié par Gérard Lheritier inventeur et président du MLM. Grace à ce document les historiens font progresser la connaissance objective des rapports du roi et de la révolution.

Ce musée est avant tout un coup de cœur car à chaque document on touche au plus intime de celui qui a écrit- Napoléon Einstein Hugo   Renoir ou Bach… c’est une émotion exceptionnelle.


Le manuscrit lui est un patrimoine culturel dont on parle de plus en plus avec la lente disparition de l écriture traditionnelle et sa sauvegarde par des nouvelles technologies.

Le manuscrit authentique qui ne ment pas et qui est de plus en plus au cœur de l’actualité. Les manuscrits royaux coréens pris sous napoléon III et restitués récemment par le président Sarkozy à la fureur des chercheurs de la BNF, tout comme les querelles entre palestiniens e t Israël autour des expositions des manuscrits de la mer morte en apportent des preuves incontestables.

Le manuscrit est toujours une valeur et souvent un enjeu… c’est l’encre de l histoire. Un patrimoine unique, la plus belle des collections comme l écrivait le magazine spécialisé Aladin… et la plus belle des collections a trouvé un écrin digne d’elle avec le musée des lettres et manuscrits au cœur de la culture et de st germain.

Source :

http://www.metamag.fr/metamag-20-au-c%C5%93ur-du-patrimoine-%C3%A9crit-notre-rubrique:-au-Mus%C3%A9e-des-lettres-et-manuscrits.html

Publié dans Auteurs, écrivains, polygraphes, nègres, etc., Autographes, lettres, manuscrits, calligraphies, Festivals, galas, spectacles, expositions, musées, Patrimoine culturel, patrimoine écrit | Commentaires fermés

Pourquoi Google ne peut se substituer aux médiathèques bibliothèques

Posté par Serge Bénard le 8 janvier 2011

 

Pourquoi Google ne peut se substituer aux médiathèques bibliothèques dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateursL’inquiétude sociale et les médiathèques comme source de consistance et persistance. – Le potentiel des technologies ouvre des voies d’accès toujours plus intimes au cerveau et au devenir des corps, par des savoir-faire qui en complémentent ou en dérivent de plus en plus les facultés, les ramifient vers des libérations ou des aliénations, vers des possibles ou des impossibles lumineux ou obscurs. Cet état des choses alimente de très nombreuses productions intellectuelles, critiques ou non, essayistes ou littéraires (et détermine le climat dans lequel émerge de nouvelles tentatives de populisme comme seules répliques à ce débordement de l’humain par ce qu’il engendre). Il y a, dans toutes ces interrogations qui s’enchevêtrent et qui ont trait partiellement aux dimensions mémorielles des connaissances, des indices clairs que le rôle ancien des bibliothèques et médiathèques est dépassé mais aussi beaucoup de perspectives sans réponse qui justifient de repenser leur rôle et leur utilité sociale. Elles ont incontestablement certaines qualités qui les destinent à se placer au cœur des relations que la chose  publique doit tisser avec la mémoire et les connaissances,   dans un souci de consistance et persistance collective. (Difficile de penser ce genre de chose dans un pays dont la classe politique assène à toute la population d’un pays la violence de son incapacité à gouverner.) Ce sont des institutions utiles à tout système se préoccupant de la circulation du sens critique en régime démocratie, un appareillage qui peut certes tomber dans l’obsolescence, ce qui gâcherait l’énorme investissement qui a été fait dans leur passé/présent, en termes d’argent public mais aussi de contributions des citoyens (les bibliothèques médiathèques existent par le passage des lecteurs et auditeurs) et du travail de son personnel pour donner une âme à ces lieux de connaissance.

Lire la suite :

http://comment7.wordpress.com/2011/01/08/pourquoi-google-ne-peut-se-substituer-aux-mediatheques-bibliotheques/

Publié dans Bibliothèques, médiathèques et leurs animateurs, Opinions, tribunes, idées, polémique, lettres ouvertes, Web, moteurs, sites, blogs, réseaux, etc. | Commentaires fermés

1234
 

Tranche de vie |
Maudy les bons tuyaux |
The Celebration of Thanksgi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | www.tofik.com
| MANGA
| agbar